Rentrée 2021 : La Région au plus près des jeunes

Ce mardi 31 août 2021, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a tenu une conférence de presse pour présenter la politique régionale en faveur des jeunes. Pour cette rentrée scolaire, la Région se mobilise pour accompagner les jeunes à préparer leur avenir dans les meilleures conditions possibles : formation, développement durable, citoyenneté.

Formation

Les réponses de la Région pour lever les obstacles à la formation et à l’emploi :

Le Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise (PACE), un pied à l’étrier pour rentrer dans la vie activeformation

Cette année encore, la Région aidera 2 000 jeunes à accéder à l’emploi. Le Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise (PACE) s’adresse aux 18-29 ans, avec ou sans diplôme, qui souhaitent acquérir une expérience professionnelle significative. Ils sont accueillis en entreprise pendant 6 mois avec le statut de stagiaire.

Le logement, des solutions concrètes pour chacun

Deux outils :
Le réseau Loj’Toît Jeunes : un service gratuit d’accompagnement, mis en place par la Région, pour trouver un logement dans le Grand Est.
NOUVEAU Le kit Installe-toît ! La Région innove en cette rentrée 2021. En concrétisant une proposition du Conseil régional des Jeunes, elle va distribuer sur les Campus de Mulhouse, Troyes et Metz 2 600 sacs contenant chacun un magazine accompagné d’un bon de réduction de 25 euros à utiliser auprès d’une ressourcerie partenaire.

La poursuite du programme Lycée 4.0

Alors que les 352 lycées du Grand Est sont désormais raccordés au wifi, la Région remettra cette année 70 000 ordinateurs aux nouveaux entrants.

Formations sanitaires et sociales

Dès la rentrée 2021, 3 188 étudiants infirmiers et 3517 élèves aide-soignants feront leur rentrée en 1ère année, soit une augmentation de 495 nouvelles places d’infirmiers et 1 300 nouvelles places d’aide-soignants, sous l’impulsion de la Région, pour soutenir le développement des emplois du secteur sanitaire dans le Grand Est. En savoir plus sur les formations sanitaires et sociales.

Mobilité internationale

  • Mo-bi-li-té ! La Région encourage la mobilité internationale de ses jeunes et propose des aides à la mobilité adaptées à chaque profil.
  • Découvrir les langues autrement ! Lancée en février 2021, la plateforme linguistique Do you speak Jeun’Est a été pensée pour acquérir ou approfondir ses connaissances en langues étrangères. Anglais, allemand, espagnol, portugais, chinois mais également français, cet outil innovant permet de se former de façon autonome.

Développement durable

Lycée en Transition

Avec le programme Lycée en Transition, la Région Grand Est accompagne ses lycées autour de 6 thématiques telles que l’alimentation durable, la réduction des déchets ou encore, la gestion rigoureuse de la consommation d’eau et d’énergie.

Des lycées verts

Parce que le Grand Est a un temps d’avance avéré en matière environnementale, la Région agit concrètement pour devenir un territoire à énergie positive et bas carbone à l’horizon 2050. A commencer par les lycées ! L’objectif : une réduction
de 40% de leur consommation d’énergie d’ici à 2030 et une augmentation de 50% de la consommation d’énergies renouvelables.

Plan Lycées Agricoles 2030

Parce que l’agriculture d’aujourd’hui est confrontée à des changements climatiques, sanitaires et environnementaux inédits, la Région Grand Est a réagi. Elle a imaginé un plan sur 10 ans afin de permettre aux exploitations des 14 lycées agricoles de son territoire de se positionner à la pointe de l’innovation. Sont en jeu, l’évolution des besoins en compétences de l’agriculture, notamment via la digitalisation des pratiques, mais également la nécessité de susciter des vocations vers les métiers de l’agriculture pour soutenir le renouvellement des générations. S’orienter vers les métiers de l’agriculture.

57 millions d’euros
consacrés à la transformation digitale et environnementale

de 14 lycées agricoles

S’engager pour changer les choses

Les réponses de la Région aux inquiétudes des jeunes :

L’entreprenariat des jeunes, un accompagnement « made in Grand Est »

Deux dispositifs adaptés et novateurs :

  • Les bourses Entreprenariat des jeunes pour accompagner les projets d’entreprise, structure sociale et solidaire, start-up ou autre, à démarrer grâce à un accompagnement pouvant aller jusqu’à 5 000 euros.
  • Les Chèques Créa pour avoir accès à différentes expertises et être guidé à chaque étape du parcours de création vers des opérateurs labellisés par la Région.

NOUVEAU : la précarité menstruelle, un tabou qu’on ne peut plus ignorer

La lutte contre la précarité menstruelle constitue à la fois un enjeu de santé publique, d’égalité entre les genres et d’égalité des chances, de justice sociale et d’éducation.
Pour remédier à ce problème qui a fait son apparition de façon aussi récente que brutale, la Région mettra, à la rentrée 2021, des protections périodiques gratuites dans 50 lycées du Grand Est.

La volonté d’agir c’est aussi :

  • Les rendez-vous de l’engagement : les 13 et 14 novembre à Epinal, la 2ème édition des Rdv de l’engagement vise à favoriser ainsi le partage d’expériences, la formation, le témoignage et la réflexion commune autour de la citoyenneté.
  • Le Mois de l’Autre : la Région mobilise sa jeunesse autour de la tolérance, la connaissance de l’autre et ses différences via diverses actions qui sont menées dans les  établissements du Grand Est. La thématique 2021-2022 : liberté d’expression et dessin de presse.
  • Le Conseil régional des jeunes a été créé pour se faire porte-voix des 15-29 ans, qu’ils soient lycéens, apprentis, étudiants, actifs ou encore, demandeurs d’emploi. En outre, la parité femmes-hommes est respectée, tout comme l’équilibre des territoires historiques que sont la Champagne-Ardenne, la Lorraine et l’Alsace.

 

150 000 lycéens
participent aux actions du Mois de
l’Autre

 

Des transports plus propres en Grand Est

Une nouvelle station de Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) a été inaugurée samedi 28 août à Prix-Lés-Mézières (08) par Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Christian Vedelago, Secrétaire général de la Préfecture des Ardennes, et Pascale Gaillot, Présidente de la Régie Départementale des Transports Ardennais (RDTA), Conseillère régionale. Dès cette rentrée 2021, 20 premiers bus roulants au GNV seront ainsi mis en service, avec pour objectif d’atteindre 100% du parc d’autocars ardennais d’ici 2024.

Les Ardennes, laboratoire de transports scolaires et interurbains plus verts

Alors que la loi relative à la transition énergétique impose depuis 2020 de renouveler la moitié du parc d’autocars scolaires et interurbains, au profit de véhicules à faibles émissions de gaz, la Région a choisi d’impulser cette démarche de verdissement des transports dans les Ardennes, dès janvier 2020, en partenariat avec la Préfecture des Ardennes et la RDTA.

Avec une aide de la Région de plus de 8,5 millions d’euros, dont plus de 6 millions d’euros apportés par l’État dans le cadre de France Relance, la RDTA a construit la station d’avitaillement de Prix-lès-Mézières et a déjà procédé à l’acquisition de 20 premiers cars (sur 36 au total d’ici 2024) afin qu’ils fonctionnent au gaz naturel dès la rentrée 2021. Ce biocarburant permet à la fois de réduire de 80% les émissions de CO2 par rapport au diesel et de répondre aux besoins d’autonomie des bus. Cette initiative ardennaise a vocation à rayonner plus largement et pourrait ainsi s’étendre à d’autres transporteurs ou d’autres usages. La création d’une station GNV en raccordement direct avec des usines de méthanisation est notamment à l’étude, tout comme l’implantation d’une seconde station à Sedan.

Les biocarburants, maillons essentiels de la Bioéconomie

Cette démarche s’inscrit pleinement dans la stratégie Bioéconomie du Grand Est, dans la perspective d’un développement économique plus vertueux. Déjà signataires de la charte pour le développement durable des biocarburants en Grand Est, la Région et la RDTA signeront très prochainement le contrat dédié à cette filière, aux côtés d’une quarantaine d’acteurs régionaux. L’objectif est de doubler d’ici 3 à 5 ans la part de biocarburants durables dans le mix énergétique régional pour la mobilité, consolidant ainsi la place du Grand Est comme leader européen de la Bioéconomie.

 

#GEN, l’événement numérique du Grand Est

A l’occasion de la 9ème édition de #GEN les 9 et 10 septembre, la Région Grand Est partenaire de l’événement, sera présente durant ces 2 jours dédiés au numérique en Grand Est.

Sur son espace, stand G4, elle accueillera de nombreux partenaires et organisera :

Jeudi 9 septembre, une journée dédiée aux compétences numériques avec :

Parmi les temps forts, une animation sur les financements des formations au numérique, se tiendra à 12h45 avec différentes prises de paroles :

  • L’OPCO Atlas, opérateur de compétences pour les métiers du numérique
  • Pôle emploi Grand Est, qui finance des formations au numérique
  • La Région Grand Est
  • Les partenaires présents

A noter également, l’organisation en fin de journée à 17h, d’une seconde animation dédiée à l’actualité des dispositifs d’aide au numérique pour les PME et TPE, avec l’intervention de la Région Grand Est et des services de l’État en Région Grand Est – la DREETS.

Vendredi 10 septembre, une journée dédiée à la cybersécurité :

A cette occasion, la Région accueillera les partenaires suivants :

  • Le CLUSIR Grand Est, association des acteurs de la sécurité de l’information
  • La cellule régionale de cybersécurité de la Gendarmerie Nationale
  • Le CQTNC, groupement d’offreurs de solutions de cybersécurité et de transformation numérique
  • Unumkey, offreur de solutions de cybersécurité

Rendez-vous à 12h45 pour échanger avec les partenaires présents sur les questions de cybersécurité en entreprise.

En savoir plus sur #GEN

Plus d’informations sur le numérique en Grand Est

13ème Rendez-Vous avec les Religions : entretien avec le Père Étienne Uberall

Le 13ème Rendez-Vous avec les Religions aura lieu le 12 septembre prochain et proposera au public une exposition sur le pèlerinage dans les religions. A cette occasion, nous sommes allés à la rencontre du Père Étienne Uberall, curé des paroisses Saint-Pierre-le-Vieux et Saint-Jean,  cheville ouvrière de ce rendez-vous.

Père Étienne, bonjour. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le Rendez-Vous avec les Religions ?

Le Rendez-vous avec les Religions est un rendez-vous proposé au grand public par l’ensemble des traditions religieuses strasbourgeoises qui ont fait le choix du dialogue interreligieux, à savoir les chrétiens, catholiques, protestants et orthodoxes, les juifs, les musulmans, les bouddhistes, les hindouistes et les baha’is. Ce rendez-vous est né il y a 14 ans à l’initiative du Comité interreligieux auprès du Conseil Régional *. Il en est à sa 13ème édition, puisqu’il n’a pas pu avoir lieu en 2020 pour cause de pandémie. Durant une après-midi, nous nous rassemblons et proposons au public d’appréhender ce dialogue par de multiples expressions telles que la musique, les témoignages, la peinture et la calligraphie, sans oublier le partage de différentes saveurs, de pâtisseries et de boissons. C’est un rendez-vous très festif où il est aussi de tradition que nous chantions un chant tous ensemble !

Mettre en valeur le vivre-ensemble interreligieux, c’est cela le but ?

Oui, c’est cela ! Nous accueillons plusieurs centaines de personnes lors de ce Rendez-vous avec les Religions : des habitués, mais aussi ceux qui découvrent l’évènement. Ils sont d’ailleurs souvent surpris de voir qu’un tel rendez-vous existe. Pour moi, il est toujours très intéressant d’échanger avec ces personnes…

L’intérêt de cette journée réside autant dans l’écoute de témoignages, de chants et de musique que dans les multiples rencontres qui ont lieu au hasard des tables et des ateliers. Des personnes issues de traditions différentes, ou d’aucune tradition religieuse d’ailleurs, s’écoutent et partagent un moment ensemble.

Suite à votre rencontre avec le Grand Témoin de cette édition, Sofiane Boubahlouli, vous avez souhaité, avec votre équipe, mettre en place une exposition sur les pèlerinages dans les huit traditions dont vous avez parlé précédemment : pouvez-vous nous dire comment a été mené le travail qui a abouti à cette exposition et avec quels outils le public va pouvoir l’aborder ?

Effectivement, nous nous sommes rendus compte, lors de notre rencontre avec Sofiane, que les religions avaient, parmi d’autres points communs, celui du pèlerinage, même si cette dimension est plus ou moins présente dans chaque tradition. Nous avons constitué un petit groupe de travail dont le but a été de présenter le sens du pèlerinage dans chaque tradition religieuse ainsi que les lieux de pèlerinage, puisque qui dit pèlerinage dit déplacement vers un lieu souvent considéré comme sacré. Nous avons réalisé une exposition ** constituée de vingt panneaux avec textes et photos qui sera présentée pour la première fois lors de ce Rendez-vous avec les Religions. À celle-ci s’ajoute un livret gratuit qui reprend les panneaux de l’exposition ainsi qu’un texte spirituel, de prière ou de méditation selon les religions. Enfin, huit éditions de l’émission Polychrome sur la radio RCF Alsace (adresse du site en bas de cette page) ont été consacrées à cette exposition.

Le mot « pèlerin » vient du latin « peregrinus » qui signifie « étranger, celui qui est d’un autre pays ».  Pourtant le pèlerinage semble être d’abord un cheminement avec soi-même.  Est-ce à dire que nous allons à la rencontre de celui que nous sommes et que d’une certaine manière nous sommes aussi un peu étranger à nous-même ? Est-ce que vous verriez le pèlerinage comme cela ?

Il y a plusieurs dimensions dans le pèlerinage. C’est un chemin entre un lieu de départ et un but. Nous quittons un lieu pour atteindre une destination et retrouver d’autres personnes. La démarche est souvent communautaire, la plupart des pèlerinages s’effectuant en groupe ou en communauté de croyants. Même dans le cas où le pèlerinage est accompli de manière plus individuelle – comme dans le cas du chemin de Saint-Jacques de Compostelle – le pèlerin rencontre sur sa route de nombreuses personnes qui cheminent comme lui, il n’est jamais totalement isolé. Dans tous les cas, le pèlerin effectue une démarche intérieure. Quand je disais « il y a un départ et une arrivée », cela concerne aussi la personne elle-même : on n’est pas le même avant et après un pèlerinage.  Le déplacement physique est toujours signe d’un déplacement intérieur.  Même les personnes qui ne peuvent pas marcher, lors d’un pèlerinage à Lourdes par exemple, vivent un déplacement intérieur très fort.

Etes-vous vous-même allé en pèlerinage ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Je n’ai pas fait de grands pèlerinages comme celui de Saint-Jacques de Compostelle mais il y a de nombreuses années j’ai animé, dans le cadre de revues religieuses, des croisières qui s’appelaient « Sur les pas de Saint-Paul » au cours desquelles il s’agissait d’aller sur les pas de l’apôtre Paul en Grèce, en Turquie, en Syrie, à Malte, en Terre Sainte, à Jérusalem.

Et puis, dans les paroisses où j’interviens, il y a toujours au moins une journée annuelle de pèlerinage avec les paroissiens (environ 200 personnes). On y vit tout ce qui s’attache à ces notions de parcours, de prière personnelle et de rencontres communautaires en allant vers un lieu où l’on découvre toujours quelque chose. Nous nous rendons dans des lieux de pèlerinages alsaciens : notre région compte de nombreux lieux de pèlerinages catholiques consacrés à la Vierge Marie comme le Mont Sainte-Odile, Marienthal, Thierenbach ou Notre-Dame du Chêne à Plobsheim qui est à moins de 15 kilomètres de Strasbourg et que l’on présente souvent comme le plus ancien lieu de pèlerinage marial même si cela tient plus de la tradition que de la vérité historique…

Et qu’est-ce que cela vous apporte à vous en tant que croyant, en tant qu’homme, de faire ces pèlerinages ? Encore une fois la rencontre ?

Oui, il y a la rencontre avec Dieu comme croyant, c’est un temps où l’on est seul avec soi-même et où l’on est convié à la prière. Et puis la rencontre de l’autre et pour un croyant, la rencontre de l’autre, c’est toujours aussi la rencontre avec Dieu car c’est dans le visage de l’autre que nous, chrétiens, nous reconnaissons Jésus Christ. C’est en rencontrant l’autre que nous rencontrons le Christ lui-même. Pour moi faire un pèlerinage avec d’autres personnes, c’est marcher ensemble et c’est aussi affronter la difficulté ensemble ; ainsi quand on gravit un chemin qui monte et que nous sommes obligés d’être attentifs les uns aux autres, que nous aidons ceux qui ont davantage de mal à avancer, que nous attendons les derniers, etc., il y une attention à l’autre qui s’établit.  Quand on « pèlerine » ensemble, on est forcé d’être toujours attentif à ce que fait l’autre.

Le dialogue interreligieux au sein duquel vous êtes très actif depuis de nombreuses années est à la source de ce Rendez-vous avec les Religions ; en tant qu’homme d’église, qu’est-ce que ce dialogue, cette rencontre avec d’autres croyances vous apporte et vous a apporté ?

Ce que cela apporte, c’est de se rendre compte que nous avons de nombreuses dimensions communes. En premier lieu, la conviction qu’il y a un Dieu, même si on l’appelle autrement, même si on va vers lui par des chemins différents. Pour aller plus loin dans le dialogue interreligieux, je pourrais même dire « une transcendance », « une force au-dessus de nous ». Cela nous conduit à vivre, dans chaque religion, une dimension spirituelle : nous essayons tous de vivre en faisant grandir ce qui est à l’intérieur de nous-même. Enfin, nous appelons tous à aimer les autres, même si cette exigence n’est pas toujours vécue comme nous le souhaitons. Chaque tradition religieuse peut aussi donner lieu au repli sur soi ou à des réflexes identitaires.

La véritable différence ne se situe pas forcément entre les croyants de différentes traditions mais, au sein de chaque religion, entre ceux qui sont convaincus de la nécessité de s’ouvrir à l’autre et ceux qui sont convaincus que leur manière de croire est le seul chemin possible vers Dieu. L’ennemi du dialogue interreligieux, c’est cela. Cela ne signifie pas que la pratique du dialogue interreligieux conduise à relativiser sa propre foi. Au contraire – pour en avoir souvent parlé avec des confrères catholiques engagés dans le dialogue interreligieux – plus on rencontre des personnes qui croient autrement que nous, plus on est conforté dans notre manière de croire. Je me sens fortement chrétien quand je parle avec des personnes d’autres traditions sans pour autant croire que ma religion est l’unique, sans croire que nous détenions la seule vérité, mais en me disant que je suis heureux du chemin qui est le mien. Et même au sein de la tradition chrétienne, si je parle avec un protestant ou un orthodoxe, je suis heureux d’être catholique sans me dire qu’eux-mêmes sont dans l’erreur. Je peux reconnaître qu’il y a des chemins différents tout en étant conforté dans ma propre manière de vivre la foi en Dieu. C’est cela qui est passionnant dans le dialogue interreligieux.

À partir du moment où l’on ne cherche pas à convertir l’autre, on est tout à fait prêt à recevoir ce qu’il a à dire. Ce qui ne veut pas dire que c’est toujours simple car il existe bien des sujets sur lesquels nous ne sommes pas d’accord mais quand on a décidé d’écouter l’autre, on peut justement parler de ces choses au sujet desquelles nous sommes en désaccord.

Nous allons terminer notre entretien sur un point que nous n’avons pas évoqué : ce sont les marches interreligieuses justement qui, pour plusieurs d’entre elles, ont eu comme point de départ le siège de la Région Grand Est. Ces marches interreligieuses, vous les présentez avec les pèlerinages, pourquoi ? Est-ce qu’il s’agissait là aussi d’une forme de pèlerinage ?

En tous les cas, ces marches avaient les dimensions du pèlerinage : marcher ensemble d’un endroit à un autre. Ces marches ont eu lieu, en général, lors de moments où nous étions tous très atteints par des évènements du monde qui étaient difficiles à vivre. Il nous semblait important de montrer d’une manière symbolique que les religions et leurs responsables n’étaient pas simplement capables de protester mais qu’ils pouvaient aussi avancer ensemble vers une plus grande fraternité entre les Hommes. Le départ s’est souvent fait à partir du Siège du Conseil Régional car c’est un endroit où nous nous sommes régulièrement réunis au sein du Comité interreligieux et nous avions pour but le Conseil de l’Europe parce que c’est un lieu emblématique de la construction de la paix.

Une dernière information ?

Oui, tous les bénévoles qui ont œuvré pour que ce rendez-vous soit une réussite vous proposent de devenir, l’espace de quelques demies-heures, un pèlerin et de les rejoindre en allant d’un lieu de culte à un autre du 6 au 11 septembre, de 18h à 18h30 ! N’hésitez pas à nous accompagner et à partager avec nous ce moment ! Voir programme : www.grandest.fr/dialogue-interreligieux/

Site RCF : https://rcf.fr/vie-spirituelle/polychrome?page=1

*Etienne Uberall est membre fondateur du Comité interreligieux auprès de la Région Grand Est qui regroupe huit traditions religieuses présentes sur son territoire et dont le but est de valoriser le dialogue interreligieux.

**Si vous souhaitez présenter cette exposition dans votre lieu de culte, merci d’envoyer un mail à cette adresse :

 

Délégation de compagnies régionales au Festival Off d’Avignon

Pour le retour de l’incontournable Festival Off d’Avignon, la Région Grand Est y a accompagné pas moins de 15 compagnies régionales du 7 au 31 juillet 2021.

Sept d’entre elles ont eu l’opportunité de se produire à La Caserne, tandis que les huit autres ont investi d’autres salles mythiques du festival.

Moment clé dans l’année pour la filière du spectacle vivant, le festival rassemble chaque année plus d’un millier de professionnels en quête de spectacles et des programmateurs, démultipliant en un seul lieu, les opportunités professionnelles des artistes pour les saisons et créations à venir.

En savoir plus 

Foire de Châlons-en-Champagne : Une semaine placée sous le signe de la bioéconomie

La Région Grand Est est au rendez-vous de la Foire de Châlons-en-Champagne inaugurée vendredi 3 septembre 2021 en présence de Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de Jean Rottner, Président de la Région Grand. Au programme : le « Made in Grand Est » et une semaine dédiée à la bioéconomie.

Un éventail de produits biosourcés made in Grand Est

La Région présentera, sur son stand, des produits biosourcés made in Grand Est, afin de faire comprendre au public ce qu’est la bioéconomie et faire découvrir comment la bioéconomie est déjà dans notre quotidien.

Savez-vous à partir de quelles plantes est produit le bioéthanol ? que l’industrie automobile utilise du chanvre pour ses tableaux de bord ? ou que votre crème contient des dérivés du bois ?
En effet, la bioéconomie répond aux besoins essentiels de tout être humain : se nourrir, se loger (matériaux de construction), se chauffer (bioénergies) et se déplacer (biocarburants) mais elle entre aussi dans les domaines de l’hygiène, de la cosmétique, des textiles, de la pharmacie ou encore des détergents.

La bioéconomie, c’est trouver des solutions alternatives et durables aux ressources fossiles, telles que le pétrole et le charbon. C’est aussi produire, transformer et valoriser les bioressources du territoire, qu’elles soient issues de l’agriculture, de la forêt, de la viticulture, des biodéchets ou encore des produits issus des activités économiques.

Les entreprises présentes sur le stand de la Région :

Alimentaire
Boissons
Droguerie
Cosmétiques
Textile
Plantes
Construction

Des conférences autour de la bioéconomie

Du 6 au 10 septembre : la Région proposera un programme de conférences, en lien avec les acteurs clés de la bioéconomie en Grand Est.

  • Lundi 6 septembre à l’espace Millésime du Capitole – 10h

La filière de la bioéconomie : des métiers et des formations d’avenir : InscriptionsTéléchargez le programme

  • Mardi 7 septembre à l’espace Millésime du Capitole – 10h

En partenariat avec Grand E-nov+ : Rendez-vous du 360 Grand Est : bioéconomie, territoires et numérique Inscriptions. Informations

  • Mercredi 8 septembre à l’espace Millésime du Capitole – 10h

Les fibres végétales, vers une chaîne de valeur locale et intégrée, source d’emplois sur le territoire : Inscriptions Téléchargez le programme

  • Jeudi 9 septembre à l’espace Millésime du Capitole – 10h

Les biocarburants, outils de transition énergétique de notre territoireInscriptionsTéléchargez le programme

  • Vendredi 10 septembre

A l’espace Millésime du Capitole – 10h : Le Grand Est, un leader des bio-intrants : InscriptionsTéléchargez le progarmme

A l’espace Feuillatte du Capitole – 15h : Un Homme, un jour : La bioéconomie, c’est aussi la biodiversité :  Inscriptions. En partenariat avec la CCI dans le cadre des conférences – Téléchargez le programme

Autres temps forts

Vendredi 3 septembre

  • A 10h30 Inauguration de la foire en présence Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de Jean Rottner, Président de la Région Grand
  • Signature de la convention cadre Valoriser Innover, Réunir pour l’agriculture du Grand Est (VIRAGE)

Mardi 7 septembre

  • Signature d’une convention entre l’Union Commerciale Industrielle et Artisanale (UCIA) et l’Agence de la transition écologique (ADEME) et la Région pour faire de la Foire une éco-manifestation labellisée

Les entreprises présentes sur le stand de la Région :

  • Alimentaire

Boehli
Charbonneaux-Brabant
CDHV, votre Confiserie des Hautes Vosges
Confiserie Stanislas
Contal Farmer
Alpro
Ferme de Fontenay
Fossier
Lincet
Melfor
Heimburger
Les Nominettes
Parthiot et fils
Sodine
Thaas chips
Cristal union

  • Boissons

Champagne Nicolas Feuillatte
ETS – Guillet Frères
Heineken
Kronenbourg

  • Droguerie

Carbonex
La Chanvrière
Nealia
Symbiose
Inbo
Cristal union

  • Cosmétiques

Mosell’ane
Bulles de vignes
Savonnerie Art n’O

  • Textile

Daodavy
Emanuel Lang

  • Plantes

Rhizosfer

  • Construction

Soprema groupe
Pavatex france
Peinture Chagneau
La Chanvrière
Enduiest
Parex Lanko

La jeunesse : une force pour le Grand Est et un atout majeur pour son avenir

Aujourd’hui jeudi 12 août, la Région célèbre la journée internationale de la Jeunesse !

Avec près d’1 million de jeunes dans le Grand Est, les 15-29 ans représentent 18% de sa population (contre 8,6% en France métropolitaine).

📅 Parce qu’être proche de ses jeunes, c’est les accompagner à chaque étape et leur donner les clés pour réussir, la Région a mis en place des dispositifs pour les lycéens, les étudiants, les apprentis, les demandeurs d’emploi et les salariés.

 Dernière ligne droite avant la rentrée… retrouvez une petite to-do-list pour ne rien oublier et vous rappeler que la Région est à vos côtés  :

✔️ Trouver une solution personnalisée pour vous loger grâce à la plateforme Loj’Toit la plus proche de chez vous
✔️ Profiter de bons plans en vous inscrivant sur Jeun’Est ou sur l’appli :

  • jusqu’à 60 euros d’avantages :
    • 10 euros pour une licence sportive
    • 10 euros pour tout achat de 15 euros de livre loisir
    • 5 places de cinéma à 1 euro (40 000 places de ciné à 1 euro jusqu’au 31 mai 2022)
    • 4 x 5 euros pour aller voir des spectacles

✔️ Apprendre gratuitement une langue en vous connectant à Do you speak Jeun’Est

✔️ Pour les lycéens, tout savoir sur les lycées 4.0

✔️ Prendre l’abonnement TER Fluo Grand Est adapté à vos besoins fluo.eu

✔️ et plein de dispositifs mis en place par la Région pour s’orienter, s’engager, entreprendre et bouger

 

Restez connectés, plein de nouveautés vous attendent à la rentrée !🌱

En attendant, n’oubliez pas de profiter de votre place à 1 € pour profiter des festivals et jusqu’au 5 septembre, vivez un été spectaculaire dans le Grand Est avec la programmation Les Estivales .

 

Une offre TER Fluo Grand Est adaptée à chacun

  • Les petits prix TER : 3 euros, 5 euros ou 10 euros (en fonction de la distance), tous les jours, sur toutes les destinations, dans tous les TER. Le nombre de billet par jour est contingenté. Le billet est conditionné à un trajet précis à un horaire donné (non échangeable et non remboursable)
  • Carte occasionnelle PRIMO : pour les – de 26 ans, carte valable 1 an, à 15 euros. -50% de réduction sur tous les déplacements TER en semaine, et -70% de réduction les week-ends
  • Carte occasionnelle PRESTO : pour les + de 26 ans, carte valable 1 an, à 20 euros. -30% de réduction sur tous les déplacements TER en semaine, et -70% de réduction les week-ends + 3 accompagnants
  • Abonnement annuels PRIMO (-de 26 ans) et PRESTO (+de26 ans) : nombre de déplacements illimités sur un trajet donné et rentabilisé dès 5 déplacements par mois

Visitez l’exposition « Cerfav : la fabrique des verriers » au siège de la Région

L’exposition « Cerfav : la fabrique des verriers » est présentée au siège de la Région à Strasbourg, dans l’espace Exposition, vous pourrez y découvrir une sélection de 23 projets de diplôme de la formation créateur verrier du Cerfav.

Le Cerfav, Centre européen de recherches et de formation aux arts verriers, créé en 1991 à Vannes-le-Châtel, est devenu depuis la référence en matière de formation professionnelle et de développement des arts verriers. La formation de créateur verrier, dont sont issues les œuvres, atteste d’un haut niveau de conception technique et de qualités d’expression artistique.

Les exposants

Lucie Balança, Marine Blot, Soline Boury-Wallet, Antonio Cos, Juliette Coupaye, Louis Delaire, Clémence Desbois, Charles Forzinetti, Isis Gondouin, Léonie Harnois, Claire Malicorne, Axelle Mary, Adèle Merlin, Thomas Parmentier, Adélie Payen, Philomène Roulleau-Thery, Antoine Titière, Léopold Verreman.

A découvrir jusqu’au 1er septembre 2021, au siège de la Région à Strasbourg, 1 place Adrien Zeller.

Horaires d’ouverture :

Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30

 

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile