Budget 2018 : intensifier l’action de la Région Grand Est

Le Conseil régional du Grand Est a voté le 22 décembre 2017 un budget de 2,863 milliards d’euros pour 2018. Ce budget est un budget de consolidation et de développement. Il se structure autour de cinq grandes priorités : l’emploi, la jeunesse, les territoires, les mobilités, l’Europe.

La Région Grand Est poursuit parallèlement son objectif de réduction de la dépenses publique. Ainsi, la maîtrise du fonctionnement permet de dégager 82 millions d’euros d’économies annuelles.

L’emploi

L’emploi est la priorité de la Région : 467 M€ sont consacrés à renforcer la compétitivité économique et à faire du Grand Est une région créative, innovante et entreprenante. Le déploiement du Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII), les Pactes Offensives Croissance Emploi signés avec les intercommunalités, la mise en place d’une agence régionale de l’Innovation et d’un fonds de régional de coopération pour la recherche, la promotion de l’artisanat, le soutien à l’agriculture et à la forêt sont autant d’éléments favorables à la création d’emplois. Il s’agit par ailleurs d’articuler au mieux les politiques de développement économique et d’innovation avec les actions en faveur de la formation professionnelle continue.

La jeunesse

La Région Grand Est est aux côtés de ses jeunes et croit en eux. La jeunesse est une richesse dont les potentialités doivent être accompagnées, valorisées et dynamisées. La Région entend offrir à chaque jeune les meilleures conditions pour se réaliser et s’épanouir sur le territoire. Ainsi, 519 M€ sont mobilisés en faveur de l’éducation et de la formation. En 2018, la Région poursuivra ses investissements dans les lycées (113 M€ pour rénover, restructurer ou reconstruire des établissements), l’apprentissage , la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et l’orientation. Elle encouragera également l’entrepreneuriat, l’engagement et la citoyenneté des jeunes.

Les territoires

Depuis l’adoption de la loi MAPTAM, la responsabilité régionale en matière d’aménagement et de développement durables du territoire est renforcée. La Région entend poursuivre une politique territoriale forte et ambitieuse en travaillant conjointement avec les communes, les intercommunalités et les départements.
232 M€ seront ainsi dédiés à promouvoir tous les territoires urbains et ruraux en veillant à leur équilibre à travers le Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET). Le travail autour de ce schéma fédérateur se poursuivra en 2018 dans un large processus de concertation et de dialogue.

Les mobilités

Premier poste budgétaire de la collectivité, les transports représentent 867 M€ de dépenses en 2018. L’ambition de la Région dans ce domaine est de faciliter la vie quotidienne des habitants, développer l’intermodalité, assurer les connexions entre les territoires et les relier aux grands axes européens. Elle se traduira par une offre TER plus étoffée, l’investissement dans de nouveaux matériels roulants (renouvellement et modernisation), l’aménagement de gares et la coordination des horaires permettant de développer l’intermodalité, la possibilité d’utiliser des titres de transport sur différents réseaux (billetique interopérable) …

Depuis 2017, la Région a pris en charge de nouvelles compétences en matière de transports scolaires et interurbains. Elle les exerce au plus près des territoires, à travers
les équipes des pôles Transports qui travaillent dans chacune des douze Agences territoriales.

L’Europe

Région la plus frontalière de France, la Région Grand Est bénéficie d’un positionnement géographique particulièrement stratégique au cœur de l’Europe. Echanges, économie, mobilités, l’Europe concerne tous les pans de l’activité du Grand Est. 103 M€ seront consacrés à l’Europe en 2018.  Les crédits dévolus à la coopération transfrontalière s’élèvent à 650 000 euros. Ils correspondent au financement des structures permettant, au quotidien, l’information des citoyens et des travailleurs des trois espaces frontaliers du Grand Est.
Pour attirer les investissements et les entreprises dans le Grand Est, la Région s’appuie sur le troisième volet du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA3) et le Plan d’Investissement pour l’Europe.

 

Avec ses douze agences territoriales, la Région Grand Est déploie ainsi ses politiques publiques au plus près des citoyens et des territoires. Elle a la volonté d’aller à la rencontre des citoyens, des entreprises et de ses partenaires pour construire le Grand Est. Ce maillage du territoire témoigne d’une approche équilibrée et volontaire de l’aménagement du territoire.

Téléchargez le document du budget primtif 2018 (pdf, 4,5 Mo)

3ème programme d’investissements d’avenir : lancement de deux appels à projets

Deux appels à projets ont été lancés le 19 décembre 2017 dans le cadre du 3ème programme d’investissements d’avenir (PIA3) au sein de l’entreprise Dreampath Diagnostics à Strasbourg, société travaillant dans la dématérialisation de données médicales.

La Région Grand Est et l’Etat mobilisent près de 31,2 M€ pour financer les projets d’entreprises innovantes à travers ces appels à projets :

  • Be Est Projets d’avenir (pour les projets d’innovation)
  • Be Est Filières d’avenir (pour les projets d’accompagnement et de transformation des filières)

Mis en oeuvre par Bpifrance, ils sont accessibles aux porteurs de projets sur le site www.innovationavenir.grandest.fr 

 

Be Est Projets d’Avenir

L’appel à projets Be Est Projets d’Avenir vise à accélérer l’émergence et le développement d’entreprises leader dans leur domaine, créatrices d’activités et d’emploi à forte valeur ajoutée. Le montant de l’aide attribuée s’élèvera entre 100 000 € et 500 000 €.

Les projets retenus devront s’inscrire dans l’une des thématiques suivantes :

  • les matériaux, procédés, technologies de production en lien avec l’industrie du futur,
  • les agro-ressources (dont les industries agroalimentaires),
  • la santé incluant les biotechnologies, les technologies médicales, la e-santé, les matériaux pour la santé et la silver économie,
  • le bâtiment durable,
  • la mobilité durable, l’intermodalité, la logistique et les transports (y compris aéronautique et automobile),
  • l’eau (actions en faveur de l’amélioration durable de l’eau sous toutes ses formes).

Le processus de sélection :
Les projets sont instruits « au fil de l’eau » par Bpifrance et sélectionnés par un comité de sélection régional composé d’un représentant de l’Etat, d’un représentant de la Région, et d’un représentant de Bpifrance.
Le processus de sélection peut conduire à une audition des porteurs de projets ayant satisfait les critères d’éligibilité des projets.
Les PME retenues sont informées de la décision par courrier de notification conjoint Etat-Région Grand Est.
Le délai entre le dépôt d’un dossier complet et la contractualisation ne devrait pas excéder 3 mois.

Calendrier
L’appel à projets est ouvert du 19 décembre 2017 jusqu’à épuisement des crédits, la date de dépôt de dossier complet validé faisant foi.

Be Est Filières d’Avenir

Ce second appel à projets a pour objet de renforcer la compétitivité des filières stratégiques en permettant le recours à des moyens de production ou des infrastructures de recherche partagés, l’échange de données et d’informations, le partage des visions technologiques et de marché ainsi que l’initiation de démarches commerciales partagées.

Les projets pourront notamment prendre la forme de création d’unités industrielles partagées, de mise en commun de compétences techniques ou de mise en place d’outils collaboratifs.

Le montant de l’aide attribuée aux porteurs de projet s’élèvera entre 500 000 € et 2 millions d’euros.

 

Le processus de sélection des projets se déclinera en deux phases :
– dépôt d’une manifestation d’intérêt sous forme d’un dossier de présentation général du projet (AMI) permettant une présélection des projets autorisés à candidater,
– les projets présélectionnés déposeront un dossier complet disponible sur la plateforme.

Calendrier
– les manifestations d’intérêt peuvent être déposées jusqu’au 28 février 2018,
– audition des porteurs présélectionnés : entre janvier et mars 2018,
– décision de pré-sélection : le 30 mars 2018,
– date limite de dépôt des dossiers complets pour les projets présélectionnés : 31 mai 2018.

Le Musée lorrain lauréat du Label « Territoires Innovants »

La Ville de Nancy a remporté le Label d’or « Territoire innovant » lors de la finale du Forum annuel des « Interconnectés » pour le projet numérique du Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, le 6 décembre dernier, à Lyon.

Chaque année, ce label distingue les collectivités locales mettant en œuvre les nouveaux usages numériques sur leur territoire. Les projets sont notamment jugés sur leur caractère innovant, sur la prise en compte des usagers et sur leur dimension partenariale.

Musée d’art et d’histoire, le Musée lorrain de demain proposera un parcours chronologique, depuis la Préhistoire jusqu’au XXème siècle. Le numérique permettra de présenter le contexte de création ou d’utilisation de certaines des pièces exposées : comment les fibules étaient-elles portées par les Mérovingiens ? Que nous raconte l’histoire du trésor de Pouilly ?
Avec des modules de réalité augmentée, des films, des zooms sur une œuvre, des cartes animées et des livres virtuels, le Musée lorrain proposera une nouvelle expérience aux visiteurs, une découverte immersive.

 

9 films soutenus par la Région sélectionnés dans des festivals nationaux et internationaux

9 films soutenus par la Région Grand Est sont sélectionnés dans des festivals de renom, sur le plan national et même international.

  • Le court-métrage Cajou de Claude Le Pape est sélectionné au festival Premiers Plans d’Angers, du 12 au 21 janvier 2018. Le festival permet de valoriser les premiers films des jeunes réalisateurs.
    Yann a 20 ans et pas mal de choses à faire aujourd’hui : son permis à passer, son père à aider, son moniteur à supporter, un vieux à trimbaler. Allez.
  • Le long-métrage d’animation Croc Blanc d’Alexandre Espigares est sélectionné au festival de Sundance aux Etats-Unis, du 18 au 28 janvier 2018. Croc Blanc fait partie des 3 titres français retenus dans la section Kids du festival. Le film d’animation est une adaptation du roman éponyme de Jack London. Il sortira en France le 28 mars 2018.

Sont également sélectionnés au festival international du Court-Métrage de Clermont-Ferrand, du 2 au 10 février 2018 :

  • Gros chagrin de Céline Devaux. Un court-métrage alliant prises de vue réelles et scènes d’animation. Il relate l’histoire qui suit l’histoire d’amour, l’épilogue de la passion. Gros chagrin a reçu le Lion d’Or du Court Métrage à la Mostra de Venise.
  • Marlon de Jessica Palud. Le court-métrage a été triplement récompensé, à l’occasion du Festival de Cannes. Son scénario aborde une thématique importante, la construction de l’adolescence, au travers de personnages poignants.
  • Parades est un court-métrage réalisé par Sarah Arnold, tourné sur les rives du Lac du Der. C’est en le découvrant et en apprenant l’histoire du lac du Der que la réalisatrice a eu l’idée du scénario. Parades est une fable politique sur l’avenir du monde.
  • West Front de Roland Edzard. West Front est un docu-fiction.
    2015, Au retour en France du jeune Franck. Après un mystérieux séjour dans un pays inconnu, un convoi de sécurité s’enfonce vers les lignes de Daesh. A la recherche de la vérité sur la disparition temporaire de Franck, l’équipe parcours les montagnes du kurdistan irakien.
  • Braguino de Clément Cogitore. Braguino a été récompensé du Prix Zabaltegi – Tabakalera du meilleur réalisateur au Festival International du Film de San Sebastian et sélectionné au Festival du Film de Busan en Corée du Sud. Au milieu de la taïga sibérienne, à 700 km du moindre village, se sont installées 2 familles, les Braguine et les Kiline. Aucune route ne mène là-bas. Seul un long voyage sur le fleuve Lenissei en bateau, puis en hélicoptère, permet de rejoindre Braguino…

Les films sélectionnés au European Film Awards :

  • Petit Paysan réalisé par Hubert Charuel. Le film a été sélectionné en séance spéciale dans le cadre de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes et a obtenu de nombreux prix.
    Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa soeur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.
  • Zombillénium, long métrage d’animation réalisé par Arthur De Pins et Alexis Ducord. Présenté en Sélection officielle au Festival de Cannes 2017, ce film a été projeté en ouverture du Festival International du Film d’Animation d’Annecy.
    Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité…

La Région soutient la filière Elevage-Viande-Lait

La Région Grand Est a attribué près de 556 000 euros d’aides à 12 bénéficiaires dans le cadre du contrat de filière Elevage-Viande-Lait, lors de la Commission permanente du 15 décembre 2017.

556 000 euros d’aides

  • 500 000 € sont accordés à titre exceptionnel aux 9 Groupements de Défense Sanitaire (GDS) du Grand Est pour compenser la baisse des soutiens financiers des Conseils départementaux faisant suite à la mise en application de la loi NOTRe. Les GDS coordonnent les actions menées dans le domaine sanitaire, avec l’objectif d’aider les exploitants à maîtriser leurs charges pour maintenir leur compétitivité, valoriser au mieux leurs productions et obtenir des qualifications pour l’export,
  • Près de 7 500 € sont octroyés à l’organisme Simmental France pour son projet d’indexation génomique : il s’agit de génotyper un maximum de femelles de la race Simmental française pour élargir la population de référence et offrir aux éleveurs, à terme, un outil de sélection,
  • Plus de 42 500 € sont accordés à l’association Lorraine Qualité Viandes pour son plan de promotion 2017,
  • Près de 6 000 € sont attribués au Syndicat de Défense du Fromage de Chaource pour son plan de communication 2017.

Le contrat de filière, qui repose sur une stratégie et un plan d’actions 2017-2020, sera présenté en Séance plénière les 21 et 22 décembre 2017.

Chiffres clés :
> 17 500 exploitations du Grand Est possèdent un atelier d’élevage,
> elles emploient au total près de 11 000 actifs,
> les industries de transformation du lait et de viande représentent plus de 10 000 emplois.

 

 

La Région et l’OLCA mobilisés pour la pratique des langues régionales

La Région Grand Est a à coeur de maintenir l’apprentissage des langues, des cultures et des identités régionales, qui font partie intégrante de l’identité de chacun des territoires. C’est ainsi qu’elle a décidé de contribuer, à hauteur de plus de 535 000 €, aux activités et au fonctionnement de l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace et de Moselle (OLCA) pour l’année 2018.

La politique linguistique de la Région Grand Est

Le soutien aux activités et au fonctionnement de l’Office pour la Langue et la Culture s’inscrit dans le cadre d’une convention opérationnelle dans le domaine de la culture et de la vie sociétale signée par la Région et l’OLCA pour la période 2015-2018. Cette convention formalise les missions de l’OLCA, qui oeuvre pour une utilisation et une diffusion renforcée des langues régionales en Alsacien et en Lorrain dans les domaines du quotidien.
La politique linguistique de la Région Grand Est est également mise en oeuvre par le biais de deux autres conventions :

  • une convention cadre, pour la période 2015-2030, portant sur les domaines éducatif, économique, culturel et sociétal : élaborée par l’Etat, la Région et les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, cette convention fixe l’objectif d’atteindre 25 % d’élèves dans le cursus bilingue paritaire à l’horizon 2030 en CM2 et d’augmenter à 50 % la part des élèves de maternelle dans ce cursus,
  • une convention opérationnelle dans le domaine de l’éducation pour la période 2015-2018 : cette convention décline les objectifs de la convention cadre et met notamment en oeuvre un certain nombre d’actions dans le cadre du recrutement et de la formation initiale et continue des enseignants

Le rôle de l’OLCA

Les missions  de l’OLCA reposent principalement sur l’animation des territoires. L’association accompagne notamment les communes, les intercommunalités et leurs établissements pour le développement de projets de territoires en faveur du bilinguisme et centrés sur l’enfance et la petite enfance. Il s’agit en outre de sensibiliser les jeunes parents et les grands-parents, les personnels, les bénévoles et les intervenants en crèches dans les centres de loisirs et socioculturels, les médiathèques, les lieux d’accueil parents-enfants, etc. L’OLCA met également en place des ateliers de formation et apporte des outils pédagogiques pour former des agents intervenant auprès des enfants. Dans le domaine de la culture, l’OLCA a vocation,  à promouvoir la création d’événements et de produits culturels innovants intégrant les langues régionales.

 

13 projets culturels aidés grâce à l’AMI culture et création numérique

La Région Grand Est est une terre de création culturelle qui contribue au dynamisme et au développement des territoires, à leur attractivité et à l’économie locale. Le développement des technologies numériques  touche ce secteur d’activité. Ainsi en Grand Est, de nombreuses sociétés culturelles traditionnelles s’orientent vers de nouvelles formes de création et s’intéressent à un large panel de supports et d’expressions : vidéo, arts graphiques, art contemporain, spectacle vivant, etc.

Soutenir la création numérique

Dans ce contexte, la Région Grand Est a enrichi ses dispositifs culturels et a mis en place un AMI « Culture et Création numérique » articulé autour de 4 priorités :

  • encourager l’émergence de nouvelles formes de création artistique, quel que soit le support choisi, impliquant une dimension innovante et numérique,
  • favoriser le rapprochement entre artistes, acteurs économiques, entreprises, structures de diffusion et manifestations culturelles,
  • dynamiser l’écosystème numérique et favoriser ainsi son développement économique,
  • faire du Grand Est une terre d’excellence dans ce domaine.

Cet AMI s’adresse à tous les acteurs culturels du spectacle vivant, des arts visuels, de la musique, de l’audiovisuel, du cinéma, de l’art contemporain ou de la création numérique pure.

13 projets soutenus

La Région Grand Est a décidé de soutenir 13 projets pour un montant total de 261 450 € dont quelques-uns sont cités ci-dessous :

  • la création d’une oeuvre monumentale intitulée « Laser Building » de Bertrans Planes, entièrement conçue en projection par lasers pilotés avec des drônes, pour laquelle une subvention de 25 000 euros a été attribuée à la société Quatre 4.0 L’Ososphère à Strasbourg,
  • la conception d’une performance / spectacle immersif « la risée des augures » conçue pour être accueillie au sein de lieux insolites (friches, centres d’art, etc.), développée par la Compagnie Sound Track de Chaumont et subventionnée à hauteur de 25 000 euros,
  • la création d’un film-fiction vidéo immersif de réalité virtuelle mettant en avant les nouvelles technologies dans le domaine de l’audiovisuel, développée par la société Fensch Toast et TCRM-BLIDA à Aboncourt (57), pour laquelle une aide de 25 000 euros est attribuée,
  • la réalisation du projet « Stade Your City », qui consiste à inviter les habitants du Grand Est à un corps à corps théâtral numérique avec leurs villes, intégrant géolocalisation, image interactive, son et réalité augmentée. Ce projet est porté par la Manufacture – Centre Dramatique National de Nancy et bénéficie d’une aide régionale de 25 000 euros.

La Région Grand Est soutient la modernisation des entreprises régionales

Suite à l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Modernisation des PME », lancé en juillet 2017, la Région Grand Est a décidé d’attribuer près de 1,5 millions d’euros d’aides à 18 entreprises régionales.

Les projets soutenus

Ce dispositif soutient l’investissement productif  des entreprises régionales pour leur permettre de gagner en compétitivité sur les marchés nationaux et régionaux.

Les projets soutenus doivent répondre à au moins un des 2 axes suivants :

  • Modernisation de l’outil de production ;
  • Intégration de nouvelles technologies ou méthodes de production (automatisation, robotisation, impression 3D, équipement numérique, dématérialisation, digitalisation…).

Ce soutient permettra à ces PME  de créer 80 emplois à moyen terme en Grand Est.

Deux aides distinctes cumulables

Les entreprises aidées peuvent ainsi prétendre à deux aides pour moderniser leur outil de production :

  • une aide pour l’investissement : maximum de 30 % des coûts éligibles sous forme de subvention plafonnée à 200 000 € hors zone AFR (Zone à Finalité Régionale) et 1 million d’euros en zone AFR,
  • une aide au conseil : maximum de 50 % de l’assiette éligible sous forme de subvention plafonnée à 15 000 € pour financer une éventuelle expertise à la mise en oeuvre du plan de modernisation.

 

Très haut débit : 50 % des nœuds à raccordement optique posés sur le territoire alsacien

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Raphaël Schellenberger, Député de la 4e circonscription du Haut-Rhin, représentant Brigitte Klinkert, présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin, Romain Luttringer, Président de la Communauté de communes de Thann-Cernay, Maire de Thann, Michel Sordi, Maire de Cernay, et Thierry Bodard, Président de Rosace ont inauguré le 23ème Nœud de Raccordement Optique[1] (NRO) posé à Cernay, ce mardi 12 décembre 2017.

La pose de ce 23ème NRO a été suivie par une signature de convention permettant le financement du déploiement du Très Haut Débit dans ce secteur, entre la Région Grand Est et la Communauté de Communes Thann-Cernay, qui participe à hauteur de plus de 2,9 millions d’euros.

La Région Grand Est, maître d’ouvrage du projet de déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire alsacien, assure le portage administratif du contrat. Son investissement s’élève à plus de 21,7 millions d’euros, dont 10 millions de frais préfinancés par la Région et non répercutés sur les communes ou Communautés de Communes.

Focus sur ce 23e raccordement

  • 23ème pose du réseau Rosace sur les 47 NRO au total.
  • 12 communes raccordées au Très Haut Débit grâce à la fibre optique d’ici 2020 : Aspach-le-Bas, Aspach-Michelbach, Rammersmatt, Roderen, Wattwiller, Leimbach, Schweighouse-Thann, Cernay, Steinbach, Thann, Uffholtz, Vieux-Thann
  • soit près de 15 000 prises

A noter que les communes de Bitschwiller-les-Thann et de Willer-sur-Thur présentes sur le territoire de la Communauté de Communes de Thann-Cernay sont raccordées depuis le NRO de Husseren-Wesserling posé le 19 juillet 2017.

Sur le territoire alsacien, la Région Grand Est pilote, en partenariat avec les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, la première concession fibre optique lancée à cette échelle en France. Cette concession est confiée à l’entreprise Rosace.

En 2017 : près de 30 000 prises déployées dans 72 communes alsaciennes, dont 28 prioritaires. Pour certaines de ces communes, les réunions publiques d’information à la population pour l’ouverture du réseau de fibre optique ROSACE se tiendront courant janvier et février 2018

[1] Le Nœud de Raccordement Optique (shelter de 20 m²) est connecté au réseau mondial d’internet. C’est le lieu où convergent les lignes des abonnés d’une même zone (en général plusieurs communes). Il regroupe également les équipements actifs à partir desquels les opérateurs activent les accès des clients.

Une ambition partagée pour l’avenir des lycéens

La 2ème Journées des lycées du Grand Est s’est déroulée lundi 11 décembre 2017 au Centre de Congrès à Metz. Présidée par Jean Rottner, Président de la Région Grand Est et en présence des 3 Rectrices (Florence Robine, Rectrice de la région académique Grand Est, Rectrice de l’Académie de Nancy-Metz, Chancelière des universités, Hélène Insel, Rectrice de l’académie de Reims, Chancelière des universités, et Sophie Béjean, Rectrice de l’académie de Strasbourg, Chancelière des universités) et des Proviseurs, Adjoints et Gestionnaires des établissements du Grand Est, cette rencontre a été l’occasion de partager avec les équipes de direction des lycées publics et privés, les priorités de la politique régionale en faveur des lycées et des lycéens, ses enjeux et leur impact sur le fonctionnement des lycées.

Au cours de cette journée, quatre thèmes d’actualité ont fait l’objet de tables-rondes :

  • les lycées ouverts sur les nouvelles technologies,
  • les lycées tournés vers le développement durable,
  • le développement de l’apprentissage et l’importance de la concertation pour élaborer une carte de formation porteuse d’avenir pour les lycéens et les apprentis,
  • le cadre de vie et l’environnement des lycées.

Les lycées constituent une priorité pour la Région Grand Est qui soutient leur développement et leur promotion afin de favoriser l’éducation, la formation et le cadre de vie de la jeunesse.

En 2017, la Région consacre 1, 033 milliard d’euros à l’éducation et à la formation (soit 37 % de son budget global) dont 499 millions d’euros pour les lycées. Pour offrir aux quelque 218 000 lycéens du Grand Est des conditions de vie et d’apprentissage performantes, la Région priorise les investissements porteurs de valeur ajoutée et de sens pour la pédagogie du quotidien. Ce sont à la fois les locaux d’enseignement qui sont rénovés, modernisés, parfois étendus, mais également les restaurants scolaires, les locaux d’hébergement, les espaces sportifs, et l’environnement général des sites qui sont améliorés.

Inauguration de l’extension de la ligne 3 du tram entre Bâle et Saint-Louis

La ligne 3 du tram bâlois, qui s’arrêtait à la frontière franco-suisse, est prolongée jusqu’à la gare de Saint-Louis (68).

Véritable exemple d’intermodalité transfrontalière durable, l’inauguration des 3,4 km de lignes nouvelles a eu lieu ce 9 décembre 2017.

Après deux ans et demi de travaux, ce projet transfrontalier témoigne de la volonté de renforcer l’attractivité du territoire et d’offrir une nouvelle mobilité aux habitants, tout en améliorant leur qualité de vie.

Le chantier a coûté 48,660 millions d’euros, dont 17,03 payés par la Confédération suisse, 10,12 par Saint-Louis Agglomération, 5,73 par l’État, 3,5 par la Région et autant par le Département du Haut-Rhin, 3 par les subventions européennes, 2,54 par la Ville de Saint-Louis, 1,64 par le Canton de Bâle Ville (Pendlerfonds) et 1,6 par la Régie des transports bâlois.

La Région Grand Est construit « l’Artisanat de demain »

Lors de leur visite au sein de l’entreprise de menuiserie Agence Tout Bois, à Wisches, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Bernard Stalter, Conseiller régional délégué à l’Artisanat, Président de la Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat du Grand Est, ont présenté, le 8 décembre 2017, l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Artisanat de demain ».

Moderniser les entreprises artisanales

Avec plus de 90 000 entreprises employant 300 000 personnes dans le Grand Est, l’artisanat représente l’emploi de proximité et génère une réelle valeur ajoutée en Grand Est. La Région s’engage donc à soutenir ce secteur clé de l’économie régionale en mobilisant 5 millions d’euros pour améliorer la compétitivité des entreprises artisanales.

Pour ce faire, la Région Grand Est s’est dotée d’une stratégie volontariste : le « Pacte Artisanat Grand Est », visant à renforcer le dynamisme du tissu artisanal et à contribuer au maintien de nombreux savoir-faire territoriaux ainsi qu’à la spécialisation économique des territoires.

Ce Pacte s’articule autour de plusieurs volets :

  • un dispositif dédié avec « l’AMI Artisanat de demain » visant à soutenir la modernisation des entreprises artisanales et l’intégration de nouvelles techniques et/ou méthodes de production,
  • le déploiement des outils numériques pour les TPE,
  • une convention cadre pluriannuelle entre la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Grand Est et la Région autour de programmes co-construits,
  • un accompagnement plus qualitatif des opérations de création-reprise, via le déploiement dès 2018 des dispositifs «Be Est Entreprendre ».

C’est notamment par le biais du SRDEII (Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation) que la Région développe des stratégies de développement économique partagée visant à redynamiser la croissance économique et la compétitivité des entreprises en vue de créer des emplois sur le territoire régional. Ce schéma vise essentiellement l’accompagnement des entreprises dans leurs projets de développement, d’investissement, d’innovation et d’internationalisation, afin de les aider à affronter les grandes mutations de notre société.

L’un des objectifs premiers du SRDEII est d’« accélérer l’innovation et les transitions économiques dans le Grand Est ». C’est dans ce cadre que l’AMI – Appel à Manifestation d’Intérêt « Artisanat de demain » a été élaboré, de manière conjointe par la Région et la Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat.

Appel à Manifestation d’Intérêt « Artisanat de demain »

Par ce dispositif, la Région décide d’aider les entreprises artisanales à moderniser leurs outils de production en les inscrivant dans une démarche globale d’amélioration de leur performance et en les incitant à intégrer de nouvelles technologies en vue d’améliorer leur compétitivité :

  • digitalisation,
  • dématérialisation,
  • automatisation,
  • équipement numérique,
  • impression 3D…

Grandes, moyennes ou petites entreprises, peuvent bénéficier d’une aide régionale. Il s’agit d’une subvention à l’investissement d’un maximum de 30% plafonnée à 50 000 €, et d’une subvention au conseil d’un maximum de 50 % plafonnée à 15 000 €, pour les études de faisabilité liées à la démarche de modernisation.

Voir les conditions de l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Artisanat de demain »

 

 

Votre région proche de vous

Maison de la Région
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 67 68

Maison de la Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Maison de la Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Agences territoriales
12 agences

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile