Table-ronde aux BIS de Nantes : le soutien des collectivités territoriales à l’action internationale des artistes de leur territoire

Dans le cadre des Biennales Internationales du Spectacle, la Région Grand Est a organisé, le 23 janvier 2020, une table-ronde destinée à apporter un regard croisé sur les leviers à disposition d’une collectivité territoriale pour accompagner et soutenir l’action internationale des artistes de son territoire.

Les intervenants – parmi lesquels se trouvaient une représentante de « Spectacle Vivant en Bretagne », un gérant de label alsacien, le directeur de la Cave aux Poètes et un représentant de la Région Grand Est – ont pu présenter leurs actions et dispositifs respectifs, comparer les modalités et objectifs de chacun et partager leurs expériences avec le public. Leurs témoignages ont par ailleurs permis d’esquisser les opportunités futures en la matière.

Berlinale : rencontre professionnelle du cinéma Rhin Supérieur

Le 23 février 2020 une rencontre transfrontalière des professionnels du cinéma Rhin Supérieur a été organisée à la Berlinale dans le cadre du projet Film en Rhin Supérieur.

En début de rencontre, les partenaires ont présenté le projet Film en Rhin Supérieur. Ils ont offert un aperçu des projets de films actuels et futurs dans la région transfrontalière, ainsi que des ressources disponibles et du potentiel de la région cinématographique du Rhin supérieur.

La rencontre a ensuite permis aux près de 200 personnes présentes de bénéficier d’un temps d’échange entre professionnels, ainsi qu’avec les institutions et les fonds de soutien régionaux. A travers la projection d’extraits, les productions réalisées dans les régions partenaires ont été mises à l’honneur tout au long de l’événement.

Délégation d’acteurs des musiques actuelles du Grand Est aux BIS de Nantes

En 2020, la Région Grand Est a renforcé sa présence aux Biennales Internationales du Spectacle en accompagnant une délégation d’acteurs régionaux des musiques actuelles les 22 et 23 janvier.

Réunissant plus de 13 000 participants et 433 exposants en 2018, les BIS sont aujourd’hui un rendez-vous majeur pour les professionnels du théâtre, de la musique, de la danse et des arts de la rue. Si les nombreux débats, forums et ateliers mettent en lumière les tendances et enjeux actuels, la « Place des Tournées » est devenue le marché incontournable des tourneurs et producteurs de spectacles lors duquel s’élabore les programmations culturelles à venir.

C’est pourquoi, en plus d’un stand institutionnel de la Région présentant sa stratégie dédiée aux musiques actuelles, les 12 acteurs régionaux accompagnés ont bénéficié d’un espace sur la « Place des Tournées », afin de leur permettre de valoriser leurs artistes et leurs projets, mais également de développer leur réseau professionnel. Cette visibilité inédite répond à la volonté de la Région d’aider ses acteurs à rayonner au-delà des frontières en renforçant leur présence sur les plateformes de diffusion internationale.

Une école dédiée à l’intelligence artificielle en santé à Nancy

La première école IA Microsoft powered by Simplon, financée par la Région Grand Est et hébergée au sein du Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Nancy, a été inaugurée par Valérie Debord le 13 février dernier. Les 24 apprenants de cette promotion seront spécialisés sur le secteur de la santé.

L’ouverture de cette école, qui formera des techniciens en intelligence artificielle et en data dans le cadre d’un cursus de 19 mois (dont 7 mois de formation intensive et 12 mois en contrat de professionnalisation dans une entreprise partenaire de Microsoft), est la première mais elle ne sera pas la seule. La Région Grand Est a, en effet, choisi d’ouvrir 3 sites en 2020 : après Nancy, Strasbourg et Reims sont également sur la rampe de lancement. Une ampleur inédite pour une Région !

Ce partenariat avec Simplon/Microsoft et Pôle Emploi s’inscrit naturellement dans le cadre du plan « Intelligence artificielle Grand Est » présenté par le Président Rottner en juin 2019, et plus particulièrement dans son volet « compétences ».

L’automatisation des processus robotisés (RPA) et l’intelligence artificielle sont devenues, en quelques années, des passages obligés pour améliorer la performance des organisations et, partant, la compétitivité de nos entreprises. Cette formation vise donc un double-objectif :

  • Anticiper les besoins en compétences sur le territoire
  • Renforcer l’attractivité du Grand Est pour des entreprises innovantes en recherche de nouvelles implantations

Le choix du secteur de la santé, thématique d’excellence du Grand Est, s’est vite imposé lors des premiers contacts avec l’écosystème nancéien, comme le précise Bernard Dupont, directeur général du CHRU

« Déployer de manière concrète l’intelligence artificielle dans les différentes activités hospitalières constitue une orientation stratégique du CHRU de Nancy. C’est le sens du partenariat que nous avons noué avec Microsoft et Simplon, qui a abouti à l’implantation de l’École IA Microsoft au cœur de l’établissement. Unique en France et innovante à la fois par sa localisation et sa thématisation sectorielle autour de la santé, cette école offrira des ressources opérationnelles clés pour soutenir la dynamique forte du CHRU fondée sur l’IA et le numérique et, au-delà, répondra aux besoins de l’ensemble du territoire et de ses différents acteurs économiques, de recherche et de développement. » 

A Nancy, les 24 apprenants de l’École IA Microsoft travailleront donc sur des cas d’usages et data fournies par le CHRU et auront ainsi à imaginer des solutions autour de trois thématiques :

  • Le traitement des données de santé
  • Le renforcement des performances des soignants
  • L’amélioration du parcours des soignés

Cette école s’adresse aux personnes en recherche d’emploi ayant des connaissances en langage de programmation et un niveau mathématiques équivalent à une terminale scientifique, sans prérequis de diplôme ou d’âge. Un effort particulier est porté sur la mixité : il est en effet impératif que les futurs concepteurs des programmes IA ne soient pas que des hommes. La formatrice est d’ailleurs une jeune doctorante en programmation informatique très brillante de l’Université de Lorraine, Noura Benhajji.

 

Le concours d’innovation interne G1ID a fait carton plein pour sa 1ère édition !

Parmi les premières initiatives de la Délégation à l’Innovation et à la Modernisation de l’Action publique (DIMAP) figurait l’organisation d’un concours interne pour libérer la créativité des agents et résoudre un certain nombre d’irritants, ces petits dysfonctionnements dont les solutions pouvaient être trouvées en interne, afin d’améliorer le service rendu aux usagers.

Lancé en octobre 2019, G1ID a vite fait son chemin puisque 244 idées ont été réceptionnées entre le 1er octobre et le 15 novembre 2019 : 111 émises par des agents des Hôtels et Maisons de la Région et 133 par les agents des lycées. 20% avaient été proposées par des équipes. A noter que les femmes ont été plus prolifiques que les hommes puisqu’on leur doit 59% des propositions.

En termes d’objectifs, une très large majorité de ces propositions visaient à améliorer le fonctionnement de la Région (47%) ou la qualité du travail des agents (40%) tandis que seules 12% entendaient améliorer le service rendu aux usagers.

Ces nombreuses propositions ont d’abord été départagées par un jury de présélection composé de 14 agents tirés au sort sur les listes du personnel de la Région. Il s’est réuni le 25 novembre pour retenir 3 idées dans chaque catégorie.

Ces 6 finalistes sont ensuite allés directement présenter leur projet au jury final, présidé par Jean ROTTNER, qui a désigné un lauréat pour la catégorie des « agents des lycées »,  un lauréat pour la catégorie des « agents des maisons et hôtels de Région »  et a également attribué 2 prix spéciaux : « Management » et « Numérique ».

Les noms des lauréats ont été dévoilés lors des cérémonies des vœux du Président aux agents. Ils ont remporté chacun 500 € (ou 1 000€ à partager pour les équipes) et la Région s’est engagée à mettre  leur idée en œuvre en 2020, avec leur aide.

Voici les 4 propositions lauréates

  • Créer une bourse d’échange de matériel, Prix des agents des Lycées (Armand Peverini)
  • Favoriser le covoiturage dans la plateforme de réservation des moyens de transports, Prix des Hôtels et Maisons des Régions (Clémentine Laurent) 
  • Créer dans les Maisons des Régions des postes de chef de projet territorial, pour faciliter l’accompagnement des projets complexes auprès des acteurs locaux en lien avec les agents instructeurs, Prix spécial Management (Didier Exbrayat, Hélène Muller-Delahaye, Christine Roulle, Richard Lubin)
  • Créer une application qui permette de trouver un bureau où s’installer lorsque l’on rend sur un site de la Région autre que son lieu de travail, Prix spécial Numérique (Vincent le Person, Edwina Morize)

En règle général, un certain nombre de thématiques prioritaires ont émergé à l’occasion de ce concours, qui traduisent bien les préoccupations des collaborateurs de la Région : on retrouve ainsi le respect de l’environnement, avec de nombreuses propositions pour réduire l’empreinte carbone de la collectivité (papeterie, déchets, carton, bouteilles plastiques, véhicules électriques…), l’amélioration des modalités d’accueil des nouveaux arrivants, le besoin d’échanger (de biens sous-utilisés, mais aussi des informations et des bonnes pratiques) ou encore la nécessité de pouvoir découvrir d’autres horizons professionnels grâce à des immersions temporaires dans d’autres services.

A l’issue de ce concours, les chantiers de mise en œuvre des idées lauréates ont été ouverts. Mais si elles sont prioritaires, ces idées primées ne seront pas les seules à être mises en application. Un travail de sélection d’autres idées à mettre en œuvre sera donc effectué. En attendant la 2ème édition…

 

 

 

La Région Grand Est expérimente son premier voicebot !

Après une première expérience en 2019 avec Ernest, chatbot* testé sur le site institutionnel Grandest.fr, la Direction du Numérique et la Délégation à l’Innovation ont souhaité travailler sur un dispositif qui intègre la voix et ont proposé à la startup messine Vivoka de créer un voicebot pour un POC (Proof of Concept) avec la Direction des Ressources Humaines.

La solution, qui sera intégrée à l’intranet C L’Est, uniquement accessible aux 7 500 collaborateurs de la région Grand Est,  devrait donc être capable d’interpréter les requêtes exprimées par la voix ou par écrit, l’interaction (vocale notamment) étant rendue possible par l’intégration d’une technologie d’intelligence artificielle (reconnaissance du langage naturelle) dont Vivoka est devenu en quelques années un vrai spécialiste.

Présente au CES depuis 3 ans et récompensé cette année par un Innovation Award dans la catégorie Smart Home, Vivoka est notamment très présent sur le segment de l’hôtellerie où la reconnaissance vocale permet d’enrichir l’expérience client (domotique, commande de petit déjeuner, réservation d’un restaurant ou d’un taxi).

Ce POC rempli aujourd’hui plusieurs objectifs :

  • Sensibiliser les agents de la Région à l’émergence d’outils d’intelligence artificielle et leur permettre de proposer de nouveaux cas d’usages, en interne ou en relation avec les usagers;
  • Aider Vivoka à tester sa solution au sein d’une collectivité territoriale pour investir ce nouveau segment de marché;
  • Tester cette nouvelle technologie dans une perspective de simplification des accès à l’information ou aux dispositifs régionaux.

Ce dernier objectif est particulièrement important car la dématérialisation progressive de l’ensemble des démarches administratives pose la question de la fracture numérique, 13 millions de Français n’ayant pas à ce jour accès au numérique. Or la voix constitue une nouvelle étape dans l’interaction avec la machine après les claviers et les écrans tactiles. Un voie qui prend de l’ampleur grâce aux assistants vocaux ou aux système de commande vocale dans les véhicules.

 

* agent conversationnel virtuel capable de répondre à une question par écrit

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile