Aider les jeunes à construire leur avenir

Devant les difficultés rencontrées par la jeunesse, la Région Grand Est met tout en œuvre pour encourager les jeunes à rebondir en pleine crise et leur permettre de trouver leur voie.

Ainsi, en janvier dernier la Région a lancé en urgence un plan d’actions pour lutter contre le décrochage et la précarité numérique et faciliter la continuité pédagogique des étudiants du Grand Est. Mobilisant 10 millions d’euros, ce plan s’articule autour de trois actions phares :

  1. Investir massivement pour améliorer les conditions d’accueil pédagogique des établissements d’enseignement supérieur ;
  2. Créer des tiers-lieux d’accueil équipés et aménagés dédiés en priorité aux étudiants et aux jeunes pour qu’ils puissent étudier dans les meilleures conditions possibles ;
  3. Étendre la dotation en ordinateurs aux étudiants sportifs de haut-niveau dans les CREPS ainsi qu’aux étudiants accueillis par les plateformes LOJ’Toît.

Les acteurs de terrain seront prochainement consultés afin d’ajuster au mieux ces actions et les outils d’intervention, qui seront soumis au vote en mars prochain.

En parallèle, la collectivité renforce ses dispositifs pour que chaque jeune, diplômé ou non, puisse se former, se construire, s’épanouir et se préparer aux enjeux de demain.

Trouver le chemin de l’emploi

  • Intégrer les écoles de la 2ème chance (E2C)

Pour éviter aux jeunes toute exclusion durable du marché de l’emploi, la Région finance à hauteur de plus de 3,2 millions d’euros les parcours proposés par l’Ecole de la 2ème chance pour 2021. La participation régionale intègre une part variable liée aux performances des E2C afin de les inciter à renforcer l’accompagnement des jeunes vers la formation et l’emploi. Le Grand Est compte 24 sites accessibles aux jeunes de moins de 26 ans ayant quitté le système scolaire sans qualification et sans diplôme. Ces écoles permettent entre autres d’orienter les jeunes vers une formation qualifiante, un contrat en alternance ou un emploi. En 2019, les écoles de la 2ème chance du Grand Est ont accueilli 2 264 jeunes.

  • Rejoindre les écoles numériques de demain

Le besoin de recourir aux nouvelles technologies, de se tourner vers l’intelligence artificielle, de passer à l’industrie 5.0 ont accentué la nécessité de former aux métiers du numérique. Pour préparer les jeunes et les qualifier à ces nouveaux emplois, la Région intensifie son action en favorisant l’implantation sur le territoire de l’Ecole 42 Mulhouse Grand Est et la création de l’école Metz Numeric School.

Reconnue comme l’une des meilleures écoles informatiques dans le monde avec une pédagogie innovante basée sur la « gamification » et l’apprentissage entre pairs, 42 a constitué en quelques années un réseau mondial de plus de 30 campus sur 5 continents. L’école 42 Mulhouse Grand Est a été initiée par l’écosystème numérique KMØ et est portée par Enov Campus. Elle proposera, dès janvier 2022, des formations d’excellence aux métiers du numérique permettant ainsi de répondre aux besoins de compétences numériques sur le territoire. Gratuite et ouverte à tous, elle facilitera la formation des jeunes sans qualification, la reconversion des étudiants et des demandeurs d’emplois. La Région financera les parcours de formation de 42 Mulhouse sur trois ans pour un montant d’1,4 million d’euros. 42 Mulhouse Grand Est sera la 5e école du réseau en France.

L’Institut Français des Affaires (IFA) propose des formations dans le secteur du numérique depuis 2018. Le fort intérêt porté à ces formations a poussé à la création d’une école dédiée : Metz Numeric School accessible dès la rentrée 2021-2022. Ainsi, pour la première année de fonctionnement, l’IFA souhaite créer 110 places complémentaires pour les demandeurs d’emploi. La Région participe à plus d’1,04 million d’euros pour le programme de formation 2021 qui proposera notamment des formations sur le marketing digital, le sourcing en ligne ou encore sur la sécurité informatique.

Véritables écoles de demain, 42 Mulhouse Grand Est et Metz Numeric School proposent des formations innovantes apportant de nouvelles perspectives pour les jeunes et de nouvelles solutions de recrutement pour les PME, les ETI et les start-ups du territoire.

  • Préparer un service civique en milieu rural

La Région accompagne le développement du service civique en accueillant des volontaires dans ses services, mais également en soutenant le service civique en milieu rural. Cette dernière action vise à accompagner et à valoriser le développement du service civique sur des territoires peu dotés en missions (lien intergénérationnel, éducation au numérique, etc.), pour un public jeune éloigné des dispositifs d’engagement et d’emploi. Ce soutien permet d’encourager le désenclavement, la dynamisation et l’équilibre des territoires en accord avec le Pacte pour la ruralité. Par son action, la Région soutient les acteurs associatifs pour la mise en œuvre de 100 missions pour des jeunes dans les territoires ruraux.

  • S’engager en tant que volontaire international en entreprise

Pour favoriser l’entrée des jeunes dans la vie active et sur le marché du travail, la Région souhaite renforcer le Volontariat International en Entreprise (VIE). Pour toutes PME et ETI du Grand Est qui souhaitent recourir à ce service, une aide régionale de 5 000 euros sera proposée pour couvrir les 12 premiers mois de mission du jeune engagé. Une quinzaine de projets d’entreprises pourront bénéficier de ce programme pour l’année en cours qui constitueront une expérimentation pour les années suivantes. Ce volontariat est une réelle opportunité pour les jeunes diplômés de réussir une première expérience professionnelle à l’international ou à de jeunes professionnels d’acquérir une expérience à l’international.

  • Se former en service militaire volontaire

La Région Grand Est finance à hauteur d’1,9 million d’euros la formation professionnelle du Service Militaire Volontaire (SMV) pour l’année 2021 afin de permettre à 510 jeunes d’intégrer ce parcours. La programmation 2021 propose notamment des formations dans les secteurs suivants : bâtiments, travaux publics, industrie, hôtellerie-restauration, services aux personnes et aux entreprises, logistique, commerce et viticulture.

Présent sur deux sites, Montigny-lès-Metz et Châlons-en-Champagne, le Service Militaire Volontaire offre un parcours de formation dans le cadre d’un contrat de volontariat de 8 à 12 mois maximum permettant aux jeunes d’acquérir un savoir, un savoir-faire et un savoir-être. En 2019, 315 jeunes ont intégré les 34 sessions de formations financées par la Région, 21 % d’entre eux étaient des femmes.

Les situations du quotidien

  • De nouveaux parcours de formation

En 2021, le Pacte régional d’Investissement dans les Compétences (PIC) s’enrichit de la mise en place du Plan de Relance de l’Etat et développe des formations dédiées aux filières stratégiques identifiées dans le Business Act telles que : l’automobile, l’énergie, l’agroalimentaire, la bioéconomie, la santé, l’hydrogène, l’industrie du futur, l’eau et la biodiversité ou encore le numérique. Ces ajustements réaffirment la volonté de la Région de soutenir la relance du territoire en intensifiant et en complétant son action et son offre de formation.

Ainsi, le PIC 2021 :

-Proposera des formations qualifiantes ou pré-qualifiantes supplémentaires, soit 8 405 parcours de formation additionnels vers les métiers stratégiques et d’avenir ;

-Assurera une nouvelle priorisation sectorielle des parcours de formation certifiantes ou qualifiantes des jeunes et des demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés. Cette priorisation porte sur les filières stratégiques (cf. ci-dessus), les filières identifiées dans le Business Act Grand Est (industrie, numérique, écologie) et les secteurs de la santé et du soin ;

– Se dote de plus de 58 millions d’euros pour l’année 2021 dans le cadre du Plan Jeune.

  • Être à l’écoute et accompagner

Face à la crise, les Missions Locales du Grand Est ont été en première ligne pour aider les jeunes et répondre à leurs besoins d’accompagnement, tant social que professionnel. Elles se sont organisées, adaptées, formées pour assurer une continuité de service sous forme dématérialisée en complément de leur activité classique. Face à ces enjeux et à la nécessité de faire évoluer l’offre de service, la Région souhaite consolider avec les 44 missions locales du Grand Est les axes d’accompagnement, d’orientation et l’accès à la formation pour armer les jeunes en situation de rupture et les aider à disposer de solutions contribuant à leur insertion socio-professionnelle. Pour y parvenir, la Région soutient pour l’année 2021 les 44 Missions Locales à hauteur de 10,57 millions d’euros.

  • Favoriser l’accès au logement

L’accès au logement est un facteur essentiel de sécurisation des parcours et d’insertion des jeunes auquel la Région répond grâce à l’initiative régionale LOJ’Toît. Un réseau de 22 plateformes est déployé sur l’ensemble du territoire permettant de développer des partenariats avec les acteurs locaux du logement et d’apporter ainsi une réponse spécifique, adaptée et territorialisée aux jeunes en mobilité professionnelle. Pour mener à bien leurs missions, la Région finance les projets des structures à hauteur de 440 000 euros. Depuis début 2021, une 22ème plateforme a rejoint le réseau LOJ’Toît couvrant le territoire de Troyes et de son agglomération.

  • Soutenir les thèses des chercheurs du Grand Est

La crise sanitaire a eu des conséquences sur de nombreux secteurs notamment dans le monde de la recherche. Le confinement et la fermeture des établissements ont forcé de nombreux techniciens, ingénieurs, chercheurs et doctorants, à interrompre leurs travaux expérimentaux en laboratoire ou à suspendre leurs enquêtes et études de terrain. Pour assurer la continuité des travaux de recherche engagés depuis deux ans et limiter la précarité des doctorants, la Région met en place un soutien exceptionnel de 230 000 euros pour prolonger les thèses 2017 et interviendra pour la prolongation des thèses 2018 et 2019 sous réserve de recensement/sélection de la part des établissements concernés.

PACE pour une 1ère expérience professionnelle

Des réponses concrètes

Se former aux langues étrangères

 

Do you speak Jeun’Est ?

Bonne nouvelle pour les 15-29 ans du Grand Est, ayant un compte Jeun’Est ! Ils peuvent bénéficier d’un accès à la plateforme « Do you speak Jeun’Est » pour découvrir ou approfondir gratuitement l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le portugais, le français ou même le chinois. Facile et ludique, cette plateforme propose plus de 1 500 contenus (films, séries et documentaires) en version originale…

Découvrir les langues autrement

 

La liberté d’expression au service de l’égalité femmes-hommes

La 17ème édition du « Mois de l’Autre » a été lancée mardi 2 février par le Président de la Région Grand Est aux côtés de Jean-Marc Huart, recteur de la région académique Grand Est, d’Elisabeth Laporte, rectrice de l’académie de Strasbourg, d’Olivier Brandouy, recteur de l’académie de Reims, du Président de la Commission Jeunesse de la Région Grand Est et d’élus régionaux,

Compte tenu du contexte sanitaire, cet événement a été organisé, de manière inédite, sous la forme d’une émission TV enregistrée depuis le siège de la Région Grand Est à Strasbourg et en duplex avec trois lycées : le lycée professionnel Hurlevent à Behren-les-Forbach (57), les lycées Jean Jaurès à Reims (51) et Edouard Schuré à Barr (67). Un temps fort également retransmis sur Facebook et sur la chaîne Youtube de la Région.

L’ensemble des établissements du Grand Est ont pu assister aux échanges autour de la thématique phare de cette édition, « l’égalité femmes-hommes », avec un focus particulier sur la liberté d’expression.

Le Mois de l’Autre vise à sensibiliser les lycéens et les apprentis au respect de l’Autre dans toutes ses différences, qu’elles soient sociales, culturelles, religieuses, ethniques, liées au genre, au sexe ou à un handicap. Des actions de sensibilisation, menées dans les établissements scolaires du Grand Est, permettent aux jeunes de prendre le temps de découvrir « l’Autre », d’apprendre à se reconnaître mutuellement afin de mieux vivre ensemble, dans le respect des valeurs de la République. Un programme d’actions, particulièrement riche, propose ainsi l’organisation de projets « sur mesure » dans les lycées (ateliers, expositions, conférences, animations musicales et sportives, etc.) sur les thématiques de l’altérité, la citoyenneté, le devoir de mémoire et l’éducation aux médias.

En cette période de crise sanitaire mais aussi sociale marquée par une recrudescence des violences conjugales et familiales, la Région a souhaité faire de l’égalité femmes-hommes l’axe phare de la 17ème édition du « Mois de l’Autre ». En outre, la rentrée scolaire 2020/2021 ayant été marquée par le tragique attentat du 16 octobre contre Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, il est apparu nécessaire aux yeux de l’exécutif régional et des autorités académiques, de sensibiliser les lycéens à la liberté d’expression, à la tolérance, à l’esprit critique et au dialogue.

A l’occasion de cette rencontre, des « live » animés par des journalistes et comédiens ont été organisés avec les trois lycées sélectionnés en raison de leur participation active sur la thématique de l’égalité femmes-hommes dans le cadre du Mois de l’Autre. Ces duplex ont permis aux élèves de s’exprimer et d’échanger leurs points de vue.

La participation de Kak, Président de l’association Cartooning for Peace et de Pierre Pauma, dessinateur de presse, ont permis d’enrichir le débat en proposant tout au long de l’émission des dessins, en direct sur le plateau. Anna Matteoli, directrice du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles du Bas-Rhin, partenaire historique du Mois de l’Autre, a apporté son témoignage sur les actions menées avec les jeunes dans le Grand Est.

Revivez le lancement de cette édition !

La biodiversité : une priorité pour la jeunesse !

A l’occasion de la séance plénière du Conseil régional des Jeunes du Grand Est (CrJGE) qui s’est tenue en visioconférence samedi 16 janvier, les membres du CrJGE ont présenté les travaux engagés depuis le début de leur mandat, en janvier 2020, autour des enjeux de la biodiversité.

Pour mener à bien leurs projets, ils ont notamment été accompagnés par trois associations d’éducation à l’environnement : Ariena en Alsace, Graine en Champagne-Ardenne et LorEEN en Lorraine.

Après une année de travail, ces jeunes élus du Grand Est ont ainsi formulé des propositions, en adéquation avec les défis identifiés dans la Stratégie Régionale de la Biodiversité :

  • Végétaliser les établissements scolaires, du primaire à l’université
  • Sensibiliser le grand public à l’environnement en créant une semaine de l’information
  • Agir sur les ripisylves (végétation bordant les milieux aquatiques) par la création de zones à végétaliser
  • Imaginer des pépinières d’arbres et vivaces, adaptées localement, dans chaque département
  • Accentuer les aménagements favorisant la pollinisation
  • Etendre les brigades vertes sur l’ensemble du territoire
  • Développer des « Espaces de Nature protégés »
  • Créer un « kit pour les étudiants » qui débutent leur formation post-bac, en intégrant un guide de recettes de cuisine peu chères, de saison, saines, simples mais également des produits de première nécessité co-responsables permettant de démarrer sur de bonnes bases.

Télécharger  le bilan intermédiaire du CrJGE

Cette séance a également permis aux jeunes d’adresser au Président de la Région Grand Est d’autres propositions de projets à conduire en 2021. Ces travaux pourraient notamment porter sur l’égalité femme/homme, la santé des jeunes, le dialogue interreligieux et la préparation de la 3ème mandature du CrJGE.

Installé depuis le 25 janvier 2020, le CrJGE se compose de 72 jeunes âgés de 15 à 29 ans (lycéens, apprentis, salariés, demandeurs d’emploi, etc.) souhaitant s’investir dans des actions concrètes et contribuer aux politiques publiques, en faisant entendre le point de vue de la jeunesse. Leur mandat est de deux ans, bénévole et non renouvelable.

Découvrir le Conseil régional des Jeunes du Grand Est

Un « Plan Jeunes » pour accompagner les 16-29 ans

En cette période de rentrée scolaire, les jeunes sont au cœur de l’actualité. La Région Grand Est est à leurs côtés et les accompagne dans leur orientation, leur formation et dans la construction de leur avenir, à travers notamment, le Plan régional Jeunes. Parmi les mesures phares : la prise en charge des frais et indemnités de stages en entreprises pendant 6 mois, soit un engagement de 3 000 € sur 6 mois pour un jeune, la création d’un site dédié pour aider les jeunes à trouver un stage, ou encore la mise en place d’une plateforme linguistique gratuite.

Le « Plan régional Jeunes »

En complément des mesures de l’Etat « Objectif 1 jeune, 1 solution », la Région entend assurer la transition et agit pour permettre aux jeunes, qu’ils soient diplômés ou non, d’acquérir des compétences complémentaires proches des besoins des entreprises afin de les préparer aux futures embauches quand l’emploi repartira.

Le Plan régional Jeunes consiste à :
• Initier des Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise de 6 mois sous statut de stagiaire de la formation professionnelle,
• Favoriser la réalisation des stages obligatoires en entreprise en cours de cursus pour les jeunes sous statut étudiant,
• Faciliter et fluidifier la mise en relation entre les offres et les demandes de jobs, stages et contrats d’apprentissage pour les jeunes en formation initiale ou continue,
• Améliorer le niveau linguistique des jeunes du Grand Est via un accès gratuit à une plateforme linguistique à partir de 2021 pour tous les jeunes inscrits sur le portail « Jeun’Est ».

Le « Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise » : 2 000 jeunes concernés

Hôtellerie-restauration, évènementiel, tourisme ou encore culture sont des secteurs particulièrement affectés par la crise sanitaire. Ils pourront être privilégiés dès lors que les entreprises seront en capacité de former des jeunes et de préparer leur future embauche.

Placées au cœur de la politique de relance économique de la Région « Business Act », les filières d’avenir (transition environnementale, numérique, soins et santé), sans exclure l’industrie et le bâtiment, seront également investies.

Pour le déploiement de ce parcours, la Région Grand Est consacre un budget de 12 millions d’euros pour 2 000 jeunes, soit un parcours de 6 000 € par jeune. Ce financement couvre à la fois les frais d’une aide mensuelle pour le jeune, de tutorat pour l’entreprise et d’accompagnement pour le prestataire de formation, l’objectif étant de ne laisser aucun « reste à charge » pour l’entreprise accueillante.

Un effort supplémentaire au budget consacré à ces parcours est envisagé dans le cadre de la déclinaison du Plan de Relance de l’Etat, à travers les pactes régionaux d’investissement dans les compétences qui viendra ainsi amplifier l’action régionale.

L’emploi des jeunes : une priorité pour la Région Grand Est

Pour répondre aux inquiétudes et aux problématiques d’emploi de la jeunesse au sortir de la crise, la Région travaille à la fois sur le court et le long terme, en proposant des solutions immédiates et des changements structurels majeurs pour les années à venir. Ces objectifs correspondent aux deux phases énoncées dans le Business Act Grand Est : une phase de relance et une phase de reconquête.

Protéger et préparer l’avenir des jeunes est l’une des priorités de la Région Grand Est. C’est pourquoi elle s’est notamment engagée dans ce plan d’action régional pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.

D’autres aides de la Région pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes

En complément du Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise, la Région Grand Est propose une série d’aides pour les jeunes, destinée à faciliter leur formation, leur insertion ou leur immersion en entreprise.

Par exemple, 200 TPE et PME du BTP et de l’industrie sont soutenues dans le cadre de l’action « Capital stages » pour les inciter à poursuivre leur tutorat de stagiaires (aide maximale de 2 000 € par entreprise). En parallèle, la Région a mis en place un site dédié apprentissage-grandest.fr pour aider les jeunes à trouver un stage en entreprise.

Afin de rendre plus accessible la culture aux jeunes, des aides spécifiques pour le livre, le cinéma, la musique ou encore le spectacle vivant sont déployées : places de cinéma à 1€, bons de 20 € pour l’achat d’ouvrages, tarifs préférentiels pour des concerts et des spectacles, etc.

La Région souhaite également remercier les étudiants des filières médicales mobilisés pendant la crise sanitaire en leur proposant un chèque coup de pouce de 100 € (non cumulable avec le complément de rémunération déjà octroyé aux étudiants infirmiers et aides-soignants).

« Ma région Demain » pour dessiner l’avenir du Grand Est

Pour préparer l’avenir et répondre aux besoins économiques et sociaux des jeunes du Grand Est, la Région doit tenir compte de leurs aspirations citoyennes et les invite à prendre part à la démarche participative « Ma Région Demain », une plateforme numérique lancée en mai dernier et ouverte au public.

Une rentrée sur tous les fronts

En cette rentrée très particulière, la Région se mobilise pour que toutes et tous reprennent le chemin des classes dans les meilleures conditions possibles. Santé, numérique ou développement durable, les lycéens du Grand Est regardent l’avenir avec confiance.

2020, déploiement intégral du Lycée 4.0

Véritable révolution éducative, le Lycée 4.0 répond aux enjeux pédagogiques actuels, facilite l’insertion professionnelle des jeunes et assure l’égalité des chances en proposant aux élèves un accès gratuit aux ressources numériques. L’objectif : permettre à chaque lycéen de bénéficier de conditions de travail modernes et adaptées au monde d’aujourd’hui en leur fournissant un ordinateur portable et en déployant la connexion wifi dans tous les établissements du Grand Est.

A l’occasion de cette rentrée 2020, les 192 000 lycéens du Grand Est disposeront chacun d’un ordinateur portable dont ils deviendront propriétaire à la fin de leur scolarité. Ils auront accès à près de 8 500 manuels et ressources pédagogiques en ligne. Pour résoudre les éventuelles difficultés matérielles, la Région a par ailleurs mis à disposition 110 agents CMIL (chargé de maintenance informatique des lycées).

Durant le confinement, le lycée 4.0 a démontré toute sa pertinence et son efficacité. Chaque lycéen du Grand Est s’est connecté en moyenne 2 fois par jour : un dispositif permettant de limiter le décrochage.

Le numérique est aujourd’hui l’un des principaux leviers pour reconquérir des emplois et des richesses : plus la culture numérique sera développée chez les jeunes, plus leurs chances de réussir leurs études et leur entrée sur le marché du travail seront élevées.

Ainsi quelques 14 millions de fonds FEDER ont été mobilisés pour la mise en place du dispositif lycée 4.0.

Protocoles Covid-19 : protection et vigilance maximum

Tant que le virus du Covid-19 circule, la Région continue d’assurer la veille sanitaire auprès des équipes pédagogiques et des lycéens du Grand Est. Elle s’applique ainsi à les protéger pour leur garantir un quotidien serein.

En lien avec la Préfecture, le Rectorat et l’Agence Régionale de Santé, la Région Grand Est assure l’information et la sécurité des élèves, des agents et des familles. Ainsi, l’ensemble des établissements a notamment été doté de matériel sanitaire de prévention (masques, gants, gel hydro-alcoolique, etc.). Pour cette rentrée, la Région fournit également à chaque lycéen deux masques fabriqués en Grand Est et réutilisables.

Développement durable : responsabiliser les jeunes

La Région Grand Est est engagée dans une politique volontariste et responsable en matière d’écologie. Avec le Business Act et l’adoption du Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), le développement régional se pense en fonction des transformations écologiques, numériques et industrielles.

A la pointe de la transition écologique et énergétique, la Région Grand Est recherche l’exemplarité : la qualité des infrastructures et les performances énergétiques du lycée Decomble de Chaumont est une vitrine de son action.

Domaine transversal par excellence, le développement durable est présent dans tous les aspects de la vie. Il représente une chance à saisir pour notre santé, notre économie et notre société. C’est aussi une responsabilité, indissociable de la citoyenneté, qu’il convient d’inculquer aux jeunes générations pour que la préservation de notre planète s’inscrive durablement dans les esprits. L’environnement permet davantage d’implication et d’engagement des jeunes au sein des associations, de l’action publique et de la vie des territoires.

« Ma région Demain » pour dessiner l’avenir du Grand Est

Pour préparer l’avenir et répondre aux besoins économiques et sociaux des jeunes du Grand Est, la Région doit tenir compte de leurs aspirations citoyennes et les invite à prendre part à la démarche participative « Ma Région Demain », une plateforme numérique lancée en mai dernier et ouverte au public.

En septembre, ce sont les thématiques de l’alimentation durable et de la croissance écologique qui sont au cœur d’ateliers citoyens organisés dans tout le Grand Est. Des consultations en ligne sur la biodiversité, la santé des jeunes et l’information sur les métiers sont également proposées.

Consultez le dossier de presse (pdf, 7,7 Mo)

 

Parrainez un Jeune Talent !

Vous connaissez un jeune dont le parcours est exemplaire, atypique, engagé, innovant. Vous souhaitez le valoriser et lui permettre d’être récompensé ? Parrainez-le pour les trophées Grand Est Jeunes Talents 2020 !

Initiés par la Région Grand Est, les trophées Grand Est Jeunes Talents récompensent les potentiels de notre jeunesse en valorisant les jeunes qui participent chaque jour au développement et au rayonnement de notre territoire autour de valeurs partagées : engagement citoyen, solidarité, esprit d’innovation, entreprenariat, égalité femmes/hommes.

Des trophées ainsi qu’un prix d’un montant de 1 000 € seront remis à 20 lauréats lors d’une cérémonie officielle. Cette année, seront notamment mis à l’honneur, des jeunes qui se sont engagés dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19 et dans des actions de protection de l’environnement.

Vous avez jusqu’au 10 juillet pour transmettre vos propositions de parrainage.

Parrainez le !

 

Prêts pour la reprise des lycéens

A l’occasion de la rencontre organisée mardi 9 juin au Lycée Général Leclerc de Saverne, le Président de la Région Grand Est et Elisabeth Laporte, Rectrice de l’académie de Strasbourg, ont pu constater les mesures mises en oeuvre pour la reprise progressive des lycéens du Grand Est.

La Région Grand Est et les rectorats des académies de Nancy-Metz, Reims et Strasbourg sont en effet prêts à accueillir les lycéens dans les établissements depuis les 2 et 3 juin.

Pendant la période de confinement, les académies ont assuré la continuité administrative et pédagogique de l’Ecole, avec le concours de la Région qui a facilité les cours à distance. Aujourd’hui, la Région et les académies prennent toutes les mesures nécessaires pour accompagner les personnels et les élèves des lycées dans les meilleures conditions de sécurité.

Priorité à la sécurité sanitaire

Fortement mobilisée dans la lutte contre la propagation du Covid-19, la Région a investi massivement pour assurer la sécurité et l’accueil des élèves, enseignants, agents de l’Etat et de la Région dans les lycées.

Les mesures suivantes ont été prises :

  • remise de 440 000 masques aux lycées publics et privés du Grand Est afin de fournir à chaque agent régional un kit de protection (gel, masque, gants),
  • mise en place d’un plateau médical qui assure une surveillance sanitaire constante,
  • diffusion d’un guide du retour dans les établissements.

Ces dispositions sont le fruit de concertations approfondies menées avec les services de l’Etat, les chefs d’établissements, les représentants des personnels et la fédération de parents d’élève.

L’Education nationale, de son côté accueille des élèves dans le respect et dans la pédagogie des gestes barrières, par groupes de 15 élèves maximum (par alternance), et avec un ciblage sur les publics « décrocheurs scolaires » et les élèves en situation de handicap.

Faciliter un retour à la normale dans les lycées

Afin d’assurer un service proche de la normalité d’avant-pandémie, la Région Grand Est s’engage à assurer que chaque élève qui le souhaite puisse se rendre dans son établissement. Depuis les 2 ou  3 juin, le transport scolaire est donc assuré selon les modalités d’avant confinement (arrêts, horaires et fréquences), et ce pour l’ensemble des établissements de la région. Comme demandé par le Gouvernement, il est rappelé que le port du masque dans les transports est obligatoire pour les élèves.

Préparer l’avenir

Le Covid-19 a été l’occasion d’un travail partenarial de qualité entre la région et les autorités académiques : écoute, échanges d’information en temps réel, concertation sur le déploiement du protocole sanitaire, réactivité pour faire face ensemble à la crise sanitaire.
Elle a également révélé l’importance des outils numériques, qui sont un atout essentiel pour la continuité pédagogique : l’investissement de la Région Grand Est et des autorités académiques dans le lycée 4.0 et dans un Espace Numérique de Travail (ENT) performant font ici la démonstration de leur efficacité.

« Ma Région Demain » ou comment dessiner ensemble l’avenir du Grand Est !

Préparer l’avenir ensemble : tel est l’objectif de la démarche de participation citoyenne « Ma Région Demain » lancée par la Région Grand Est. Le but de l’initiative ? Inviter chaque citoyen du Grand Est à imaginer l’avenir et à réfléchir aux politiques publiques, face aux bouleversements sociaux, économiques, environnementaux et sociétaux engendrés par la crise du COVID-19.

Faire part de ses idées et de ses attentes, exprimer son avis, souligner les priorités, ce qui doit changer, évoluer, mais aussi ce qui est positif… voici l’esprit de cette démarche qui se veut ouverte et constructive.

Les contributions des citoyens seront recueillies au moyen :

  • d’un questionnaire dénommé « La crise et vous »
  • d’une boîte à idées « Ma Région Demain », tournée vers l’avenir, pour identifier les sujets importants, les priorités, faire des suggestions, voter pour les projets et idées les plus pertinents.

La Région Grand Est s’engage dans cette démarche à écouter, à analyser et à aller plus loin avec les habitants du Grand Est :
– en recueillant, en synthétisant et en partageant les retours du questionnaire « La crise et vous »,
– en identifiant les idées phares proposées pour chaque thématique de la boîte à idées et en les soumettant au débat,
– en répondant aux idées les plus plébiscitées sur la plateforme.

La consultation est ouverte jusqu’au 30 septembre 2020

Participer

Finales régionales des Olympiades des métiers : le palmarès !

Sélectionnés à l’issue de 56 épreuves, qui se sont déroulées entre janvier et mars 2020 dans les établissements de formation du territoire, 485 jeunes professionnels se sont affrontés dans le cadre des Finales régionales des Olympiades des métiers. Objectif : constituer l’équipe régionale Grand Est en vue des grandes Finales nationales organisées en décembre 2020 au Parc des Expositions de Lyon. En effet, sur les 164 lauréats médaillés, seuls 59 d’entre-eux, les médaillés d’or défendront les couleurs du Grand Est !

Les Finales régionales Grand Est ont été organisées en vue de constituer une Équipe régionale des métiers, capable de concourir dans toutes les catégories de métiers choisies par la Région dans le cadre de sa participation aux Finales nationales des Olympiades des métiers. A ce titre, la Région Grand Est a organisé et coordonné l’ensemble des compétitions de son territoire, en étroite collaboration avec son réseau de partenaires : organisations professionnelles, autorités académiques, chambres consulaires, établissements de formation, équipes métiers et entreprises.

Découvrir le palmarès par métier

Créées à l’image des Jeux Olympiques, les Olympiades des Métiers sont un événement mondial de mise en valeur de l’excellence dans les métiers. Elles permettent aux meilleurs jeunes professionnels du monde entier, âgés de moins de 23 ans, de réaliser, lors d’une compétition internationale, en public et en un temps limité, une démonstration technique de leur métier (fleuriste, coiffeur, pâtissier, ébéniste, etc.). L’occasion de valoriser concrètement les gestes et compétences professionnelles dans tous les secteurs de l’économie.

Suivre toute l’actu des Olympiades des métiers en Grand Est

Le Tour Régional de la Jeunesse fait étape à Saint-Dié des Vosges

La Région Grand Est compte près d’un million de jeunes de 15 à 29 ans ce qui en fait l’une des plus jeunes de France. Depuis plusieurs mois, des élus régionaux parcourent la région pour aller à la rencontre des jeunes et des acteurs locaux et leur présenter les différents dispositifs et actions mis en place en faveur de la jeunesse. Ainsi, le 9 mars 2020, le Président de la Commission Jeunesse de la Région Grand Est s’est rendu à Saint-Dié des Vosges.

La matinée a débuté à la Maison Familiale Rurale de Saint-Dié-des-Vosges / La Porte d’Alsace avec une présentation de la stratégie régionale jeunesse structurée en quatre défis :

  • l’orientation,
  • l’entreprenariat,
  • l’engagement – la citoyenneté
  • et les mobilités, notamment transfrontalières.

Cette séquence a été suivie d’un exposé sur les actions menées par la Maison Familiale et Rurale.

L’après-midi s’est déroulé dans les locaux du Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes à Saint-Dié, autour d’échanges sur les plateformes LOJ’Toît, l’accompagnement des jeunes et l’accès au logement.

Sensibiliser les jeunes pour agir contre l’antisémitisme

Face à la résurgence d’actes antisémites, la Région Grand Est a fait de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une priorité au cœur de sa politique jeunesse.

Ainsi, du 5 au 6 février 2020, elle a accompagné 340 lycéens issus de 12 établissements scolaires pour un voyage d’étude au camp d’extermination d’Auschwitz en partenariat avec les Rectorats et le Mémorial de la Shoah. Le travail de mémoire et de sensibilisation est essentiel pour que le respect, la tolérance, la paix et le vivre-ensemble l’emportent sur la violence.

 

Ce partenariat avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah existe depuis 2008 et a permis à près de 2300 élèves de première et terminale de prendre part au devoir de mémoire réalisant des projets pédagogiques de qualité. Dès leur retour, les élèves travailleront à des projets de restitution tels que : expositions, interventions de lycéens, réalisations de films, livrets et panneaux, conception de supports multimédia, etc.

 

 

Une restitution officielle des travaux sera également organisée au siège de la Région Grand Est à Strasbourg, dans le cadre du Mois de l’Autre, en présence des participants, des équipes éducatives, des représentants des différentes institutions, de rescapés et d’historiens du Mémorial. Ce dernier bilan sera l’occasion, pour les jeunes, de présenter leurs ressentis et leur démarche de travail.

La Région souhaite donner aux jeunes les outils nécessaires pour décrypter l’information et développer une pensée critique, basée sur des valeurs humanistes et le respect de la démocratie.

  • Voyage d'études à Auschwitz pour des lycéens du Grand Est
  • Forte émotion pour les élèves
  • Lutter contre le racisme et l’antisémitisme
  • Un travail de mémoire en partenariat avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
  • #VivreEnsemble
  • Tolérance, paix
  • Donner aux jeunes les outils nécessaires pour décrypter l’information et développer une pensée critique
  • Devoir de mémoire
  • 340 lycéens issus de 12 établissements accompagnés d'enseignants
  • Une gerbe de fleurs pour ne pas oublier
  • Sensibiliser les jeunes pour vivre dans le respect les uns des autres
  • Un travail pédagogique qui donnera lieu à des travaux de restitution
  • Développer une pensée critique basée sur des valeurs humanistes et le respect de la démocratie
  • Faire vivre la mémoire et la transmettre ...

 

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile