Développement durable : tous responsables, tous engagés

PUBLIÉ LE 17 décembre 2021à 11:19:00 par emi_cro

La séance plénière des 16 et 17 décembre 2021 a été l’occasion pour les élus régionaux d’approuver le rapport 2021 sur la situation en matière de développement durable sur le territoire. Les transitions se font évidentes : le bilan montre les avancées concrètes de l’engagement déterminé de la Collectivité.

Le développement qui concilie création d’activités et d’emplois, préservation de l’environnement et progrès social ressort clairement. Toutes les politiques régionales sont guidées par la nécessité absolue de ménager nos ressources et de contribuer au bien-être et à la santé des générations actuelles et futures.

Le Grand Est, région résiliente

De notre implication dépend notre avenir. La Région est engagée sur tous les fronts en faveur de la transition énergétique et écologique : rénovation énergétique, production d’énergies renouvelables locales, travaux de prévention et de gestion des inondations, renaturation d’espaces naturels, etc.

Parmi les mesures soutenues :

  • Requalifier les friches (50 projets financés en 2021) pour réduire la consommation du foncier
  • Restaurer les continuités écologiques (avec 150 km de haies d’ores et déjà réimplantées)
  • Reconquérir la qualité de la ressource en eau : 288 communes labellisées pour leur engagement de suppression de l’utilisation des produits phytosanitaires
  • Concrétiser toujours plus de projets (50 projets supplémentaires cette année) grâce à l’appel à projets « initiatives citoyennes en faveur de l’environnement »
  • Viser la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables avec le programme Climaxion : couverture de l’ensemble du Grand Est par un service de conseil à la rénovation énergétique (+50 % de projets d’investissements énergies renouvelables soutenus en 2021).

Produire et consommer de manière responsable

L’agriculture du Grand Est génère 17 % des émissions de gaz à effet de serre régionaux, toutes filières concernées. Un chiffre qui pousse la Région à encourager le développement d’une troisième voie pour l’agriculture. L’objectif est d’augmenter de 50 % le nombre d’exploitations engagées dans une démarche de transition environnementale et numérique et de réduire de moitié l’usage des produits phytosanitaires d’ici 2025.

En 2021, la Région a également amplifié son soutien au développement des marchés régionaux et à l’utilisation des produits de territoires dans tous les circuits de distribution (approvisionnement local dans les cantines scolaires, accompagnement à la digitalisation de la vente directe, etc.).

Promouvoir la mobilité durable partout et pour tous

Le transport routier représente 51 % des émissions d’oxyde d’azote. Afin de réduire l’empreinte carbone de la mobilité, mais sans jamais délaisser la qualité de son offre, la Région s’engage : utilisation de modes de transport doux, solutions collectives (transports en commun, covoiturage, etc.), motorisations décarbonées (électriques, biocarburants, biogaz et hydrogène).

Concernant le ferroviaire, la priorité est à l’électrification du réseau partout où elle est pertinente économiquement et techniquement (exemple de la ligne 4 entre Paris et Troyes). La Région s’engage également à prendre en charge les petites lignes du réseau TER afin de continuer d’assurer les liaisons de proximité.

Par ailleurs, d’ici 2030 seront déployés 700 bus, 50 cars, 1 200 camions, 100 péniches et une flotte de trains légers, tous roulants à l’énergie hydrogène. Pour les véhicules électriques, 11 000 points de recharge seront mis à disposition sur tout le territoire (près de 400 ont déjà été installés en 2021). La Région incite également les particuliers à rouler au bioéthanol grâce à l’installation d’un boîtier de conversion sur leur véhicule (5 000 voitures en ont déjà été équipées depuis 2019). Côté transports scolaires et interurbains, 20 premiers bus roulants au GNV ont été mis en circulation à la rentrée 2021 avec l’objectif, dans un premier temps, de verdir 100 % du parc d’autocars ardennais d’ici 2024.

Développer une économie vertueuse

Pour répondre aux défis écologiques actuels, l’entreprise de demain devra non seulement être sobre et décarbonée, mais également faire partie intégrante d’un écosystème écologique et social. Avec l’État et l’Ademe, la Région a lancé en 2021 un programme d’accélération pour l’économie circulaire. Cette même année, un volume supplémentaire de près de 500 000 tonnes de déchets issus du bâtiment et des travaux publics a été valorisé.

Toujours dans le but de réduire notre dépendance aux produits de première nécessité, la Région a déployé une stratégie Bioéconomie pour soutenir les filières durables telles que les biocarburants durables, les biointrants ou encore les fibres végétales. Ce sont 115 signataires régionaux déjà engagés cette année dans ces contrats de filières. Ce secteur est parmi les plus dynamiques, il a généré +7,5 % de création d’emplois, soit 3 fois plus que la moyenne des autres secteurs d’activités entre 2016 et 2019.

Les objectifs du Grand Est sont clairs : être « LA » Région bas carbone et à énergie positive à horizon 2050, déployer des solutions écologiques innovantes qui participent à une relance verte. L’union fait la force ! Pour réussir, la Région et la Fondation Solar Impulse ont noué un partenariat en 2019, 34 solutions sont actuellement labellisées en Grand Est. Protéger l’environnement de manière rentable, c’est possible !

Adapter les politiques de formation et d’insertion aux grandes transitions et aux besoins des entreprises

La Région considère que les besoins en compétences des entreprises évoluent du fait des transitions écologiques et énergétiques dans lesquelles elles s’engagent. Elle cherche à concilier ces deux objectifs en proposant des possibilités d’insertion professionnelle les mieux adaptées aux évolutions de la société.

  • Initié en 2021, le Parcours d’acquisition des compétences en entreprise (PACE) a déjà permis à plus de 900 jeunes d’entrer en formation dans des entreprises, dont certaines relèvent notamment de la transition énergétique, écologique et numérique. Cette mesure sera poursuivie et élargie aux demandeurs d’emploi de longue durée en 2022 sur les secteurs en tension. Cette nouvelle modalité de formation et de mise en relation est un véritable levier pour mieux faire connaître les métiers en émergence.
  • Des modules d’e-learning proposés dès la fin de cette année pour sensibiliser les jeunes et les demandeurs d’emploi aux problématiques économiques actuelles (dont le développement durable) autour de sujets tels que les matériaux biosourcés, l’écoconstruction, l’énergie renouvelable dans l’habitat, la sobriété numérique, le tourisme vert, le développement des circuits courts dans l’alimentation, l’écologie industrielle, la revalorisation des déchets industriels, l’utilisation de produits respectueux de l’environnement, etc.

Agir pour le « bien-vivre en Grand Est »

L’ambition de la Région est d’être au service du bien-être de tous les citoyens du Grand Est, quels que soient leur âge, leur condition physique ou sociale ou leur lieu de résidence. Sachant que la population est en meilleure santé dans un environnement préservé, elle s’implique pour contribuer à son épanouissement :

  • Santé : 8 Maisons pluriprofessionnelles de santé créées en 2021. Soit 44 projets soutenus depuis 2018 pour lutter contre la désertification médicale en complément du soutien régional aux actions de prévention et de sensibilisation, soins de proximité, mutualisation des pratiques et des compétences, déploiement de la télémédecine, etc.
  • Tourisme : la Région et l’Agence régionale du tourisme sont engagées pour un tourisme durable et responsable (via notamment le plan de relance « Tourisme durable et numérique en Grand Est » et la « Charte du Tourisme durable et responsable »). Elles souhaitent développer l’écotourisme, plus particulièrement dans le Massif des Vosges, et le slow-tourisme, notamment par le tourisme fluvestre et les véloroutes.
  • Culture : démarche « Culture et Développement durable » pour une nouvelle façon de penser la culture en Grand Est (productions écoresponsables, promotion des filières locales, bonnes pratiques, etc.).
  • Sport : promotion des activités de pleine nature avec Natur’Est, dans le respect des sites naturels par des pratiques sportives écoresponsables, etc.
  • Vie associative : soutien aux projets qui favorisent le bien-vivre ensemble en lien avec le développement durable (exemple : le festival Parenthèse Nature).
  • Territoires : 650 Projets aidés pour le développement des services à la population, l’aménagement urbain durable, l’amélioration du cadre de vie.
  • Transformation numérique des territoires : poursuite du déploiement du très haut débit (qui malgré la crise sanitaire s’achèvera fin 2022), création de tiers lieux, etc.

 

Consulter le document

proximitéVotre région proche de vous