« De Gaulle, l’éclat et le secret » : la nouvelle série consacrée au Général de Gaulle

L’année 2020 marque un triple anniversaire pour le Général de Gaulle : le 130e anniversaire de sa naissance, les 80 ans de l’appel du 18 juin et le 50e anniversaire de sa disparition. A cette occasion et pour la première fois, une mini-série est consacrée à sa vie privée « De Gaulle, l’éclat et le secret », réalisée par François Velle, produite par Effervescence et soutenue par la Région Grand Est. A découvrir sur France 2 à partir du 2 novembre 2020.

Une mini-série consacrée à la vie privée de Charles de Gaulle

Cette série de 6 épisodes, nous plonge dans l’intimité de Charles de Gaulle et nous fait revivre plusieurs épisodes de l’histoire de France, de l’appel du 18 juin 1940 à son départ du pouvoir en 1969, ces grands moments que le général a incarnés et façonnés. Elle lève aussi le voile sur le secret d’une personnalité jusqu’ici pudiquement cachée derrière la statue du héros. Une plongée dans les coulisses du pouvoir et dans la sphère privée de l’homme d’État, un décryptage des grands moments de l’histoire qui apportent un regard nouveau sur la psychologie de leurs protagonistes.

Avec Samuel Labarthe, Constance Dollé, Christopher Craig, Geoffrey Bateman, Baptiste Roussillon, Pierre Rochefort, Francis Huster…

Diffusion sur France 2 les lundis 2 et 9 novembre à 21h05.

Les lieux de tournage

Les scènes du film ont été tournées sur les sites de La Boisserie à Colombey-les-deux-Eglises, Nancy, Reims et Epernay.
La variété des décors trouvés en Grand Est ont permis notamment de reconstituer un village normand, le QG d’Eisenhower, la Mairie de Bordeaux, la résidence du Général Massu ou encore les aéroports de Mérignac, de Londres, ainsi que les intérieurs de l’Elysée.

Découvrez les interviews des acteurs de la série en vidéo

  • Teaser 1 De Gaulle, l’éclat et le secret
  • Teaser 2 De Gaulle, l’éclat et le secret
  • Bande annonce
  • Interview Samuel Labarthe
  • Interview Francis Huster

Salon virtuel des métiers de la santé et du social

La Région Grand Est vous donne rendez-vous, du 24 au 26 novembre 2020, au Salon virtuel des métiers de la santé et du social afin de vous permettre de découvrir l’ensemble des métiers de cette filière.

Inscrivez-vous au salon virtuel des métiers de la santé et du social

Un salon pour découvrir des métiers d’avenir au service de l’humain

Grâce à ce salon vous pourrez :

  • découvrir 30 métiers présentés par des professionnels en activité, des instituts de formation, des étudiants en cours de formation
  • connaitre la réalité de ces métiers, les gestes professionnels, ceux qui recrutent via des vidéos, des témoignages
  • bénéficier d’un rendez-vous privé en direct avec un conseiller pour toutes vos questions sur les diplômes, les accès, les cursus de formation
  • rencontrer des professionnels de l’orientation et de l’emploi pour vous faire découvrir de nouveaux métiers, affiner votre choix professionnel, élargir vos connaissances ou vous guider dans vos recherches : tests, entretiens individuels, job-dating avec des employeurs pour le public demandeur d’emploi
  • assister à des conférences thématiques animées par des spécialistes des filières pour faciliter vos choix d’orientation professionnelle
  • s’informer sur l’accès aux études de santé pour le public en situation de handicap (conférence, témoignages et tchat)

Assister aux conférences :

Panorama des études de santé à l’Université : profil, rythme, enjeux, passerelles …réforme des études de santé

Des interrogations concernant la réforme des études de santé ? Venez trouver des réponses à toutes vos questions afin de réussir au mieux votre orientation dans cette filière. Les Universités de Strasbourg, de Reims et de Nancy vous informent.

Parcoursup : du projet au projet motivé dans les filières de la Santé et du Social

Pour chacun des vœux formulés sur Parcoursup, vous devez décrire, en quelques lignes, les raisons qui vous amènent à faire ce choix, mais aussi vos atouts pour réussir. Ce « projet de formation motivé » doit être décrit en 1 500 caractères dans un encart spécialement prévu à cet effet. Alors qu’allez-vous rédiger ? Explications et conseils.

Les métiers de la rééducation, des métiers d’avenir en pleine évolution

Ergothérapeute, masseur-kinésithérapeute et psychomotricien.

Travailler au domicile de personnes dépendantes, pourquoi pas moi ?

Que recouvre le champ de l’aide à domicile ? Quelles formations, quelles compétences requises pour exercer au domicile ? Qui sont les employeurs ?

L’apprentissage dans le secteur

Sa place, et son intégration dans la gestion des ressources humaines des Établissements ?

Travailler dans le domaine sanitaire ou social sans le BAC

Quels métiers, quels cursus, quels débouchés ?

Les évolutions professionnelles, les carrières dans le secteur sanitaire

Du métier d’aide-soignant à celui de cadre de santé ; du métier d’infirmier vers infirmier anesthésiste, infirmier de bloc opératoire, infirmier puériculteur ou infirmier pratique avancée…

Inscrivez-vous au salon virtuel des métiers de la santé et du social

Une plateforme pour permettre l’échange de parcelles agricoles et viticoles

Conçue par le réseau Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural),  « La bonne parcelle » est une plateforme en ligne d’aménagement parcellaire. Elle permet aux propriétaires comme aux exploitants de procéder à des échanges de terres, de prés et de vignes.

« La bonne parcelle » est un outil de rationalisation et d’optimisation de l’aménagement parcellaire à l’échelle d’une exploitation, d’une commune et, plus largement, d’un territoire. Développée dans un premier temps dans la région Grand Est, elle a vocation à irriguer le territoire national à compter de 2021.

Grâce à cette plateforme, agriculteurs et viticulteurs peuvent échanger les parcelles de leur choix pour recentraliser leurs outils de production et réduire leurs coûts d’exploitation via des gains de productivité et de temps. L’enjeu est également d’améliorer la sécurité en réduisant les déplacements des engins agricoles et ainsi de diminuer l’impact environnemental des exploitations.

 

2ème Forum des Religions en replay

Du 15 au 18 octobre, la Région Grand Est, l’Université de Strasbourg et la Ville de Strasbourg ont organisé conjointement, le 2ème Forum des Religions, sur le thème : « Les religions, qu’ont-elles encore à nous dire ? », en partenariat avec Le Monde des Religions, Les Sacrées Journées et le Comité interreligieux auprès de la Région Grand Est.

Jeudi 15 octobre à 18h, le Forum a débuté par une table ronde : Kahina Bahloul, Christine Pedotti, Liliane Vana et Emmanuelle Seybolt débattront autour de l’apport du féminin aux religions. Cette rencontre sera modérée par Virginie Larousse, rédactrice en chef du Monde des Religions.

De conversations en ateliers, des auteurs, des intellectuels, des universitaires et des spécialistes reconnus ont échangéet croisé leurs regards durant 4 jours autour de différentes thématiques, notamment : « Mes convictions, mes engagements » ou « Quelle place pour le discours religieux dans notre société ? ».

Le forum s’est achevé par une dernière table ronde, le dimanche 18 octobre 2020 à 18h (salle de l’Aubette), autour de la question « Quelle place pour le discours religieux dans nos sociétés ? Les religions doivent-elles encore avoir voix au chapitre ? ». Modérée par Virginie Larousse, cette table ronde sera débattue par André Comte-Sponville, Véronique Margron et Abdennour Bidar.

Les jeunes ont également été invités à prendre part à cette réflexion par le biais d’un forum ouvert animé par des membres du Conseil Régional des Jeunes du Grand Est.

>> Consultez le programme détaillé

Retrouvez ces événements en replay :

  • Jeudi 15 octobre, table ronde : « les femmes sont-elles l’avenir de Dieu ? Ce que le féminin peut apporter aux religions »

  • Vendredi 16 octobre, conversation : « mes convictions, mes engagements ».

  • Dimanche 18 octobre, débat : « quelle place pour le discours religieux dans notre société ? Les religions doivent-elles encore avoir voix au chapitre ? ».

CinEuro au Festival International du Film de Nancy 2020

A l’occasion de l’édition 2020 du Festival International du Film de Nancy, les partenaires du projet INTERREG CinEuro – Grande Région étaient présents pour participer à la table-ronde « Les frontières entre passé et présent ».

Cette rencontre faisait suite à la projection au Théâtre de la Manufacture du documentaire Le Liseré Vert de Gilles Weinzaepflen. Dans ce film récompensé aux Etoiles de la Scam 2020, le réalisateur explore les vestiges de la frontière entre la France et l’Allemagne de 1870, matérialisée par des bornes disposée dans le paysage et marquant la limite des provinces perdues de l’Alsace-Lorraine.

Autour de la table, le réalisateur et les partenaires du projet CinEuro, ont échangé sur la démarche du réalisateur, son rapport au territoire, ainsi que sur les nouvelles perspectives de coopérations transfrontalières en matière de cinéma et d’audiovisuel au travers des projets INTERREG CinEuro. Cette nouvelle initiative, qui se concrétise à  travers l’élaboration de deux nouveaux projets INTERREG, articulés entre eux et mis en œuvre parallèlement en Grande Région et en Rhin Supérieur, vise à faciliter la coopération transfrontalière entre acteurs professionnels de ces territoires et à valoriser cet espace cinématographique unique en Europe.

Le FIF de Nancy est l’un des lieux d’accueil des actions de CinEuro : aux prochaines éditions du festival se grefferont de nouvelles actions professionnelles consacrées à la valorisation des sélections de productions grand-régionales.

Des conférences territoriales au service de la santé

Après les rencontres territoriales pour la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, la Haute-Marne, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, les Ardennes, les Vosges,une neuvième rencontre a eu lieu mercredi 18 novembre en visio-conférence pour le département de la Marne Véritables forums d’échanges réunissant des professionnels de la santé et des acteurs territoriaux, ces Conférences sont organisées au sein de chaque département du Grand Est. Elles ont pour objectifs de recueillir leurs préoccupations, leur expérience de la crise et de poser les bases de la future intervention régionale en matière de santé.

A l’issue de ces rencontres territorialisées et d’une consultation citoyenne menée par le biais de la plateforme Ma Région Demain, les orientations de la future politique Santé 2020-2025 de la Région Grand Est seront définies et présentées d’ici la fin de l’année.

En octobre 2019, les élus régionaux avaient en effet exprimé leur souhait d’une meilleure prise en compte des réalités territoriales face à des problématiques telles que l’accès équitable aux soins et la lutte contre la désertification médicale. Pour faire de la Région un acteur de la santé à part entière et du « bien vivre » en Grand Est une valeur fondamentale, les élus ont proposé une nouvelle gouvernance de l’organisation territoriale de santé à l’Agence Régionale de Santé Grand Est.

Un grand chantier de recensement des contributions régionales à la santé et des actions qui en découlent a ainsi été entrepris, afin de rendre lisible la position de la Région dans ce domaine et de définir les grandes orientations de sa nouvelle politique pour les 5 années à venir.

Cette dynamique a été fortement impactée par la pandémie de Covid-19, qui a été un catalyseur, voire un accélérateur des constats portés publiquement à l’automne dernier. La crise a en outre démontré qu’une approche partenariale permettait de répondre efficacement aux défis sanitaires, économiques et sociétaux, chacun ayant contribué à l’action globale qu’exigeait l’ampleur sans précédent de l’épidémie.

La Région a poursuivi ses réflexions pendant toute la période de confinement et a présenté, lors de la séance plénière du 9 juillet dernier, un état des lieux exhaustif de la santé en Grand Est articulé autour de 4 axes majeurs :
– Mieux vivre en Grand Est : une dynamique à 360°,
– L’égal accès aux soins sur les territoires et l’attractivité des professions de santé : des objectifs au cœur des politiques régionales,
– L’innovation et la recherche en santé : moteurs de l’attractivité régionale et vecteurs de transition,
– La santé, un sujet majeur de la politique européenne et transfrontalière de la Région.

Cette démarche d’envergure, inédite jusqu’ici pour la collectivité régionale, a permis de mettre en exergue la pluralité et la diversité des interventions régionales en matière de santé, mais aussi d’en appréhender l’engagement financier, de près de 210 millions d’euros chaque année.

La méthodologie posée à l’automne 2019 a été adaptée à l’épreuve collective vécue ces derniers mois. Ainsi, la 2ème étape de la démarche, prévoyant initialement un travail de réflexion avec les principaux acteurs de la santé, inclut désormais l’organisation des Conférences territoriales de la santé.

En savoir plus sur la santé en Grand Est

Vous avez des idées en matière de santé, vous souhaitez les partager ?

Contribuez à la consultation en ligne de Ma Région Demain sur le thème de la santé et participez à l’atelier santé organisé mercredi 25 novembre.

Participez !

 

 

 

Soutenir l’agriculture de la montagne vosgienne

En Grand Est, le Massif Vosgien s’étend sur 655 000 hectares et 524 communes. Territoire aux nombreux atouts, il bénéficie d’une politique régionale de soutien en faveur de son agriculture visant :

  • au maintien de la compétitivité et la modernisation des exploitations,
  • au développement des marchés et de dynamiques développement agricole,
  • à la contribution à l’aménagement durable du territoire de montagne.

Aussi, la Commission permanente du 9 octobre 2020 vient d’accompagner 187 projets agricoles pour un montant de 1, 36 million d’euros. Une aide financière qui permettra l’acquisition d’équipements de culture de l’herbe, de fenaison et de récolte, l’achat de matériels spécifiques pour les éleveurs laitiers, le soutien à la transformation et la vente directe de produits fermiers, la promotion de l’agriculture et des produits fermiers issus du Massif Vosgien, le soutien à l’Association pour l’Appui aux producteurs fermiers de Munster et autres produits laitiers de la montagne vosgienne (AMF), l’aide à la lutte contre l’enfrichement et l’abandon d’espaces, et l’acquisition de matériel d’entretien du paysage.


Télécharger le dossier de presse de la Commission permanente du 9 octobre 2020

Un programme en faveur des arts urbains

La crise sanitaire a brutalement mis à l’arrêt la quasi-totalité des activités culturelles et artistiques en Grand Est. Parmi elles, la filière des arts visuels et en particulier le street-art, ont été touchés de plein fouet par les conséquences économiques de la crise, constatant une baisse critique des commandes artistiques.

Consciente de la situation tendue des artistes du territoire, la Région souhaite fédérer les acteurs du Grand Est autour d’une dynamique de soutien et de solidarité aux arts visuels. Ainsi, un programme de commandes artistiques va être déployé, auquel la Région consacrera 200 000 euros. Il reposera sur une association Région – Villes – Partenaires privés tels qu’Action Logement, et répondra notamment à des questions sociétales et environnementales. La Région viendra en soutien des communes et/ou des organismes bailleurs sociaux qui développent des projets d’arts urbains pour l’espace public.

Les premières étapes du programme viseront en priorité les artistes ou les collectifs du territoire. Il permettra la mise en contact directe des publics et de la création contemporaine, par une opportunité d’investir et de valoriser de nouveaux espaces, de nouveaux lieux, de nouvelles modalités de médiation artistique.

La synergie Région – Villes – Partenaires privés favorisera un financement croisé expérimental où, à 1 euro engagé par la Région, 1 euro sera débloqué par une ville et 2 euros par un partenaire privé.

  • Ce programme ambitieux et novateur répond à plusieurs objectifs :
    Venir en aide à un secteur touché par la crise et souvent oublié des dispositifs de soutien et des fonds d’aide d’urgence ;
  • Mêler le talent d’artistes locaux et régionaux à celui de plasticiens confirmés, qui seront choisis via un appel à projets ;
  • Accompagner la professionnalisation et la structuration du secteur ;
  • Retravailler un lien social de proximité tout en visant un rayonnement régional, national, transfrontalier voire international ;
  • Développer une démarche qui permette une levée de fonds en provenance de partenaires publics et privés, dont les bailleurs sociaux ;
  • Prendre en compte la dimension environnementale en travaillant à partir d’un parc de façades de bâtiments en processus de rénovation énergétique.

Une ouverture de ce programme d’envergure sera considérée au-delà des artistes de street art.

Télécharger le dossier de presse de la Commission permanente du 9 octobre 2020

Favoriser la rénovation énergétique et les énergies renouvelables

A l’image des aides accordées pour la reconstruction passive d’une partie de l’école de la commune d’Illkirch-Graffenstaden (67)  et pour la construction de 31 logements individuels et collectifs à Ennery (57), la Région Grand Est vient d’octroyer près de 953 800 euros à 18 opérations au titre de l’Appel à projets « Construction et rénovation de bâtiments exemplaires passifs » lors de la Commission permanente du 9 octobre 2020. Objectif : réduire l’empreinte énergétique des bâtiments en anticipant la future réglementation environnementale.

La construction d’un collège thermiquement passif de 2700 m2 sur le site d’Artem à Nancy (54) est également accompagnée à hauteur de 500 000 euros au titre de l’Appel à manifestation d’intérêt « Réalisation de projets démonstrateurs de construction ou de rénovation ».

Le dispositif « Rénovation basse consommation » permet également de soutenir 25 projets de rénovation pour un montant de 1,5 million d’euros.

Par ailleurs en aidant 89 projets environnementaux de géothermie, d’hydroélectricité, de bois-énergie, de solaire photovoltaïque et de méthanisation agricole pour un montant de plus de 2,8 millions d’euros, la Région anticipe la raréfaction des ressources fossiles tout en assurant le développement des filières et des emplois locaux.

Au total, ce sont 4 millions d’euros qui ont été attribués en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments et de la promotion des énergies renouvelables.

Télécharger le dossier de presse de la Commission permanente du 9 octobre 2020

Salon Robotech Girls Online

Les 13 et 14 octobre, le salon virtuel Robotech Girls Online donne rendez-vous aux collégiennes et lycéennes voulant s’informer sur les métiers du numérique, de la technologie et de la robotique. S’il s’adresse en priorité aux collégiennes de 4ème et lycéennes de 2nde, ce salon en ligne reste bien évidemment ouvert à toutes !

Au programme : des vidéos métiers, des informations sur les formations existantes, des témoignages live de femmes dans ces domaines et une table ronde.

A travers cette événement organisé par la Région Grand Est, les académies de Reims, Nancy-Metz et Strasbourg, l’association Robotic Junior Entrepreneurs et la CCI Alsace Eurométropole, les jeunes filles pourront élargir leurs choix d’orientation pour accéder aux métiers qui recrutent dans de nombreux secteurs d’activité.

S’inscrire à l’événement !

En savoir plus sur la formation en Grand Est

Newsletter « Au fil du dialogue interreligieux octobre 2020 »

Newsletter de la Région Grand Est consacrée au dialogue interreligieux

Sommaire :

– Interview de Virginie Larousse, rédactrice en chef du Monde des religions

– Seconde édition du Forum des religions

– Les sacrées Journées

– Religions démêlées

– Focus : antisémitisme au XXIe siècle, pourquoi est-ce encore possible ?

– Agenda  : les fêtes religieuses du mois d’octobre

Au fil du dialogue interreligieux

Les mobilités de demain en Lorraine

Le 2ème Comité de Pilotage du Grenelle des Mobilités en Lorraine, s’est tenu à Epinal jeudi 1er octobre 2020. Objectif : des mobilités plus lisibles, plus efficaces et plus innovantes.

Plaçant l’usager au cœur de la réflexion, des travaux préparatoires ont été présentés à l’occasion de ce rendez-vous.  Ils proposent 8 grands chantiers, identifiant une meilleure coordination entre les acteurs, pour des mobilités quotidiennes plus partagées et plus centrées sur les services, l’innovation, la coopération et la multi-modalité.

Ces travaux préparatoires ont associé près de 70 responsables techniques (collectivités, AOM, départements, organismes d’Etat, partenaires institutionnels, agences d’urbanisme). Articulés autour des 4 défis que sont : le défi environnemental et climatique, le défi social et sociétal, le défi de l’innovation dans les transports et le défi de la résilience face aux crises.

Les 8 chantiers identifiés sont :

  • Le Réseau Express Métropolitain : jouer collectif pour porter un projet lorrain et transfrontalier
  • Autour du Réseau Express Métropolitain : s’appuyer sur les gares pour irriguer tous les territoires
  • Des mobilités lisibles : harmoniser et innover pour faire simple
  • Des mobilités pour tous : amener la mobilité pour mieux accompagner les moins mobiles
  • A vélo ou à pied : changer de braquet pour faciliter le quotidien
  • La voiture partagée : massifier l’usage pour réduire la congestion et la pollution
  • Mobi-litäten-lités-litéis : un schéma partagé pour construire la mobilité transfrontalière de demain
  • Fret et logistique : coopérer et financer pour fluidifier et décarboner.

Sur la base de ces chantiers, la prochaine étape du Grenelle des Mobilités prévoit des ateliers ouverts à la société civile, rassemblant élus locaux, acteurs économiques, partenaires transfrontaliers, associations, techniciens, usagers et citoyens. Organisés courant novembre 2020, ces ateliers permettront de décliner chaque chantier en possibilités d’actions, qui seront restituées aux membres du Comité de Pilotage mi-décembre 2020. Un livre blanc précisant les projets sera quant à lui proposé au 1ersemestre 2021.

Lancé le 1er juillet 2019 par Elisabeth Borne, Ministre des Transports, le Grenelle des mobilités, initié par la Région Grand Est et le Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, engage une réflexion collective entre les acteurs des déplacements et les instances publiques sur les causes et les impacts des flux de mobilités et sur les réseaux de transports, à l’échelle du territoire lorrain et de ses frontières.

Ce Grenelle a par ailleurs connu une phase de « consolidation des connaissances » sous la forme d’un important travail d’enquête auprès des territoires et de compilation des données existantes par les agences d’urbanisme lorraines (SCALEN, AGAPE, AGURAM).

En savoir plus sur les déplacements en Grand Est

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile