Parrainez un Jeune Talent !

Vous connaissez un jeune dont le parcours est exemplaire, atypique, engagé, innovant. Vous souhaitez le valoriser et lui permettre d’être récompensé ? Parrainez-le pour les trophées Grand Est Jeunes Talents 2020 !

Initiés par la Région Grand Est, les trophées Grand Est Jeunes Talents récompensent les potentiels de notre jeunesse en valorisant les jeunes qui participent chaque jour au développement et au rayonnement de notre territoire autour de valeurs partagées : engagement citoyen, solidarité, esprit d’innovation, entreprenariat, égalité femmes/hommes.

Des trophées ainsi qu’un prix d’un montant de 1 000 € seront remis à 20 lauréats lors d’une cérémonie officielle. Cette année, seront notamment mis à l’honneur, des jeunes qui se sont engagés dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19 et dans des actions de protection de l’environnement.

Vous avez jusqu’au 10 juillet pour transmettre vos propositions de parrainage.

Parrainez le !

 

C’est quoi une Région ?

Le saviez-vous ? La Région Grand Est intervient dans de nombreux domaines de la vie quotidienne et contribue à construire votre avenir. Nées de la volonté de l’Etat de transférer une partie de ses compétences, les Régions ont vu leurs responsabilités s’étendre au fil des années. Le dernier acte de cette décentralisation : la fusion des Régions en 2015, avec la création de Régions moins nombreuses mais plus fortes.

On vous explique tout !

Une e-semaine de l’apprentissage en Grand Est

Du 29 juin au 3 juillet, la Région Grand Est , la Direccte et Pôle emploi Grand Est organisent une e-Semaine de l’Apprentissage.

Face à la situation d’urgence dans laquelle se trouve cette filière de formation d’excellence et dans le prolongement du Business Act initié par l’Etat et la Région Grand Est, l’ensemble des acteurs de l’apprentissage se mobilisent pour informer de manière innovante et interactive sur les opportunités que présente l’apprentissage.

Destinée aux jeunes de 16 à 29 ans, à leurs familles, aux entreprises et aux prescripteurs (Pôle emploi, Missions locales, CIO, consulaires, CFA, etc.), cette semaine sera rythmée par de nombreux événements, parmi lesquels :
– le salon virtuel Live Orient’Est qui mobilisera notamment plus de 50 CFA et de nombreux professionnels,
– des salons de recrutement en ligne,
– des web conférences,
– une journée dédiée aux professionnels de l’emploi et de la formation,
– etc.

Cette initiative vient renforcer le plan de relance de l’Etat qui souhaite encourager et inciter les entreprises à continuer à recruter des salariés en contrat d’apprentissage.

Live Orient’Est : le salon de l’apprentissage, une voie d’excellence

Organisé les mardi 30 juin et mercredi 1er juillet, le salon virtuel Live Orient’Est permettra aux jeunes et à leurs familles de rencontrer une cinquantaine de CFA (Centre des formations d’apprentis) du Grand Est, tous secteurs confondus, d’échanger en ligne avec des conseillers d’orientation, de consulter ou télécharger de la documentation, de visionner des vidéos sur les métiers et d’assister à des conférences thématiques. Des offres d’apprentissage pourront également être proposées.

Des stands virtuels seront notamment accessibles par thématique (artisanat/métiers d’art, bâtiment/travaux publics, bois/ameublement, commerce/vente, gestion/administration/management, hôtellerie/restauration, logiciels/services numériques, métiers de la nature et du vivant, santé/social, services, sport/animation, transport/logistique, etc.).

Pour les CFA, ce sera l’occasion de promouvoir leurs métiers et leurs formations par apprentissage. Les jeunes de 16 à 29 ans en recherche d’apprentissage auront, eux, toutes les informations pour réfléchir à leur orientation et préparer la rentrée de septembre.

Pour participer il est conseillé de se pré-inscrire (une connexion le jour J est également possible).

 

 

La Région réaffirme son soutien à la filière viticole pour l’accompagner à surmonter la crise sanitaire

Les vignobles du Grand Est ont été fortement touchés par la crise du Covid-19. En visite au Domaine Jacques Bauer Père et Fils à Herrlisheim-près-Colmar le 23 juin 2020, le Président de la Région Grand Est, la Vice-Présidente déléguée à la thématique Agriculture et Viticulture et le Président de la Commission Agriculture et Forêt ont ainsi pu échanger sur les conséquences de cette crise sanitaire avec les viticulteurs alsaciens.

L’interruption totale de l’oenotourisme très développé sur le territoire alsacien, la fermeture des hôtels et des restaurants, l’annulation des salons professionnels ou encore l’arrêt d’activité des prestataires, ont entraîné des difficultés de trésorerie et l’augmentation des stocks de vins vers des niveaux critiques. Les incertitudes sont encore très nombreuses à l’heure de la reprise économique.

C’est pour cela que la Région a souhaité réaffirmer son soutien à la filière viticole. Interpelé par le Comité interprofessionnel des vins d’Alsace, le Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace, le Groupement des producteurs-négociants du vignoble alsacien et la Fédération des coopératives vinicoles d’Alsace, le Président de la Région Grand Est a exprimé son désir que des solutions soient trouvées ensemble.

Cette rencontre a posé les jalons d’un plan de relance de la viticulture du Grand Est, s’appuyant sur les priorités du Business Act et venant renforcer les actions du contrat de filière viticulture du Grand Est 2019-2021.

Ce plan de soutien pourrait atteindre les 7,7 millions d’euros, avec l’engagement financier de l’interprofession, pour :

  • Renforcer l’ambition commerciale du vignoble avec des aides à l’export, à la promotion, aux salons professionnels,
  • Soutenir les investissements en viticulture pour accélérer la transition environnementale et numérique,
  • Apporter une expertise de diagnostic-conseil pour les viticulteurs, à orienter sur la gestion et la stratégie de l’entreprise,
  • Accompagner l’oenotourisme et la valorisation patrimoniale du vignoble via la destination Alsace.

Regards croisés, interviews croisées

 « Regards croisés » interreligieux , D’hier à aujourd’hui, retour sur un temps peu ordinaire

A l’heure où les regards se retournent sur la période de confinement et tentent d’en tirer les leçons, les espoirs, voire les étonnements, la Région Grand Est et Radio Chrétienne de France/ Alsace ont œuvré en partenariat pour mettre en place une série d’interviews intitulées « Regards Croisés ».

L’objectif de cet évènement est de permettre l’échange de membres de communautés religieuses différentes sur des thèmes d’actualité ou de société. Premiers interviewés, les membres du Comité interreligieux auprès de la Région Grand Est vont pouvoir revenir sur ce que fut, pour eux-mêmes et leurs communautés, ce temps peu ordinaire du confinement et celui, prometteur ou pas, que nous vivons aujourd’hui.

De la communauté à la solitude, des multiples utilisations des outils numériques à ce rapport direct et intime à la maladie, à la mort mais aussi à l’espoir, quels sentiments ont fait naître chez ceux qui ont à cœur de mener une communauté de fidèles ces derniers mois ? Pour ceux qui ont à cœur de vivre leur foi, leur spiritualité dans tous les moments de l’existence, ces temps ont-ils été si troublés ou leur ont-ils réservés quelques (bonnes) surprises ?

Quatre interviews de 15 minutes chacune et réalisées par Laetitia Forgeot d’Arc, rédactrice en chef de la radio RCF Alsace, seront diffusées à l’antenne les samedis 20, 27 juin et 4 juillet à 9h15. Ainsi que les dimanches 21, 28 juin et 5 juillet à 10h15.

Toutes les interviews seront par ailleurs disponibles en podcast sur le site de la radio RCF Alsace www.rcf.fr, ainsi que sur l’application smartphone .

Elles auront pour invités Luc Ravel, Archevêque de Strasbourg, Christian Albecker, Président de l’UEPAL (Union des Eglises Protestantes d’Alsace et de Lorraine), Harold Weill, Grand Rabbin du Bas-Rhin, Saïd Aalla, Président de la Grande Mosquée de Strasbourg, Olivier Wang-Genh, Président de la CBA (Communauté bouddhiste d’Alsace), Vasile Iorgulescu, Prêtre de la paroisse roumaine orthodoxe, Luxmee Quirin, Présidente de l’Association hindoue Bakhti Mandir et Hervé Milewski, représentant la Foi Baha’ïe.

Nul doute que leurs paroles respectives apporteront à notre époque un regard d’humanité incontournable et la preuve d’un dialogue interreligieux toujours en action !

Luc Ravel et Saïd Alla

Christian Albecker et Harold Weill

Olivier Wang-Genh et Basile Iorguslescu

Luxmee Quirin et Hervé Milewski

 

Aider les artisans et les entreprises à devenir plus compétitifs

La crise a touché de nombreux secteurs et la Région Grand Est a mis tout en oeuvre pour aider ses forces vives à passer ce cap difficile. L’heure est désormais à la relance. Des mesures exceptionnelles ont été lancées et la Région poursuit ses efforts pour accompagner le monde économique, agricole, touristique, culturel, etc. Réunis en Commission permanente le 19 juin, les élus du Conseil régional ont voté le soutien à plusieurs projets et dispositifs.

60 entreprises bénéficient de l’AMI « Artisanat de demain »

Dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Artisanat de demain« , la Région vient d’attribuer plus d’1,1 million d’euros venant en appui à 60 entreprises.

Ce dispositif vise à aider les entreprises artisanales à moderniser leurs outils de production et les incite notamment à intégrer de nouvelles technologies et modes de production, en vue d’améliorer leur compétitivité (digitalisation, dématérialisation, automatisation, équipement numérique, impression 3D, etc.).

Grand Est Compétitivité : 750 emplois consolidés

Dans le cadre du dispositif “Grand Est Compétitivité” la Région a voté une aide de près de 2,2 millions d’euros pour accompagner les projets de 27 entreprises du Grand Est, permettant ainsi de consolider 750 emplois.

L’objectif de ce dispositif est d’accélérer la transformation des entreprises régionales en facilitant l’investissement productif et en les accompagnant dans une démarche industrie du futur ou industrie 4.0. Il s’adresse aux PME, ETI et grandes entreprises qui souhaitent par exemple moderniser leurs outils de production, intégrer des technologies ou méthodes de production nouvelles (robotisation, impression 3D, équipements numériques, etc.), ou encore optimiser leur fonctionnement en adoptant les meilleures pratiques opérationnelles.

Digitalisation des sites de production d’ArcelorMittal

Leader de l’exploitation sidérurgique et minière, ArcelorMittal s’est lancé dans un plan de transformation digitale qui va impacter les technologies mises en œuvre et transformer les métiers. L’objectif est de rester compétitif dans un environnement hautement concurrentiel et de répondre à des attentes fortes des clients en termes de qualité et de service. L’ambition du groupe est de devenir la référence digitale pour la sidérurgie Européenne.

Ce projet s’appuie notamment sur le développement de son infrastructure de communication (Wifi, 4G/5G), l’utilisation du Big data pour valoriser les données, anticiper et prédire les phénomènes, s’intégrer dans des chaines logistiques automatiques et déployer l’Intelligence Artificielle, et la création d’un Digital Lab à Uckange (57), lieu d’innovation chargé de développer les domaines d’excellence dans le Big data.

La Région soutient le projet de transformation digitale portée par ArcelorMittal, pour ses sites de Florange (57) et Mouzon (08), à hauteur d’1,6 million d’euros.

Retrouver les aides aux projets de recherche et de développement dans les grandes entreprises

La Région soutient l’Agriculture de demain et mise sur les jeunes générations

Soutient à l’installation en agriculture

En Grand Est et à l’image du territoire français, le nombre d’exploitations agricoles a nettement diminué, les petites structures étant les plus touchées. Alors que la moitié des chefs d’exploitation cesseront leur activité dans les 15 prochaines années, la Région Grand Est anticipe et fait du renouvellement des générations en agriculture l’une des 4 priorités de son projet pour l’agriculture de demain. L’enjeu est de participer à la mise en place d’un environnement favorable à l’installation en agriculture par le biais de différents dispositifs votés à l’occasion de Commission permanente du 19 juin :

  • l’aide au conseil à l’installation, qui consiste en la réalisation d’études approfondies des paramètres de l’exploitation (techniques, économiques, juridiques, humains et organisationnels) dans le but d’évaluer les atouts et contraintes du projet et d’apporter un conseil pertinent permettant de déterminer les orientations économiques du projet d’installation. 9 structures de conseil sont soutenues pour accompagner 78 porteurs de projets avec un montant de 106 030 euros,
  • l’aide au suivi du nouvel installé, qui permet d’établir un diagnostic permanent sur le fonctionnement de l’exploitation agricole pendant 4 ans après l’installation afin d’en assurer la pérennité. 4 structures de conseil sont soutenues pour suivre 30 jeunes installés avec un montant de 15 000 euros,
  • le stage de parrainage, qui propose la réalisation de stage de parrainage pour des candidats âgés de moins de 51 ans, ayant un projet d’installation hors cadre familial. 2 dossiers soutenus pour un montant de 24 000 euros,
  • le soutien à l’installation en agriculture pour les candidats, qui permet l’attribution d’une aide à la trésorerie afin d’accompagner l’installation en agriculture en confortant l’élevage, la transformation à la ferme et la vente en circuits courts, l’installation hors cadre familial, l’aquaculture, l’agriculture biologique ou la valorisation des surfaces en herbe. 2 dossiers soutenus pour un montant de 18 000 euros,
  • la Dotation Jeune Agriculteur (DJA), qui se caractérise par l’attribution d’aides calculées sur la base de forfaits, en fonction des caractéristiques du projet d’installation. 68 dossiers d’installation en cofinancement des fonds européens (FEADER) soutenus pour un montant de 69 765 euros,
  • les actions de repérage territorial des cédants, dont le but est de repérer, sensibiliser et informer les futurs cédants à la transmission de leur exploitation, en vue de l’installation de jeunes agriculteurs et de la préservation des outils de production existants. 10 projets soutenus pour un montant de 99 335,50 euros.

Ainsi le soutien de la Région Grand Est dans le cadre du soutien à l’installation en agriculture s’élève à un total de 332 130,50 euros.

Le soutien aux investissements matériels concernant la transformation des produits agricoles du Grand Est

Dans le cadre du dispositif « Soutien aux investissements dans les industries agroalimentaires », et dans le contexte lié à la crise sanitaire et aux enjeux qu’elle met en exergue, la Région Grand Est contribue à l’accroissement de la valeur ajoutée produite en région, grâce à ses ressources sur les territoires. Ce dispositif garantit une proximité du débouché aux filières agricoles et participe à une production localisée des produits agroalimentaires.
Cette voie est source de développement économique et peut renforcer le poids de la production locale dans la consommation de ses habitants. Ainsi, 3 projets d’investissements dans des industries agroalimentaires ont été soutenus pour un montant global d’aide régionale de 61 479,28 euros.

L’aide aux investissements dans les exploitations agricoles du Grand Est

Ce dispositif permet de soutenir des investissements dans la transformation, la commercialisation et/ou le développement des produits agricoles réalisés au sein des exploitations agricoles pour :

  • des créations et amélioration de locaux de transformation et de vente de produits fermiers en soutien à la mise marché des productions agricoles régionales. 2 projets soutenus pour un montant de 35 443,39 euros,
  • la mise en marché des productions régionales agricoles. 1 projet soutenu pour un montant de 12 575 euros,
  • l’aide à l’investissement : 1 dossier soutenu pour un montant de 18 901,78 euros.

Le soutien au progrès en agriculture, viticulture et forêt

La Région Grand Est décide de soutenir les démarches de progrès dans les secteurs de l’agriculture, de la viticulture et de la forêt, ainsi sont concernées toutes les voies d’amélioration sur le plan de la technique, de l’organisation ou de la structuration des filières.
Le montant attribué à 11 projets d’expérimentation ou de programme d’actions de développement s’élève à 859 104,60 euros.

L’investissements d’adaptation des élevages

La Région Grand Est a décidé de soutenir l’investissement d’adaptation des exploitations d’élevage pour faire face aux aléas sanitaires, climatiques ou de marché et d’accompagner ainsi la pérennisation des ateliers d’élevage du Grand Est.
Elle a ainsi accordé des subventions pour un montant total de 46 657,05 euros à 13 éleveurs.

Le contrat de filière élevage

Dans le cadre du plan de développement des filières Elevage-Viande-Lait, 19 opérations ont été soutenues ce jour pour un montant global de 912 940, 68 euros, au titre des :

  • Programme d’intervention sanitaire, d’une part le Programme d’éradication de la BVD (Diarrhée Bovine Virale), dont l’objectif est la suppression du virus dans toutes les exploitations du Grand Est par l’aide à l’achat de kits de dépistage, d’autre part le soutien aux 9 Groupements de Défense Sanitaire (GDS) du Grand Est. Ainsi Le montant total des aides s’élève à 900 000 euros.
  • Développement des productions régionales sous marques régionales collectives et sous signe de qualité, (marques régionales, AOP, IGP, label rouge, etc.), qui permettent aux éleveurs de mieux valoriser leurs productions, et de maintenir un tissu local d’entreprises sur tous les maillons des filières et répondent aussi aux attentes sociétales (circuit court et de proximité, pâturage et autonomie alimentaire intégrés aux cahiers des charges).

L’aide régionale, d’un montant de 12 941,68 euros, est destinée au financement du plan de communication d’une AOP fromagère en 2020.

Le soutien aux investissements de la filière équine

La Région Grand Est a adopté le 29 juin 2017, un contrat de filière pour la période 2017-2020. Au travers de ce contrat, la Région Grand Est s’est engagée à accompagner financièrement les acteurs de la filière équine.
La Région Grand Est vient de voter le lancement d’un appel à projet pour soutenir l’investissement des éleveurs à hauteur de 250 000 euros. Cette mesure aidera les entreprises de la filière équine à préparer l’avenir, à gagner en compétitivité et à s’adapter aux besoins du marché. Elle permettra également d’encourager la relance à moyen terme de ces entreprises affectées par la crise du COVID-19, en soutenant les projets soucieux d’accroître la résilience des entreprises.

La promotion des productions agricoles régionales

La Région Grand Est accompagne la promotion des productions régionales afin de :

  • valoriser les productions agricoles auprès des différents marchés (local et national consommateur/ restauration hors domicile),
  • diffuser l’innovation et les pratiques porteuses de compétitivité dans les systèmes d’exploitation,
  • faire valoir auprès du grand public la passion, les savoir-faire et le professionnalisme des hommes et des femmes qui font l’économie agricole régionale.

Ainsi la collectivité régionale a voté 3 opérations de promotion pour un montant global de 122 500 euros.

Un outil en ligne d’échange de parcelles entre exploitants

La Région Grand Est a décidé d’apporter une aide régionale d’un montant de 81 000 euros, à l’élaboration d’un outil en ligne d’échanges de parcelles, porté par la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) Grand Est. Cet outil a pour objectif de faciliter la mise en relation des propriétaires ou exploitants pour procéder à des échanges de parcelles afin d’optimiser l’aménagement parcellaire. Il poursuit plusieurs objectifs :

  • recentraliser les outils de production autour des sièges des exploitations afin d’optimiser les systèmes de production,
  • contribuer à la réduction des coûts d’exploitation via des gains de productivité et de temps,
  • participer à l’amélioration de la sécurité en limitant des déplacements des engins agricoles,
  • diminuer l’impact environnemental et améliorer le bilan carbone.

Cet outil sera développé sur le Grand Est, le réseau national des SAFER ambitionnant, dans un second temps, le déploiement de l’outil au niveau national.

Retrouvez toutes les aides régionales en agriculture

Un projet mémoriel en direction des lycéens du Grand Est

A l’occasion de la cérémonie du 18 juin, le Président de la Région Grand Est, Jean-Marc Huart, recteur de la région académique Grand Est et Hervé Gaymard, président de la Fondation Charles de Gaulle se sont associés pour lancer l’appel à projets « Le Général de Gaulle, un homme engagé » auprès des lycées du Grand Est, durant l’année scolaire 2020-2021.

2020 : L’année de Gaulle

L’année 2020 marque un triple anniversaire de la mémoire gaullienne : le 130ème anniversaire de la naissance de Charles de Gaulle, le 80ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 et le 50ème anniversaire de la mort du Général.

La Région Grand Est, en partenariat avec la Fondation Charles de Gaulle, a souhaité initier un projet mémoriel « De Gaulle 2020 en Grand Est » en direction des élèves du Grand Est.

Un parcours d’accompagnement pédagogique pour les lycéens sur le thème « Le Général de Gaulle, un homme engagé »

En partenariat avec la Fondation Charles de Gaulle et la Région académique Grand Est, la Région Grand Est va ainsi proposer des parcours d’accompagnement pédagogique sur le thème « Le Général de Gaulle, un homme engagé » à plusieurs lycées du Grand Est durant l’année scolaire 2020-2021.
Pouvant concerner les classes de Seconde, Première ou Terminale (une classe par établissement), ces parcours auront pour objectifs d’explorer le concept de l’engagement dans toutes ses dimensions (militaire, politique, culturelle, sociale, etc.), et de sensibiliser les élèves aux valeurs républicaines et à l’esprit de résistance. Ils seront construits dans une logique de transmission, tant au niveau de la culture historique que des valeurs de citoyenneté. Il s’agira de partir de l’engagement gaullien pour en étudier la modernité et l’ancrer dans une jeunesse en recherche de repères, avec pour cadre l’ouvrage Enseigner De Gaulle.

La Fondation Charles de Gaulle, en partenariat avec les académies du Grand Est, pilotera le parcours pédagogique mené par un enseignant d’histoire référent dans chaque établissement. Construit autour d’interventions en classe, en lien avec les programmes scolaires, ce parcours permettra des visites de lieux gaulliens, de sites militaires, d’ateliers d’écriture, de lectures… Il sera clôturé par un concours d’éloquence qui réunira les lycées partenaires au siège de la Région. Les enseignants référents bénéficieront d’une formation organisée par la fondation Charles de Gaulle.

La Région Grand Est et le devoir de mémoire

Fort de son passé, le Grand Est s’affirme comme terre de mémoire. A travers son Schéma Régional de Développement du Tourisme, la Région Grand Est porte de nombreux projets en faveur du tourisme de mémoire. Complémentaire de l’offre touristique traditionnelle, cette politique vise à perpétuer le devoir de mémoire, à donner du sens à la construction européenne et à la promotion de la paix. Jouant un rôle essentiel dans le développement des territoires du Grand Est, elle propose une offre favorisant la compréhension du passé et l’enrichissement civique et culturel.
Transmettre cette Histoire aux jeunes générations est essentiel. C’est pourquoi le devoir de mémoire envers les lycéens est un des axes prioritaires de la politique mémorielle de la Région. Il s’agit de permettre aux jeunes d’acquérir des connaissances historiques et de renforcer leur altruisme et leur ouverture d’esprit. Dans ce cadre, la Région a notamment mis en place un partenariat avec la Fondation Charles de Gaulle et la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

La Fondation Charles de Gaulle, partenaire privilégié de l’Éducation nationale, lié à la mémoire Priorité de l’Education nationale, la mémoire des événements qui ont marqué notre société moderne est étudiée en classe. De nombreux partenariats institutionnels et associatifs, permettent également aux écoles, collèges et lycées de développer des projets, notamment avec des musées et des lieux de mémoire, parfois à l’occasion de commémorations nationales ou locales.
Les fondations mémorielles sont des interlocuteurs privilégiés dans la réflexion civique, historique et pédagogique sur les événements marquants de notre histoire. Parmi elles la Fondation Charles de Gaulle a pour mission de valoriser l’empreinte historique, institutionnelle et intellectuelle laissée par le Général de Gaulle au cours du XXème siècle pour le plus grand bénéfice de notre nation et pour inspirer son avenir.

Retrouver l’exposition présente dans les mairies du Grand Est

Célébration de la réouverture de la frontière franco-allemande

A l’occasion de la réouverture de la frontière entre la France et l’Allemagne et à l’invitation de Vincent Thiébaut, Député du Bas-Rhin et Président du Centre Européen de la Consommation (CEC), le Président de la Région Grand Est, s’est rendu  lundi 15 juin 2020 au CEC à Kehl (Allemagne), pour rencontrer Thomas Strobl, vice-Ministre-Président et Ministre de l’Intérieur du Bade-Wurtemberg. Le Président de la Région Grand Est a fait part de sa reconnaissance envers les partenaires transfrontaliers qui ont été à ses côtés pendant la crise du Covid-19 et de sa volonté de renforcer l’amitié et la coopération franco-allemandes.

Ce rendez-vous s’est tenu en présence de Josiane Chevalier, Préfète de région Grand Est et du Bas-Rhin, Frédéric Bierry, Président du Département du Bas-Rhin, Roland Ries, Maire de Strasbourg et Président de l’Eurodistrict, Robert Herrmann, Président de l’Eurométropole de Strasbourg, Bärbel Schäfer, Regierungspräsidentin de Fribourg, Toni Vetrano, Maire de Kehl, Catherine Veber, Consule générale de France en Bade-Wurtemberg, Michael Mack, Consul Honoraire de France, ainsi que des Conseillères régionales.

Cette séquence a été précédée d’un temps d’échange avec les partenaires français du CEC pour évoquer notamment les difficultés rencontrées depuis le 16 mars dernier, du fait de la fermeture des frontières, par des milliers de citoyens, artisans, étudiants, consommateurs… et plus de 165 000 travailleurs frontaliers.

Il s’agissait également de mettre en lumière les actions du CEC, dont la vocation est d’identifier et de résoudre au cas par cas les problématiques rencontrées par les citoyens frontaliers au quotidien. Fortement mobilisée pendant la crise, l’équipe du CEC (soit 47 personnes trilingues dont 27 juristes) a répondu, du 15 mars au 31 mai, à 8 258 questions ou réclamations transfrontalières.

Plus largement, grâce à des échanges constants, la Région et les partenaires exécutifs de chaque Land ont pu aboutir à une coopération effective et limiter ainsi les blocages et obstacles rencontrés par les citoyens. L’objectif aujourd’hui est de créer un projet européen transfrontalier en matière de santé et de développer une filière sanitaire, médicamenteuse et pharmaceutique à l’échelle transfrontalière pour disposer des capacités de production adaptées aux besoins de nos territoires, mais aussi pour construire pierre après pierre une Europe plus solidaire.

Installation d’une Conférence sociale territoriale dans le Grand Est

Mardi 16 juin 2020, Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est et le Président de la Région Grand Est, ont réuni les partenaires sociaux du territoire. Objectif : renforcer et promouvoir le dialogue social pour favoriser la relance de l’activité et atténuer les effets de la crise économique et sociale.

Des mesures fortes et ambitieuses ont été mises en place au travers du plan de soutien massif déployé par l’État et des dispositifs initiés dans le Grand Est.

La gestion des conséquences économiques et sociales issues de la crise sanitaire de la Covid-19 implique un dialogue social revisité, dans la durée et en pleine confiance entre les partenaires. Dans ce contexte, Josiane Chevalier et le Président de la Région Grand Est ont souhaité créer une instance régionale de dialogue social : la Conférence sociale territoriale. Lieu d’échange et de propositions, cette instance se réunira plusieurs fois par an pour co-construire, dans la durée, un nouveau modèle de dialogue social à l’échelle du Grand Est.

Cette première étape a réuni les organisations professionnelles, les syndicats de salariés ainsi que les syndicats patronaux, lesquels ont fait part de leurs propositions afin de promouvoir le dialogue social comme facteur positif pour accompagner la reprise, la relance et la concertation dans les entreprises.

Au terme des réponses recueillies et analysées dans les questionnaires ainsi que des échanges, plusieurs chantiers prioritaires ont été identifiés et constitueront les prochains axes de travail :

Développer les expérimentations locales dans les territoires

  • lancer un plan de relance transfrontalier pour faire face aux défis à venir des secteurs
    stratégiques,
  • revaloriser l’attractivité des zones rurales et réduire les inégalités territoriales,
  • expérimenter et mettre en place des contrats de territoires transfrontaliers en concertation
    avec les partenaires sociaux.

Favoriser le développement de l’emploi et de la formation pour les jeunes du Grand Est

  • faciliter la mobilité au quotidien,
  • organiser des journées-rencontres entre employeurs et apprentis,
  • favoriser l’insertion pour les jeunes, maintenir les diplômés en région, lutter contre le décrochage,
  • renforcer les moyens des missions locales et promouvoir la « garantie jeunes »,
  • être force de proposition quant aux initiatives prises à l’échelle nationale.

Développer une organisation du travail et promouvoir le dialogue social

  • prendre en compte les spécificités locales et départementales du Grand Est,
  • favoriser le dialogue en entreprise,
  • se réinventer quant aux nouvelles formes de travail (télétravail, usage du numérique, etc.).

Une seconde conférence sociale se tiendra à l’automne avec l’ensemble des partenaires sociaux sur les bases des échanges et des propositions exprimés à l’occasion de cette première rencontre. Dans l’intervalle, 3 groupes de travail seront constitués qui pourront permettre d’établir une feuille de route commune.

Aux côtés des entreprises agiles

En déplacement dans l’Aube, Jean Rottner, accompagné d’Isabelle Héliot-Couronne et Marc Sebeyran, a notamment rencontré les dirigeants et salariés des entreprises Petit Bateau et Bioserenity de Troyes. A cette occasion, le Président de la Région Grand Est a tenu à remercier ces deux structures qui se sont mobilisées pour répondre à la crise sanitaire, en produisant des masques en tissu ou chirurgicaux FFP2.

En s’associant à d’autres industriels textiles du département, Petit Bateau a en effet mis son savoir-faire au service de l’Agence Régionale de Santé, afin de fabriquer des masques à destination du personnel hospitalier. Réactives, les équipes ont permis de réunir toutes les matières premières dès le 21 mars !

Bioserenity s’est quant à elle lancée dans la production de 530 000 masques par jour, mobilisant près de 150 personnes. Elle a installé une ligne de fabrication dans les locaux occupés par la société Levisys à Rosières près Troyes. Le site produira 330 000 masques FFP2 et 200 000 chirurgicaux.

Aux côtés des acteurs du territoire, la Région Grand Est a su dès le début de la crise adapter ses dispositifs et aides aux entreprises.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile