Contrat de plan Etat-Région 2021-2027 : un plan ambitieux pour faire rayonner le Grand Est

La Région Grand Est a adopté le document-cadre définissant les grandes lignes du futur Contrat de Plan Etat-Région 2021-2027, qui pour la première fois, permettra aux Régions d’intervenir dans des champs d’action adaptés à leurs particularités et à leurs contraintes locales.

Il s’agira également de poursuivre les travaux mis en œuvre sur les priorités déjà identifiées, en intégrant les préoccupations ayant émergé de la crise sanitaire, notamment en matière de santé.

La Région Grand Est s’accorde ainsi avec l’Etat sur 4 grands piliers :

  • la transition écologique,
  • la compétitivité et l’attractivité du territoire,
  • la cohésion sociale et territoriale
  • la coopération transfrontalière (ce dernier point illustrant la spécificité du territoire).

Le défi écologique fera l’objet d’une attention toute particulière dans la déclinaison et la mise en œuvre du futur CPER. Indispensables à la pérennité de notre modèle de société, les enjeux environnementaux et le développement de pratiques et de technologies vertueuses constituent en effet le fil conducteur de toutes les politiques régionales.

En matière de mobilité, un avenant, inscrit dans l’Accord Régional de Relance, vient proroger de deux ans le volet mobilité des CPER précédents. Il prévoit des avancées notables pour le territoire, telles que la remise à niveau des lignes de desserte fine, le renforcement de la ligne ferroviaire Metz – frontière luxembourgeoise et la poursuite des études pour l’électrification de la ligne Paris-Troyes.

En parallèle, l’Etat et la Région œuvreront de concert pour identifier les grandes priorités post-2022 relatives aux infrastructures de transport, qui feront dès 2023 l’objet d’une nouvelle feuille de route, en application de la Loi d’Orientations des Mobilités.

Prochaine étape

Une phase de déclinaison opérationnelle, intégrant la ventilation des crédits sur les différents projets et thématiques, sera déployée au cours de l’année 2021. Elle s’effectuera notamment par le biais de « Pactes territoriaux de relance et de transition écologique », associant les collectivités territoriales à la démarche de reconquête du territoire. Les objectifs énoncés dans le document-cadre CPER Grand Est 2021-2027 seront établis en cohérence avec les programmes de l’Union européenne au profit des projets structurants territoriaux.

Budget 2021 : le Grand Est terre de transitions réussies

La Région Grand Est a adopté en Séance plénière des 28 et 29 janvier, son Budget Primitif 2021 qui s’élève à près de 3,4 milliards d’euros. Ce budget est marqué par un montant d’investissement de plus d’1,1 milliard d’euros, mobilisant fonds régionaux et européens.

Confrontée à la crise sanitaire sans précédent et à ses conséquences dans de nombreux domaines, la Région Grand Est a su, depuis près d’un an maintenant, faire face pour préserver l’activité économique et la cohésion territoriale et sociale du Grand Est. Elle sera la première Région à se doter d’un outil d’analyse de l’impact environnemental : le budget vert.

Il s’agit de faire du Grand Est une région à la pointe des grandes transitions industrielle, écologique, énergétique et numérique, exemplaire en France et en Europe, porteuse d’avenir pour tous ses habitants et tous ses territoires. Le budget 2021 incarne pleinement ce dessein.

La relance économique pour une croissance verte : 346,7 millions d’euros

A travers le Business Act Grand Est, la Région s’appuie sur trois moteurs de transformation porteurs d’avenir : la performance industrielle, la transition environnementale et énergétique, ainsi que la transformation numérique.

En 2021, la Région poursuivra ses efforts en direction des entreprises, avec par exemple la relocalisation des chaînes d’approvisionnement. 500 millions d’euros seront notamment injectés via le Prêt Rebond et le Fonds Résistance pour soutenir en fonds propres (ou quasi propres) les projets de croissance économique. La Collectivité se positionne également comme leader français et européen dans les technologies d’avenir : décarbonation des filières industrielles, Intelligence Artificielle, industrie 5.0, etc.

Dans le domaine de l’agriculture, la Région intensifiera son intervention pour la structuration des circuits courts, déjà traduite par l’application Loc’Halles Grand Est. Elle développera une 3ème voie pour l’agriculture avec pour objectifs d’augmenter de 50% le nombre d’exploitations engagées dans une démarche de transition environnementale et numérique et de réduire de moitié l’usage des pesticides d’ici 2025.

En outre, pour répondre aux aspirations touristiques et culturelles des citoyens tout en réduisant l’empreinte carbone, la Région se positionnera sur le tourisme vert.

Une proximité renforcée avec les territoires : 295,1 millions d’euros

Santé, fibre optique, biodiversité, neutralité carbone et réduction de la pollution seront les moteurs des actions régionales en 2021.

En matière de santé, il s’agira d’innover pour construire la santé de demain, en accompagnant notamment les jeunes étudiants et l’installation des professionnels, ou encore en développant l’e-santé.

Côté fibre optique, le déploiement du THD s’accélèrera : 1 400 communes sont déjà couvertes en Grand Est (sur 5 121).

Sur le plan de la biodiversité et de la transition énergétique, le programme Climaxion, qui a déjà permis de générer 5 000 emplois en Grand Est, sera reconduit, de même que les programmes de conservation portés par les 6 parcs naturels régionaux et les 27 réserves naturelles régionales.

Toujours plus de mobilité durable : 984,1 millions d’euros

La pandémie a modifié les comportements des citoyens en matière de mobilités. Plus que jamais les modes de transport doivent intégrer une dimension durable. C’est le fil conducteur que la Région suit dans le cadre de son plan de mobilités 2030.

D’ici 2030, 700 bus, 50 cars, 1 200 camions, 100 péniches et une flotte de trains légers, tous roulants avec l’énergie Hydrogène, seront déployés. Pour les véhicules électriques, 11 000 points de recharge seront mis à disposition sur tout le territoire.

Sur le volet ferroviaire, la Région s’engage à prendre en charge les petites lignes du réseau TER afin de continuer d’assurer les liaisons de proximité.

Enfin, un plan vélo régional sera mis en œuvre afin de favoriser l’utilisation de ce mode de transport doux et non polluant.

Des clés pour l’avenir des jeunes : 913,3 millions d’euros

La Région se mobilise pour accompagner et préparer les habitants du Grand Est, tout particulièrement les jeunes, aux transitions qui s’accélèrent.

Former aux métiers d’avenir, telle est l’ambition première de la Région pour les jeunes du Grand Est. Seront ainsi développées les formations vers les filières stratégiques comme le numérique, l’énergie, l’agroalimentaire, la bioéconomie, l’automobile, ou encore l’industrie du futur.

Avec pour objectif d’augmenter de 40% les énergies renouvelables consommées d’ici 2030, la démarche lycées en transition se poursuivra. Elle recense déjà près de 100 établissements régionaux publics (sur les 214) engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et pour le tri des déchets.

Rappelons par ailleurs que dans le cadre du lycée 4.0, 100% des lycéens du Grand Est seront équipés d’un ordinateur portable d’ici la rentrée 2021.

Télécharger la présentation du budget 2021

2ème Prix du livre Grand Est : les lauréats

La Région Grand Est a lancé en 2018 le Prix du Livre Grand Est, un prix dédié à l’illustration favorisant la reconnaissance et la promotion des talents régionaux. Pour cette deuxième édition, 70 auteurs, illustrateurs et éditeurs du Grand Est ont participé. Le jury, composé de six membres et présidé par Olivier Guez, journaliste et écrivain, s’est réuni en septembre dernier et a sélectionné trois lauréats ainsi que trois coups de cœur. Le palmarès a été dévoilé mercredi 27 janvier, lors de la cérémonie des vœux aux acteurs culturels.

  • Les trois lauréats du Prix du Livre Grand Est 2020 sont :

Dans la catégorie « Illustration : BD – roman graphique »

  • Jim Curious de Matthias Picard, aux Editions 2024 (67). La bande-dessinée « Jim Curious, voyage à travers la jungle » fait suite à un premier ouvrage «Jim Curious, voyage au cœur de l’océan », paru en 2012. Il s’agit d’une BD en 3D sans texte qui se « lit » avec des lunettes. Matthias Picard est natif de Reims et vit actuellement dans le Sud de la France.

Dans la catégorie « Illustration : album jeunesse »

  • Juste un fraisier d’Amandine Laprun, chez Actes Sud Junior. Le livre est un album cartonné dont l’action se déroule dans un jardin et dont les protagonistes sont dessinés grandeur nature. Il a séduit le jury par son côté « rétro ». L’auteure habite à Niederbronn-les-Bains (67).

Dans la catégorie « Livres d’artistes, livres d’art et livres objets »

  • Matriochka de Fanette Mellier, aux Editions du livre (67). Matriochka est un livre miniature, sans texte. Chacune des 16 pages présente une poupée russe, de plus en plus petite, avec des détails d’impression d’une grande finesse, dont une partie dorée à chaud.

Les trois coups de cœur de cette édition 2020 sont :

  • Le grand serpent d’Adrien Parlange (57), chez Albin Michel Jeunesse ;
  • Kiki en promenade de Marie Mirgaine (67), aux Editions les fourmis rouges ;
  • Je veux un super pouvoir d’Emilie Vast (51), chez MeMo

La Région Grand Est s’engage tout au long de l’année en faveur de la création littéraire et artistique en lien avec tous les acteurs de la chaîne du livre. Dans la continuation de sa première édition, le Prix du livre Grand Est vise à poursuivre ces objectifs et à valoriser les acteurs régionaux des arts graphiques et visuels ; un soutien crucial en cette période de crise qui affecte tout particulièrement le monde culturel.

Retrouvez la cérémonie des vœux aux acteurs culturels

Lancement de l’usine de production de Huawei

Mardi 26 janvier l’usine de production de Huawei a été officiellement lancée en présence du Président de la Région Grand Est, de M. Claude Sturni, Président de la Communauté d’Agglomération de Haguenau, de Mme Catherine Chen, Vice-présidente et membre du Conseil d’administration de Huawei Groupe, et de M. Jacques Biot, Président du conseil d’administration de Huawei France.

L’usine Huawei European Wireless Factory qui sera implantée au sein du Business Parc de Brumath (67), devrait ouvrir ses portes courant 2023. Elle y fabriquera les principaux équipements composant les stations de base sans-fil destinées aux clients européens de l’entreprise. C’est le premier site de production de ce type installé en dehors de la Chine.

Une usine au carrefour de l’Europe

Si Huawei a décidé de s’implanter en Grand Est, c’est pour se positionner au cœur de son réseau d’approvisionnement, au plus près de ses clients européens. Mais les atouts français, notamment ceux de notre région ont également été décisifs : un tissu industriel compétitif, soutenu par des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés, ainsi que d’un écosystème reconnu mondialement pour la qualité de sa R&D et de ses capacités d’innovation et de formation.

Une usine française

Cette installation est une bonne nouvelle pour l’économie ! Huawei s’engage en effet à travailler avec des entreprises françaises, pour la conception et la construction de cette usine qui représente un investissement de 200 millions d’euros, 300 emplois directs dans un premier temps et 500 à terme. De nombreux domaines d’activité sont concernés : ingénierie, production et contrôle qualité, administration, achats, services financiers, services informatiques, les ressources humaines et opérations sur le terrain.

Une usine écologique

Pour la construction de cette usine, des matériaux et des processus de construction écoresponsables seront employés.  Les ressources non recyclables et non biodégradables seront également limitées, et d’importants efforts de réduction des déchets seront réalisés. Par ailleurs, Huawei s’engage à limiter drastiquement l’impact énergétique de cette usine.

Suivez la Séance plénière du Conseil régional en direct les 28 et 29 janvier

A suivre en direct, la Séance plénière du Conseil régional qui se tiendra les 28 et 29 janvier 2021 et sur twitter avec #SPJanv2021.

Ordre du jour

Compte-rendu

  • Approbation du procès-verbal de la séance plénière du 12 novembre 2020

Commission des Finances

  • Budget Primitif 2021
  • Document cadre CPER 2021-2027

Commission des Relations internationales et transfrontalières

  • Budget Primitif 2021 – Attractivité. Assurer le rayonnement transfrontalier, européen et international à travers la coopération

Commission Transports et Déplacements

  • Budget Primitif 2021 – Mobilités
    Offrir un service de qualité aux voyageurs
    Moderniser le réseau régional de transport de voyageurs
    Accompagner le développement des grands réseaux de transport
    Développer et accompagner le développement de l’intermodalité
  • Face à la crise COVID – Plan de relance des mobilités en Grand Est
  • Avenant 12 à la Convention TER 2017-2024 et Protocole d’Accord avec SNCF Voyageurs
  • Opération de maintenance lourde à mi-vie des flottes AGC (125 rames automotrices) et TER2NNG (41 rames automotrices)

Commission Formation Professionnelle

  • Budget Primitif 2021 – Formation, Emploi, Formation
    Faciliter l’accès à l’emploi par la formation professionnelle
    Permettre la formation aux métiers du sanitaire et social
    Faciliter l’orientation et la promotion des métiers

Commission Lycées et Apprentissage

  • Budget Primitif 2021 – Jeunesse, Emploi, Formation
    Faciliter l’accès à l’emploi par la formation professionnelle
    Créer des conditions favorables à la réussite des lycéens
    Accompagner la transition numérique et environnementale des lycées et des lycéens

Commission Jeunesse

  • Budget primitif 2021 – Jeunesse Emploi et Formation
    Préparer les jeunes à l’autonomie et à la citoyenneté
    Faciliter l’orientation et la promotion des métiers

Commission Développement Economique

  • Budget Primitif 2021 – Attractivité
    Accompagner les transitions et développer la performance industrielle
    Renforcer l’attractivité des territoires et accélérer l’internationalisation des entreprises

Commission Innovation – Enseignement Supérieur et Recherche

  • Budget Primitif 2021 – Attractivité
    Le Grand Est comme territoire d’expérimentation des innovations
    Accompagner le rayonnement et l’attractivité de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Commission Agriculture et Forêt

  • Budget Primitif 2021 – Attractivité
    Soutenir la compétitivité de l’agriculture, l’agroalimentaire et de la filière bois

Commission Aménagement des territoires

  • Budget Primitif 2021 – Territoires et Proximité
    Soutenir l’aménagement et le développement des usages numériques
    Impulser et accompagner un développement durable et équilibré des territoires
    Développer une stratégie globale de santé dans toute la région
  • Ajustement de Dispositifs

Commission Environnement

  • Budget Primitif 2021 – Territoires et Proximité
    Agir pour une région à énergie positive et sobre en ressources
  • Approbation du document cadre Contrat de Plan Interrégional Massif des Vosges 2021-2027
  • Evolution des dispositifs relevant de la Transition Energétique, Ecologique et de l’Environnement

Commission Culture

  • Budget primitif 2021 – Attractivité
    Soutenir la création contemporaine et la diffusion culturelle
    Révéler le patrimoine culturel

Commission Sport

  • Budget Primitif 2021 – Jeunesse, Emploi, Formation
    Soutenir le développement des pratiques sportives

Commission Tourisme

  • Budget primitif 2021 – Attractivité
    Faire de la destination Grand Est une destination touristique de notoriété

Commission Engagement et Citoyenneté

  • Budget Primitif 2021 – Jeunesse, Emploi, Formation
    Renforcer la participation, l’engagement citoyen et la cohésion sociale

Adoptons des pratiques durables !

En 2021, la Région engage ses territoires dans une dynamique durable inédite et intensifie les transitions dans toutes ses politiques. En effet, la crise sanitaire a révélé la fragilité du modèle actuel de société et a démontré l’importance de la résilience et de la durabilité des modes de vie, de changer les comportements individuels et collectifs, de repenser les modes d’organisation, de déplacement, de consommation. Aujourd’hui, la Collectivité met en œuvre des pratiques durables à travers des initiatives fortes : améliorer l’efficacité énergétique de ses bâtiments, pousser vers davantage de mobilité durable, accélérer la transition des lycées, tendre vers une agriculture raisonnée, etc.

Toujours plus de mobilité durables

Pratiques, peu polluantes et respectueuses de l’environnement, les mobilités durables et notamment la pratique du vélo favorisent une réappropriation de l’espace public et améliorent le cadre de vie des habitants du Grand Est. C’est pourquoi, la Région se doit de bâtir une politique ambitieuse pour devenir, à terme, la 1ère région cyclable de France et offrir à ses citoyens un mode de transport sécurisé et en phase avec leurs attentes.

Pour mener à bien ce projet, la Collectivité sera accompagnée d’une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) lui permettant de sensibiliser et former agents, élus et partenaires aux enjeux d’une véritable politique cyclable régionale ; de réaliser un état des lieux des politiques existantes sur le territoire ; de procéder à des études et des analyses pour sa mise en œuvre. Cette assistance simplifiera l’écriture de la stratégie cyclable Grand Est en vue d’une présentation devant l’assemblée régionale fin 2021. Elle s’inscrira notamment dans le plan de mobilité durable horizon 2030 de la Région.

Des plans « Lycées Verts »

Soucieuse d’apporter les meilleures conditions de travail possibles aux lycéens, au corps enseignant et aux agents de la Région, la Collectivité met en œuvre un Plan Lycées Verts pour l’amélioration et la rénovation des établissements scolaires du Grand Est. Ainsi, la Commission permanente du 21 janvier 2020 a voté une enveloppe de près de 14,4 millions d’euros pour des travaux permettant d’augmenter la performance énergétique des bâtiments en vue d’un classement BBC (Bâtiments Basse Consommation) pour arriver d’ici 2050 à réduire de 60 % les consommations d’énergie, fournir des énergies renouvelables (solarisation des toitures et parkings, construction de chaufferies bois, installation de réseaux de chaleur biomasse, création de stations de géothermie) et tendre vers une neutralité carbone. Ces travaux, intégrés au plan France Relance de l’Etat, interviendront durant la période estivale 2021.

Cap sur la rénovation énergétique !

La Région œuvre pour être une région à énergie positive et bas carbone d’ici à 2050 pour permettre une meilleure qualité de vie des citoyens et tendre vers des villes plus durables. Cette ambition se traduit par un double objectif : réduire les consommations énergétiques et développer les énergies renouvelables.

  • Pour inciter les ménages à entreprendre la rénovation énergétique de leur logement, l’Etat a lancé le plan SARE (Service d’Accompagnement à la Rénovation Energétique) 2021 – 2023. Porté par l’ADEME et la Région, cet outil de financement permet une meilleure sensibilisation des ménages et une meilleure couverture territoriale via l’intervention des collectivités locales. Onze premières candidatures ont été retenues. Elles permettront dans un premier temps d’assurer la couverture territoriale de 1 461 communes.
  • La Région confirme son engagement d’1,75 million d’euros (soit 35% du capital) dans la création de la Société d’Economie Mixte (SEM) Ardennes Energie Renouvelable, aux côtés des sept EPCI des Ardennes, du Conseil Départemental des Ardennes, de la Caisse des Dépôts et Consignation, d’Ardennes Développement et d’autres acteurs privés. Cette SEM permettra d’investir en fonds propres dans des projets innovants d’énergies renouvelables, notamment en matière de méthanisation mais aussi de photovoltaïque, d’éolien ou encore d’hydraulique.

La Région dit oui au bio !

Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le bio et les consommateurs vers des produits locaux, sains et de qualité. Ce mode de culture connaît depuis plusieurs années une expansion et un engouement en France mais aussi dans le Grand Est qu’il est nécessaire de soutenir et de faire grandir. Pour la Région, le soutien à la conversion en Agriculture Biologique est l’une des priorités des programmes de développement ruraux. Pour cela, elle se fixe comme objectif d’atteindre 15 % de surfaces agricoles en bio d’ici 2030 et de reconvertir chaque année plus de 20 000 hectares de terres.

En partenariat avec les organisations professionnelles agricoles, la Collectivité s’est ainsi engagée à mobiliser 3 millions d’euros de ses crédits propres en contrepartie des engagements du FEADER, des Agences de l’Eau et de l’Etat pour encourager les initiatives des agriculteurs et les conforter dans leur choix. Consciente des enjeux économiques, environnementaux et sociaux générés par l’agriculture biologique, la Région poursuit ses investissements en faveur de l’innovation, mais aussi et surtout l’accompagnement à la structuration des filières.

Innover, protéger, former pour le bien-être des habitants

Depuis le début de la crise sanitaire, la Région Grand Est s’est pleinement engagée pour mobiliser toutes les ressources nécessaires, avec tous les acteurs concernés, dans un but commun : trouver des solutions efficaces et concrètes pour lutter ensemble contre le virus. Dans ce contexte, en décembre dernier, la Région, l’Eurométropole de Strasbourg, l’IHU de Strasbourg et PRIeSM ont lancé PrédictEst, le premier outil numérique permettant de suivre instantanément l’évolution de l’épidémie. Ces prévisions précieuses sont destinées à assister et coordonner la prise de décision de l’action publique.

Le soutien aux projets de Recherche, de Développement et d’Innovation dans le domaine de la santé constitue également un levier pour mieux lutter contre le virus. C’est le cas de trois solutions intelligentes présentées ce jour en Commission permanente. Plus globalement, il s’agit aussi de mieux se protéger, en garantissant notamment des conditions favorables à la santé, au bien-être et à la qualité de l’environnement, des objectifs qu’on retrouve dans le nouvel appel à projets « Sortir, bouger, c’est bon pour ma santé ! ». Enfin, la Région a en responsabilité les formations sanitaires et sociales ; sa mission : former le personnel médical et social pour mieux répondre aux besoins et enjeux actuels.

La recherche, le développement et l’innovation au service du traitement de la Covid-19

Combattre le virus, c’est aussi apporter des soins adaptés, avec du matériel performant et à la pointe de l’innovation. En finançant des projets de Recherche, de Développement et d’Innovation (RDI) dans le domaine de la santé, et plus spécifiquement du traitement de la Covid-19, la Région contribue à faire progresser la médecine et à endiguer ainsi l’épidémie. Parmi les solutions soutenues figurent deux projets collaboratifs notoires :

  • Care Equipement Technology, porté par la société Tech 3D à Niderviller (57) et le Laboratoire de Génie Informatique, de Production et de Maintenance (Université de Lorraine –Metz). Il propose trois outils innovants : un robot respirateur compact, un robot désinfecteur et un système automatisé de collecte-tri-désinfection des masques. Ce matériel correspond aux attentes et aux exigences des centres hospitaliers.
  • Covid NDS (Nouveau Diagnostic de Sévérité) propose une analyse rapide, efficace et précise des images médicales sous la forme d’une modélisation 3D des zones pathologiques et anatomiques du poumon pour estimer le degré de sévérité de la Covid-19 et d’y inclure dans un second temps une analyse prédictive sur l’évolution de l’état de santé du patient et des complications. Ce projet est porté par la start-up Visible Patient (Strasbourg), l’IHU de Strasbourg et le CHRU Nancy.

Un troisième projet de RDI présenté jeudi 21 janvier 2021 en Commission permanente, bénéficie également de l’aide de la Région. Il s’agit d’ENSIST (Endoscopic Simulation for Surgical Training), pour développer un simulateur chirurgical numérique pour l’endoscopie, avec la start-up In Simo (Strasbourg) et l’IHU de Strasbourg.

La Région Grand Est soutient l’ensemble de ces projets à hauteur de près de 581 000 € pour les acteurs académiques et à hauteur de 416 000 € pour les entreprises au travers du Fonds Régional Innovation.

Garantir des conditions favorables à la santé et au bien-être

La qualité de l’environnement est un facteur important d’influence sur la santé de la population. C’est pourquoi la Région agit prioritairement par le biais d’actions d’éducation et de promotion de la santé environnementale, afin de changer durablement les comportements individuels. Pour cette année 2021, un appel à projets (AAP) est lancé afin de soutenir les initiatives qui visent à promouvoir les bienfaits de la nature et les mobilités douces sur la santé des individus. Il s’agit de l’AAP « Sortir, bouger, c’est bon pour ma santé ! ». Il concerne des projets tels que la mise en place de jardins thérapeutiques dans les centres médicaux-sociaux, de jardins pédagogiques dans les structures accueillant des jeunes, d’ateliers de sensibilisation, de circuits pédagogiques ou cheminements piétonniers, d’aménagements de mobilités actives de type pédibus, etc.

Les structures intéressées par cet AAP ont jusqu’au 2 avril 2021 pour déposer leur candidature

Former aux métiers du sanitaire et du social

Conformément à la loi Hôpital Patient Santé Territoire, la Région Grand Est a approuvé ce jour une convention pour intégrer l’école de sages-femmes du CHRU de Nancy à l’Université de Lorraine (faculté de médecine de Nancy). Ce transfert s’inscrit parallèlement à la création d’un département universitaire de maïeutique (DUM) au sein de la faculté de médecine, maïeutique et métiers de la santé de Nancy. Il contribuera à une meilleure transversalité avec les autres formations médicales et facilitera le développement de la recherche en maïeutique.

Vaccination : la Région vous offre le transport sur le réseau @fluograndest !

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, la Région Grand Est, en partenariat avec SNCF et la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), a souhaité faciliter les déplacements des citoyens souhaitant se faire vacciner en leur proposant un accès gratuit aux TER et bus interurbains du réseau Fluo Grand Est pour les trajets entre leur domicile et leur centre de vaccination.

Cette mesure entrera en vigueur dès le 25 janvier prochain et sera mise en œuvre jusqu’au 31 juillet.

Comment ?

Lors des contrôles, les voyageurs seront simplement invités à présenter :

– une pièce d’identité,
– à l’aller : tout document ou confirmation du rendez-vous pris pour la vaccination précisant la date, l’heure et le lieu,
– au retour : tout document confirmant que le rendez-vous vaccinal a eu lieu.

Voyagez en toute sécurité

Pour permettre à chacun de se déplacer sur le réseau Fluo Grand Est en toute confiance, le strict respect des mesures sanitaires est appliqué.

Des distributeurs de gel hydroalcoolique sont à disposition du public dans les principales gares de la région. La gestion des flux des voyageurs est optimisée grâce à un fléchage et un marquage au sol et le nettoyage et la désinfection sont renforcés, tout particulièrement sur les zones de contact.

Dans l’ensemble des transports publics, y compris aux points d’arrêts, le port du masque est obligatoire pour toute personne de 11 ans et plus (et recommandé dès 6 ans) en complément de l’application des gestes barrières.

La France prend la présidence de la Grande Région

Depuis le 21 janvier 2021, la France a pris la présidence de la Grande Région. Une responsabilité qui se traduit par un travail coordonné entre l’État, la Région Grand Est et les 3 départements lorrains frontaliers que sont la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle, le tout présidé par le Conseil régional.

Concrètement, la Grande Région est une instance de coopération transfrontalière qui rassemble l’Allemagne (Sarre et Rhénanie-Palatinat), la Belgique (Wallonie), la France (région Grand Est) et le Luxembourg, et compte 11,6 millions d’habitants. A l’occasion de grands rendez-vous appelés « Sommets des Exécutifs », les dirigeants de ces territoires porteront d’une même voix, des projets de dimension transfrontalière sur des sujets tels que la santé, l’innovation, la recherche ou encore l’environnement. Parmi les axes principaux de la présidence française, notons par exemple la solidarité en matière sanitaire face à une pandémie (Covid-19), les formations sanitaires et sociales dans les zones transfrontalières, l’industrie et l’innovation en matière de santé, la préservation des ressources en eau et le déploiement de réseaux d’approvisionnement en hydrogène…

La Grande Région, c’est un outil formidable pour faciliter le quotidien de tous les citoyens et habitants de ce territoire !

Tout savoir sur la Grande Région

 

PredictEst, un outil pour suivre l’évolution de l’épidémie

Grâce à PrédictEst, suivre l’évolution de la COVID-19 dans le Grand Est est désormais possible pour tous les habitants du territoire.

Premier outil de modélisation cette plateforme permet de dresser un aperçu de la situation sanitaire dans la région et de réaliser des prévisions jusqu’à 30 jours.

Pensé dès le printemps 2020, PrédictEST répond à un double objectif : informer la population et aider les pouvoirs publics à prendre les décisions les plus adaptées au regard du contexte sanitaire de la Covid-19, tant sur le plan économique, social que sociétal.

Enrichi quotidiennement des données du Ministère de la Santé, PrédictEST est actualisé chaque vendredi pour délivrer un « bulletin de prévisions » de l’évolution sanitaire à l’échelle départementale. Il comportera notamment  :

  • Les principaux indicateurs, consolidés à l’échelle de la région : taux d’incidence, taux de positivité, nombre de nouveaux cas, nombre de personnes hospitalisées, nombre de personnes en réanimation, etc.
  • Une carte cliquable pour des projections épidémiologiques de + 30 jours à l’échelle départementale
  • Une carte zoomable jusqu’à l’échelon « IRIS » (norme Insee)

Conçu comme un « cockpit numérique » de l’état sanitaire et socio-économique, PrédictEST va au-delà de la simple géolocalisation et identification des nouveaux cas : il représente un précieux allié du pilotage de l’action publique.

Développé par un collectif composé de l’IHU de Strasbourg, d’inesia by PRIeSM, de la Région Grand Est, de Grand e-Nov+, son agence d’innovation et de l’Eurométropole de Strasbourg (dans le cadre de son programme d’innovation Territoire de Santé de Demain), PrédictEST intervient désormais en complément de solutions existantes, dont l’application nationale TOUS ANTI COVID ou encore le site COVID TRACKER.

La biodiversité : une priorité pour la jeunesse !

A l’occasion de la séance plénière du Conseil régional des Jeunes du Grand Est (CrJGE) qui s’est tenue en visioconférence samedi 16 janvier, les membres du CrJGE ont présenté les travaux engagés depuis le début de leur mandat, en janvier 2020, autour des enjeux de la biodiversité.

Pour mener à bien leurs projets, ils ont notamment été accompagnés par trois associations d’éducation à l’environnement : Ariena en Alsace, Graine en Champagne-Ardenne et LorEEN en Lorraine.

Après une année de travail, ces jeunes élus du Grand Est ont ainsi formulé des propositions, en adéquation avec les défis identifiés dans la Stratégie Régionale de la Biodiversité :

  • Végétaliser les établissements scolaires, du primaire à l’université
  • Sensibiliser le grand public à l’environnement en créant une semaine de l’information
  • Agir sur les ripisylves (végétation bordant les milieux aquatiques) par la création de zones à végétaliser
  • Imaginer des pépinières d’arbres et vivaces, adaptées localement, dans chaque département
  • Accentuer les aménagements favorisant la pollinisation
  • Etendre les brigades vertes sur l’ensemble du territoire
  • Développer des « Espaces de Nature protégés »
  • Créer un « kit pour les étudiants » qui débutent leur formation post-bac, en intégrant un guide de recettes de cuisine peu chères, de saison, saines, simples mais également des produits de première nécessité co-responsables permettant de démarrer sur de bonnes bases.

Télécharger  le bilan intermédiaire du CrJGE

Cette séance a également permis aux jeunes d’adresser au Président de la Région Grand Est d’autres propositions de projets à conduire en 2021. Ces travaux pourraient notamment porter sur l’égalité femme/homme, la santé des jeunes, le dialogue interreligieux et la préparation de la 3ème mandature du CrJGE.

Installé depuis le 25 janvier 2020, le CrJGE se compose de 72 jeunes âgés de 15 à 29 ans (lycéens, apprentis, salariés, demandeurs d’emploi, etc.) souhaitant s’investir dans des actions concrètes et contribuer aux politiques publiques, en faisant entendre le point de vue de la jeunesse. Leur mandat est de deux ans, bénévole et non renouvelable.

Découvrir le Conseil régional des Jeunes du Grand Est

Covid-19 : les centres de vaccination dans le Grand Est

Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination en cours, la Région Grand Est vous aide à trouver le centre de vaccination le plus proche de votre domicile.

 

Consulter cette carte en plein écran

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile