Transfrontalier : combattre les difficultés du quotidien

Les obstacles rencontrés quotidiennement par les frontaliers de la région métropolitaine trinationale du Rhin Supérieur, étaient au cœur des échanges de la Séance plénière du Conseil Rhénan qui s’est tenue le vendredi 20 décembre 2020. Aussi, cette Séance a permis l’adoption de plusieurs résolutions dans les domaines suivants :

  • Participation du Conseil Rhénan au Comité de coopération transfrontalière prévu par le Traité d’Aix-la-Chapelle, signé par l’Allemagne et la France en janvier 2019
    Le Conseil Rhénan attire l’attention sur la dimension trinationale de la coopération transfrontalière dans ce territoire, avec la nécessaire prise en compte des intérêts suisses. Il souligne également sa volonté de participer aux travaux menés par le Comité de coopération transfrontalière.
  • Mobilité transfrontalière des travailleurs dans la région du Rhin supérieur
    Le Conseil Rhénan dénonce la forme actuelle de mise en œuvre du règlement de certification A1 générant des formalités lourdes et chronophages pour les travailleurs frontaliers et constituant, de fait, une entrave à la coopération transfrontalière. Il se déclare favorable à des solutions pratiques afin de résoudre cette problématique.
  • Agriculture et changement climatique
    Le changement climatique entraîne de graves conséquences pour l’agriculture dans le Rhin supérieur. Le Conseil Rhénan encourage les bonnes pratiques agricoles pour la réduction des gaz à effet de serre et se déclare favorable au soutien de la recherche et au partage des connaissances sur le changement climatique.
  • Reconnaissance mutuelle des éco-vignettes dans l’espace frontalier
    A la lumière d’une expertise mandatée par l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, le Conseil Rhénan réitère sa volonté d’une reconnaissance mutuelle des éco-vignettes dans la région frontalière, afin d’éviter aux automobilistes l’achat supplémentaire d’une vignette du pays voisin et ainsi faciliter la mobilité transfrontalière.

Vers une aide plus simple et plus efficace pour la rénovation de l’habitat particulier

1er janvier 2020 : réforme du crédit d’impôt pour la transition énérgétique

À compter du 1er janvier 2020, le Projet de Loi Finances préfigure de la transformation du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) en Prime Forfaitaire davantage ciblée sur la performance énergétique par lot de travaux et le découpage en quatre catégories de ménages : très modestes, modestes, revenus intermédiaires jusqu’au 8ème décile de revenus et les ménages aux revenus aisés soit 9ème et 10ème décile.

Le constat : le nombre de rénovations en France est trop faible

Jusqu’à ce jour, trois aides principales sont disponibles pour financer des travaux de rénovation énergétique de l’habitat : les Certificats d’Économie d’Énergie, les aides de l’ANAH et les Crédits d’impôt à la transition énergétique. Malgré cela, le rythme des rénovations en France reste trop faible, notamment en raison de la complexité de mise en œuvre de ces aides et de leurs modalités d’attribution.

La solution : abandon partiel du Crédit d’impôt au bénéfice d’une Prime Forfaitaire

Le Gouvernement attribue à compter du 1er janvier 2020 une prime unique versée en globalité à la fin des travaux. Ainsi, l’attribution de cette prime va faciliter le passage à l’acte des ménages qui n’auront plus à fournir l’avance du montant couvert par la nouvelle aide.

Cette aide sera accessible via une plateforme en ligne en quelques clics (sur la base de devis préalables puis d’un envoi de la facture).

Comment est calculée le montant de la Prime ?

Son montant est déterminé sur la base des économie d’énergie que les travaux permettent de réaliser et non plus proportionnellement à leur coût.

Exemples :

  • Système de chauffage : 1200€ pour l’installation d’une chaudière à gaz très haute performance pour les ménages très modestes (800€ pour les ménages modestes)
  • Système d’isolation : 100 €/m2 pour l’isolation des murs par l’extérieur ou des toitures pour les ménages très modestes (75 €/m2 pour les ménages modestes)

Calendrier :

  1. Mise en place de la Prime Forfaitaire dès 2020 en remplacement du CITE pour les ménages très modestes et modestes.
  2. Maintien du Crédit d’impôt en 2020 pour les ménages aux revenus intermédiaires puis mise en place de la prime en 2021
  3. Maintien du Crédit d’impôt en 2020 pour les ménages aux revenus aisés

Le reste à charge pourra être financé par les aides des collectivités ou bien par l’Eco-Prêt à Taux Zéro, qui lui reste ouvert à tous. Les ménages éligibles au Chèque Énergie pourront également continuer d’y prétendre.

Oktave est le guichet d’entrée unique dans le Grand Est pour renseigner et accompagner les particuliers

Consulter le site Oktave

Les RoboTech Girls’ Weeks, ça redémarre en 2020, du 9 mars au 3 avril !

La saison 1 avait permis de mettre en relation 250 collégiennes et lycéennes du Grand Est avec une dizaine d’entreprise de la Tech, de la Robotique ou du numérique. Des secteurs qui offrent de nombreuses opportunités de débouchés où les femmes sont encore trop peu nombreuses : seulement 13% dans le numérique par exemple, si l’on retire les postes dans les fonctions support pour se concentrer sur le coeur de métier.

RoboTech Girls’ Weeks repart donc en 2020 avec une campagne de recrutement des entreprises pour élargir son vivier de candidates. Cette belle opération est née en 2017 d’une initiative de l’Association Robotique Entrepreneur Junior qui milite en Alsace pour la formation des plus jeunes (et en particulier des filles) à la programmation robotique et d’un partenariat entre la CCI Alsace Métropole, l’Agence Régionale d’Innovation Grand Enov et l’Académie de Strasbourg.

Du 9 avril au 3 mai 2020, les entreprises peuvent opter pour 3 formats :

  • une visite de site
  • une intervention dans un établissement scolaire
  • un atelier dans le cadre d’un salon de l’orientation

Les entreprises volontaires sont alors accompagnées pour monter une action en lien avec un établissement scolaire à proximité de leur implantation.

Cette opération est désormais inscrite dans la Convention entre la Région, Grand Enov et le Syntec numérique pour renforcer l’attractivité régionale dans les métiers de pointe et accompagner le développement des Entreprises de Services Numériques (ESN) du Grand Est qui font face à une forte pénurie de compétences.

La Région Grand Est, collectivité chef de file en matière de développement économique, est également aujourd’hui compétente en matière d’orientation et entend faciliter, par tous les moyens, la découverte des nouveaux métiers aux collégiens et lycéens du Grand Est tout en oeuvrant en faveur d’une plus grande mixité dans ces domaines.

Les visites d’entreprise, les rencontre avec des étudiantes ou des professionnelles sont un bon moyen de créer le déclic, de susciter de la curiosité voire de créer des vocations chez ces jeunes pour lesquels les choix d’orientation sont encore bien abstraits. Et, pourquoi pas, de détecter les talents numériques de demain !

 

Santé : l’accès aux soins pour tous en Grand Est

Alors que la loi ne confère aux Régions que très peu de compétences en la matière, la Région Grand Est fait la différence et s’engage en faveur de la santé publique en y consacrant plus de 110 millions d’euros chaque année. La santé est inscrite dans les priorités du budget primitif 2020 voté en Séance plénière, le 13 décembre 2019.

Faire de la santé et de la désertification médicale en milieu rural l’une des grandes priorités régionales

Afin de permettre à tous les habitants du Grand Est d’accéder à la santé, la Région a décidé de lutter contre la désertification médicale mais aussi de rendre nos territoires attractifs pour les professionnels de santé.
L’action de la Région se déploie ainsi autour de trois axes prioritaires :Infographie santé

  • former les personnels de santé,
  • favoriser l’accès aux soins (soutien aux contrats locaux de santé, aux Maisons de Santé, création de Maisons des Internes, attribution de bourses aux étudiants en médecine générale, etc.),
  • inventer la médecine du futur, notamment en accompagnant des solutions en e-santé.

Pour y parvenir, la Région a décidé de s’engager avec les collectivités locales, l’Etat (à travers l’ARS), les opérateurs territoriaux, les professionnels et les associations d’usagers. La Région souhaite également créer une filière « Silver économie » en faveur du « bien-vieillir » dans le Grand Est et lever les obstacles existants en matière de « santé transfrontalière ».

 

 

3,1 milliards d’actions pour avancer !

A l’occasion de la Séance plénière qui s’est déroulée à Metz les 12 et 13 décembre 2019, la Région Grand Est a adopté son budget pour 2020. Il témoigne de la responsabilité régionale dans la construction de l’avenir du Grand Est. Résolument engagée dans les grandes transitions numériques, économiques, environnementales … , la Région ambitionne ainsi de consolider ses actions en direction des territoires et de leurs habitants. Industrie du futur, bioéconomie, intelligence artificielle, santé, sont quelques exemples des ambitions portées par la Région, au service d’un avenir durable et porteur d’espoir. Concrètement, les dépenses se répartiront autour de quatre priorités :

La Jeunesse, l’Emploi et la Formation : 877,3 millions d’euros

Permettre aux jeunes et aux adultes du Grand Est d’évoluer, de se former et de s’orienter tout au long de la vie est un enjeu majeur. C’est pourquoi la Région investit massivement pour l’emploi, la jeunesse et la formation. En 2020, le financement de l’apprentissage ne relève plus de la compétence des Régions. En revanche, la responsabilité régionale en matière d’information et d’orientation sur les métiers s’élargit. Ainsi, une nouvelle offre de service via une boîte numérique « Orient’Est » et une mise en réseau d’Ambassadeurs des métiers seront proposées. Côté formation, l’ambition est de permettre à 30 000 personnes supplémentaires de se former en 2020. En ce qui concerne le sport, l’année sera marquée par la mise en œuvre du label national « Terre de Jeux 2024 ».

Les Mobilités : 898,9 millions d’euros

La Région souhaite offrir un service de qualité aux voyageurs et améliorer l’intermodalité. Le travail de convergence routier / ferré, de complémentarité des offres avec les Autorités Organisatrices de Mobilité et de rationalisation du schéma de transport mené en 2019 continuera. La modernisation, la mise en accessibilité et la sécurisation du réseau se poursuivront également. Avec sa compétence en matière de transports scolaires et interurbains, la Région assure son rôle au plus près des territoires. En 2020, le coût global du fonctionnement du transport scolaire et interurbain s’élèvera à 257,2 millions d’euros.

L’Attractivité : 268,5 millions d’euros

Cette enveloppe sera mobilisée en faveur notamment de l’Économie, l’Innovation, la Recherche, le Tourisme, la Culture le Transfrontalier, l’Agriculture et la Viticulture, l’Europe et l’International. La Région accompagne les acteurs économiques dans leurs projets de développement, porteurs de création d’emplois et de richesses pour le Grand Est mais également pour rayonner à l’international et attirer les investisseurs étrangers. Engagée dans la transition écologique, la Région encourage à reconsidérer nos pratiques, dans tous les aspects de nos modes de vie et soutient particulièrement les filières agricoles, viticoles et forestières. Quant aux coopérations et échanges avec les régions voisines, ils seront développés dans tous les champs de compétences de la collectivité.

Les Territoires et la Proximité : 222,8 millions d’euros pour la cohésion territoriale et sociale

2020 connaîtra une accélération du Très Haut Débit sur tous les territoires. En matière de transition énergétique et de mobilité durable, trois chantiers phares seront portés par la Région en 2020 : le développement d’un modèle durable de méthanisation, les solutions hydrogène, un partenariat avec la Fondation Solar Impulse. L’accès aux soins pour tous d’ici 2030 constitue également un enjeu majeur pour la Région qui souhaite se positionner comme un partenaire incontournable dans le champ de la santé.

 

Grand Est, Terre de Jeux 2024

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Tony Estanguet, Président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, ont signé le vendredi 13 décembre 2019 à Metz, la convention de labellisation « Grand Est – Terre de Jeux 2024 ».

En effet, dès l’officialisation de la désignation de Paris comme ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, la Région Grand Est s’est engagée dans l’aventure en initiant une véritable dynamique territoriale. En obtenant aujourd’hui ce label « Terre de Jeux 2024 », elle souhaite valoriser toutes les actions mises en œuvre au quotidien pour promouvoir la pratique sportive et les valeurs du Sport sous toutes ses composantes : événementiel autour de la pratique des activités de pleine nature, interventions de la Team Grand Est, retransmissions sportives, partenariats associatifs et éducatif, portes ouvertes des CREPS, opérations de prévention santé, etc.

Par ailleurs, la Région a initié une démarche unique et partagée avec la création d’un site internet dédié aux ambitions olympiques du territoire : https://faitesvosjeux.grandest.fr. Celui-ci intègre notamment les actualités sportives et animations autour de « Terre de Jeux 2024 », ainsi que des « cartowebs » présentant les différents sites potentiels d’accueil de délégations étrangères et de préparation des sportifs français.
Ce site a été dévoilé, jeudi 12 décembre, à l’occasion de la soirée de lancement du label « Grand Est – Terre de Jeux 2024 », qui s’est déroulée au club de tennis de table de Maizières-lès-Metz (57), en présence notamment de Jean Rottner, Tony Estanguet, Jean-Paul Omeyer, Vice-Président de la Région délégué au Sport, sous l’animation de la handballeuse Nina Kanto.

La Région Grand Est est également candidate au label « Centre de préparation aux Jeux » pour que ses 3 CREPS de Reims, Nancy et Strasbourg puissent accueillir les délégations étrangères dès la fin de l’Olympiade de Tokyo 2020. Un vaste plan de rénovation a d’ailleurs été entrepris par la Région afin de moderniser ces 3 sites (39 millions d’euros d’investissements d’ici à Paris 2024).

 

Santé : l’innovation au service des territoires, un exemple avec le Pays de Bitche

En partenariat avec la Région Grand Est, la communauté de communes du Pays de Bitche (57) a organisé samedi 7 décembre 2019, une journée dédiée aux solutions d’e-santé. Objectif : répondre aux besoins des habitants et améliorer l’offre de soins, de la prévention à la prise en charge et au suivi des patients. Avec 110 millions d’euros consacrés chaque année à la santé publique, la Région s’engage pleinement dans la lutte contre la désertification médicale et l’égalité de l’accès aux soins.

L’occasion pour la Région Grand Est de valoriser des initiatives dans les territoires ruraux et pour Jean Rottner de souligner l’exemplarité de ce projet permettant d’impulser une véritable dynamique de santé locale.

Au cours de cette journée, de nombreuses interventions et conférences ont notamment permis aux participants de découvrir à travers des exemples concrets, des solutions numériques de prévention de la dénutrition à domicile, de rupture de l’isolement et d’amélioration du suivi des patients sous thérapies anti-cancéreuse ou encore des services à destination des aidants. Parmi les grands acteurs de la santé participaient le professeur Jacques Marescaux, Président de l’IHU et de l’IRCAD à Strasbourg, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Francis Vogt, Président de la Communauté de Communes du Pays de Bitche, et Philippe Dorge, Directeur Général du Groupe La Poste.

Les professionnels ont pu également appréhender sur différents stands, des outils de partage sécurisés d’informations telles que l’imagerie médicale, la dématérialisation des courriers médicaux ou la mise en place d’un WHATSAPP sécurisé de coordination des acteurs de santé.
L’accent a aussi été mis sur la prévention et le suivi des maladies chroniques telles que le diabète ou l’insuffisance cardiaque.

Grâce à son réseau fibré performant, le territoire de Bitche, avec le soutien de la Région Grand Est, de l’Agence Régionale de Santé et de la Banque des Territoires, a la possibilité de déployer rapidement des outils numériques de diffusion d’informations et de télémédecine. C’est pourquoi la démarche engagée par la Communauté de Communes du Pays de Bitche pour lutter contre la désertification médicale s’appuie sur des services numériques innovants (e-santé).

Pour organiser cette journée, la Communauté de Commune du Pays de Bitche, l’Agence Régionale de Santé et la Région Grand Est se sont entourées de GrandEnov, Pulsy, PRIeSM, l’Eurométropole de Strasbourg et BioValley.

La Région soutient les centres de formations du sanitaire et du social

Les élus de la Commission permanente, réunis le 5 décembre 2019, sous la présidence de Jean Rottner, ont accordé plus de 7,7 millions d’euros de subventions d’investissements immobiliers et pédagogiques à des Instituts de Formation sanitaire.

Offrir des conditions de formation optimales aux étudiants et enseignants

Afin de permettre la réussite des études et l’insertion professionnelle des étudiants, la Région Grand Est soutient la construction de deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers et la réhabilitation de l’Institut de Formation des Aides-Soignants.

  • Construction de deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers
    • A Forbach (57), les locaux de l’ancien Hôpital Sainte-Barbe seront réhabilités sur une surface de 2 365 m2. Il sera ainsi équipé d’un amphithéâtre de 150 places et d’un laboratoire de simulation. Les travaux s’achèveront en septembre 2023. Le montant de la subvention s’élève à 3,6 millions d’euros.
    • A Sarreguemines (57), un projet de construction est prévu à proximité du centre hospitalier sur une surface de 2 163 m2. Il sera équipé de deux salles inclinées et d’un laboratoire de simulation. L’achèvement des travaux est prévu pour septembre 2023. Le montant de la subvention s’élève à 3,6 millions d’euros.
  • Le Centre hospitalier de Bischwiller (67) a sollicité l’aide de la Région afin de réhabiliter, d’agrandir les locaux et d’acheter du mobilier pour l’Institut de Formation des Aides-Soignants. Le projet comprend la création d’espaces pédagogiques et logistiques et de salles de formation de travaux pratiques et dirigés. Le montant total de la subvention allouée par la Région s’élève à 500 000 euros.

Lisez Nous !

Pour le second numéro du magazine d’information « Nous », la Région Grand Est met en lumière ses actions en matière de mobilité ; que vous soyez collégien, lycéen, frontalier, habitant d’une zone rurale, citadin ou touriste…, la Région a pour ambition d’offrir, à tous les usagers des transports, un service performant, pratique et à un coût raisonnable.
Les fêtes de Noël et de fin d’année sont également à l’honneur pour le plus grand bonheur des petits et des grands.
Des femmes et des hommes qui font rayonner le territoire, rencontre avec Carol Duval-Leroy, le champagne au féminin.

Véritable support de proximité, ce magazine va à la rencontre des habitants du Grand Est afin de mieux faire connaître les compétences et l’action régionale. A travers celles et ceux qui font avancer notre région, en donnant à voir les talents locaux et en valorisant les citoyens et leurs initiatives, « Nous » décrypte les grandes ambitions régionales. Illustré et pédagogique, il permet de mieux comprendre la Région via des exemples du quotidien, sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux.

Au sommaire de ce second premier numéro :

  • Se déplacer aujourd’hui, être mobile demain
  • Rencontre avec les orfèvres de la magie de Noël
  • Ça se passe près de chez nous
  • Femmes et hommes de l ‘Est

Le magazine en ligne

17es Rendez-vous franco-allemands du Cinéma

Les 17es Rendez-vous franco-allemands du Cinéma, organisés par German Films, UniFrance et l’Académie franco-allemande du Cinéma avec le soutien de la Région Grand Est, se sont déroulés cette du 26 au 27 novembre 2019 à Mulhouse. Au cours de ces deux jours, les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel étaient consacrés aux développements les plus récents et les plus cruciaux pour les secteurs cinématographiques allemands et français et l’état de la coproduction franco-allemande.

Les producteurs et productrices présents, les représentants de festivals, les exploitants et les distributeurs se sont notamment attachés à mieux comprendre les publics français et allemands et les moyens permettant de susciter et d’entretenir la flamme cinéphilique des spectateurs et spectatrices. Ils ont également abordé la question de la croissance (future hégémonie?) des plateformes SVoD qui viennent modifier les règles de la distribution, de la diffusion mais aussi installer de nouveaux rapports avec les producteurs indépendants.

Enfin, le marché de la coproduction des Rendez-vous franco-allemands du Cinéma se présentait cette année dans des habits neufs, sous la forme d’un Coproduction Space, une salle ouverte en permanence pour la tenue des rendez-vous entre porteurs de projets et participants aux Rendez-Vous franco-allemands.

Pour en savoir plus

Délégation de producteurs Grand Est au Festival international du film documentaire d’Amsterdam

Pour la première fois la Région Grand Est a accompagné, cette année, une délégation de producteurs régionaux au Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA) qui s’est déroulé du 20 novembre au 1er décembre 2019.

Réunissant près de 3 000 professionnels chaque année, IDFA se positionne comme l’un des plus important lieux de rencontre du secteur du documentaire au monde.

Les producteurs régionaux avaient notamment l’opportunité de développer leur compréhension du paysage de la co-production internationale et de rencontrer leurs homologues internationaux et des financeurs, à travers différentes activités développés par l’IDFA comme le marché international du co-financement et de la co-production ou le réseau des producteurs soutenu par la Région Grand Est.

La Région Grand Est a également renforcé la visibilité de ses producteurs en organisant en collaboration avec la Scam un rendez-vous auquel ont présent plus de 200 professionnels de la sphère documentaire des pays frontaliers.

En savoir plus

Délégation d’éditeurs du Grand Est au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil

Chaque année, la Région Grand Est accompagne une délégation d’éditeurs régionaux au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. L’édition 2019 s’est déroulé du 27 novembre au 2 décembre.

Réunissant près de 17 000 professionnels du secteur, ce salon est une référence européenne et internationale en matière de littérature jeunesse où se côtoient éditeurs, diffuseurs et imprimeurs du secteur. Y participer est une opportunité de se faire connaître à l’échelle nationale et internationale mais également de se constituer un réseau destiné à pérenniser voire élargir son activité.

Les éditeurs accompagnés ont eu à leur disposition un stand régional sur lequel ils ont pu présenter leur catalogue et développer leur chiffre d’affaires. Ils ont également bénéficié des animations organisées ainsi que d’une communication régionale renforçant leur visibilité.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile