2éme édition des rendez-vous de l’engagement

Envie d’échanger sur les questions d’engagement, de citoyenneté, d’égalité femmes hommes, d’enjeux climatiques, d’entreprenariat, etc ?

Les Rendez-Vous de l’Engagement reviennent pour une seconde édition les 13 et 14 novembre 2021 à La Souris Verte à Épinal !

Cet évènement régional propose à 200 jeunes de 18 à 29 ans (volontaires, bénévoles, porteurs de projets, futurs engagés, etc.) de participer à des ateliers, d’échanger avec des personnalités inspirantes, de profiter de l’accompagnement de professionnels et d’assister à un concert privé de l’artiste Georgio.

Il reste encore quelques places !

 

Pour s’inscrire c’est ici

Voir le programme complet

Une question ? Contactez

Rencontre transfrontalière autour des technologies immersives dans les musées et sites patrimoniaux

Ce mardi 19 octobre 2021, faisant suite au Knowledge Immersive Forum ayant pris place entre le 1er et le 4 septembre dernier, la Région Grand Est a organisé, dans le cadre de la Présidence française de la Grande Région 2021-2022, une rencontre professionnelle à l’Arsenal de Metz.

Environ 25 porteurs de projets immersifs et responsables de musées et lieux du territoire de la Grand Région se sont réunis pour échanger au sujet des technologies immersives et de leurs potentielles applications au sein des musées et des sites patrimoniaux.

Au moyen d’études de cas précises, les porteurs de projets ont pu présenter l’offre de contenus immersifs développés pour les lieux de transmission de la culture et du savoir ainsi que les outils et partenaires nécessaires à leur mise en œuvre.

 

Forum Entreprendre dans la Culture : la Région Grand Est au soutien de l’activité transfrontalière des acteurs culturels

Les 4 et 5 octobre derniers s’est tenu à Nancy la 4e édition du Forum Entreprendre dans la culture, rassemblement annuel incontournable professionnels du secteur culturel du Grand Est.

Co-organisé par l’Agence Culturelle du Grand Est et la DRAC Grand Est en collaboration avec la Région Grand Est, la Ville de Nancy l’Autre Canal et l’Octroi Nancy, cet évènement du ministère de la Culture a été l’occasion de rencontres et de réflexions partagées autour « des idées et des réseaux » pour les acteurs culturels de la région.

Micro-conférences, tables-rondes et rendez-vous avec des experts se sont succédés durant deux jours pour échanger au sujet des actualités culturelles régionales mais aussi pour établir des liens entre acteurs culturels et partenaires de l’accompagnement dans les domaines de la création et de la diffusion.

La Région Grand Est est intervenue, entre autres, pour exposer ses actions en faveur de l’activité transfrontalière des entrepreneurs culturels régionaux. Le projet transfrontalier CinEuro et ou encore la nouvelle génération de financements européens ouverts au soutien de la culture ont notamment été présentés.

Des rendez-vous experts autour des financements européens étaient également proposés aux participants.

 

Rencontre transfrontalière : la mobilité des professionnels des musiques actuelles dans le contexte transfrontalier

Du 2 au 16 octobre 2021 se tenait le Nancy Jazz Pulsation, festival phare des musiques actuelles en Grand Est. Dans le cadre de la Présidence française de la Grande Région 2021-2022, la Région Grand Est et GRABUGE, le réseau des musiques actuelles du Grand Est, ont organisé le vendredi 8 octobre une rencontre transfrontalière à destination des professionnels des musiques actuelles.

Tenue à l’Autre Canal (Nancy) et regroupant une quarantaine de participants, celle-ci a permis un dialogue autour des problématiques se posant aux acteurs des musiques actuelles souhaitant opérer dans un contexte transfrontalier et des défis à relever.

Ont notamment fait l’objet d’une présentation les nombreux outils mis à disposition des professionnels dans l’espace de la Grand Région pour faciliter la mobilité des œuvres et des artistes entre les territoires frontaliers, tel que le programme ERASMUS+ ou les différentes ressources en ligne.

Un cocktail au Magic Mirrors, moment d’échange privilégié entre professionnels, est venu clôturer cette rencontre.

 

Do you speak Jeun’Est ?

Besoin de muscler ses compétences en langues étrangères ? Depuis cette année, les 15-29 ans du Grand Est ayant un compte Jeun’Est, peuvent bénéficier d’un accès à la plateforme Do you speak Jeun’Est. Facile et ludique, cette plateforme propose plus de 1500 contenus en version originale adaptés aux niveaux des jeunes et à leurs centres d’intérêt.

C’est quoi ?

Do you speak Jeun’Est, une plateforme gratuite de la Région Grand Est, pour un usage quotidien et professionnel, avec :

  • 6 langues au choix : Anglais, Allemand, Espagnol, Portugais, Chinois et Français
  • Un apprentissage des langues à partir de contenus authentiques (extraits de films et de séries TV, clips musicaux, journaux télévisés ou documentaires)
  • Des milliers de contenus en VO adaptés à chaque niveau de maîtrise de la langue
  • Des tests de niveau pour évaluer ses compétences en moins de 20 minutes (possibilité d’éditer un certificat)

Pour qui ?

En priorité aux jeunes de 15-29 ans de la Région Grand Est.

  • Quel que soit le statut (lycéen, étudiant, apprenti, demandeur d’emploi, salarié, etc.)
  • L’inscription est gratuite et nécessite simplement la création préalable d’un compte sur Jeun’Est.

Comment ?

J’ai entre 15 et 29 ans, je réside en Grand Est:

  • Je m’inscris sur le site Jeunest.fr
  • Avec mes identifiants Jeun’Est, je me connecte sur Do you speak Jeun’Est !
  • Je n’ai pas encore de compte, je m’inscris

En savoir plus sur Do you speak Jeun’Est ?

 

 

Fibre en Grand Est : reprise des réunions publiques

La crise sanitaire et les confinements successifs n’ont pas interrompu la construction du réseau fibre optique sur tout le territoire. Les ouvertures commerciales se poursuivent à un rythme régulier et la Région Grand Est, Losange et Rosace organisent à nouveau des réunions publiques d’information, en partenariat avec les communes concernées.

Calendrier des réunions :

Rosace

Réunions publiques

  • Lundi 18/10 à 19h, salle polyvalente d’Ittenheim (67), pour les communes de Furdenheim, Handschuheim, Hurtigheim, Ittenheim, Quatzenheim
  • Mercredi 20/10 à 18h30, salle polyvalente de Bischoffsheim (67) pour les communes de Bischoffsheim et Grandelbruch
    Lundi 25/10 à 18h30, salle polyvalente de Bernwiller (68) pour la commune nouvelle de Bernwille Ammertzwiller

Permanences du bus de la fibre

  • Mercredi 20/10 de 14h à 17h, à Dannemarie (68), place de l’Hôtel de Ville
  • Mardi 26/10 de 9h à 12h, à Hoerdt (67), place du Marché
  • Mardi 26/10 de 13h45 à 16h45, à Brumath (67), Cour du Château /Mairie
  • Mercredi 27/10 de 9h15 à 12h15, à Niederhaslach (67), Place de l‘Église

Losange

Réunions publiques

  • 16 novembre à 18h30 à CHÂTEL-SUR-MOSELLE (Vosges) – Salle polyvalente Avenue du 13ème Bataillon du Génie. Pour les communes de Brantigny, Châtel-sur-Moselle, Florémont, Rugney Ubexy (Communauté d’agglomération d’Epinal)
  • 18 novembre à 18h30 à XONRUPT-LONGEMER (Vosges) – Salle polyvalente Place du 22 octobre 1919. Pour les communes de Gérardmer, Xonrupt-Longemer (Communauté de communes des Hautes-Vosges)
  • 23 novembre à 18h30 à SAINT-PARRES-LES-VAUDES (Aube) – Salle polyvalente Rue Sainte-Catherine. Pour les communes de :
    – Bouilly, Cormost, La Vendue-Mignot, Les Bordes-Aumont, Montceaux-lès-Vaudes, Villy-le-Bois (Troyes Champagne Métropole)
    – Jully-sur-Sarce, Vaudes, Villemorien (Communauté de communes du Barséquanais en Champagne)
    – Chamoy, Saint-Phal (Communauté de communes du Chaourçois et du Val d’Armance)
  • 25 novembre à 18h30 à CHAMPSEVRAINE (Haute-Marne) – Salle Lacordaire Rue Geneviève Cornubert (Bussières). Pour les communes de :
    – Belmont, Celsoy, Champsevraine, Grenant, Saint-Vallier-sur-Marne (Communauté de communes des Savoir-Faire)
    – Chatenay-Macheron, Chatenay-Vaudin, Lecey, Saint-Maurice (Communauté de communes du Grand Langres)
  • 29 novembre à 18h30 à MONTIGNY-SUR-CHIERS (Meurthe-et-Moselle) – Salle polyvalente Le Préau. Pour les communes de Allondrelle-la-Malmaison, Baslieux, Boismont, Doncourt-lès-Longuyon, Montigny-sur-Chiers, Viviers-sur-Chiers (Communauté de communes Terre Lorraine du Longyuonnais)
  • 30 novembre à18h30 à ROCROI (Ardennes) – Salle Nevers 4 rue de Nevers. Pour les communes de Bogny-sur-Meuse, Neuville-lès-This, Rocroi, Sevigny-la-Forêt, Taillette, This (Communauté de communes Vallées et Plateau d’Ardenne)

Permanences du truck fibre

  • 17 novembre de 9h à 12h30 à MONTFAUCON-D’ARGONNE (Meuse) – 1 place Pershing
    En particulier les communes de :
    – Béthelainville, Béthincourt, Chattancourt, Montzéville (Grand Verdun Agglomération)
    – Cuisy, Dombasle-en-A., Esnes-en-A., Forges-sur-Meuse, Jouy-en-A., Malancourt, Montfaucon-d’A., Récicourt, Septsarges (Communauté de communes Argonne-Meuse)
  • 17 novembre de 14h à 17h30 à CLERMONT-EN-ARGONNE (Meuse) – Place de la Mairie
    En particulier les communes de :
    – Aubréville, Brabant-en-A., Brocourt-en-A., Clermont-en-A., Froidos, Futeau, Lachalade, Le Claon, Le Neufour, Les Islettes, Neuvilly-en-A., Rarecourt (Communauté de communes Argonne-Meuse)
    – Julvécourt, Ville-sur-Cousances (Communauté de communes Val de Meuse – Voie Sacrée)
  • 18 novembre de 10h à 15h à STENAY (Meuse) – Place de la République (kiosque)
    En particulier les communes de Autreville-Saint-Lambert, Baâlon, Beauclair, Beaufort-en-A., Brouennes, Cesse, Cesse, Halles-sous-les-Côtes, Inor, Lamouilly, Laneuville-sur-Meuse, Luzy-Saint-Martin, Martincourt-sur-Meuse, Montigny-devant-Sassey, Moulins-Saint-Hubert, Nepvant, Olizy-sur-Chiers, Pouilly-sur-Meuse, Saulmory-Villefranche, Stenay, Wiseppe (Communauté de communes du Pays de Stenay et du Val Dunois)
  • 23 novembre de 12h à 17h à LES RICEYS (Aube) – Place des Héros de la Résistance (Ricey Haut)
    En particulier les communes de Balnot-sur-Laignes, Buxeuil, Chappes, Gye-sur-Sein, Les Riceys, Neuville-sur-Seine, Polisot, Polisy (Communauté de communes du Barséquanais en Champagne)
  • 24 novembre de 10h à 16h à AIX-EN-OTHE (Aube)
    En particulier les communes de Aix-Villemaure-Palis, Nogent-en-Othe, Paisy-Cosdon, Rigny-le-Ferron, Saint-Benoist-sur-Vanne, Saint-Mards-en-Othe, Villemoiron-en-Othe, Vulaines (Communauté de communes du Pays-d’Othe)
  • 25 novembre de 10h à 15h à LA PORTE DU DER (Haute-Marne) – Hôtel de Ville (Montier-en-Der)
    En particulier les communes de
    – Ceffonds, Frampas, La Porte-du-Der, Laneuville-à-Rémy, Planrupt, Rives-Dervoises, Sommevoire, Thilleux, Voillecomte (Communauté d’agglomération Saint-Dizier Der et Blaise)
    – Cirey-sur-Blaise, Mertrud (Communauté de communes du Bassin de Joinville en Champagne)
  • 30 novembre de 9h à 12h30 à ANOULD (Vosges) – Parking de La Poste Rue de Saint-Dié
    En particulier les communes de Anould, Barbey-Seroux (Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges)
  • 30 novembre de 14h à 17h à BELVAL (Vosges) – Parking de Mairie
    En particulier les communes de Belval, Grandrupt, Le Mont, Le Puid, Le Saulcy, Le Vermont, Saint-Stail (Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges)

En savoir plus sur la fibre en Grand Est

Davantage de formations et d’emplois pour 2022 !

Parce qu’elle souhaite lever les obstacles et offrir un futur meilleur, parce qu’elle est en connexion permanente avec les entreprises qui recrutent, parce qu’elle croit en sa jeunesse, c’est sur la formation que la Région mise en 2022 avec de nouveaux programmes et dispositifs votés à l’occasion de la Commission permanente du 15 octobre 2021, pour plus de 80 millions d’euros.

Un programme régional ambitieux

Près de 24 000 places de formation supplémentaires seront disponibles dans les prochains mois sur tout le territoire et 1 000 actions en lien bientôt proposées.

Les métiers sont identifiés dans le Grand Est grâce au recueil des demandes et des besoins des entreprises : dans l’Industrie du Futur, la transition écologique et énergétique, le Bâtiment et les Travaux publics, les transports, l’agriculture, la logistique ou encore les soins et la santé, ce sont autant de secteurs et d’emplois porteurs, sources de vocations.

Le renouvellement de la majorité des actions du Programme régional de formation (PRF) va permettre de déployer une approche par compétences, de moduler l’offre de formation, de généraliser la formation à distance et d’individualiser les parcours.

Ce sont 37 % des actions qui seront destinées au public du Plan régional d’investissement dans les compétences (PRIC) , c’est-à-dire aux personnes en recherche d’emploi disposant d’un niveau de qualification inférieur au niveau bac, et 36 % des actions qui seront soumises dans les filières impactées par les transitions environnementale et numérique

… soutenu par des formations sur mesure

La Région propose des formations sur mesure et répond ainsi aux besoins en compétences récurrents. L’offre est adaptée aux impératifs conjoncturels des territoires : les formations sont mises en œuvre par les Maisons de Région et déployées en proximité avec les partenaires locaux. A ce titre, la Région prévoit une enveloppe de 254 357 euros pour développer quatre nouvelles actions en faveur de 88 demandeurs d’emploi.

Promouvoir et faire connaître les métiers, les formations, l’emploi en Grand Est

La Région soutient des actions d’information, de promotion et de meilleure connaissance des métiers, des formations et de l’emploi : pour que chacun ait accès à des renseignements gratuits, complets et puisse trouver sa voie. Elle débloque 715 340 euros pour mener à bien 32 actions territoriales et sectorielles de promotion des métiers et d’informations sur les formations postbac. Une bonne façon de valoriser les métiers en tension et les secteurs d’activité en besoin de recrutement sur l’ensemble du territoire.

Elle met également en œuvre un programme de professionnalisation des acteurs de l’orientation, de la formation et de l’insertion . Une trentaine de propositions de formation sont structurées autour de trois axes : les enjeux de l’animation et de l’accompagnement, ceux de la formation à distance, et la sensibilisation à la maîtrise des outils numériques. L’engouement constaté pour cette action (plus de 3 500 professionnels en 2021) incite la Région à la faire perdurer pour un montant de 230 000 euros.

De nouveaux marchés pour poursuivre les actions de formation

La Collectivité accompagne la création-reprise d’entreprises via la mise en œuvre de formations adaptées. Cette action permet de financer environ 1 000 parcours de formation. Fortement sollicitées en cette période post-Covid, ces formations sont amenées à être reconduites pour 2022, pour un montant de 1 million d’euros.

300 000 euros sont aussi alloués à la gestion et au fonctionnement du Centre de compétences régional du composite (CCRC) qui développe des formations professionnelles suite à l’installation du groupe Safran-Albany à Commercy (55).

Protéger l’environnement en Grand Est

Le Grand Est est depuis janvier 2021 la première Région de France à s’être lancée dans une démarche complète d’analyse de l’impact environnemental de ses politiques publiques. Appelée temporairement « Budget Vert », cette démarche d’évaluation Climat sera complétée à terme d’une évaluation de l’impact sur la biodiversité.

Elle se traduit par des actions concrètes telles que le plan lycées verts, la promotion des énergies renouvelables, la préservation de l’eau ou encore la reconstitution de la biodiversité. Côté mobilités, la Région est aussi pleinement engagée dans la transition énergétique, avec l’acquisition des premières rames à hydrogène en mars dernier. Les trains H2, 100 % propres, circuleront dès 2026 en Grand Est.

Le plan lycées verts

Il accompagne les lycées dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments. Son objectif : une réduction de 40 % de leur consommation d’énergie d’ici à 2030 et une augmentation de 50 % de la production d’énergies renouvelables. Sur la période 2021-2023, la Région y consacrera 60 millions d’euros. Actuellement, 124 lycées sont à l’étude pour bénéficier de travaux d’amélioration de leur efficacité énergétique et 44 établissements pour des projets relatifs à la performance thermique de leurs bâtiments. Parmi eux, le lycée Jean Lurçat à Bruyères (88) bénéficie d’une aide de la Région à hauteur de 676 400 euros pour l’isolation et la rénovation thermique de la demi-pension.

Des bâtiments économes en énergie

Le programme Climaxion déployé par la Région avec l’ADEME s’empare du défi de diminuer les consommations énergétiques et réduire les émissions de gaz à effet de serre au sein du patrimoine bâti.
Près de 45 % des logements français sont de classe E, F ou G (source : Ministère de la Transition écologique), et sont à l’origine d’une situation de vulnérabilité énergétique pour les ménages les plus modestes. Face à ce constat, et pour rendre accessible à tous une habitation saine, confortable et économe en énergie, la Région a mis en place plusieurs dispositifs parmi lesquels :

  • L’aide à la rénovation basse consommation
  • La promotion des énergies renouvelables (bois-énergie, géothermie, photovoltaïque, méthanisation, solaire thermique)
  • Le Service d’accompagnement à la rénovation énergétique (SARE)

Au total, plus de 2,1 millions d’euros ont été votés à l’occasion de la Commission permanente du 15 octobre 2021 pour accompagner 58 projets sur tout le Grand Est.

L’eau, une valeur commune à toutes les politiques régionales

La démarche « l’eau, une valeur commune à toutes les politiques régionales », engage à préserver l’eau, une richesse exceptionnelle présente partout dans notre quotidien, notamment à travers ces deux actions :

Prévenir et gérer les inondations

En Grand Est, plus de 500 000 personnes résident en zone inondable. Pour prévenir le risque de crues et d’inondations, la Région encourage les porteurs de projets locaux à mieux se protéger. Deux programmes font notamment l’objet d’un soutien de la Région. Près de 160 000 euros sont prévus pour :

  • La lutte contre les inondations du ruisseau Saint-Pierre, à Peltre et à Mécleuves, en Moselle
  • Les études préalables aux travaux d’augmentation de capacité de l’ouvrage de Longueil-Sainte-Marie au titre du Programme d’actions pour la prévention des inondations d’intention de la vallée de l’Oise.

Anticiper le manque d’eau

Dans le cadre de l’appel à projets « Changement climatique et impact sur les ressources en eau et les milieux naturels : anticiper le manque d’eau », la Région soutient 14 actions pour un montant total de plus de 771 000 euros.
Destiné aux territoires et aux acteurs économiques et associatifs, ce dispositif valorise des projets pilotes pour :

  • La préservation des ressources grâce à la limitation des prélèvements
  • La restauration des milieux naturels pour atténuer les impacts du changement climatique
  • La sécurisation des territoires aux ressources en eau insuffisantes.

Parmi les actions soutenues, on peut citer :

  • La mise en place d’un traitement innovant pour lutter contre les cyanobactéries au lac Vert de Mittersheim (57)
  • La rénovation d’un bassin de rétention d’eau pour un système d’irrigation de pépinières à Remiremont (88)
  • La création d’un réseau d’irrigation commun à deux exploitations agricoles à Bessy (10)
  • La récupération d’eaux pluviales pour des jardins partagés à Nancy (54)
  • L’usage de l’agroforesterie (plantation d’arbres et arbustes) sur des parcelles de vignes pour améliorer la qualité du sol à Bestheim (68)
  • L’infiltration des eaux pluviales à Freyming-Merlebach
  • Etc.

« Entreprises du Grand Est : devenez acteurs de la biodiversité »

Début 2021, la Région lançait l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Entreprises du Grand Est : devenez acteurs de la biodiversité » afin d’inciter les entreprises à s’impliquer davantage dans une démarche de transition écologique. L’objectif est de favoriser l’émergence d’actions structurées en s’appuyant sur les associations compétentes du territoire, et de permettre aux entreprises de disposer des équipements nécessaires et adaptés à la réalisation de leurs projets : renaturation et diversification végétale de leurs bâtiments, élaboration de l’empreinte biodiversité, sensibilisation des salariés avec l’appui de structures d’éducation à l’environnement, etc. La première session de cet AMI permet de soutenir 16 entreprises, avec une aide régionale totale de plus de 644 500 euros.

La Collectivité régionale, soucieuse des conséquences du changement climatique, se mobilise pour préserver une activité économique la plus vertueuse possible et développer une cohésion territoriale empreinte d’une vraie responsabilité écologique.

Grande Région et Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes : rencontres transfrontalières autour de la marionnette et du théâtre d’objet

Temps fort du spectacle vivant dans le Grand Est, l’édition 2021 du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes à Charleville-Mézières, le plus grand rassemblement de marionnettistes au monde, était l’occasion de plusieurs temps d’échanges transfrontaliers.

Dans le cadre de la Présidence française de la Grande Région 2021-2022, plus d’une soixantaine de professionnels du domaine de la marionnette et du théâtre d’objets ont ainsi été réunis lors des rencontres professionnelles du  18 septembre 2021.

Des responsables de lieux et festivals français, allemands, belges, luxembourgeois et suisses ont échangés autour de la mobilité des artistes et de la diffusion des spectacles au sein de l’espace transfrontalier. Le Focus Marionnettes a par ailleurs permis aux compagnies du Grand Est de présenter leurs dernières créations aux responsables de salles et de festivals présent.

 

 

 

Oui au train partout et pour tous !

Dynamiser le ferroviaire et faciliter les déplacements des 185 000 habitants qui utilisent quotidiennement le train, telle est l’ambition de la Région Grand Est. Un enjeu de taille puisque 54 % de la population du Grand Est vit à moins de 5 km d’une des 120 principales gares du réseau. Il s’agit alors de faire en sorte que chacun puisse, selon sa situation, bénéficier d’une offre de transport performante et adaptée. Un mot d’ordre : des trains partout et pour tous !

Un quotidien facilité grâce à des offres réadaptées et mieux équilibrées

Mi-décembre 2021 – janvier 2022 :

Ligne Épinal-Saint-Dié-Schirmeck-Molsheim-Strasbourg bientôt rouverte avec une amélioration de 81 % de l’offre sur la ligne !

L’investissement de la Région pour sauver les petites lignes ferroviaires porte ses fruits : les circulations sur cette ligne pourront reprendre. Une grille horaire étoffée pour une véritable connexion, avec entre autres :

  • 7 allers-retours quotidiens en semaine entre Épinal et Strasbourg
  • 3 allers-retours supplémentaires entre Épinal et Saint-Dié-des-Vosges

Pour un service dynamique, l’offre routière entre Épinal, Bruyères et Saint-Dié est maintenue et coordonnée aux horaires TER.

Une offre TER renforcée sur les principales lignes du réseau

La Région renforce l’offre sur les lignes structurantes du réseau avec plus de trains en journée et le week-end.
Son objectif , une desserte continue à l’heure ou à la demi-heure, avec par exemple

  • 5 trains supplémentaires par jour circuleront en semaine sur la ligne Nancy-Épinal
  • 29 trains supplémentaires le samedi sur la ligne Strasbourg-Mulhouse-Bâle
  • 6 trains en plus le samedi sur la ligne Paris-Troyes

Encore plus de trains sur la ligne Charleville-Givet

Ce sont 20 trains supplémentaires :

  • 3 trains ajoutés en semaine (passage de 30 à 33 trains/jour)
  • 2 trains le samedi (14 à 16 trains/jour)
  • 3 trains le dimanche (11 à 14 trains/jour)

Mais aussi une offre cadencée à l’heure toute la journée en semaine, avec un renfort à la demi-heure lors des heures de pointe (vers Charleville) et un cadencement toutes les 2 heures le week-end.

Une offre « haute saison » sera également mise en place pour encourager les pratiques touristiques : des dessertes supplémentaires le week-end en juillet et août dès l’été 2022.

Horizon 2023 :

Le territoire alsacien davantage accessible avec la mise en service de la 4e voie d’accès à la gare de Strasbourg depuis Vendenheim :

Une 4e voie qui permet d’augmenter l’offre de 55 % sur la ligne Strasbourg-Haguenau, de 60 % sur Strasbourg-Saverne, de 35 % sur Strasbourg-Molsheim ou encore de 65 % sur la ligne Strasbourg-Sélestat.

Une fréquence des trains plus importante, continue et tout au long de la journée ; une cadence à la demi-heure entre 5 h et 22 h et une amplitude de service étendue le soir.

À partir de 2024 :

Création d’un véritable RER entre Metz et le Luxembourg : une première étape décisive

La capacité de transport de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg sera fortement augmentée, passant ainsi de 9 000 places assises/heure en pointe à plus de 13 000 (+44 %).
Une première étape franchie grâce à :

  • l’allongement des quais dans plusieurs gares qui permet d’utiliser des rames plus longues
  • l’acquisition de 16 rames équipées aux normes ERTMS auprès de la Région Normandie
  • la construction, à Montigny-lès-Metz, d’un centre de maintenance dédié à l’entretien du matériel de la ligne

La seconde étape, à horizon 2028-2030, permettra d’augmenter la fréquence de circulation durant les heures de pointe et de proposer aux usagers une offre comparable à celle d’un RER. Un train toutes les 10 minutes entre Metz et le Luxembourg. Un train toutes les 7 min 30 s entre Thionville et le Luxembourg.

Faciliter la mobilité transfrontalière : plus de liaisons franco-allemandes

L’offre frontalière sera considérablement améliorée grâce à l’appel d’offres transfrontalier en cours entre la Région et les trois Länder allemands. Sept lignes concernées : Strasbourg-Offenburg, Strasbourg-Lauterbourg-Karlsruhe, Strasbourg-Haguenau-Wissembourg-Neustadt, Strasbourg-Mommenheim-Sarreguemines-Sarrebruck, Metz-Forbach-Sarrebruck, Metz-Thionville-Trèves, Mulhouse-Müllheim.

La ligne Nancy-Contrexéville : un retour attendu !

Grâce à la réouverture de la ligne entre Pont-Saint-Vincent et Contrexéville, 12 allers-retours par jour seront proposés en semaine, avec un temps de parcours compétitif d’une heure environ entre Nancy et Vittel. Cette offre complétera les dessertes périurbaines routières proposées sur ce tronçon.

Nouveautés sur le réseau Fluo Grand Est en 2022

Une carte de réduction unique, plus simple, plus lisible et moins chère

La Région Grand Est simplifie le système de fidélisation de ses usagers avec la mise en place d’une carte unique de réduction pour tous, valable partout, tout le temps. À compter du 1er mars 2022, elle offrira une réduction de 50 % sur l’ensemble des trajets réalisés sur le réseau TER Fluo Grand Est.
Nouveau prix de 20 euros, au lieu de 30 euros actuellement. Prévente à compter du 15 février (à 15 euros).
Pour les week-ends « loisirs », le titulaire de la carte pourra faire bénéficier la personne l’accompagnant de la même réduction de 50 %.

La carte à 1 euro pour les jeunes (- de 26 ans) : encourageons la mobilité !

Cette carte unique de réduction, plus avantageuse, remplacera les cartes et tarifs existants suivants :

  • Les cartes Primo (-26 ans) et Presto (tout public), à partir du 1er mars 2022.
    Les cartes ayant une date de validité allant au-delà du 1er mars 2022 pourront conserver les avantages Primo/Presto jusqu’à leur expiration. Des mesures de bascule seront mises en place pour les clients qui souhaitent bénéficier de la nouvelle carte.
  • Les tarifs Découverte 12-25 ans, Mini groupe et Carnet de billets seront supprimés à partir du 1er janvier 2022.

De nouveaux avantages pour les abonnés

Aujourd’hui limités à une origine/destination, les abonnements annuels TER Fluo (à paiement mensualisé) ainsi que les abonnements Primo scolaires pourront bénéficier automatiquement d’une réduction de 50 % sur l’ensemble des trajets hors abonnements réalisés sur le réseau Fluo.

Ces avantages seront mis en place dès le lancement de la carte unique, le 1er mars 2022 pour les abonnements annuels, à la rentrée de septembre pour les Primo scolaires.

Un abonnement spécial « télétravail », avantageux et soumis à la « prime employeur »

À la suite de la crise sanitaire, la Région a souhaité accompagner au plus près les télétravailleurs occasionnels en créant un abonnement spécifique « télétravail » à la semaine. Valable du lundi au vendredi, moins cher que l’abonnement hebdomadaire actuel (10 % de réduction), il est rentable dès 1 aller-retour par semaine et soumis à la « prime employeur » (50 % du coût de l’abonnement pris en charge par l’employeur).

Offrir à ses usagers un service de transport de meilleure qualité, renforcé et adapté

La Région s’implique dans de nombreux chantiers pour que la vie quotidienne des habitants soit facilitée au maximum. Pour que demain, prendre le train soit davantage un réflexe plutôt que d’avoir recours à son véhicule personnel. Pour honorer son engagement, les tarifs — inchangés depuis le 1er juillet 2019 — sont réajustés pour permettre le maintien d’un haut niveau de service et le financement de l’ensemble des développements ferroviaires à venir.

 

Desserte TGV en Grand Est : la Région décroche une augmentation de l’offre en 2022

Jean Rottner a rencontré Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF. Il s’est longuement entretenu avec lui de la baisse de certaines dessertes et du risque de dégradation de l’offre TGV en Grand Est à la suite de la crise sanitaire et des confinements successifs.

Dans la continuité de l’action menée avec les Collectivités concernées, plusieurs projets sont en cours d’étude à hauteur de plusieurs allers-retours quotidiens. A court terme, ces avancées seront décisives pour la desserte du territoire et notamment de la Lorraine et de Nancy :

  • Dès janvier 2022, l’offre de transport se rehaussera à 90 % de la situation avant la crise.
  • 9 allers-retours seront proposés sur la ligne Nancy-Paris, au lieu de 7,5 à ce jour.
  • La desserte TGV au service annuel 2022 sera renforcée par rapport à la situation actuelle, avec notamment : + 1 aller-retour quotidien sur l’axe Strasbourg-Paris, + 2 allers-retours sur l’axe Nancy/Vosges-Paris, et + 2,5 allers-retours sur l’axe Paris-Metz/Luxembourg.

Un objectif de maîtrise des coûts en faveur de nos concitoyens est également recherché : depuis juin, l’accès à une nouvelle gamme tarifaire plus avantageuse, y compris pour les départs en last minute, est proposée. SNCF a mis en place une carte annuelle « Avantage » à 49€, permettant de voyager à prix plafonnés : 39€, 59€ et 79€ en fonction du temps de parcours.

Enfin, en complément de l’offre TGV, une réouverture vers le Sud sur la ligne Nancy-Lyon pourrait être envisagée à court terme. Plusieurs projets sont en cours d’étude.

Ces avancées vont permettre à nos concitoyens d’accéder à une offre de transport de qualité et au coût maîtrisé répondant à leurs attentes en matière de transition énergétique.

Engagée pour les mobilités durables, la Région entend agir sur l’offre TGV comme elle le fait sur le réseau des TER. Elle a, pour cela, investi massivement pour rendre les trains régionaux plus attractifs et plus rapides, à des coûts maîtrisés en favorisant les mobilités du quotidien tout en réduisant le bilan carbone.

Dans cet esprit, la Région présentera le 14 octobre prochain son plan de développement du réseau ferroviaire régional proposant un service adapté et renforcé : la réouverture de plusieurs lignes, la mise à disposition de trains supplémentaires ainsi que des abonnements sur-mesure.

 

 

Lancement de la formation IFAS – Eva Santé à Metz

Mardi 5 octobre, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Virginie Cayré, Directrice Générale de l’ARS Grand Est, Vanessa Diriart, Présidente de Galileo Global Education France, ont inauguré L’IFAS – Éva Santé, le premier Institut de Formation d’Aides-Soignants en France à 70% digital et par apprentissage à Metz.

En unissant leurs forces et savoir-faire, les trois partenaires ont souhaité innover et faire évoluer la pédagogie pour augmenter le nombre de personnes en formation. Objectif : répondre au manque de main d’œuvre dans le secteur des services à la personne. Une première promotion de plus de 30 apprentis a ainsi fait sa rentrée début octobre.

D’une durée de 18 mois, cette formation va faciliter l’accès aux étudiants éloignés des centres villes et simplifier l’accueil d’apprentis dans les établissements distants des centres de formation. L’ensemble du dispositif, tant pédagogique que d’accompagnement des participants, permet d’attirer de nouveaux publics, susciter des vocations et stimuler l’attractivité du métier. Accessible à plus de personnes, formant davantage d’aides-soignants et plus vite, cette formation répond aux attentes des potentiels étudiants : proximité, employabilité et rémunération. Plus de 200 personnes ont ainsi entamé le processus de candidature en moins de 3 mois, pour obtenir à l’issue de cette période de 18 mois, un Diplôme d’État d’Aide-Soignant (DEAS).

La formation

La formation est ouverte aux personnes de plus de 17 ans à la date d’entrée. Celles-ci doivent fournir un certificat médical établi par un médecin agréé attestant de la compatibilité de leur état de santé avec l’exercice de la profession ainsi qu’une attestation médicale de vaccinations obligatoires.

L’apprentissage devient une voie privilégiée pour devenir aide-soignant car il permet aux candidats d’être rémunérés et d’avoir une formation essentiellement pratique, sur le terrain, soutenue et enrichie par la formation théorique. Les apprentis sont rémunérés entre 27% du Smic (17/18 ans) et 100% du Smic (plus de 26 ans).

3 sessions sont prévues :
Session d’octobre : rentrée le 4 octobre 2021
Session de janvier : rentrée le 3 janvier 2022
Session d’avril : rentrée le 4 avril 2022

Compétente en matière de formation professionnelle, la Région Grand Est, aux côtés de l’ARS, a accompagné le projet de l’IFAS – EVA Santé depuis ses débuts, avec un objectif en ligne de mire : répondre au plus vite aux besoins en recrutement. Cette inauguration est le fruit d’un travail partenarial qui a permis l’émergence d’une première en France avec un apprentissage en majorité digital.

Avec ses 124 instituts de formation sanitaire rattachés à 47 établissements hospitaliers ou associations, le Grand Est dispose d’outils efficaces pour former aux métiers du secteur sanitaire et social. Dès la rentrée 2020/2021, la Région a augmenté les capacités de formation de plus de 830 places, dans les professions d’aide-soignant, d’infirmier, d’infirmier de spécialité et de manipulateur radio. Pour 2021/2022, 1 518 places de formation supplémentaires sont ouvertes.

En savoir plus sur les formations sanitaires et sociales

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile