La Région porte une attention particulière à deux grands vignobles du Grand Est

La Région Grand Est soutient les vins et coteaux de Champagne et contribue à l’inscription du Vignoble d’Alsace au patrimoine de l’UNESCO.

Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne

La Région Grand Est apporte son soutien à l’association Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015. Cette association participe à la valorisation du patrimoine et au développement économique de la filière champenoise.

Ainsi une subvention de 100 000 € lui a été attribuée lors de la Commission permanente du Conseil régional du 29 juin 2018 pour soutenir différentes actions telles que :

  • l’animation de la plateforme de gouvernance territoriale de gestion, dont les objectifs prioritaires sont de mieux appréhender les spécificités du territoire, de partager l’information, d’anticiper les évolutions et d’établir une stratégie de gestion,
  • le suivi et la mise en oeuvre du plan de gestion, en synergie avec les acteurs du secteur pour préserver au mieux le patrimoine,
  • l’accroissement, notamment par le biais de formations, de la visibilité de l’inscription des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne au patrimoine de l’UNESCO.

La Route des Vins d’Alsace

La Commission permanente du 29 juin 2018 a également attribué un financement de 12 168 € pour une étude préalable en vue de l’inscription de la Route des Vins d’Alsace au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, initiée par le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA).

La Route des Vins d’Alsace est l’une des plus anciennes, mais aussi l’une des plus fréquentées au monde, avec quelque 6 millions de visiteurs par an.

Le petit village de Nierdermorschwihr entouré de vignobles, près de Colmar et situé sur la Route des Vins © DUMOULINCette étude permettra de :

  • réaliser un état des lieux de la Route des Vins d’Alsace,
  • préfigurer les types de classement possibles au vu de ses atouts,
  • mettre en évidence les singularités et différences de la Route des vins d’Alsace par rapport aux autres sites viticoles classés par l’UNESCO,
  • recommander un système de gouvernance le mieux approprié pour fédérer l’ensemble des acteurs de ce territoire.

Une telle démarche engagée constituera un signe de reconnaissance pour le vignoble d’Alsace et confortera son rayonnement à l’international.

La Région soutient le développement de l’ESC de Troyes

La Région Grand Est attribue 3,2 millions d’euros pour soutenir le développement de l’Ecole Supérieur de Commerce (ESC) de Troyes pour la période 2018 – 2020.

Le Groupe ESC Troyes forme aujourd’hui 1 820 étudiants de niveau Bac à Bac + 5, avec cinq programmes de formation supérieure et un master en commun avec l’Université de Technologie de Troyes (UTT) ou encore l’Ecole Polytechnique Féminine (EPF) de Troyes. L’ESC est également impliquée dans la Technopole de l’Aube grâce à son pôle entreprenariat étudiant. Le Groupe déploie également deux écoles de la 2ème chance et un pôle de formation permanente à destination des demandeurs d’emplois et des salariés. A l’horizon 2021, le groupe, qui rayonne sur l’ensemble du bassin troyen, souhaite atteindre 2 500 étudiants.

L’accompagnement de la Région Grand Est poursuit 3 objectifs :

  • pérenniser le programme Stud’up, première en France, mis en place en 2016 et qui propose aux bacheliers ne souhaitant pas se spécialiser, un cursus généraliste pour leur première année dans l’enseignement supérieur,
  • proposer des formations touristiques à vocation internationale, à Paris,
  • développer le campus Afrique, créé en 2017 à Yaoundé, au Cameroun.

Grâce à cette stratégie, l’école intégrera le Pacte Grandes Ecoles mis en place par la Région en 2017.

Grand Est, terre de Sports !

Ce vendredi, la Région Grand Est a attribué 8,6 millions d’Euros pour soutenir 75 ligues et comités sportifs du Grand Est dans le cadre de conventions quadriennales de partenariats 2018-2021.

La politique sportive de la Région se veut ambitieuse et évolutive. La structuration du sport de haut-niveau et une offre de pratique sportive de proximité sont des axes stratégiques identifiés et ciblés par ces conventions, les aides accordées portent notamment sur :

  • les parcours de performance fédéraux (haut niveau),
  • la formation des dirigeants, encadrants et des juges/arbitres,
  • la structuration de la discipline et des associations,
  • le sport santé,
  • l’insertion par le sport,
  • l’équilibre de l’offre sportive dans les territoires.

La Région consolide ainsi son soutien aux ligues et aux comités sportifs de tout le territoire du Grand Est, véritables ambassadeurs de l’identité et de l’attractivité régionales.

Pour rappel, cinq autres dispositifs composent la politique sportive du Grand Est :

  • le soutien aux manifestations sportives
  • le soutien aux sportifs de haut-niveau
  • le soutien aux clubs de haut-niveau
  • le soutien aux investissements sportifs
  • le soutien à l’acquisition de leur matériel sportif

La Région affirme son soutien à planet A

A l’occasion de l’ouverture de la 1ère édition du Forum Mondial planet A, à Châlons-en-Champagne, le 28 juin 2018, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a réaffirmé son soutien au projet, initié par Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne.

La Région Grand Est apporte son soutien financier, par une subvention de 140 000 euros, à la réalisation du projet, en trois volets :

  • le Forum International planet A ;
  • IHEDA, l’exportation du savoir-faire et du savoir-être à la Française dans le domaine agricole pour former les acteurs agricoles de demain, ici et partout où la francophonie rayonne pour aider au développement des procès industriels et agricoles ;
  • la Cité de l’agriculture, à l’instar des sciences qui ont leur Cité de la Villette à Paris, l’Agriculture aura elle aussi son bâtiment Totem, qui non seulement donnera l’occasion au plus grand nombre de découvrir ce qu’est vraiment l’Agriculture d’aujourd’hui mais qui donnera aussi l’image de sa modernité.

Le Grand Est est une région agricole importante, c’est pourquoi elle a souhaité faire de la bio économie et de l’agriculture une politique forte, et au plus près des territoires. L’agriculture est au coeur des grands enjeux mondiaux puisqu’il faudra nourrir 10 milliards d’êtres humains en 2050 tout en préservant l’environnement et les ressources. Dans le cadre du SRDEII, la Région a ainsi choisi d’accompagner les agriculteurs et les viticulteurs en faisant de ses priorités la Ferme du futur. Elle a aussi souhaité engager des travaux dans le domaine de la bio économie, c’est pourquoi elle a mis en place des Assises de la Bio économie dont la première s’est déroulée le 7 juin dernier, à la maison de la Région à Châlons en Champagne.

Lycée 4.0 : une nouvelle vague d’établissements participe à l’expérimentation

62 établissements du Grand Est rejoignent à la rentrée 2018 les 49 lycées participant à l’expérimentation « lycée 4.0 ».

Offrir aux lycéens des conditions d’apprentissage modernes

La Région a pour ambition de développer les usages du numérique pour les 218 000 lycéens du Grand Est et proposer à la jeunesse des conditions de travail modernes permettant aux jeunes de mieux appréhender les nouvelles technologies et facilitant ainsi leur insertion professionnelle. Cette expérimentation se traduit par la fourniture de manuels et / ou ressources en version numérique et concerne l’ensemble des niveaux et discipline de l’établissement. Tous les établissements qu’ils soient publics, privés, agricoles ou d’enseignement adaptés sont concernés par ce dispositif, les bénéficiaires étant tous lycéens de la seconde à la terminale. Les classes post-bac ne sont pas concernées.

Le concept va au-delà du livre numérique, il s’agit d’outils et de ressources mis à disposition des élèves et des professeurs dans les lycées, à domicile et accessible sur ordinateur portable ou tablette : manuels numériques interactifs, plateformes de ressources, en particulier avec la Banque de Ressources Numériques pour l’Ecole (BRNE), espace numérique de travail, tableaux interactifs, applications spécifiques, imprimantes 3D, etc.

Par ailleurs, le numérique contribue à la lutte contre le décrochage scolaire dans la mesure où il offre la possibilité d’individualiser les parcours, de différencier la pédagogie et le rythme d’apprentissage.

Les ressources et manuels numériques, dont le choix relève toujours de l’établissement, permettent :

  • un accès gratuit aux ressources numériques pour les élèves,
  • d’offrir aux lycéens une continuité numérique entre le collège (le plan national concerne aujourd’hui déjà 25% des collèges) et l’université (déjà fortement utilisatrice des ressources numériques),
  • de faciliter l’accessibilité via un Espace Numérique de Travail (ENT) unique sur l’ensemble du Grand Est,
  • de réduire le poids des cartables,
  • de bénéficier d’une offre des éditeurs adaptée et renouvelée.

La Région accompagne le déploiement des équipements et infrastructures

L’accompagnement de la Région consiste à déployer des infrastructures wifi dans les établissements, dans l’objectif de favoriser l’utilisation des ordinateurs personnels des lycéens. La Région prend en charge les chantiers dans les 62 nouveaux lycées 4.0.

Le Grand Est a été la 1ère Région de France à signer avec Microsoft un contrat de licence afin de mettre à disposition de tous les lycéens des Etablissements Publics Locaux d’Enseignement (EPLE) publics, privés et agricoles, leurs familles et les enseignants, le pack Microsoft Office.
Ce contrat permet l’installation et la mise à jour de la suite Office complète sur l’ensemble du parc informatique des lycées (100 000 postes de travail) ainsi que sur les équipements personnels des quelque 218 000 lycéens du Grand Est et 26 000 enseignants et personnels administratifs. Le parc informatique des lycées du Grand Est sera ainsi prochainement unifié, permettant de diminuer les coûts de maintenance pour la Région. Les échanges entre les enseignants et les élèves via les Espaces Numériques de Travail seront également facilités, chacun utilisant la même version logicielle. Cette offre représentera une aide significative pour les lycéens et leurs familles qui en disposeront gratuitement durant leur scolarité en EPLE.

Plus d’information sur les ressources et les équipements

Le regroupement des lycées du Lunévillois : vers un établissement unique et numérique

Parmi les lycées qui prennent le virage du numérique figurent 3 lycées du Lunévillois, inscrits par ailleurs dans un projet de restructuration et de modernisation, initié par la Région Grand Est et le Rectorat de l’académie de Nancy-Metz. Jean Rottner et Florence Robine ont présenté ce projet, le 26 juin 2018, à l’occasion du lancement de « Lycée 4.0 ». Le projet concerne le regroupement des lycées Ernest Bichat, Jacques-Marie Boutet de Monvel et Paul Lapie, en un établissement unique, tourné vers le numérique, qui sera dès la rentrée de septembre 2018 labellisé « lycée 4.0 ».
L’établissement réhabilité pourra accueillir 2 200 élèves, répartis autour de 6 grands pôles d’enseignement : Métiers d’Art, Industriel, Technologique, Tertiaire, Sanitaire et Social et Général.
Les travaux, qui devraient s’achever à l’horizon 2027, représentent un coût total de 66 millions d’euros.

Carte des lycées 4.0 du Grand Est

 

Booster l’innovation en Grand Est

Grand E-nov, la nouvelle Agence Régionale d’Innovation du Grand Est, vient d’être lancée ce mardi 26 juin à Metz. Elle a pour objectif de répondre aux besoins des entreprises en matière d’innovation sous toutes ses formes, en cohérence avec le Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII). Implantée à Reims/Bezannes, Troyes, Metz, Nancy, Mulhouse et Strasbourg, elle pourra accompagner plus d’une centaine d’entreprises, au plus près des territoires.Cette nouvelle agence accompagne les entreprises, petites ou grandes, primo-innovantes ou matures, dans tous leurs projets d’innovation : nouveaux produits ou services à mettre sur le marché, structuration d’un projet de Recherche et Développement, identification de partenaires technologiques ou de start-ups, transformation digitale ou accès à des financements régionaux, nationaux ou européens, etc. Premier maillon pour l’appui aux territoires, elle permet désormais de répondre de manière coordonnée et unique aux entreprises du Grand Est.

Quatre missions principales lui sont allouées :

  • L’ingénierie de projets d’innovation
  • L’accélération pour start-up en post incubation et accompagnement à la levée de fonds
  • Le financement des solutions d’innovation
  • L’accompagnement des projets territoriaux d’innovation

Une gouvernance partagée

Parce que l’innovation représente un enjeu fort pour le développement de nos territoires, Grand E-nov s’est structurée autour d’une gouvernance multi-compétences. Un Bureau, un Directoire, un Comité de Surveillance et 2 Comités Stratégiques “entreprises” et “territorial” sont mis en place afin d’assurer une gouvernance cohérente et répondre aux besoins du territoire du Grand Est.

Le Comité Stratégique des Entreprises Innovantes se réunit quant à lui 2 fois par an pour partager les bonnes pratiques en matière d’innovation, identifier les besoins des entreprises du territoire.

Le Comité Stratégique Territorial se compose de métropoles. Tout en respectant leurs stratégies propres, le Comité Stratégique a pour mission de :

  • favoriser le partage de bonnes pratiques entre territoires en ce qui concerne l’innovation,
  • éclairer la Région sur les actions nécessaires et les politiques à mener en faveur des territoires innovants,
  • apporter de l’expertise sur le sujet de la relation entre un territoire et l’innovation à travers de la veille sur : les expérimentations, les démonstrations, la commande publique.

Aussi, Etienne LEROI, membre de la CCI Grand Est et Directeur Général de N.SCHLUMBERGER, a été élu Président de Grand E-nov. Lilla MERABET, Vice-Présidente de la Région Grand Est, en charge de la compétitivité, du numérique et des filières d’excellence, a été élue pour sa part Vice-Présidente de Grand E-nov.
Philippe COLSON, Directeur Général de la CCI Grand Est, a été élu Secrétaire et François CHARLIER, Adjoint au Directeur Général des Services de la Région Grand Est, Trésorier de la nouvelle agence.
Le Président de la Région Grand Est, Jean ROTTNER, a été nommé Président du Conseil de surveillance, rejoint par Gilbert STIMPFLIN, Président de la CCI Grand Est.

 

 

 

Les COT, des contrats au service de l’emploi

Depuis le 12 juin dernier la Région, l’État et les organisations professionnelles de 7 secteurs d’activité en Grand Est, concrétisent leurs ambitions via la signature de sept Contrats d’Objectifs Territoriaux (COT). Véritables plans d’action au service de l’emploi, les COT sont le fruit de deux années de concertation ayant mobilisé plus de 70 partenaires. Pendant 3 à 5 ans, ils fixent pour chaque secteur identifié, les parcours à définir afin de mettre en adéquation les formations et les besoins des entreprises. Sont ainsi concernés Agriculture-Viticulture-Métiers du paysage, Artisanat, Construction et Travaux Publics, Forêt-Bois-Ameublement, Industrie, Logiciels et services numériques, Sanitaire et Social.
Ces temps de signature permettent donc de reconnaître le travail accompli par tous les partenaires de la démarche depuis deux ans et solidifient les partenariats à venir.

S’inscrivant dans le cadre de la démarche Performance Grand Est, le COT est la déclinaison opérationnelle du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et de l’Orientation Professionnelles (CPRDFOP). Véritable plan d’actions au service de l’emploi, chaque COT est construit autour de 3 grandes thématiques :

  • analyser et anticiper par l’observation du secteur et la veille active sur l’évolution des métiers, des emplois et des compétences,
  • conseiller et informer par la promotion des métiers et le développement de l’attractivité du secteur d’activité,
  • former et insérer grâce au pilotage des formations professionnelles et à l’aménagement de l’offre de formation par voies et par niveaux, ce quel que soit le public.

Pour la période 2018-2019, d’autres secteurs d’activités (Hôtellerie-restauration-tourisme, Maintenance des véhicules, Commerce, Transport-logistique, Propreté) seront investis, soit dans le cadre de contrats d’objectifs, soit dans le cadre d’accords spécifiques en fonction des secteurs.

Faciliter les déplacements des usagers du TER en Grand Est

Lors de la séance plénière du Conseil régional du Grand Est du 22 juin 2018, les élus ont approuvés l’évolution de plusieurs dispositifs, pour un montant de près de 3,6 millions d’euros afin de faciliter les déplacements des usagers sur le territoir. La poursuite de financement de l’électrification de la ligne ferroviaire entre Paris et Troyes a également été approuvée.

Vers des tarifs plus attractifs

La Région a souhaité faire évoluer, à partir du 1er septembre 2018, la tarification des TER Grand Est pour les voyageurs en provenance ou à destination de Paris sur les lignes 4 et Vallée de la Marne. La tarification concerne les abonnés et les voyageurs occasionnels munis de cartes de réduction, elle sera appliquée pour les parcours intra-régionaux et les liaisons avec Paris. Les voyageurs bénéficieront de baisses de prix significatives, jusqu’à 50% en-dessous des tarifs actuels.

Les voyageurs ne disposant ni d’abonnements ni de cartes vont pouvoir bénéficier d’un nouveau tarif « petits prix 100% digitaux », en baisse de 30 à 70% par rapport au plein tarif. Cinq paliers de prix ont été définis en fonction de la distance parcourue : à partir de 3 euros pour la plus courte distance et jusqu’à 20 euros pour les distances les plus longues. L’achat des billets se fera via une application mobile ou sur internet.

Améliorer l’information des voyageurs en période de perturbations

Depuis les perturbations vécues par les usagers en fin d’année 2017 sur plusieurs lignes TER, un plan d’actions pour améliorer la prise en charge et l’information des voyageurs sera mis en place par SNCF Mobilités et SNCF Gares & Connexions. Il s’étendra sur la période 2018 – 2020 pour un montant de près de 3,6 millions d’euros, financés à 100 % par la Région. Il s’agit notamment de la télésonorisation des gares, de régénérations des écrans en gare, de la mise en place d’une signalétique et d’informations relatives aux aéroports en gare de Strasbourg, d’un nouveau point d’information TER Grand Est en gare de Paris-Est ou encore d’installations de mobiliers interactifs dans certaines gares.

Electrification de la ligne Paris-Troyes

La ligne Paris – Troyes – Belfort – Mulhouse, est actuellement électrifiée sur les sections de Paris à Gretz et de Belfort à Mulhouse. Elle traverse les régions d’Ile-de-France, du Grand Est et de Bourgogne Franche Comté et concentre plus de 75 % de sa fréquentation sur la section Paris-Troyes, soit plus de 3 400 voyages par jour. Le projet d’électrification de cette  ligne est porté par la Région Grand Est, l’Etat, la SNCF Réseau et l’ensemble des collectivités locales contribuant à sa mise en œuvre. Il concerne la section Gretz-Troyes de la ligne 4 et la section Longueville – Provins de la ligne P du Transilien. Le montant du projet s’élève à 101,40 millions d’euros dont 18,25 millions d’euros de participation régionale.

 

La Région approuve le contrat de partenariat métropolitain avec Nancy et le contrat triennal Strasbourg capitale européenne

Contrat de partenariat métropolitain avec la Métropole du Grand Nancy et la Ville de Nancy

Un contrat de partenariat entre la Région, la Métropole du Grand Nancy et la Ville de Nancy a été approuvé lors de la séance plénière du 22 juin 2018. Le contrat de partenariat métropolitain prévoit ainsi 15 projets structurants et actions innovantes, déclinés au sein des 3 axes fédérateurs principaux :

La contribution du Grand Nancy au développement du territoire régional

  • création de la SEM d’innovation et d’animation technopolitaine Henri Poincaré, territoire d’innovation de grande ambition (TIGA) « Des hommes et des arbres, les racines de demain » (phase ingénierie),
  • élaboration et mise en oeuvre du Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE), en lien avec le Conseil Métropolitain de l’Economie et de l’Innovation (CMEI),
  • restructuration du campus de biologie-santé et du pôle gestion-management de l’Université de Lorraine (immobilier universitaire et logements),
  • construction du CEPAL sur le site ARTEM,
  • modernisation et développement des lycées : reconstruction du pôle biologie et microbiologie du lycée Varoquaux à Tomblaine, restructuration de l’internat du lycée agricole Mathieu Dombasle à Malzéville, restructuration de la demi-pension du lycée Callot à Vandoeuvre, mise en accessibilité du lycée Héré à Laxou.

Une action conjointe pour l’accessibilité multimodale du territoire et les mobilités de proximité

  • renouvellement et extension de la ligne 1 du réseau de transports collectifs,
  • développement de l’intermodalité TER – TED (réseau de transport en commun de Meurthe-et-Moselle) – SUB (réseau de transport suburbain de l’agglomération nancéienne) – STAN (réseau de transport urbain de la Métropole du Grand Nancy),
  • allongement de la longueur de la voie 7 en gare SNCF de Nancy (et création d’un terminus en gare de Blainville),
  • études du développement des échangeurs Gentilly, Laxou et Brabois (A31 et A33), en lien avec l’objectif de la réalisation de l’A 31 bis,
  • développement des activités du port de Nancy-Frouard en lien avec la mise en oeuvre du SMO (Syndicat Mixte Ouvert) des ports lorrains.

Une convergence d’action pour l’attractivité et le rayonnement de la métropole nancéienne dans le Grand Est

  • création du centre « Grand Nancy Thermal »,
  • rénovation du Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain,
  • restructuration du parc des expositions,
  • mise en oeuvre du programme de renouvellement urbain dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

La réalisation de ces opérations représente un montant total estimatif d’environ 267 millions d’euros, dont 75,7 millions d’euros seraient pris en charge par la Région Grand Est.

Contrat triennal Strasbourg capitale européenne 2018 – 2020

Siège du Conseil de l’Europe, du Parlement européen, de la Cour européenne des droits de l’Homme, du Médiateur de l’Union européenne, de l’Eurocorps et de nombreuses autres organisations de coopération internationale, Strasbourg participe au rayonnement international de la Région Grand Est et de la France.

Cette position institutionnelle particulière a été reconnue par le législateur qui a institué un contrat spécifique au bénéfice de la métropole strasbourgeoise pour lui assurer les moyens de ses fonctions de ville siège des institutions européennes.

Les contrats triennaux unissent depuis les années 1980 l’Etat à la Ville de Strasbourg, à son agglomération, au Département du Bas-Rhin et à la Région. Le contrat triennal Strasbourg capitale européenne 2018-2020 concerne 23 opérations représentant un montant total de 185,57 millions d’euros.

 

Décision modificative n°1 : la Région ajuste son budget

Lors de la séance plénière du Conseil régional du Grand Est du 22 juin 2018, les élus ont approuvés la Décision Modificative n°1 (DM1) pour l’exercice budgétaire 2018.

Qu’est-ce la Décision Modificative n°1 ?

La DM1 a pour but d’ajuster les dépenses et recettes pour tenir compte de la réalité des besoins de financement de la Région au cours de l’année. La DM1 prévoit 138,5 millions d’euros de dépenses, 117,6 millions d’euros de recettes nouvelles et un résultat de gestion 2017 de 62,2 millions d’euros, permettant à la Région de réduire le volume d’emprunt de 41,3 millions d’euros tout en maintenant le niveau de ses interventions, dédiées à la réalisation des grandes politiques régionales.

La Région poursuit ainsi ses efforts de désendettement. Avec cette nouvelle baisse, elle est d’ores et déjà parvenue à réduire son endettement de 100 millions d’euros, et, d’autre part, à dégager une capacité d’investissement supplémentaire de 100 millions. Au total, ce sont donc 200 millions d’euros qui permettent de mener de nouvelles actions au service des territoires et de leurs habitants.

 

Renforcer l’offre de service de la Région

Ces ajustements permettent de renforcer l’offre de service de la Région Grand Est :

  • en matière de formation professionnelle continue en s’engageant dans le Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) avec une inscription de 28,5 millions d’euros en Crédits de Paiement en Fonctionnement ;
  • en matière de transports, l’offre est également abondée de 6,5 millions d’euros facilitant l’acquisition de nouveaux matériels TER ;
  • les usages numériques sont également soutenus, une soixantaine de lycées du Grand Est rejoignant l’opération « Lycée 4.0 » pour l’année 2018-2019. 12,3 millions d’euros seront inscrits en investissement pour abonder cette opération et 3 millions pour la prolongation de l’aide à la restauration ;

La DM1 permet également d’ajuster plus finement les inscriptions budgétaires des politiques régionales. Sont concernés à ce titre plus particulièrement les secteurs de l’action économique (financement des PME, création-reprise, ESS, marchés « Industrie du Futur », site Be EST), du sport (soutien aux investissements sportifs), de l’enseignement (dispositif « Jeun’Est »), de l’environnement (gestion intégrée contre les inondations) et des fonds européens (crédits liés aux programmes de développement rural FEADER).

Enfin, ces ajustements concernent également les recettes, tant en matière de formation professionnelle continue (Plan 500 000 ; PIC ; FSE), de fonds européens (FEADER) que s’agissant de la prise en compte des montants définitifs des participations, dotations et fiscalité notifiés par l’Etat depuis le vote du budget primitif 2018.

Au total, 163,8 millions d’euros de dépenses nouvelles sont proposées au titre de la DM1 2018, auxquelles se soustraient 25,3 millions d’euros d’annulations et de transferts (ajustements divers et reports d’opération).

 

Visite du chantier de modernisation entre Saales et Saint-Dié

La Région Grand Est investit 10,9 millions d’euros pour renouveler la voie ferrée entre Saales et Saint-Dié afin d’améliorer le confort et préserver le niveau de sécurité.

Chiffres-clés des travaux 13 M€, 1650 m de voie et ballast renouvelésLes travaux se déroulent du 16 avril au 31 août 2018 et consistent :

  • à remplacer 9000 traverses et effectuer le relevage de la voie
  • à renouveler 1650 mètres de voie et de ballast dans le tunnel de Colroy

Le montant total des travaux s’élève à 13 millions d’euros. Ils sont financés dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2018-2020. Les départements et plusieurs collectivités sont également associés au financement.

Une visite de chantier organisée le 20 juin à Colroy-la-Grande a permis de juger de l’avancée des travaux en présence d’Etienne Hilt, Adjoint au chef du service Transports de la DREAL Grand Est, David Valence, Vice-Président en charge des Mobilités et des Infrastructures de Transport à la Région Grand Est, Maire de Saint-Dié-des-Vosges, et de Marc Bizien, Directeur Territorial SNCF Réseau Grand Est.

 

Principaux chantiers 2018 en Grand Est réseau ferré

Les investissements sur le réseau en 2018

  • 375 millions d’euros sont investis pour moderniser et développer le réseau ferré classique
  • près de 222 millions d’euros sont consacrés à la maintenance du réseau

Le Grand Est et le Québec renouvellent leur coopération

Répondant à l’invitation de Jean Rottner, le Ministre des Relations Internationales et de la Francophonie du Québec a mené mercredi 20 juin 2018, une délégation à la Maison de la Région à Strasbourg. Objectif : consolider la collaboration établie depuis près de 20 ans entre les deux partenaires.

Parmi les temps forts de cette journée, notons une rencontre autour du numérique avec la présentation de la politique régionale et des projets Lorntech et Frenchtech Alsace, qui fédèrent les acteurs de l’écosystème numérique afin de booster leur développement à l’international. La journée fût également l’occasion de recueillir des témoignages autour d’expériences franco-québécoise, notamment d’entreprises ayant développé des activités au Québec.
Et avec la signature d’un accord de coopération entre la Région Grand Est et la Délégation générale du Québec, les deux partenaires ont souhaité définir une nouvelle feuille de route pour la période 2018-2020 autour des objectifs suivants :

  • établir et développer des rapports partenariaux impliquant la population et les acteurs de leurs territoires respectifs,
  • mettre en place une approche pragmatique de coopération durable et mutuellement bénéfique, dans le respect de chacune des cultures,
  • impulser une synergie et une dynamique réciproque d’attractivité et de compétitivité.

La Région Grand Est et la Délégation du Québec à Paris renforcent leurs coopérations dans les domaines du développement économique, de l’innovation, du numérique, la mobilité durable, la mobilité de la jeunesse, l’éducation, la formation, la santé, le tourisme, la culture, etc. Ce nouveau partenariat s’inscrit dans la continuité de la convention triennale 2018-2020 signée entre la Région Grand Est et l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse, afin de promouvoir l’entreprenariat et la mobilité des jeunes.

Votre région proche de vous

Maison de la Région
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 67 68

Maison de la Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Maison de la Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Agences territoriales
12 agences

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile