La Région Grand Est s’engage en faveur de l’égalité Femmes-Hommes

A l’occasion de la séance plénière du 15 novembre 2018, les élus du Conseil régional du Grand Est ont présenté le deuxième rapport annuel de la Région sur la situation en matière d’égalité Femmes-Hommes.

Ce rapport dresse un état des lieux des actions concrètes menées par la collectivité depuis 2016 pour faire progresser l’égalité réelle entre les femmes et les hommes sur le territoire régional. Ce rapport permet d’identifier les inégalités persistantes et de proposer des politiques publiques adaptées à travers un plan d’actions pour la période 2018-2020, qui s’articulera autour de 2 volets (un volet interne et un volet « politiques publiques ») et sera soumis en mars 2019 au vote de l’assemblée régionale. La Région Grand Est se dotera également d’une enveloppe dédiée à cette thématique dès l’adoption du budget primitif 2019.

Téléchargez le rapport annuel sur la situation en matière d’égalité Femmes – Hommes

Téléchargez la synthèse du rapport

Sensibiliser les jeunes à l’égalité Femmes – Hommes

Parce que la sensibilisation à l’égalité Femmes-Hommes doit se faire dès le plus jeune âge, la Région a lancé en mai 2018 une grande enquête à destination des 15-29 ans sous la forme d’un questionnaire anonyme en ligne. L’objectif était de disposer, à l’échelle régionale, d’un état des lieux des connaissances, du vécu et des perceptions des jeunes vis-à-vis de l’égalité Femmes-Hommes, des discriminations, des violences sexistes, etc. Les résultats de cette enquête, qui a mobilisé près de 7 500 jeunes, feront prochainement l’objet d’une restitution et permettront la mise en oeuvre d’actions spécifiques et ciblées, intégrées au futur plan d’actions régional qui sera présenté en mars prochain à l’assemblée régionale.

Par ailleurs, le Prix régional pour l’égalité et la mixité des métiers évolue pour encourager, tout au long de l’année, les actions innovantes mises en oeuvre sur ces thématiques par l’ensemble des acteurs concernés. Ainsi, dès 2019, ce Prix s’organisera autour deux volets :

  • un volet « égalité » du Prix régional, ayant pour objectif de valoriser, sur le territoire du Grand Est, les initiatives innovantes en faveur de l’égalité Femmes-Hommes, portées par des associations, des clubs sportifs, des entreprises, des collectivités locales et des établissements de formation,
  • un volet « mixité », pour lutter contre la persistance des stéréotypes de genre en valorisant les personnes en formation dans une filière où ils/elles sont sous-représentés et en encourageant les filles à s’orienter vers des métiers dits masculins et les garçons vers des métiers dits féminins.

L’édition 2018 a permis de récompenser 100 filles et garçons de tout le Grand Est à hauteur de 400 euros chacun.

La Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale

La Région a souhaité concrétiser son engagement en faveur de l’égalité Femmes-Hommes, aussi bien dans le cadre de sa politique de ressources humaines qu’au profit des citoyens du Grand Est, en signant la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, le 15 mai 2017.

Dans le respect des principes énoncés dans la Charte, la Région s’est engagée à prendre des mesures volontaristes visant à :

  • assurer en toute transparence la promotion et les opportunités de développement de carrière,
  • garantir une représentation équilibrée des femmes et des hommes à tous les niveaux hiérarchiques et un recrutement équitable,
  • assurer des conditions de travail appropriées, sécurisées et sans danger pour la santé,
  • permettre aux agents de concilier au mieux la vie familiale, sociale et professionnelle, en introduisant notamment des mesures relatives à l’aménagement du temps de travail.

Pour mener à bien les objectifs fixés par la Charte, un comité de pilotage « Egalité », présidé par Alexandre Cassaro, a été mis en place. Depuis son installation, ce comité, réunissant des élus régionaux, des membres du CESER, des agents de la collectivité et des personnalités qualifiées (notamment Nouria Yahi-Boggio, Directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité), a validé des priorités à mener à court et à moyen terme, notamment :

  • la mise en place d’actions concrètes sur la question de l’égalité au niveau des ressources humaines, de l’organisation du temps de travail, etc.,
  • la promotion de la Charte auprès d’autres collectivités du Grand Est,
  • le soutien aux actions remarquables en faveur de l’égalité, de la mixité des métiers, de la sensibilisation au public…Ainsi, la Région a-t-elle récemment décidé d’accompagner le projet mis en oeuvre par l’association Réponse, à Vandoeuvre-lès-Nancy, ainsi que ceux portés par 4 Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) du Grand Est. Dans la continuité de ces actions, la Région a pour ambition de bâtir dès 2019 un partenariat durable avec l’Union Régionale des CIDFF du Grand Est.

En complément du comité de pilotage, un réseau de référents, composé d’agents volontaires de l’ensemble des directions de la Région, a été constitué. Ces référents se réunissent tous les deux mois autour de thématiques spécifiques de travail portant sur l’égalité, contribuant à renforcer l’action du comité de pilotage et à décliner ses interventions au sein de la collectivité.

Enfin, la Région a intégré la question de l’égalité dans différents documents stratégiques couvrant les champs de l’emploi, de la formation professionnelle et du  développement économique, tels que le CPRDFOP – Performance Grand Est ou le SRDEII.

 

Le périmètre et les compétences de la Région restent inchangés

Suite à la déclaration d’intention signée le 29 octobre 2018 entre le Premier ministre, la Région Grand Est et les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, en vue de la fusion des deux départements en 2021, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales est intervenue le 23 novembre devant les élus du Conseil régional du Grand Est.

Lors de cette intervention, la Ministre a réaffirmé que le périmètre et les compétences de la Région Grand Est restent inchangés. Reconnaissant les spécificités de l’Alsace, l’accord préfigure en revanche ce que sera le droit à la différenciation prévu dans la future réforme constitutionnelles, en accordant aux départements ce droit à la différenciation et à l’expérimentation. En matière de tourisme, de bilinguisme et de relations transfrontalières – des compétences aujourd’hui déjà partagées – il permettra aux départements fusionnés de prendre des initiatives sur leur territoire, en accord avec les autres collectivités, et particulièrement avec la Région Grand Est qui demeure responsable des compétences qui lui ont été confiées par la loi. Il permettra d’adapter les politiques publiques régionales aux spécificités de chaque territoire.
Enfin, la Région et les Départements fusionnés se verront dotés de nouvelles compétences accordées par l’Etat : la Région Grand Est disposera d’une compétence diplomatique et les départements fusionnés d’une compétence transport sur les routes nationales situées sur leur territoire – et notamment l’A35.

Cet accord confirme et renforce le travail collaboratif que la Région mène en partenariat avec l’ensemble des collectivités du Grand Est.

Retrouvez les compétences régionales 

La Région promeut les métiers du sanitaire et social

Jusqu’au 23 novembre, la Région organise la 2ème édition Grand Est des Forums des carrières et métiers du secteur sanitaire et social, en collaboration avec les Rectorats des Académies de Strasbourg et de Reims.
Couvrant un vaste champ de compétences, les métiers de ce secteur porteur s’adressent à un large public dont les collégiens et lycéens, à qui la Région a souhaité ouvrir ce forum. Ainsi à travers plusieurs rendez-vous, les visiteurs pourront aller à la rencontre des professionnels en activité, des représentants et des étudiants des Instituts de formation. Parcours de formation, qualités et niveaux de qualification requis, etc. sont autant de points qui seront abordés par environnement professionnel :
  • métiers de la petite enfance,
  • métiers du paramédical et professions médicales à compétences définies,
  • métiers de l’intervention sociale et familiale,
  • métiers de soutien à l’autonomie.
Pour mémoire, la Région Grand Est mène une politique volontariste pour le développement de l’offre de formations sanitaire et en travail social, elle y consacre plus de 105 millions d’euros par an. Depuis 2005, elle élabore les schémas régionaux des formations sanitaires et sociales, définit la carte des formations, finance et agrée les instituts de formation. Elle attribue également des bourses aux élèves et étudiants engagés dans ces secteurs.

En 2018, le secteur sanitaire et social dans le Grand Est c’est :

  • plus de 271 500 professionnels en activité soit 13,1 % des actifs,
  • 116 instituts de formation du secteur sanitaire agréés par la Région,
  • 6 instituts de formation dans le travail social agréés par la Région,
  • plus de 16 000 parcours de formation financés par la Région.

Retrouvez toutes les dates des forums

Le Grand Est, terre de mémoire

100 ans après la Première Guerre mondiale, le Président de la République a célébré l’événement en rendant hommage sur les principaux lieux de bataille à travers le territoire. Le Grand Est s’affirme comme terre de mémoire et développe le tourisme de mémoire comme un axe essentiel de sa stratégie touristique. Si les témoins du passé représentent une force et un atout pour consolider l’économie touristique, ils sont également des clés pour permettre à tous de mieux comprendre notre passé.

Aussi, à travers son Schéma Régional du Développement du Tourisme (SRDT), la Région Grand Est développe de grands projets en faveur du tourisme de mémoire. Complémentaire de l’offre touristique traditionnelle, cette politique vise à perpétuer le devoir de mémoire, à donner du sens à la construction européenne et à la promotion de la paix. Jouant un rôle essentiel dans le développement des territoires du Grand Est, il propose une offre favorisant la compréhension du passé, l’enrichissement civique et culturel, et la culture des territoires. Chaque année, plusieurs milliers de touristes parcourent le Grand Est afin d’honorer leurs aïeux, visiter les musées mémoriaux, les champs de bataille et autres témoins du premier conflit mondial.

A l’occasion de la 4ème édition des Rencontres du Tourisme de Mémoire (RTM), qui s’est tenue en octobre dernier, en partenariat étroit avec le ministère des armées et le ministère de l’Economie et des Finances, la Région a rappelé les principaux dispositifs de sa politique mémorielle :

  • son soutien au tourisme de mémoire. Fortement marquée par des décennies de conflits, la Région Grand Est développe le tourisme de mémoire pour faire émerger une offre touristique et mémorielle d’excellence à l’international et favoriser la transmission de ce patrimoine aux générations futures. Depuis 2014, près de 5,1 millions d’euros de subventions régionales ont été attribuées en vue de la réalisation de projets structurants dans le domaine du tourisme de mémoire,
  • son soutien aux projets culturels, commémoratifs et événementiels relatifs à la mémoire des conflits, afin de soutenir des initiatives présentant un rapport direct et fort avec la commémoration des conflits armés des 19ème et 20ème siècles sur le territoire. Il permet également de labelliser et de soutenir plus spécifiquement les projets culturels et événementiels les plus remarquables présentés dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Ce dispositif, imaginé pour l’Alsace dans un premier temps, a été étendu à l’ensemble du Grand Est en 2016, et a permis de labelliser 124 projets et d’attribuer près de 950 000 euros à différents porteurs de projets régionaux. En 2018, année particulièrement riche en projets du fait de la fin du Centenaire, une cinquantaine de projets, à l’échelle du Grand Est, ont été déposés et instruits au titre de ce dispositif,
  • le devoir de mémoire pour les lycéens du Grand Est permettant aux jeunes d’acquérir des connaissances historiques et de développer altruisme et ouverture d’esprit. La Région a notamment mis en place, depuis plusieurs années, un partenariat avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah pour la réalisation d’un projet d’établissement et l’organisation d’un voyage d’études de lycéens à Auschwitz,
  • la sauvegarde et la valorisation du patrimoine régional en finançant et soutenant des projets emblématiques et lieux d’histoire, du Hartmannswillerkopf, au Mémorial de Verdun, en passant par le Mémorial Alsace Moselle de Schirmeck ou encore le projet de rénovation du Musée de la résistance de Mussy-sur-Seine,
  • son soutien au patrimoine classé et non classé au titre des Monuments Historiques, afin d’assurer la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine architecturel majeur.

Soucieuse de donner toute son importance à l’histoire passée, la Région entend faire du tourisme de mémoire l’une de ses préoccupations majeures afin de créer une identité commune et donner aux habitants du Grand Est la possibilité de s’approprier leur histoire.

 

 

 

Rencontre européenne: «Quel rôle pour la culture en Europe à l’horizon 2021+?»

Organisé par la Région Grand Est, cet évènement qui a eu lieu le 9 novembre 2018 au BOZAR à Bruxelles a réuni des acteurs culturels régionaux, des représentants de la Commission européenne et de la Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne, des structures pour la promotion de la culture auprès de l’Union Européenne, ainsi que des acteurs d’autres régions françaises et de pays voisins.

Crise des carburants : une aide concrète pour les ménages

Pour faire face à la hausse des prix des carburants, la Région Grand Est et la Région Sud ont décidé d’accompagner les ménages à convertir leur véhicule vers le carburant bioéthanol. Cette aide devrait leur permettre de réduire le budget carburant de 35 à 45% mais également de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70%.

Une aide de 2.5 million d’Euros

La Région Grand Est lance un vaste plan 2,5 millions d’euros visant à accompagner, dès le 1er janvier 2019, 10 000 ménages à convertir leur véhicule vers le bioéthanol. Cette mesure s’adresse aux salariés qui font usage de leur véhicule personnel pour se rendre sur leur lieu de travail dans un rayon au-delà de 30 kilomètres. Cette aide se traduira par une prise en charge par la collectivité régionale de 50% du coût du dispositif de conversion dans la limite de 250€. Ce dispositif sera mis au vote de l’Assemblée plénière du 14 décembre 2018.

Mobilité transfrontalière : le Grand Est et la Sarre renforcent leur coopération

Jean Rottner a accueilli Tobias Hans, Ministre-Président du Land de Sarre, le 6 novembre 2018, au siège du Conseil régional à Strasbourg. Le gouvernement du Land de Sarre a tenu, pour la première fois à Strasbourg, un Conseil des Ministres exceptionnel dédié aux questions européennes et à la coopération transfrontalière. A cette occasion, ils ont signé un accord pour l’amélioration des transports ferroviaires transfrontaliers.

Agir pour l’avenir des deux territoires

Lors de cette rencontre historique et hautement symbolique, Jean Rottner et Tobias Hans ont évoqué les différentes perspectives de renforcement de leur coopération en matière de transport, de multilinguisme, mais également de synergies et de complémentarités à construire pour mener à bien les transitions économiques et industrielles, numériques et digitales ou encore énergétiques et écologiques.

« Notre ambition est d’agir ensemble pour l’avenir de nos territoires dans un intérêt partagé. Nous avons d’ores et déjà accompli des avancées majeures, nous continuerons à aller de l’avant comme nous le faisons aujourd’hui en signant un accord pour l’amélioration des transports ferroviaires transfrontaliers.» Jean Rottner et Tobias Hans.

Développer la mobilité entre la Région Grand Est et le Land de Sarre

Afin de développer la mobilité entre les deux  Régions, il est prévu :

  • de renforcer les dessertes ferroviaires des lignes Sarrebrück – Metz et Sarrebrück – Strasbourg à l’horizon 2024.
  • d’améliorer les liaisons Trèves – Perl – Metz.  Ces services ferroviaires pourraient être assurés par une déclinaison transfrontalière du Régiolis, avec une version unique du train transfrontalier pour la Sarre, la Rhénanie-Palatinat et la Région Grand Est.
  • d’améliorer l’information aux voyageurs transfrontaliers ainsi que les tarifications transfrontalières, combinées avec les réseaux de transports publics locaux.

Cet accord permettra également d’optimiser les investissements à réaliser pour le développement du transfrontalier, notamment grâce à une mobilisation efficace des fonds européens.

 

« Choose Grand Est » région connectée et créative

C’est à Pont-à-Mousson, le 5 novembre 2018, que le Président de la République a choisi d’organiser la première déclinaison du sommet national sur l’attractivité en réunissant, 6 ministres, 6 vice-présidents du Conseil régional et 500 acteurs économiques. Avec l’organisation de « Choose Grand Est », la Région affirme son attractivité, son innovation, sa singularité européenne…

Une singularité européenne et de belles réussites

La Région Grand Est a été choisie pour accueillir la première déclinaison régionale du sommet Choose France, initié par le Président de la République. Choose France a pour objectif de mettre en avant l’attractivité et le dynamisme économique de la France et d’ attirer des investissements de grande ampleur.

« Choose Grand Est » c’est :

  • 1re région européenne avec 750 km de frontières et 4 pays voisins,
  • 2e région industrielle,
  • 2e région exportatrice,
  • 1re région entièrement fibrée et reliée au très haut débit en 2022,
  • 1re région pour les installations de méthanisation,
  • 2e région pour la production d’énergie éolienne…
  • Le Grand Est, la région où s’invente le monde de demain

    Le Grand Est est aujourd’hui le territoire où s’invente et se concrétise l’industrie du XXIe siècle. De l’automobile à la sidérurgie, de la robotique à l’industrie de la santé… l’industrie demeure l’avenir du Grand Est. La région a attiré cette année 6 des 15 plus gros investissements du territoire national.
    Le Grand Est c’est aussi la région où s’invente le monde de demain, celui qui se transforme et pour lequel nous devons penser la transition. Production d’énergie éolienne, méthanisation, mix énergétique, reconversion nucléaire sont aussi au coeur des défis que relève le Grand Est, qui est par ailleurs pionnier pour l’accès au très haut débit pour tous, ou encore pour l’industrie 4.0.

     

    « C’est un honneur et un espoir d’accueillir à Pont-à-Mousson le forum « Choose Grand Est » initié par le Président de la République. C’est la reconnaissance de l’exemplarité de notre région, attractive aux yeux des investisseurs par sa situation géographique bien sûr, mais aussi par son tissu industriel et économique, ses grands groupes, ses entreprises de taille intermédiaire, ses PME, l’excellence de ses formations, de ses universités et de ses centres de recherche. Le Grand Est, c’est un état d’esprit commun à tous ses acteurs, fait de travail, d’excellence et d’innovation. » Jean Rottner.

    Votre région proche de vous

    Siège du Conseil Régional
    Strasbourg

    1 place Adrien Zeller
    BP 91006
    67070 Strasbourg cedex


    Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

    Hôtel de Région
    Metz

    1 Place Gabriel Hocquard
    CS 81004
    57036 Metz Cedex 01

    Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

    Hôtel de Région
    Châlons-en-Champagne

    5 rue de Jéricho
    CS70441
    51037 Châlons-en-Champagne Cedex

    Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

    Maisons de la Région
    12 Maisons de Région

    Horaires d'ouverture au public
    lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

    Recherche mobile