RoboTech accompagne les collégiennes vers les métiers numériques

Proposée par l’association alsacienne Robotic Entrepreneur Junior, RoboTech est une opération qui associe la Région, la CCI Grand Est et le Rectorat de Strasbourg pour sensibiliser les collégiennes et lycéennes aux métiers du numérique. Avec deux objectifs : améliorer la mixité de ce secteur fortement créateur d’emplois et accroître le vivier des compétences disponibles pour les entreprises régionales.

Ce dispositif s’inscrit dans le cadre de Convention tripartite entre la Région, l’Agence régionale d’évaluation (Grand Enov) et le Syntec numérique et s’articule chaque année autour de deux séquences : visites d’entreprise pendant la semaine de l’industrie (mars/avril) et accueil sur un salon professionnel pendant la semaine école/entreprises (novembre).

Une première séquence s’est déroulée en mars 2019 : elle a permis à 200 collégiennes et lycéennes de visiter des entreprises alsaciennes (Hager, l’IRCAD, Cuisines Schmidt…) Un partenariat avec l’atelier Google Numérique à Nancy a également permis de monter une session d’information aux métiers numériques en avril 2019.

La semaine dernière, ce sont 25 élèves de 4ème du Collège Gérard de Nerval de Village Neuf (68) et deux élèves de BTS du lycée Jean Mermoz de Saint-Louis (68) qui ont été accueillies au salon Industries BE4.0 Industries du Futur au Parc des Expositions de Mulhouse. Pendant plus de deux heures, les  jeunes filles ont pu découvrir les technologies robotiques ou les automatismes exposés sur les stands d’Engie, EDF, Siemens, Addi Data et Clemessy. Mais également tester un escape game en réalité vituelle sur le stand du Syntec numérique avec Keyveo.

Elles ont, ensuite, pu échanger avec des étudiantes ou de jeunes professionnelles (ingénieures, cheffes de produit, alternantes…) sur les parcours et les formations nécessaires pour intégrer ces nouveaux métiers hightech. Sans oublier une rencontre très enjouée sur le stand de la Région Grand Est avec le Président Jean Rottner, la vice-présidente à l’innovation Lilla Mérabet et la Secrétaire d’Etat à l’Economie Agnès Panier Runacher.

Prochaine étape : en mars 2020 des visites d’entreprises seront organisées pour approfondir le lien et, pourquoi pas, envisager d’y effectuer des stages de 3ème  l’année suivante. Ce dispositif a bien sûr à s’étendre sur toute la Région Grand Est et nous recherchons dès à présente des entreprises et des établissements scolaires candidats pour mars et novembre 2020. Les vocations se préparent tôt !

 

La Région Grand Est s’engage pour l’emploi avec le Syntec numérique

Dans le cadre de sa stratégie de Smart Region, la Région Grand Est a noué un partenariat avec le Syntec Numérique et Grand Enov, l’Agence Régionale d’Innovation, pour enrichir sa réflexion et élaborer un cadre d’action global qui permette de déployer des initiatives concrètes sur l’ensemble du périmètre régional. Il vient d’aboutir à la signature d’une Convention tripartite, adoptée en Commission permanente le 22 novembre.

Le Syntec numérique est un acteur essentiel en France car il représente les Entreprises de Services du Numérique (éditeurs de logiciels, sociétés de conseil en technologies, agences web) soit 2 000 entreprises adhérentes qui réalisent 80% du chiffre d’affaires total du secteur (56,3 Mds € et 474 000 employés). Le numérique est en effet un secteur en pleine croissance (+4,2% en 2019) et un catalyseur de la digitalisation du reste de l’économie : 474 000 emplois numériques ont été créés en France en 2018.

L’apport du Syntec pour accompagner les transitions numériques, écologiques et managériales indispensables au renforcement de l’attractivité du Grand Est, dans un contexte transfrontalier qui agit à la fois comme un moteur mais aussi comme un « aspirateur » de talents et de compétences, constitue donc une véritable opportunité.

Cette convention tripartite s’inscrit autour de 3 priorités majeures :

Fédérer et renforcer l’écosystème numérique 

Issue de la fusion de trois régions, l’écosystème numérique du Grand Est reste à unifier dans l’optique d’une plus grande visibilité et d’une meilleure cohérence d’action au niveau national et international. L’enjeu est ici de permettre aux clusters numériques territoriaux de se fédérer, tout en conservant leur ancrage et leur pertinence territoriale.

Développer les compétences, la formation et l’emploi

 « Se former pour se transformer » : c’est cette cette conviction qui constitue le fil rouge de ce 2ème axe.  La Région assume une responsabilité particulière dans l’accompagnement des apprenants (lycéens, étudiants, adultes en reconversion) et des demandeurs d’emplois qui doivent acquérir des compétences numériques ou s’orienter vers des métiers qui offre de nombreux débouchés. Cette Convention propose à cet égard plusieurs pistes d’action pour mieux faire connaître les métiers et les formations, sensibiliser les plus jeunes (et notamment les jeunes filles, encore trop peu nombreuses) ou faciliter l’appréhension des technologies émergentes par les entreprises (intelligence artificielle et RPA, Robotic Process Automation).

L’objectif est naturellement d’élargir les viviers de compétences pour répondre aux besoins aigus de talents exprimées par les entreprises régionales, soumises par ailleurs à une forte concurrence des pays frontaliers (Suisse, Luxembourg, Allemagne dans une moindre mesure) en termes de rémunération. Et de permettre au secteur numérique de disposer des moyens humains suffisants pour accompagner la transformation digitale du reste de l’économie régionale.

 Cette Convention tripartite intègre également un volet relatif au Pacte Productif, un cadre de mesures gouvernemental qui vise à atteindre le plein emploi en 2025. Le Syntec numérique a en effet proposé au Gouvernement de généraliser au plan national et d’élargir à d’autres secteurs « Numéric Emploi Grand Est » (NEGE). Ce dispositif partenarial, né en Région Alsace en 2013, permet de sélectionner, de former et de réinsérer des demandeurs d’emplois (jeunes sans formation ni qualification, informaticiens en reconversion) en fédérant les acteurs régionaux (Région, Pôle Emploi, clusters numériques, entreprises).

Le succès de NEGE, qui vise notamment à répondre aux besoins en compétences sur les métiers en tension et s’appuie sur une plateforme numérique de mise en relation entre demandeurs d’emplois et entreprises, est incontestable (500 dossiers traités par an, 200 stagiaires et un taux de retour à l’emploi de 90%). L’objectif est aujourd’hui de le transformer en outil de reconversion anticipatif, agile et adapté aux besoins de chaque territoire pour former massivement aux métiers ou aux compétences numériques afin de faciliter les transitions professionnelles dans des secteurs en forte mutation (banque, automobile, industrie manufacturière…)

Faciliter les usages et la transformation numérique des territoires

Au-delà des dispositifs de soutien à l’innovation, la Région Grand Est et Grand Enov travaillent conjointement sur des technologies émergentes (plan intelligence artificielle, structuration de la filière numérique -Cloud de confiance, objets connectés, blockchain, cybersécurité… -) ou sur des filières prioritaires (énergie, santé, industrie du futur, bioéconomie, mobilités) issues du SRDEII. Des domaines où l’expertise technique et la capacité de prospective du Syntec sont indéniablement nécessaires.

La transformation digitale, si elle n’épargne aucun secteur de l’économie marchande ou non marchande, impacte également tous les types d’entreprises, de la TPE en passant par l’exploitation agricole ou l’artisan. Il est essentiel d’adresser l’ensemble du tissu entrepreneurial régional et le Syntec peut y contribuer en diffusant sa vision et en mobilisant sa capacité de conseil.

Dernier enjeu, celui de l’accompagnement des territoires. Il s’agit de faciliter le déploiement de services numériques pour simplifier le quotidien de nos administrés, en lien avec les communes, EPCI et départements et ce, tout en favorisant le développement des offreurs de solutions régionaux. Pour cela, il est nécessaire de mieux faire connaître l’offre technologique régionale, en expérimentant, par exemple, dans le cadre d’un encouragement de la télémédecine, la création de forums (ou salons) régionaux qui permettent de faire se rencontrer la demande (élus, services, communauté médicale) et l’offre (start-up, entreprises).

Cette convention, qui constitue une première étape, ouvre de nombreuses perspectives pour tous les partenaires et offre au Grand Est une plus grande lisibilité et visibilité de ses actions, où l’innovation n’est jamais un objectif en soi mais un moyen – puissant – au service de l’action publique. Elle sera signée le 26 novembre prochain à Strasbourg.

 

 

 

 

Sonic Vision Festival – Table ronde « Les réponses transfrontalières aux nouveaux défis des musiques actuelles »

Dans le cadre du festival de musique SONIC VISIONS, la Région Grand Est a organisé le 15 novembre 2019 une table ronde pour interroger la manière dont les opérateurs et institutions s’engagent dans une perspective transfrontalière pour faire face aux nouveaux défis des musiques actuelles.

Les méthodes traditionnelles d’accompagnement des artistes et de diffusion musicale se voient aujourd’hui confrontées à des défis majeurs, induits par des évolutions numériques et sociétaux qui paraissent irréversibles. Face à ces bouleversements, des opérateurs et institutions joignent leur force, le long des frontières du Grand Est et au-delà, pour faire face à ces défis et développer ensemble des réponses innovantes aux grandes questions de notre temps.

La Région Grand Est récompensée au Sénat

La Région Grand Est, dont le Président était représenté par Fanny Giussani, conseillère régionale déléguée à l’expérimentation en matière d’emploi, a reçu le mercredi 13 novembre, un Prix Territoria d’Or lors d’une cérémonie qui s’est tenue dans les salons de la Présidence du Sénat.

Ce Prix, décerné dans la catégorie « Innovation managériale », vient récompenser une initiative menée par la Direction à l’Orientation, à la Formation et à l’Emploi (DOFE), en lien avec la Direction du Numérique (DN) et la Délégation à l’Innovation et à la Modernisation de l’Action Publique (DIMAP) unique pour une région : la création d’un service numérique en mode « startup ».

Cette expérimentation a consisté à détacher un agent (en occurrence notre collègue Edwina Morize, du site de Metz) pendant 6 mois de ses fonctions pour lui permettre de se consacrer à la création d’un outil numérique en étant accompagné par un coach et un développeur (un expert en codage informatique) et en utilisant les méthodes de travail qui prévalent dans les entreprises innovantes que sont les startups : immersion terrain pour comprendre les besoins des futurs utilisateurs, définition rapide des premières fonctionnalités et test d’une version provisoire (version beta), primauté accordée à l’expérience utilisateur (facilité d’utilisation, disponibilité, réactivité, simplicité de l’interface…)

C’est donc une toute nouvelle méthodologie de projet qu’a pu expérimenter Edwina en intégrant l’équipe de l’incubateur public Beta.Gouv qui accompagne depuis quelques années des agents de la Fonction publique d’Etat ou de départements pilotes (Calvados, Pas-de-Calais…) L’objectif de cet incubateur est ensuite de faciliter la généralisation des solutions numériques (appelées startups d’Etat) puisqu’elles sont développées en open source (c’est-à-dire sans licence propriétaire payante).

Pour la Région, l’objectif est évidemment de capitaliser sur cette expérience et ces nouvelles ressources méthodologiques pour créer une forme d’incubateur interne de services numériques afin d’aider les directions métiers à adopter les bons réflexes dans la gestion d’un projet digital.

Sur le fond, le choix a été fait de se saisir d’une problématique qui constitue l’une des grandes priorités du mandat régional : l’insertion professionnelle des demandeurs d’emplois. Autour d’un constat : un an après la sortie de formation, 60% seulement des personnes bénéficiaires ont pu retrouver une situation professionnelle stable.

En 6 mois, Edwina a créé « Trait d’Union », une plateforme numérique qui permet de faire « matcher » besoins en compétences des entreprises et recherches d’emploi sur un territoire donné en organisant la rencontre (virtuelle puis physique) des candidats (demandeurs d’emplois et entreprises) en amont du financement de la formation. Un choix qui a été opéré après avoir enquêté auprès des toutes les parties prenantes qui a montré que la motivation était plus forte lorsqu’on connait son futur environnement de travail. Les premiers tests sur le bassins d’emplois de Metz et de Nancy sont concluants et Pôle Emploi souhaite aujourd’hui généraliser cet outil.

Cette belle expérience sera présentée par Edwina à l’occasion de la semaine de l’innovation publique (25/30 novembre) lors d’un atelier intitulé « et les usagers dans tout ça ? »

Rencontre d’experts dans le domaine du livre – Espace culturel de la Grande Région

Une des priorités de l’Espace culturel de la Grande Région (ECGR) est l’intensification des échanges entre experts des administrations en charge de la culture en vue d’identifier et de valoriser les projets existants à l’échelle de la Grande Région ainsi que le soutien à la mobilité en favorisant l’accueil d’artistes en résidences en Grande Région.

Au regard de ces axes de travail, la DRAC Grand Est a réuni, le 5 novembre 2019, dans le cadre de l’ECGR, les représentants institutionnels en charge des questions littéraires afin d’échanger sur les politiques en faveur du livre menées par les partenaires.

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile