Restitution du SRADDET : construire l’avenir des territoires

Après deux années de co-construction, les élus régionaux ont présenté les grands principes du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), ses ambitions et des exemples concrets de mise en oeuvre, aux acteurs de l’aménagement des territoires, le 30 novembre 2018 au Centre des Congrès de Metz (57).

Deux tables-rondes étaient organisées autour des axes stratégiques : la transition écologique et énergétique, d’une part et la cohésion territoriale et transfrontalière, d’autre part.

Le SRADDET vise à renforcer la vitalité et le rayonnement des territoires. Il remplacera dès son approbation les anciens schémas qu’il intègre, notamment les Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE) et les Schémas régionaux climat-air-énergie (SRCAE). La Loi NOTRe de 2015 prévoit que les Régions adoptent leur SRADDET en juillet 2019.

Lancée en février 2017, l’élaboration du SRADDET a fait l’objet d’une très large concertation qui a rassemblé près de 3000 acteurs (collectivités territoriales, Etat, acteurs de l’énergie, des transports, de l’environnement, associations…) lors de séminaires, rencontres territoriales et autres réunions de travail et recueilli l’avis de 2900 citoyens. Pour construire cette vision commune, plus de 245 contributions écrites sont venues enrichir la réflexion.

La restitution du SRADDET marque la fin d’une première phase d’élaboration mais pas la fin de la concertation qui continuera tout au long de l’année 2019 avec les avis des personnes publiques associées et une enquête publique prévue d’ici l’été 2019.

13 zones labellisées « Territoires d’industrie »

A l’occasion du Conseil national de l’industrie, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé la liste des 124 « territoires d’industrie » retenus dans le cadre du plan national de transformation de l’industrie par le numérique, visant à soutenir et développer le tissu industriel en France.

Dans le Grand Est , 13 territoires ont été retenus en faisant ainsi la 2ème région en nombre de territoires labellisés :

  • Alsace bossue – Saverne – Nord Alsace
  • Alsace centrale
  • Bassin de Joinville – Langres – Chaumont
  • Bazancourt – Pomacle
  • Epernay – Bassin sézannais – Portes de Romilly
  • Moselle Est
  • Nord Est Ardenne
  • Nord Lorraine
  • Sud Alsace
  • Troyes – Bar-sur-Aube
  • Val et Terres de Lorraine
  • Vitry-le-François – Saint-Dizier – Bar-le-Duc
  • Vosges

Carte des 13 territoires d'industrie retenus dans le Grand Est

L’État va consacrer une enveloppe de 1,3 milliard d’euros pour les 124 territoires labellisés. Ces zones bénéficieront d’un engagement spécifique des pouvoirs publics, qui mobilisera un éventail de dispositifs pour appuyer et accompagner les projets de ces territoires. Le pilotage des projets est confié aux régions, qui ont la charge, en liaison avec les industriels, de présenter leurs priorités.

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Lilla Merabet, Vice-présidente en charge de la compétitivité, de l’innovation et du numérique, se sont réjouis de cette annonce qui permettra aux industries de ces territoires de bénéficier de moyens supplémentaires. L’avenir de la région passe par la modernisation et la transformation de ses industries (mutations écologiques et énergétiques, numérique et digitale, transformation des métiers et des process de production, etc.). Depuis 2015, la Région accompagne près de 500 entreprises via le plan régional Industrie du Futur. Ce plan leur permet, dans un contexte de mutation économique, d’intégrer les nouvelles technologies et les nouvelles méthodes de production, tout en optimisant les ressources énergétiques et en repensant la place du salarié dans l’entreprise. Il s’inscrit de plus sous la bannière fédératrice de l’industrie française, « French Fab« .

 

45èmes Olympiades des Métiers : Finales nationales

60 jeunes du Grand Est représentent la Région à Caen du 28 novembre au 1er décembre 2018

Créées à l’image des Jeux Olympiques, les Olympiades des Métiers (WorkSkills Competition) sont un événement national de mise en valeur de l’excellence dans les métiers. Elles permettent aux meilleurs jeunes professionnels de la France entière, âgés de moins de 23 ans, de réaliser, lors d’une compétition nationale, en public et en un temps limité, une démonstration technique de leur métier.

Le concours présente ainsi une vision concrète des professions et des compétences actuelles dans  60 métiers du secteur de l’économie, répartis en 7 pôles : alimentation, automobile et engins, bâtiment et travaux publics, industrie, communication et numérique, service, et végétal.

Suivez le OFF de l’Equipe Grand Est sur Instagram.

 

 

Devoir de mémoire : la Région renouvelle son partenariat avec le Mémorial de la Shoah

La Région Grand Est a renouvelé sa convention de partenariat avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah en présence de Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Elsa Schalck, Vice-Présidente en charge de la Jeunesse et de l’Orientation, de l’Engagement, de la Citoyenneté et de la Démocratie territoriale, Jacques Fredj, Directeur du Mémorial de la Shoah, des membres du Conseil régional des Jeunes du Grand Est (CrJGE), et de lycéens du Grand Est (dont les projets ont été sélectionnés pour le déplacement à Auschwitz en 2019).

Sensibiliser les jeunes au devoir de mémoire

Dans le cadre de sa politique jeunesse, la Région entretient des liens forts avec le Mémorial de la Shoah. En effet, en partenariat avec les académies de Strasbourg, Reims et Nancy-Metz, la Région accompagne chaque année plus de 25 lycéens du Grand Est pour un voyage d’études à Auschwitz. Initié en 2007 avec les lycées alsaciens, ce voyage d’études s’est étendu aux établissements lorrains et champardennais afin de permettre aux lycéens du Grand Est de prendre part à ce travail de mémoire. Depuis 2007, ce partenariat a permis à plus de 1 800 lycéens de première et de terminale de prendre part au devoir de mémoire dans le Grand Est.

Renforcer le partenariat et toucher davantage de jeunes

La nouvelle convention pluriannuelle, signée pour les périodes 2018-2019 et 2020-2021, renforce ce partenariat avec la volonté d’accroître la subvention annuelle, la faisant passer de 80 000 € par an à 125 000 € par an. Ce fonds supplémentaire permettra à plus de 300 lycéens de participer au voyage d’études à Auschwitz-Birkenau grâce notamment à l’affrètement d’un second avion d’une capacité de 180 places.

Ce partenariat renforcé démontre l’engagement sans faille de notre collectivité dans la lutte contre le fléau de l’antisémitisme. Il permettra à des centaines de lycéens du Grand Est de mieux comprendre les ressorts et les conséquences de la 2nde Guerre Mondiale et de la déportation et de prendre une part active au devoir de mémoire, a rappelé Jean Rottner.

En 2019, le voyage d’étude se déroulera :

  • le mercredi 6 février au départ de Strasbourg,
  • le jeudi 7 février au départ de Nancy-Metz.

100 jeunes récompensés dans le cadre du Prix régional pour l’égalité et la mixité des métiers

Remise du Prix à Nancy

La Région Grand Est a lancé en mars 2018, le 1er Prix Régional pour l’Égalité et la Mixité des Métiers à l’échelle du Grand Est pour l’année scolaire 2017-2018. L’objectif est  de favoriser l’accès à tous les métiers en luttant contre les stéréotypes sexués. Dans le cadre de son engagement pour l’égalité et la jeunesse, la Région a mis ainsi à l’honneur des jeunes filles et garçons de 15 à 30 ans qui ont fait le choix de se former dans des domaines traditionnellement destinés au sexe opposé.

26 garçons préparant des formations dans les domaines du sanitaire et social, et 74 filles préparant des formations dans les domaines des métiers du bâtiment, des travaux publics, des transports et de l’industrie ont été récompensés lors de cérémonies qui ont eu lieu :

  • le mardi 13 novembre 2018 à la Maison de la Région à Strasbourg,
  • le vendredi 23 novembre 2018 à l’Hôtel de Ville à Troyes,
  • le lundi 26 novembre 2018 à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) à Nancy.

Chaque jeune a reçu une aide de 400 €.

A propos du dispositif

Pour bénéficier de cette aide, les candidats doivent résider dans le Grand Est et être âgés de 15 à 30 ans. Ils doivent être inscrits dans un lycée professionnel de l’Éducation nationale, de l’enseignement agricole, dans un CFA ou dans un organisme de formation situé dans le Grand Est pour suivre une formation incluse dans les programmes régionaux de formations professionnelles ou dans le secteur sanitaire et social.

Les candidatures ont été sélectionnées par le Comité de pilotage « Egalité » présidé par Alexandre Cassaro, Conseiller régional du Grand Est délégué à l’Égalité femmes-hommes.

Le jury s’est réuni en juillet dernier et a examiné la motivation des jeunes candidats, ainsi que leurs résultats scolaires ou de formation. Les critères suivants ont été retenus pour désigner les lauréats :

  • valoriser les parcours et les choix professionnels des candidats,
  • répondre à un taux de mixité inférieur à 40 % dans les formations ou métiers choisis.

#PasDeClichéDansNosMetiers

La Région poursuit ses aides aux projets d’investissements des communes rurales

Dans le cadre du Pacte pour la Ruralité, dont l’enjeu est le soutien, le développement et la valorisation de l’ensemble des territoires ruraux du Grand Est, la Région a mis en place des aides structurantes en faveur des communes rurales. A ce titre, la Région accompagne les communes dans leurs projets d’investissements afin de leur permettre de développer les services à la population et d’améliorer le cadre de vie de leurs habitants. Le soutien attribué en Commission permanente, le 23 novembre 2018, s’élève à plus de 2,3 millions d’euros pour 61 projets portés par des communes ou leurs Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI).

Au total, depuis la mise en place de ce dispositif en avril 2017, la Région a engagé plus de 18 millions d’euros pour accompagner près de 400 projets en milieu rural.

Concrètement, il s’agit de soutenir les aménagements urbanistiques, paysagers et de plein-air de qualité, mais aussi les entrées de village, les abords des équipements publics, la construction, la réhabilitation de bâtiments nécessaires à l’installation de nouveaux services à la population, le développement d’une offre de loisirs, d’accueil des associations locales ou encore la construction et l’extension d’équipements scolaires. L’aide peut varier de 20 à 40 % du coût hors taxes du projet avec un plafond situé entre 75 000 € et 200 000 €.

 

 

 

Consultez la carte des projets soutenus par la Région en milieu rural

Agir pour l’emploi à travers plusieurs programmes de formation professionnelle

La Région Grand est finance et pilote des programmes de formation professionnelle au service de l’emploi à hauteur de 111 millions d’euros. Parmi les programmes soutenus, on peut noter :

  • les programmes de formation des demandeurs d’emploi et des détenus ;
  • la signature d’une convention de partenariat entre la Région et Pôle Emploi ;
  • l’abondement du Fonds d’Intervention pour la Formation et l’Emploi (FIFE) ;
  • la présentation des axes d’intervention dans le cadre du PACTE 2019/2022 pour la formation et l’emploi.

La formation est un axe majeur pour la Région Grand Est puisqu’elle permet aux actifs de monter en compétences, de favoriser leur employabilité et d’apporter ainsi un appui aux entreprises et une dynamique pour le développement économique des territoires.

Plus de 93 millions d’euros pour les programmes de formation continue 2019

La Région a décidé de reconduire, en 2019, les programmes de formation professionnelle suivants :

  • Le Programme Régional de Formation (PRF) à destination des demandeurs d’emploi et celui à destination des détenus à hauteur de 76,9 millions d’euros répartis ainsi :
    • 73 millions d’euros pour le Programme Régional de Formation qui comprend un large panel de formations en faveur des demandeurs d’emploi,
    • 2,1 millions d’euros pour le programme destiné aux détenus afin de renforcer leur orientation par la formation en cohérence avec la durée de leurs peines, dans l’objectif de mieux préparer leur sortie et leur réinsertion professionnelle,
    • 1,8 million d’euros pour le plan numérique du secteur des technologies de l’information qui rassemble plus de 34 000 emplois dans le Grand Est et présente des perspectives d’emploi.
  • Le Programme Régional de Formation à la création d’entreprise
    La création d’entreprise nécessite des compétences variées sur le plan humain, commercial, technique, financier, informatique, c’est pourquoi la Région Grand Est a mis en place un programme de formation adapté et individualisable pour accompagner les créateurs d’entreprises dans leur besoin en formation. La Région a attribué la somme de 971 000 euros pour la mise en place de ce programme.
  • Le Programme de formation à destination des Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE)
    La Région propose un programme de formation pour répondre aux besoins des SIAE. Il vise la professionnalisation des entreprises et SIAE pour renforcer l’efficacité de leurs parcours. La Région a voté ce jour, une aide de 1,5 million d’euros.
  • La Prestation de traitement des données et d’enquête auprès des stagiaires de la formation professionnelle ayant bénéficié d’une formation financée par la Région et par le Fond Social Européen (FSE) sur le territoire lorrain
    Afin de répondre aux exigences de la Commission Européenne, une solution de traitement des données relative au devenir des stagiaires post formation, ayant bénéficié de formations financées par la Région et le FSE a été mise en place. Celle-ci permet, d’une part, de répondre aux besoins en matière de FSE, d’autre part, de fournir des statistiques d’aide à la décision sur la politique de formation professionnelle en Lorraine. Il est donc nécessaire de reconduire ce marché et d’y affecter un montant de 120 000 euros pour sa mise en oeuvre.
  • Prestation de gestion de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle :
    L’Agence de Service des Paiements (ASP) est le prestataire de la Région pour le versement mensuel de la rémunération et de la protection sociale auprès des stagiaires de la formation professionnelle. L’ASP dispose d’une enveloppe régionale de 11,7 millions d’euros afin d’assurer la rémunération des stagiaires pour l’année 2019.

Une convention de partenariat 2019 / 2022 entre la Région et Pôle Emploi

La région Grand Est et Pôle Emploi ont l’ambition communes de répondre aux besoins des territoires et d’accélérer le retour à l’emploi. La Région exerce une compétence pleine et entière en matière de formation professionnelle des demandeurs d’emploi. Elle est chef de file et facilitateur de l’action économique auprès des entreprises du territoire. Pôle Emploi a la volonté d’accompagner encore mieux les entreprises dans leurs recrutements et de partager ses diagnostics sociaux économiques avec les acteurs économiques du territoire.

La convention de partenariat entre la Région et Pôle Emploi vise à favoriser l’insertion professionnelle des publics, ainsi que d’optimiser la cohérence des actions menées et le partenariat entre les acteurs. Elle permet aussi d’assurer la continuité de mise en oeuvre des formations dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) pour l’année 2018, avant la mise en oeuvre effective du PACTE 2019/2022. La Région Grand Est est la 1ère région de France à signer une convention avec Pôle Emploi.

Le Fonds d’Intervention pour la Formation et l’Emploi (FIFE)

Le Fonds d’Intervention pour la Formation et l’Emploi (FIFE) est financé par la Région et ses partenaires (l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé et Pôle Emploi). Il contribue à l’employabilité des demandeurs d’emploi. Lorsqu’une entreprise souhaitant recruter ne trouve pas d’offre de formation classique répondant à son besoin, le FIFE permet de répondre rapidement grâce au financement d’une action de formation sur mesure. En contrepartie, l’entreprise s’engage à embaucher le stagiaire à l’issue de cette formation pour une durée minimale de 6 mois.
La Région a décidé de consacrer une enveloppe supplémentaire de 2 millions d’euros pour faire évoluer ce dispositif et proposer ainsi des formations préalables au recrutement à des demandeurs d’emploi afin de favoriser la compétitivité des entreprises et en particulier des PME.

Présentation des axes d’intervention dans le cadre du PACTE 2019/2022

Par la signature d’un Pacte contractualisé avec l’Etat, la Région souhaite assurer la montée en compétence, l’orientation de jeunes et de demandeurs d’emploi peu qualifiés, et permettre la transformation du système de formation professionnelle vers une approche par compétence. Il financera des formations pour des demandeurs d’emploi de bas niveaux de qualification, de l’ingénierie permettant d’expérimenter de nouvelles possibilités pour transformer l’offre de formation, des études et des prestations externes.
Ce PACTE s’inscrit dans la continuité du Contrat de Plan Régional pour le Développement des Formations et de l’Orientation Professionnelle (CPRDFOP), nommé « Performance Grand Est ».

 

Chiffres clés en Grand Est
– 45 000 bénéficiaires de la formation professionnelle continue
– un budget 2018 de 189 millions d’euros pour la Région.

Une aide à la reconstitution des stocks de fourrages pour les exploitations spécialisées en élevage

Afin de répondre aux difficultés marquées des éleveurs, face à une situation de sécheresse exceptionnelle et sans précédent, la région Grand Est met en oeuvre un plan sécheresse.

Tous les éleveurs spécialisés à plus de 50% du chiffre d’affaires en élevage, qui subissent un déficit fourrager significatif dans leur exploitation peuvent solliciter une aide auprès de la Région pour financer leurs achats exceptionnels de fourrages ou coproduits.

Ce dispositif se veut simple et efficace : un guichet unique départemental porté par les chambres d’agriculture assure en proximité l’information sur le dispositif d’aide, le dépôt des dossiers jusqu’au 31 janvier 2019 et la pré-instruction des demandes d’aide. Les services EDE des chambres d’agriculture fourniront le nombre d’UGB à retenir et les cabinets comptables transmettront le taux de spécialisation de l’éleveur.

Au vu de la déclaration de l’éleveur, des aliments achetés au-delà des quantités habituelles ainsi que de la fourniture des factures acquittées, la Région Grand Est accompagne à hauteur de 25% les dépenses supplémentaires liées à l’impact sécheresse sur la production fourragère. Le prix unitaire de l’aliment acheté est plafonné pour ne pas encourager la spéculation sur les marchés.
Une majoration de 10 % peut être appliquée en cas d’installation ou d’appartenance au zonage montagne.
L’aide est comprise entre 500 € et 3000 € (6 000 € pour les GAEC).

La Région Grand Est a souhaité conduire ce soutien régional en partenariat élargi avec la profession, ainsi que les Conseils Départementaux qui ont la possibilité de participer au financement, pour renforcer une ambition commune pour l’élevage régional.

Sanitaire et social : remise des Trophées des tuteurs et maîtres d’apprentissage

Sophie Béjean, Rectrice de l’académie de Strasbourg, et Jean Rottner, ont dirigé la remise officielle des Trophées des tuteurs et maîtres d’apprentissage du secteur sanitaire et social du Grand Est, le lundi 19 novembre 2018 à la Maison de Région, à Strasbourg. Cette cérémonie s’est déroulée à l’occasion du Forum des métiers et carrières sanitaires et sociales, événement régional majeur pour l’orientation et la formation du secteur.

Valoriser le dynamisme et l’engagement des acteurs du secteur sanitaire et social

A travers ce Trophée, la Région Grand Est reconnaît et valorise le dynamisme et l’engagement des encadrants, qui s’investissent dans leur mission tutorale pour accueillir, guider et former des apprentis, des élèves, des étudiants et des stagiaires. Il récompense leurs compétences techniques et leurs qualités pédagogiques et relationnelles, qui souvent permettent de réduire les risques d’abandons de stages ou de ruptures de contrats. La Région leur a attribué un prix de 500 €.

Une distinction spéciale pour l’ABRAPA

Cette année, l’Agence Régionale de Santé (ARS), en tant que membre du jury, a souhaité s’associer à la Région Grand Est afin de récompenser un établissement, l’ABRAPA. Il s’agit d’une association d’aide et de service à la personne, située dans le Bas-Rhin, porteuse d’un projet d’accompagnement innovant.

Les lauréats 2018 des Trophées des tuteurs et maîtres d’apprentissage du secteur sanitaire et social :

  • Laetitia Vocelle, Colmar (68)
  • Elisabeth Duringer Monnin, Colmar (68)
  • Fabrice Leroy, Forbach (57)
  • Fanny Belpoix, Montigny-lès-Metz (57)
  • Jessica Colpin, Troyes (10)
  • Magali Corpet, Bar-sur-Seine (10)
  • Geneviève Blondin, Montigny-lès-Metz (57)
  • Jenna Schlienger, Mulhouse (68)
  • Catherine Delplancke, Metz (57)
  • Julia Spindler, Still (67)
  • Geneviève Aemmer, Eckbolsheim (67)
  • Sylvain Choulet, Colmar (68)
  • Ghislaine Georg, Bischwiller (67)
  • Fabienne Fettig, Saverne (67)
  • Claudine Roland, Reims (51)
  • Vanessa Grewis, Epinal (88)
  • Agnès Kraemer, Bischheim (67)
  • Elisabeth Labourel, Saint-Dié des Vosges (88)
  • Jennifer Parrella, Sarreguemines (57)
  • Muriel Mailly, Troyes (10)

La Région Grand Est parraine des personnalités persécutées dans le monde

Partenaire du 7ème Forum mondial de la Démocratie, qui se déroulera du 19 au 21 novembre 2018, la Région Grand Est, associée à Amnesty International, parraine des personnalités subissant des pressions ou des persécutions en luttant quotidiennement pour sortir de la répression. La Région se mobilise également en faveur de la libération de Sophie Pétronin, la dernière otage française retenue dans le monde.

La Région s’associe à Amnesty International

La Région s’associe à Amnesty International et parraine 4 personnalités subissant des pressions ou des persécutions, elle sollicite également le Ministère des Affaires étrangères et les ambassades françaises à l’étranger afin de les alerter sur leur situation.

  • Nonhle Mbuthuma (Afrique du Sud) lutte contre un projet d’extraction de titane par la société australienne Mineral Commodities, dans la province du Cap Oriental, qui pourrait provoquer l’expulsion forcée de 5 000 personnes. Après avoir échappé à une tentative d’assassinat, elle reste la cible de menaces de mort.
  • Geraldine Chacón (Venezuela) est une jeune avocate qui dirige un programme de la fondation Ambassadeurs communautaire, ONG créée en 2008. Elle a été interpelée le 1er février 2018 par des agents du Service bolivarien de renseignement national sans mandat d’arrêt et a subi 4 mois d’emprisonnement arbitraire. Libérée sous conditions en juin, elle ne peut pas quitter le pays.
  •  Wael Abbas (Egypte) est journaliste, blogueur et militant des Droits de l’Homme. Il dénonce les actes de brutalité policière, le harcèlement des femmes et les cas de corruption. Arrêté en mai 2018, il est passible de poursuites pour diffusion de fausses nouvelles et appartenance à un groupe illégal. Wael Abbas a été récompensé par le Knight International Journalism Award, et a obtenu le Prix Hellmann-Hammet.  Il a aussi été distingué comme « personnalité du Moyen-Orient » par la chaîne CNN.
  • Waleed Abu-Khair (Arabie Saoudite) est un éminent avocat qui a défendu de nombreux militants des Droits de l’Homme. Il purge actuellement une peine de 15 ans de prison, assortie de 15 ans d’interdiction de quitter le territoire. Il est le premier défenseur des droits humains à avoir été condamné en vertu d’une nouvelle loi antiterroriste saoudienne.

Exposition « Défendre les droits des femmes : de bonnes raisons de lutter »

Cette exposition est organisée par Région Grand Est et Amnesty International à l’occasion du « off » du Forum Mondial de la Démocratie. Elle est  présentée au sein des 3 Hôtels de Région de Strasbourg, Metz et Châlons-en-Champagne jusqu’au 21 novembre 2018 (à nos horaires d’ouverture).
Elle a pour objectif de sensibiliser les citoyens aux situations difficiles et précaires de femmes dans le monde, en dénonçant notamment le mariage et la stérilisation forcés, ainsi que les viols et les violences qui leurs sont infligés. La Région réaffirme ainsi son engagement en faveur de l’égalité Femmes-Hommes.

La Région Grand Est s’engage en faveur de la libération de Sophie Pétronin

Spécialiste des questions de malnutrition, fondatrice de l’ONG « Association d’Aide à Gao », Sophie Pétronin s’était engagée en faveur des orphelins
ainsi que des démunis et des enfants souffrant de malnutrition dans le Nord du Mali. Elle a été enlevée,  à Gao, par un groupe lié à Al-Qaida le 24 décembre 2016. Alors que les ravisseurs viennent de diffuser un nouveau message vidéo très alarmant sur la détérioration rapide de l’état de santé de Sophie Pétronin. La Région Grand Est se mobilise aux côtés du Comité de Soutien à Sophie Pétronin. Rejoindre le comité de soutien.
Une bâche de soutien a été dévoilée, le 14 novembre 2018, en présence de son mari Jean-Pierre Pétronin et son neveu Arnaud Granouillac sur les façades des Hôtels de Région de Strasbourg, Metz et Châlons-en-Champagne.

 

 

Budget 2018 : dernier ajustement avec la Décision Modificative n°2 (DM2)

Lors de la séance plénière du Conseil régional du Grand Est, le 15 novembre 2018, les élus ont approuvé la Décision Modificative n°2 (DM2) , permettant l’ajustement des dépenses et des recettes pour l’année 2018.

Cette DM2 prévoit l’annulation de 71,1 millions d’euros de dépenses et 43,1 millions d’euros de recettes, permettant de réduire le volume d’emprunt de 28,1 millions d’euros. Le niveau des interventions dédiées à la réalisation des grandes politiques régionales est préservé avec l’inscription de 88,8 M€ d’autorisations de programme et d’engagement.

  • La Région renouvelle son engagement en faveur des transports et notamment les transports transfrontaliers avec l’inscription d’une autorisation de programme de 65,5 millions d’euros essentiellement pour l’acquisition de 7 trains Regiolis transfrontaliers supplémentaires.
  • L’économie et l’emploi, piliers de la politique régionale, sont soutenus avec 9,2 millions d’euros d’autorisation de programme prévus pour aider les entreprises, dont 3 millions d’euros pour accompagner la conversion à l’agriculture biologique et 6 millions d’euros au titre du plan sécheresse (aide immédiate de 500 à 3 000 € pour les exploitants qui ont recours à l’achat de fourrages et d’aliments supplémentaires, aides aux investissements dans les filières d’élevage, etc.).
  • 9,7 millions d’euros sont inscrits pour équiper les lycées et les centres de formation des apprentis du Grand Est (travaux, équipements informatiques et matériels, anticipation de la troisième vague du Lycée 4.0, etc.).

 

Grâce à une gestion extrêmement rigoureuse du budget régional, le besoin d’emprunt passe ainsi de 301,6 millions d’euros à 273,5 millions d’euros. La Région poursuit ainsi une évolution maîtrisée de son endettement pour l’exercice 2018.

Catastrophes naturelles : la Région accompagne les communes sinistrées

A l’occasion de la séance plénière du 15 novembre 2018, le Conseil régional du Grand Est a décidé d’accompagner les communes sinistrées suite à des catastrophes naturelles.

Un fonds d’aide exceptionnelle d’1 million d’euros

Le Grand Est a subi depuis le début de l’année, une série d’inondations et de coulées d’eaux boueuses de caractère exceptionnel qui ont touché plus particulièrement certaines communes du territoire. C’est pourquoi la Région Grand Est a décidé de soutenir les communes concernées et reconnues en état de catastrophe naturelle (survenue depuis le 1er janvier 2018), par décret publié au Journal Officiel. La Région va consacrer un fonds d’aide exceptionnelle d’un montant d’1 million d’euros. L’aide régionale pour chaque commune peut aller jusqu’à 20 000 euros pour leur permettre d’entreprendre les travaux de réparation des dommages sur leurs installations ou équipements publics hors VRD (Voiries Réseaux Divers). Une avance forfaitaire de 5 000 euros pourra être versée aux collectivités qui en font la demande, dès publication de l’arrêté interministériel.

La Région incite, d’ores et déjà, les communes à travers certains dispositifs thématiques, à de la prévention : des inondations, de restauration des cours d’eau et des milieux aquatiques, de la création d’aménagements naturels ou la conception d’aménagements urbains intégrant les enjeux du changement climatique.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile