Signature d’une charte pour le développement durable des biocarburants

En signant une charte pour le Développement Durable des biocarburants avec les acteurs de la filière, dans le cadre du Salon International de l’Agriculture, la Région Grand Est pose les bases pour une véritable alternative aux carburants fossiles et contribue à la transition énergétique des territoires.

Favoriser l’écosystème durable des biocarburants

Les objectifs de cette signature sont multiples, elle vise à :

  • développer la filière en intégrant les problématiques environnementales, économiques, agricoles et logistiques,
  • contribuer à la création d’outils techniques, financiers et d’accompagnement afin de favoriser l’émergence de nouveaux projets de production de biocarburants et de nouveaux points d’avitaillement des véhicules,
  • structurer la filière et accompagner son développement en se basant sur les compétences respectives de chaque acteur dans une logique de coopération sur l’ensemble de la chaîne de valeur, de la production à l’utilisation finale.

Le développement de la filière constitue un enjeu important pour le Grand Est, la filière betteravière y étant très présente.

Faire rouler le Grand Est au bioéthanol

La Région Grand Est a mis en place une aide pour accompagner 10 000 ménages du Grand Est souhaitant convertir leur véhicule au carburant bioéthanol. Depuis sa mise en place, cette aide se traduisait par une prise en charge de 50 % du coût du dispositif de conversion dans la limite de 250 €.
L’objectif est d’apporter une réponse durable à la crise des carburants. Le passage au bioéthanol permet aux usagers de réduire le budget carburant de 35 à 45% et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70%.
Désormais, pour 1 € les habitants de la région pourront convertir leur véhicule essence au bioéthanol.

En savoir plus sur ce dispositif

 

En septembre 2019, Jean Rottner a déjà confirmé son soutien à la filière en transformant la flotte de véhicules de la collectivité pour lui permettre de rouler au bioéthanol.

 

Contribuons ensemble à un écosystème durable des biocarburants, de la production à la consommation dans les territoires du Grand Est.

 

 

Table-ronde aux BIS de Nantes : le soutien des collectivités territoriales à l’action internationale des artistes de leur territoire

Dans le cadre des Biennales Internationales du Spectacle, la Région Grand Est a organisé, le 23 janvier 2020, une table-ronde destinée à apporter un regard croisé sur les leviers à disposition d’une collectivité territoriale pour accompagner et soutenir l’action internationale des artistes de son territoire.

Les intervenants – parmi lesquels se trouvaient une représentante de « Spectacle Vivant en Bretagne », un gérant de label alsacien, le directeur de la Cave aux Poètes et un représentant de la Région Grand Est – ont pu présenter leurs actions et dispositifs respectifs, comparer les modalités et objectifs de chacun et partager leurs expériences avec le public. Leurs témoignages ont par ailleurs permis d’esquisser les opportunités futures en la matière.

Berlinale : rencontre professionnelle du cinéma Rhin Supérieur

Le 23 février 2020 une rencontre transfrontalière des professionnels du cinéma Rhin Supérieur a été organisée à la Berlinale dans le cadre du projet Film en Rhin Supérieur.

En début de rencontre, les partenaires ont présenté le projet Film en Rhin Supérieur. Ils ont offert un aperçu des projets de films actuels et futurs dans la région transfrontalière, ainsi que des ressources disponibles et du potentiel de la région cinématographique du Rhin supérieur.

La rencontre a ensuite permis aux près de 200 personnes présentes de bénéficier d’un temps d’échange entre professionnels, ainsi qu’avec les institutions et les fonds de soutien régionaux. A travers la projection d’extraits, les productions réalisées dans les régions partenaires ont été mises à l’honneur tout au long de l’événement.

Délégation d’acteurs des musiques actuelles du Grand Est aux BIS de Nantes

En 2020, la Région Grand Est a renforcé sa présence aux Biennales Internationales du Spectacle en accompagnant une délégation d’acteurs régionaux des musiques actuelles les 22 et 23 janvier.

Réunissant plus de 13 000 participants et 433 exposants en 2018, les BIS sont aujourd’hui un rendez-vous majeur pour les professionnels du théâtre, de la musique, de la danse et des arts de la rue. Si les nombreux débats, forums et ateliers mettent en lumière les tendances et enjeux actuels, la « Place des Tournées » est devenue le marché incontournable des tourneurs et producteurs de spectacles lors duquel s’élabore les programmations culturelles à venir.

C’est pourquoi, en plus d’un stand institutionnel de la Région présentant sa stratégie dédiée aux musiques actuelles, les 12 acteurs régionaux accompagnés ont bénéficié d’un espace sur la « Place des Tournées », afin de leur permettre de valoriser leurs artistes et leurs projets, mais également de développer leur réseau professionnel. Cette visibilité inédite répond à la volonté de la Région d’aider ses acteurs à rayonner au-delà des frontières en renforçant leur présence sur les plateformes de diffusion internationale.

Une école dédiée à l’intelligence artificielle en santé à Nancy

La première école IA Microsoft powered by Simplon, financée par la Région Grand Est et hébergée au sein du Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Nancy, a été inaugurée par Valérie Debord le 13 février dernier. Les 24 apprenants de cette promotion seront spécialisés sur le secteur de la santé.

L’ouverture de cette école, qui formera des techniciens en intelligence artificielle et en data dans le cadre d’un cursus de 19 mois (dont 7 mois de formation intensive et 12 mois en contrat de professionnalisation dans une entreprise partenaire de Microsoft), est la première mais elle ne sera pas la seule. La Région Grand Est a, en effet, choisi d’ouvrir 3 sites en 2020 : après Nancy, Strasbourg et Reims sont également sur la rampe de lancement. Une ampleur inédite pour une Région !

Ce partenariat avec Simplon/Microsoft et Pôle Emploi s’inscrit naturellement dans le cadre du plan « Intelligence artificielle Grand Est » présenté par le Président Rottner en juin 2019, et plus particulièrement dans son volet « compétences ».

L’automatisation des processus robotisés (RPA) et l’intelligence artificielle sont devenues, en quelques années, des passages obligés pour améliorer la performance des organisations et, partant, la compétitivité de nos entreprises. Cette formation vise donc un double-objectif :

  • Anticiper les besoins en compétences sur le territoire
  • Renforcer l’attractivité du Grand Est pour des entreprises innovantes en recherche de nouvelles implantations

Le choix du secteur de la santé, thématique d’excellence du Grand Est, s’est vite imposé lors des premiers contacts avec l’écosystème nancéien, comme le précise Bernard Dupont, directeur général du CHRU

« Déployer de manière concrète l’intelligence artificielle dans les différentes activités hospitalières constitue une orientation stratégique du CHRU de Nancy. C’est le sens du partenariat que nous avons noué avec Microsoft et Simplon, qui a abouti à l’implantation de l’École IA Microsoft au cœur de l’établissement. Unique en France et innovante à la fois par sa localisation et sa thématisation sectorielle autour de la santé, cette école offrira des ressources opérationnelles clés pour soutenir la dynamique forte du CHRU fondée sur l’IA et le numérique et, au-delà, répondra aux besoins de l’ensemble du territoire et de ses différents acteurs économiques, de recherche et de développement. » 

A Nancy, les 24 apprenants de l’École IA Microsoft travailleront donc sur des cas d’usages et data fournies par le CHRU et auront ainsi à imaginer des solutions autour de trois thématiques :

  • Le traitement des données de santé
  • Le renforcement des performances des soignants
  • L’amélioration du parcours des soignés

Cette école s’adresse aux personnes en recherche d’emploi ayant des connaissances en langage de programmation et un niveau mathématiques équivalent à une terminale scientifique, sans prérequis de diplôme ou d’âge. Un effort particulier est porté sur la mixité : il est en effet impératif que les futurs concepteurs des programmes IA ne soient pas que des hommes. La formatrice est d’ailleurs une jeune doctorante en programmation informatique très brillante de l’Université de Lorraine, Noura Benhajji.

 

La Région Grand Est devient la 1ère région gestionnaire de son réseau TER

A l’occasion du Comité Interministériel aux Ruralités à Girancourt du 20 février 2020, l’Etat, représenté par Edouard PHILIPPE, Premier Ministre, Élisabeth BORNE, Ministre de la Transition écologique et solidaire, Jean-Baptiste DJEBBARI, Secrétaire d’État chargé des Transports auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a formalisé un accord inédit avec Jean ROTTNER, Président de la Région Grand Est, par la signature d’un protocole d’accord : la Région Grand Est devient la première Région française à obtenir de l’Etat et de la SNCF la délégation de gestion directe d’infrastructures ferroviaires du quotidien.

Depuis plusieurs décennies, le réseau ferroviaire assurant les mobilités du quotidien souffre d’un sous financement chronique qui a conduit à sa fragilisation et menace désormais à très court terme la continuité des dessertes régionales de voyageurs organisées par la Région. Elle ne peut se résoudre à cet abandon progressif : son objectif est d’apporter à ses villes moyennes et bourgs ruraux des transports rapides et efficaces. Depuis de nombreux mois, elle travaille sans relâche avec l’Etat et la SNCF pour trouver de nouvelles méthodes de travail en commun permettant de mailler le territoire par des liaisons ferroviaires efficientes.

La Région Grand Est s’est ainsi saisie sans délai des outils proposés par l’État pour développer les transports :

  • Il s’agit de la 1ère Région à signer une convention TER unifiée dès la fusion des anciennes Régions, elle a repris les lignes routières et scolaires avant même les échéances fixées par l’État pour les transports scolaires, puis repris les lignes ferroviaires d’équilibre du territoire (Paris – Troyes – Chaumont – Belfort – Mulhouse et Paris – Strasbourg) précédemment gérées par l’État.
  • Elle a saisi l’opportunité offerte par le Pacte Ferroviaire d’ouvrir dès maintenant l’exploitation ferroviaire à la concurrence et prépare les premiers appels d’offre dans l’objectif de lancements des premières consultations dès l’été 2020. Elle a intégré la problématique des lignes de desserte fine du territoire en ciblant deux des trois lots qui seront ouverts à la concurrence autour de lignes dont le trafic ferroviaire est suspendu, anticipant ainsi les possibilités de transfert de gestion du réseau ferroviaire national. En l’occurrence, les efforts conjoints de l’État et la Région Grand Est permettront la réouverture de la ligne Épinal – Saint-Dié dès fin 2021 et l’inauguration des travaux du Tunnel de Vanémont effectuée ce matin en est une première illustration.

Cette gestion différenciée du réseau doit permettre d’augmenter l’offre et de ré-ouvrir les lignes grâce à des niveaux d’investissement très importants : la Région Grand Est investira à elle seule plus de 530 millions d’euros sur un total d’investissement de près d’un milliard pour la régénération nécessaire de ces lignes. Cette délégation de gestion inédite en France, sur une longue période, permettra de reconsidérer à leur juste niveau les lignes structurantes qui sont aujourd’hui injustement classées comme des « petites lignes », d’assurer la pérennité du réseau, d’augmenter le niveau de services, dans une logique privilégiant le renouvellement des infrastructures et en réduisant les couts de maintenance. Seraient ainsi concernées, par exemple, la ligne 14, les lignes transfrontalières, mais aussi Reims-Fismes, Conflans-Verdun, Lutternach-Kruth ou encore Charleville-Givet…

 

La Région soutient les agences de développement économique

Les élus de la Commission permanente du 14 février 2020, ont voté 7,1 millions d’euros pour soutenir 7 agences de développement économique.

PLUS DE 4,7 MILLIONS D’EUROS POUR 6 AGENCES DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN GRAND EST

Les élus de la Commission permanente ont approuvé les contrats d’objectifs 2020/2022 et les conventions de financement 2020 entre la Région Grand Est et 6 agences de développement économique (Ardennes développement, Moselle Attractivité, Inspire Metz, Business Sud Champagne, ADIRA et SCALEN), pour un montant de plus 4,7 millions d’euros.

Assurant pleinement sa compétence économique, la Région a fait le choix stratégique de mailler le territoire d’Agences de développement économique et en assume le rôle de coordination, d’animation et de mise en synergie. En 2019, la Région a lancé le « Club des Agences de développement économique », créant ainsi une dynamique collective visant notamment à mutualiser et construire des outils communs. L’objectif visé est que ces Agences deviennent l’opérateur incontournable de proximité pour les entreprises du Grand Est, elles ont pour missions principales d’être au service du maintien et du développement des entreprises, ainsi que de ces territoires.

Ainsi ce seront 9 Agences qui couvriront tout le territoire du Grand Est : Ardennes développement, Moselle Attractivité, Inspire Metz, Business Sud Champagne, ADIRA et SCALEN déjà opérationnelles, auxquelles viennent s’ajouter cette année Meuse attractivité et l’Agence de la Marne, et prochainement l’Agence des Vosges.

PLUS DE 2,4 MILLIONS D’EUROS A L’AGENCE D’ATTRACTIVITE DE L’ALSACE (AAA)

Les élus de la Commission permanente ont attribué une subvention de fonctionnement à l’Agence d’attractivité de l’Alsace d’un montant de plus de 2,4 millions d’euros pour la réalisation de son programme d’actions 2020.
L’AAA a pour mission de soutenir, en Alsace, l’activité économique des entreprises industrielles et du tertiaire supérieur (finance, conseil, enseignement supérieur, ingénierie, etc.) dans leur implantation, leur développement ou leur pérennisation, ainsi que les collectivités locales pour l’aménagement du territoire au service du développement économique. Elle compte dans son effectif 16 personnes réparties en différents pôles : prospection, commande publique et .alsace.

Par le versement de cette subvention, la Région permet à l’Agence de poursuivre son activité à travers :

  • la conduite de différentes missions de prospection et de suivi des contacts sur les salons professionnels ou de façon ciblée à l’étranger,
  • l’accompagnement ou le suivi individuel des entreprises alsaciennes par le biais notamment de veille et de conseil dans le cadre d’appels d’offres lancés par des bailleurs de fonds internationaux,
  • la promotion du .alsace.

La Région s’engage avec l’Armée pour l’insertion des jeunes

Permettre à chacun de disposer de tous les moyens pour se réaliser et s’épanouir sur les plans personnel et professionnel, telle est l’ambition de la Région Grand Est. Dans le champ de ses compétences, la Région met en oeuvre des dispositifs en faveur de la formation et de la qualification, de la jeunesse, du sport, de la culture, du monde associatif, etc. Au titre de ces priorités régionales, les élus de la Commission permanente du 14 février 2020, réunis sous la présidence de Jean Rottner, ont voté plusieurs mesures, parmi lesquelles 2,3 millions d’euros pour la signature d’une convention de partenariat avec l’Armée dans le cadre des formations mises en oeuvre pour les jeunes intégrant le Service militaire volontaire (SMV) en 2020.

Le SMV est un service militaire à compétence nationale dont la mission principale est de favoriser l’insertion de jeunes de 18 à 25 ans en situation de décrochage scolaire et/ou sociale, éloignés du marché du travail mais motivés pour s’insérer dans la vie active. Ainsi dans le cadre d’un contrat de volontariat de 8 à 12 mois, une formation militaire leur est délivrée, ainsi qu’un parcours de formations professionnelle et scolaire visant à favoriser leur insertion professionnelle.
Le parcours de formation SMV s’articule autour de 4 phases :

  1. formation militaire et confirmation du projet professionnel,
  2. formation de remise à niveau scolaire, de mission citoyenne, de conduite automobile et de premiers secours,
  3. formation professionnelle qualifiante ou professionnalisante, de Techniques de recherche d’emploi (TER), d’accompagnement à l’insertion,
  4. insertion professionnelle.

L’intervention régionale représente un investissement de 4 600 euros par bénéficiaire et porte sur la 3ème phase du parcours SMV : la formation professionnelle. Ainsi en 2020, 510 jeunes intégrant le SMV (380 jeunes à Montigny-les-Metz et 130 à Châlons-en-Champagne) pourront en bénéficier.

La Région et la CCI Grand Est renouvellent leur partenariat pour accompagner les entreprises

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Gilbert Stimpflin, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Région Grand Est, ont signé un accord cadre de partenariat qui renouvelle en profondeur la coopération entre la Région Grand Est et la CRCI pour les trois années à venir. La Région mobilise ainsi plus de 12 millions d’euros au bénéfice des entreprises.

Ce partenariat affiche une volonté de construire sur des enjeux majeurs, tels que :

  • la mise en place d’un Observatoire pour un travail de prospective ;
  • l’accompagnement à la constitution de partenariats d’entreprises franco-allemandes, en lien avec Bpifrance ;
  • la construction d’un plan dédié à la transition écologique et énergétique des entreprises industrielles ;
  • la digitalisation des entreprises du secteur du tourisme et du commerce ;
  • l’accélération du développement export des entreprises régionales.

Le commerce de centre-ville constitue un sujet clé de cet accord puisqu’il permet à de nombreux Établissement publics de coopération intercommunale (EPCI) de solliciter l’appui des CCI grâce au soutien financier de la Région Grand Est.

Le Grand Est célèbre l’année De Gaulle

L’année 2020 marque un triple anniversaire de la mémoire gaullienne : c’est le 130ème anniversaire de la naissance de Charles de Gaulle, le 80ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 et le 50ème anniversaire de la disparition du Général.

La Région Grand Est a signé une convention de partenariat avec la Fondation Charles de Gaulle portant sur le cofinancement de nombreux projets qui animeront le territoire tout au long de l’année 2020.

De Gaulle à travers les livres, le théâtre, les expositions

Parmi les projets, une série télévisée, retraçant 30 ans de vie publique de Charles de Gaulle, sera diffusée sur France Télévisions en novembre 2020. Le tournage, soutenu par la Région Grand Est à hauteur de 175 000 €, s’est déroulé notamment à Nancy, Épernay et Reims.

Deux ouvrages, soutenus par la Région, de Frédérique Neau-Dufour, historienne, spécialiste du Général de Gaulle, paraîtront en 2020 : Charles de Gaulle, homme du Grand Est (éditions de la Nuée Bleue) et Lettres de condoléances pour la mort de Charles de Gaulle.
Un autre projet éditorial est en préparation aux éditions Macha. Il valorisera la diplomatie culinaire à la française en reprenant les menus proposés lors des réceptions privées et officielles données par le Général de Gaulle.

Adapté d’un chapitre des Antimémoires d’André Malraux – Les chênes qu’on abat, la Compagnie du premier acte met en scène l’ultime rencontre entre le général de Gaulle et André Malraux, peu avant la mort du Général à travers la pièce de théâtre « Le Crépuscule ». Le 11 décembre 1969, André Malraux retrouve le général de Gaulle, au crépuscule de sa vie, dans la solitude de sa demeure à Colombey-les-Deux-Églises. La pièce a été présentée, grâce au soutien de la Région Grand Est, au festival d’Avignon en 2019 et sera également à l’affiche de nombreuses scènes nationales et régionales en 2020.

Enfin, fin avril – début mai 2020, la Région mettra à disposition des 5152 maires du Grand Est un kit d’exposition afin de permettre au grand public de s’approprier les moments forts de la vie du Général de Gaulle.

Des parcours pédagogiques pour découvrir de Gaulle

La Région Grand Est souhaite développer un volet pédagogique dédié spécifiquement au général de Gaulle. En partenariat avec la Fondation Charles de Gaulle, la Région proposera et financera des parcours d’accompagnement pédagogique pour six lycées du Grand Est, répartis sur tout le territoire. Un appel à projet et à candidature sera lancé, pour un accompagnement des lycées pendant l’année scolaire 2020/2021 et une mise en valeur lors d’un événement de restitution de ces travaux en clôture de l’année De Gaulle début 2021.

En partenariat avec l’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus (UNADIF), la Région mettra à disposition des équipes enseignantes et leurs élèves le kit pédagogique édité par l’UNADIF pour la promotion du Concours national de la résistance et de la déportation et sa diffusion.

Le Conseil régional des Jeunes du Grand Est sera également impliqué lors d’un déplacement le 20 juin 2020 à Verdun, en écho à l’appel du 18 juin. Ce déplacement sera l’occasion de se rendre au fort de Douaumont où, le 2 mars 1916, le jeune capitaine Charles de Gaulle a été capturé par les Allemands. Une journée spécifique autour du devoir de mémoire sera proposée aux jeunes à travers une conférence, des visites spécifiques et un temps de travail en commun. La séquence sera animée par le Centre mondial de la Paix de Verdun.

Création d’un prix « Anne de Gaulle »

En partenariat avec la Fondation Anne de Gaulle (fille trisomique de Charles et Yvonne de Gaulle), la Région Grand Est créera un prix en faveur des jeunes handicapés. Ce prix récompensera la lutte contre les discriminations liées au handicap. Doté de 50 000 €, le « Prix Anne de Gaulle pour l’intégration des jeunes en situation de handicap » viendra récompenser l’initiative d’une association ou d’une entreprise qui, par ses actions, promeut une démarche d’inclusion et d’insertion remarquable et innovante.

D’autres projets complèteront ces évènements phares.

Consulter le dossier de presse

Made with Visme Infographic Maker

La Région Grand Est au SIA 2020 !

Le Salon International de l’Agriculture se tiendra à Paris, du 22 février au 29 février. Comme tous les ans, la Région Grand Est présentera ses spécialités et savoir-faire à travers ses 51 exposants dont 8 nouveaux. L’édition 2020 aura une saveur particulière : elle portera sur la thématique « Grand Est, une grande région de tradition brassicole », un marché en pleine croissance, avec des demandes de grands distributeurs pour répondre aux souhaits des consommateurs qui privilégient de plus en plus les produits locaux.  C’est d’ailleurs à la brasserie Ardwen à Launois-sur-Vence (08) que les nouveautés 2020 ont été dévoilées…

Le Grand Est dans le Hall 3 : 23 îlots sur 1160 m²

Tendance, le Grand Est le sera aussi via ses nouveautés et notamment son espace prestige.

Parmi les nouveautés notons, un partenariat renforcé avec l’organisation de sélection (Os Vosgienne) et la présence de la Région sur le Pavillon 1 dédié à l’élevage « Bovins, Caprins et Porcins ». Le développement du lien « race, terroirs et produits » sera valorisé dans ce hall, le plus visité du salon.

Sur l’espace prestige de la Région Grand Est (pavillon 3 Allée M n°156 – 190 m²), le public pourra apprécier :

  • un pôle gastronomique aménagé pour accueillir des cookshow (ateliers culinaires) avec la participation de producteurs, de lycées hôteliers et de chefs renommés,
  • un parcours de découverte de la tradition brassicole,
  • un espace officiel permettant de recevoir les exposants, les partenaires de la Région et les élus,
  • un espace privatisé B2B consacré à la mise en relation de partenaires ou/et entreprises, favorisant ainsi les échanges professionnels,
  • une box immersive d’environ 25 m² pour faire l’expérience du Grand Est à 360°.

Le village de près de 810 m² avec plus de 120 producteurs : 51 stands de boutiques du terroir, des marques départementales et régionales représentées (groupements de producteurs).
La Chambre d’agriculture du Grand Est et Alsace Qualité s’associent pour mettre en avant les produits du grand Est sous signe officiel de qualité sur le stand Terroir et Qualité. Pendant 9 jours, dégustations en présence de producteurs et quiz permettront au public de découvrir les produits emblématiques de la région Grand Est.
Se succèderont sur l’espace des producteurs de miels d’Alsace IGP, miel de sapin des Vosges AOP, mirabelles de Lorraine IGP, choucroute d’Alsace IGP, Brie de Meaux AOP, Munster AOP, Bergamote de Nancy IGP, et de vins AOC côtes de Toul, Moselle et IGP côtes de Meuse.

Un restaurant présentant les produits et la gastronomie régionale (166 m² et une mezzanine de 54 m²) : un restaurant aux trois saveurs du Grand Est

Deux temps forts ponctueront la journée du 25 février :

Des animations tous les jours

Tous les jours des animations auront lieu avec des temps forts par territoire :

  • dimanche 23 février
    • Saveurs d’Alsace, démonstrations de brassin par l’association Elsass Brau
  • lundi 24 février
    • Meurthe-et-Moselle (matin) : présentation d’une nouvelle spécialité pâtissière, La Belle Lorraine, à base de Mirabelles de Lorraine IGP, une recette élaborée par Pascal Houillon, maître boulanger et pâtissier à Pont-à-Mousson et créée à l’initiative du partenariat qui lie la Chambre d’agriculture, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Meurthe-et-Moselle.
    • Saveurs d’Alsace (après-midi) démonstrations de brassin par l’association Elsass Brau

Echappée bière : avec le casino de la Bière, découvrez une manière ludique, gourmande et inédite de vous initier à l’art de la dégustation des bières. sur chacune la table de casino, un « croupier-biérologue » remet des jetons aux participants et leurs servent un galopin de bière à l’aveugle. Grâce à leur palais et aux indications de l’animateur, les joueurs misent sur la robe, les goûts et arômes ou encore le degré d’alcool de chaque bière dégustée. Une façon originale de découvrir la richesse des bières et leur origine !

  • mardi 25 février
    • inauguration du stand de la Région
      • Signature d’une charte pour le développement durable des bio-carburants du Grand Est (Hall 3)
        L’objectif de cette charte est d’associer les parties prenantes des bio-carburants, de la production à la consommation, dans les territoires du Grand Est.
        En savoir plus sur le soutien de la Région à la conversion au bioéthanol
      • Signature d’une convention de partenariat avec l’Enseigne U
        L’enseigne U engage sa filiale logistique U Log à participer au projet “DINAMHySE” dont l’objectif est d’accompagner le développement d’une filière industrielle hydrogène au sein du Grand Est et généraliser le recours à l’hydrogène dans le transport de marchandises. La coopérative U Enseigne renforce également à travers cette nouvelle convention son offre de produits issus de PME régionales pour atteindre l’objectif de 15% d’offre locale dans l’ensemble des 80 points de vente du Grand Est.
    • la Meuse à l’honneur :  animations, jeux, dégustations … le musée de la bière de Stenay proposera des activités autour de la bière, sa confection, les matières premières utilisées …
  • mercredi 26 février
    • Vosges (matin) : animations musicales et culinaires.
      Cette année, l’accent sera mis sur la promotion du territoire, du terroir et des savoir-faire vosgiens avec un espace de 30 m² dédié aux Vosges. Ce stand mutualisé permettra de promouvoir le territoire vosgien dans son ensemble avec une épicerie « Je Vois la Vie en Vosges Terroir », une boutique la Vie en Vosges, un espace touristique.
      Lancement du label Je vois la Vie en Vosges Terroir : la nouvelle identité valorisant les produits du terroir des Vosges sera dévoilée le 26 février à 10h
    • Haute-Marne (après-midi) : Agrilocal et les circuits courts, temps d’échanges, démonstrations et dégustations de produits. L’équipe de restauration du collège de Wassy cuisinera avec des produits de producteurs haut-marnais inscrits sur Agrilocal 52.
      La Confrérie de la Truffe de Haute-Marne emmènera le public à la découverte de la truffe de Haute-Marne.
  • jeudi 27 février
    • Moselle : valorisation de l’agrément Qualité MOSL, démonstrations de recettes à base de produits locaux de Qualité MOSL.
      La brasserie de la Grenouille Assoiffée fera découvrir la bière sur le stand prestige.
  • vendredi 28 février 
    • Marne : ateliers culinaires et dégustations, animations de producteurs, informations touristiques.
      Fabrication de savons par Sandrine Appert, fondatrice de la savonnerie l’Astucier, située à Somme-Tourbe, au nord-est de Châlons-en-Champagne
      Dégustations de miels (Ferme de l’Herbonne à Soudron et L’abeille d’Argonne à Givry-en-Argonne) et de Champagne.

Le Concours Général Agricole

Le Concours Général Agricole fête ses 150 ans. Depuis 1870, le Concours Général Agricole (CGA) met en compétition des produits qui sont jugés sur des critères organoleptiques : aspect, couleur, odeur, goût …

  • 122 candidats pour 420 produits,
  • CGA vins : 185 candidats des vignobles Grand Est, 1 159 échantillons,
  • 110 éleveurs présentant près de 260 animaux en concours.

Depuis 2009, les Chambres d’Agriculture, mandatées par le Centre National des Expositions et des Concours Agricoles (CENECA) et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et de la Pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, organisent la phase amont du concours de l’ensemble des produits.
Ainsi, en relais des services du CGA, les Chambres d’Agriculture assurent la promotion du concours dès septembre pour informer des dates d’ouverture des concours et inciter de nouveaux candidats à participer.

Puis, elles sont chargées des phases précédant la finale à Paris, selon une procédure adaptée aux différentes catégories de produits.
La finale des vins d’Alsace se déroulera le 23 février quant aux vins de Champagne et Lorraine, ils seront jugés le dimanche 24 février.
Enfin, elles assurent la promotion du CGA au niveau local, en concertation avec les représentants de l’État et leurs partenaires locaux.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Le concours d’innovation interne G1ID a fait carton plein pour sa 1ère édition !

Parmi les premières initiatives de la Délégation à l’Innovation et à la Modernisation de l’Action publique (DIMAP) figurait l’organisation d’un concours interne pour libérer la créativité des agents et résoudre un certain nombre d’irritants, ces petits dysfonctionnements dont les solutions pouvaient être trouvées en interne, afin d’améliorer le service rendu aux usagers.

Lancé en octobre 2019, G1ID a vite fait son chemin puisque 244 idées ont été réceptionnées entre le 1er octobre et le 15 novembre 2019 : 111 émises par des agents des Hôtels et Maisons de la Région et 133 par les agents des lycées. 20% avaient été proposées par des équipes. A noter que les femmes ont été plus prolifiques que les hommes puisqu’on leur doit 59% des propositions.

En termes d’objectifs, une très large majorité de ces propositions visaient à améliorer le fonctionnement de la Région (47%) ou la qualité du travail des agents (40%) tandis que seules 12% entendaient améliorer le service rendu aux usagers.

Ces nombreuses propositions ont d’abord été départagées par un jury de présélection composé de 14 agents tirés au sort sur les listes du personnel de la Région. Il s’est réuni le 25 novembre pour retenir 3 idées dans chaque catégorie.

Ces 6 finalistes sont ensuite allés directement présenter leur projet au jury final, présidé par Jean ROTTNER, qui a désigné un lauréat pour la catégorie des « agents des lycées »,  un lauréat pour la catégorie des « agents des maisons et hôtels de Région »  et a également attribué 2 prix spéciaux : « Management » et « Numérique ».

Les noms des lauréats ont été dévoilés lors des cérémonies des vœux du Président aux agents. Ils ont remporté chacun 500 € (ou 1 000€ à partager pour les équipes) et la Région s’est engagée à mettre  leur idée en œuvre en 2020, avec leur aide.

Voici les 4 propositions lauréates

  • Créer une bourse d’échange de matériel, Prix des agents des Lycées (Armand Peverini)
  • Favoriser le covoiturage dans la plateforme de réservation des moyens de transports, Prix des Hôtels et Maisons des Régions (Clémentine Laurent) 
  • Créer dans les Maisons des Régions des postes de chef de projet territorial, pour faciliter l’accompagnement des projets complexes auprès des acteurs locaux en lien avec les agents instructeurs, Prix spécial Management (Didier Exbrayat, Hélène Muller-Delahaye, Christine Roulle, Richard Lubin)
  • Créer une application qui permette de trouver un bureau où s’installer lorsque l’on rend sur un site de la Région autre que son lieu de travail, Prix spécial Numérique (Vincent le Person, Edwina Morize)

En règle général, un certain nombre de thématiques prioritaires ont émergé à l’occasion de ce concours, qui traduisent bien les préoccupations des collaborateurs de la Région : on retrouve ainsi le respect de l’environnement, avec de nombreuses propositions pour réduire l’empreinte carbone de la collectivité (papeterie, déchets, carton, bouteilles plastiques, véhicules électriques…), l’amélioration des modalités d’accueil des nouveaux arrivants, le besoin d’échanger (de biens sous-utilisés, mais aussi des informations et des bonnes pratiques) ou encore la nécessité de pouvoir découvrir d’autres horizons professionnels grâce à des immersions temporaires dans d’autres services.

A l’issue de ce concours, les chantiers de mise en œuvre des idées lauréates ont été ouverts. Mais si elles sont prioritaires, ces idées primées ne seront pas les seules à être mises en application. Un travail de sélection d’autres idées à mettre en œuvre sera donc effectué. En attendant la 2ème édition…

 

 

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile