Gestion des déchets : vers une politique régionale en faveur de l’économie circulaire

La Région est en charge d’élaborer le Plan Régional Grand Est de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD). Au-delà des obligations réglementaires de ce Plan, la Région a souhaité aller plus loin en approuvant la mise en place de l’observatoire régional des déchets et de l’économie circulaire, lors de la Commission permanente du 26 avril 2019.
Les enjeux sont énormes au regard de la production de déchets qui est de 22,7 millions de tonnes pour le Grand Est, dont les déchets inertes du BTP représentant 61% du global.

Objectif de l’observatoire régional des déchets et de l’économie circulaire

L’observatoire sera chargé de :

  • Produire des données chiffrées sur les flux de déchets régionaux, selon différents indicateurs. Ces données permettront de cartographier l’évolution des installations de gestion des déchets autorisées
  • Guider les politiques et les démarches territoriales
  • Mobiliser les différents publics en lien avec les enjeux de la transition énergétique et écologique. Il s’agit ainsi d’accompagner les territoires dans leur politique de prévention à travers la connaissance, et de faire du déchet, une ressource.

Les principales thématiques de cet observatoire sont le suivi :

  • des Déchets Ménagers et Assimilés, des Déchets d’Activités Economiques,
  • des Déchets du Bâtiment et des Travaux Publics, des déchets organiques, des Déchets Dangereux, des flux de déchets interrégionaux et transfrontaliers,
  • des impacts de la mise en oeuvre du Plan sur l’environnement,
  • des actions en termes d’économie circulaire.

 

1ères rencontres Performance Grand Est : l’innovation au service de l’emploi

Le 1er rendez-vous des acteurs de la formation et de l’emploi en Grand Est s’est tenu, le jeudi 25 avril 2019, au Siège de la Région, à Strasbourg. Près de 200 partenaires du Grand Est de l’emploi, de la formation, de l’insertion et de l’orientation, et des élues du Conseil Régional étaient réunis pour construire ensemble une région compétitive, rayonnante et innovante.

Les objectifs des rencontres Performance Grand Est

  • valoriser les partenariats régionaux, notamment avec les acteurs économiques,
  • mettre en avant des expériences innovantes et réussies dans le Grand Est,
  • définir des pistes concrètes d’investigations pour faire du Grand Est une « smart-Région » compétitive, rayonnante et innovante,
  • optimiser les travaux entrepris toute l’année dans le cadre des contrats d’objectifs territoriaux.

Les temps forts des rencontres Performance Grand Est

  • Conférence de l’essayiste Raphaël Enthoven sur le thème : « Métiers et compétences de demain au service de la formation : évolution, transformation ou révolution ? », abordant l’innovation sous les angles historique et de « valeurs »,
  • Table ronde consacrée à la thématique : « Quels sont les impacts de ces évolutions sur les formations de demain et sur l’emploi ? Robotisation, intelligence artificielle, numérisation : sommes-nous armés face à ces bouleversements ? »,
    Cette table ronde a réuni plusieurs experts autour de Valérie Debord et Véronique Marchet :

    • Joseph Puzo, PDG de l’entreprise Axon câbles,
    • Augustin Probst, étudiant en formation à l’INSA, médaillé d’or aux Olympiades des Métiers en production industrielle,
    • Louis Paris, ingénieur chez SOCOMEC, médaillé d’or aux Olympiades des Métiers en robotique,
    • Raphael Moraglia, dirigeant de Skillogs, expert de l’intelligence artificielle au service de la formation,
  • Conférence d’Eric Pierson, Président de l’entreprise Acreos, sur le thème : « Osez l’innovation » : Eric Pierson a présenté l’histoire de son entreprise, fortement tournée vers l’innovation, ainsi que son dernier projet en date : la création, en partenariat avec l’Ecole de Conduite Française, d’un parcours revisité de formation à la conduite des poids lourds, associant la multimodalité, la formation à distance, la simulation, etc.
  •  7 Ateliers « Défis » interactifs, pilotés par les élues régionales, ont permis aux participants de débattre autour d’un concept associant 3 mots clés, un schéma, une action prioritaire, un engagement.

 

Fluo Grand Est, la nouvelle identité du réseau de transport de la Région

Afin d’apporter une plus grande visibilité à ses 13 réseaux de transports routiers et ferroviaires, la Région Grand Est a décidé de les réunir sous une seule identité : Fluo Grand Est.

Avec 884 M€, les transports et mobilités représentent 27 % du budget la Région. L’objectif est de mailler le territoire et d’offrir des services plus attractifs, efficaces et moins coûteux pour les voyageurs.

Fluo Grand Est : le réseau de la Région Grand Est

Pour gagner en fluidité, en simplicité et en interconnexion, tous les transports assurés par la Région Grand Est, ferroviaires et routiers, interurbains et scolaires passent en mode Fluo. Les trois réseaux régionaux TER Grand Est, Métrolor et TransChampagneArdenne ainsi que les 10 réseaux interurbains et scolaires (Livo, Marne Mobilité, TED, TIM, Réseau des Transports de la Meuse, Les lignes de Haute Alsace, Réseau 67, les réseaux des interurbains et scolaires de l’Aube, de la Haute-Marne et le réseau des Ardennes dont RDTA), ne forment plus qu’un réseau unique.

Progressivement la marque Fluo Grand Est sera visible sur les différents matériels roulants (trains, autocars et navettes) ainsi que sur les différents supports du réseau (poteaux de point d’arrêts, fiches horaires, billettique, etc.).

Toutes les informations transports du Grand Est sur Fluo.eu

Au delà de la marque, Fluo se décline aussi sur internet. Fluo.eu compile toutes les informations liées au transport sur le territoire du Grand Est. En quelques clics, les voyageurs accèdent aux horaires et tarifs, transport à la demande, plans des réseaux … pour l’ensemble du réseau régional.

Il remplace SimpliCIM (Lorraine), Vitici (Champagne-Ardenne), Vialsace (Alsace) et devient le nouveau calculateur d’itinéraire capable de proposer le meilleur trajet en temps réel, en combinant l’ensemble des modes de transport disponibles : transport public régional et urbain, vélo, covoiturage, autopartage, véhicules individuels, etc

On y retrouve toutes les offres de transports publics (transports urbains et interurbains, TER, etc.), dans le Grand Est et jusqu’en Ile-de-France et aux pays frontaliers, tous les autres modes de transport (voiture, covoiturage et autopartage, vélo, marche à pied), ainsi que toutes les informations disponibles en temps réel (perturbations liées au trafic routier et ferroviaire, aux travaux, grèves et à la viabilité hivernale, nombre de places libres dans les parkings, disponibilité des vélos en libre service, etc.).

Fluo.eu, c’est aussi le portail unique d’inscription aux transports scolaires assurés par la Région Grand Est.

Démo


Pose de la 1ère pierre du siège de l’Université Reims Champagne-Ardenne

Parce que l’enseignement supérieur et la recherche constituent une composante fondamentale du développement d’un territoire, la Région Grand Est mène une politique immobilière résolument placée sous le signe de l’exigence et de la qualité pour que les jeunes apprennent dans un environnement adapté. Ainsi, elle assure la maîtrise d’oeuvre dans le projet Campus 3.0 de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA).

Jean Rottner, Président de la région Grand Est, Guillaume Gelle, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Jean-Luc Marx, Préfet de la région Grand Est, Préfet de la zone de défense Est, Préfet du Bas-Rhin, Catherine Vautrin, Présidente de la Communauté Urbaine du Grand Reims et Arnaud Robinet, Maire de Reims, ont officiellement posé la 1ère pierre du nouveau siège de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), le mercredi 24 avril 2019, à Reims, en présence de Jacques Dubois, architecte, agence Ameller Dubois.

Véronique Marchet, Xavier Albertini et Cédric Chevalier, élus régionaux étaient également présents.

Regrouper les services administratifs sur un même site

L’objectif  de ce projet immobilier est de regrouper les différents services de l’URCA actuellement éclatés sur 4 sites. Le nouveau siège de l’URCA de 4300 m² de surface de plancher sera érigé sur un terrain de 3 500 m² situé avenue Schuman à Reims, à proximité de l’hippodrome, au sein du quartier d’habitat social Croix-Rouge à mi-chemin entre les Campus Croix-Rouge et Maison Blanche créant un lien entre ces deux sites. Il pourra accueillir 190 personnes. Le coût total de la construction du nouveau siège s’élève à 13,9 millions d’euros dont 10,2 millions d’euros financés par la Région Grand Est.

Une vie de campus dynamique

Le Vivre ensemble et le Vivre mieux constituent l’un des enjeux majeurs de la vie de campus 3.0. Les bâtiments répondront aux nouvelles pratiques d’enseignement et aux attentes de la communauté universitaire en termes de services et de cadre de vie. Des espaces dédiés à la vie étudiante seront développés dans chaque campus (espaces co-working, incubateur …), les dernières technologies seront adoptées en matière d’enseignement.

Le développement durable sera également une composante de ce projet s’appuyant sur 3 points :

  • environnemental : bilan carbone, plan vert, ambiance paysagère préservée, gestion des sols et de l’eau, plan éclairage, biodiversité…
  • sociétal : structuration urbaine et paysagère adaptée aux usages, implication de la communauté universitaire
  • économique : performance énergétique des bâtiments neufs ou réhabilités, gestion des énergies, densification maîtrisée du lieu…

Un projet immobilier structurant pour l’enseignement supérieur et la recherche

La globalité du projet « Campus 3.0 » figure au Contrat de Plan 2015 – 2020, la Région soutient le projet global à hauteur de 47,2 millions d’euros.

La construction du bâtiment qui accueillera les services administratifs de l’URCA est la première étape d’un vaste programme comportant six opérations :
  • la création du nouveau siège de l’URCA,
  • la création d’un pôle santé unique, à proximité immédiate du CHU, près du campus Croix Rouge (rapatriement de l’UFR d’Odontologie sur le site actuel des UFR Médecine et UFR Pharmacie),
  • la création d’un pôle de recherche en Agro-sciences, Environnement, Biotechnologies et Bioéconomie  (AEBB) et Sciences du numérique, dont l’objectif est de pourvoir l’excellence scientifique portée par les équipe de recherche de l’université relevant de son identité et participant à son rayonnement dans l’environnement économique, sur le site du Moulin de la Housse,
  • l’extension de l’ESIReims, école supérieure des ingénieurs de Reims sur le site Farman, à proximité du Campus du Moulin de la Housse. L’extension de l’ESIReims permettra l’accueil de ses nouvelles spécialités, ainsi que la création de lieux de vie communs, en lien avec le projet retenu au titre du Pacte Grandes Ecoles,
  • le transfert de l’UFR STAPS sur le campus Croix Rouge et à proximité du CREPS,
  • la création d’un bâtiment d’enseignement mutualisé sur le site du Moulin de la Housse.

 

La Région Grand Est solidaire de Notre-Dame de Paris

Suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui a détruit une partie de l’édifice le 15 avril, Jean Rottner, président de la Région Grand Est, a exprimé son soutien et a déclaré qu’il proposerait à l’assemblée de la Région Grand Est de participer à la souscription nationale en faveur de la reconstruction.

Une collecte nationale a été lancée par la Fondation du Patrimoine. Tous les dons reçus seront intégralement versés au chantier de restauration.

Participer à la souscription nationale pour la renconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

La Région accompagne la modernisation des exploitations agricoles avec la Ferme du Futur

Lilla Merabet, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la Compétitivité, de l’Innovation et du Numérique, Pascale Gaillot, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de l’Agriculture et de la Viticulture, et Philippe Mangin, Vice-Président de la Région Grand Est en charge de la Bioéconomie, de l’Agroalimentaire et des Bioénergies, étaient à l’Hôtel de Région à Châlons-en-Champagne le lundi 15 avril 2019 pour présenter le plan Ferme du Futur.

Qu’est-ce que la Ferme du Futur ?

La Ferme du futur désigne une exploitation qui intègre les évolutions technologiques dans le monde agricole : outils connectés, capteurs intelligents, robotisation, nouveaux modes de management et réduction de son impact environnemental … dans le but d’assurer le maintien d’une activité compétitive et qualitative. La technologie est au service de la performance et de l’humain.

L’objectif du plan régional Ferme du Futur

L’ambition de la Région est d’accompagner 100 exploitations par an dans leur transformation numérique et dans l’évolution de leurs pratiques et de leurs outils, aux côtés des prescripteurs et des acteurs du monde agricole afin de créer des synergies et une dynamique puissante pour la transformation de l’économie agricole du Grand Est. Il consiste aussi à rapprocher deux univers : les industries technologiques locales et les exploitations agricoles. En effet, on l’oublie parfois mais les technologies développées en Grand Est peuvent intéresser les exploitations  agricoles.

Ce plan comporte 3 étapes :

  • un diagnostic de performance Ferme du Futur, réalisé par un groupement d’experts sélectionnés par la Région. Le diagnostic est entièrement financé par la Région ;
  • un accompagnement sur-mesure adapté aux besoins spécifiques de chaque exploitation ;
  • la constitution d’une communauté d’exploitations « vitrines » de la Ferme du Futur : cette communauté permettra de mettre en relation des exploitants « leaders » avec d’autres structures désireuses de devenir fermes du futur, d’échanger sur des bonnes pratiques …

Milan Design Week : 3 écoles de design du Grand Est présentent le projet ESTorama

Du 9 au 14 avril, à l’occasion de la Milan Design Week, la Région Grand Est valorise le travail de trois écoles supérieures d’art et de design du territoire : l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design (ENSAD) de Nancy, l’Ecole Supérieure d’Art et de Design (ESAD) de Reims et la Haute Ecole des Arts du Rhin (HEAR) Mulhouse-Strasbourg. Ces écoles présentent l’exposition ESTorama, au sein de l’espace Ventura Future : une exposition qui réunit les ressources humaines, industrielles et naturelles de la région, pour mettre en lumière les savoir-faire du Grand Est en matière de design.

Avec le soutien de la Région, auquel s’est associé l’Institut français, deux projets d’écoles et trois projets de jeunes designers issus de ces écoles sont présentés à Ventura Future lors de l’événement Milan Design Week. Ils illustrent une approche ouverte et relationnelle du design, renouvelant les pratiques industrielles et les savoir-faire locaux notamment au travers des matériaux biosourcés.

Dans le but de créer des synergies entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les industriels et les artisans d’art, la Région encourage les croisements des disciplines. L’exposition ESTorama montre comment l’utilisation des ressources de proximité et la synergie avec les acteurs d’une région peuvent stimuler la création mais aussi favoriser le développement économique au travers d’un design innovant, responsable et respectueux des compétences et des ressources locales. L’enjeu est de donner une vision à la fois cohérente et spécifique du Grand Est à l’international.

 

La Région Grand Est forme les designers de demain

Soutenues par la Région Grand Est, l’ESAD de Reims, l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine (Metz-Epinal), l’ENSAD Nancy et la HEAR (Mulhouse-Strasbourg), sont réunies depuis 2008 au sein d’une association interrégionale qui assure la promotion de l’enseignement des écoles publiques supérieures d’art, met en place des actions communes, partage des réflexions pédagogiques, favorise l’insertion professionnelle des diplômés et développe des actions internationales, notamment transfrontalières.

Réparties sur 6 sites, ces 4 écoles regroupent 1 500 étudiants encadrés par 200 enseignants et intervenants. Pour leur participation à la Milan Design Week, la Région a apporté une aide de 50 000 € au réseau des écoles supérieures d’art du Grand Est. En parallèle, la Région Grand Est forme également les designers de demain via les filières design proposées par une dizaine de lycées du Grand Est.

THD : Pose du dernier Nœud de Raccordement Optique à Ribeauvillé

Jean Rottner, Alain Grappe, Vice-Président du Conseil Départemental du Haut-Rhin, accompagnés d’élus locaux, ont  inauguré le 47ème et dernier Nœud de Raccordement Optique (NRO) à Ribeauvillé, le mardi 9 avril 2019.

Ce NRO permettra de raccorder les 15 des 16 communes de la Communauté de Communes du Pays de Ribeauvillé au Très Haut Débit grâce à la fibre optique d’ici 2022 : Beblenheim, Bennwihr, Bergheim, Guemar, Hunawihr, Illhaeusern, Mittelwihr, Ostheim, Ribeauvillé, Riquewihr, Rodern, Rorschwihr, Saint-Hippolyte, Thannenkirch et Zellenberg, ce qui représente près de 10 708 prises. La commune d’Aubure (250 prises) est quant à elle raccordée au NRO de Lapoutroie.

La Région Grand Est, maître d’ouvrage du projet de déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire alsacien, assure le portage du projet et préfinance à ce titre l’intégralité de la subvention publique (164 millions d’euros). Son investissement direct s’élève à plus de 21,7 millions d’euros

« Véritable mission de service public, le déploiement du Très Haut Débit avec la fibre optique constitue un formidable outil d’aménagement des territoires et un facteur majeur d’attractivité et de compétitivité pour toute la région qui sera la première de France à être 100 % connectée. Mon ambition est d’apporter la fibre et le très haut débit dans chaque foyer, dans chaque entreprise, dans chaque service public, y compris dans le village le plus isolé. » Jean Rottner.

Sur le territoire alsacien, la Région Grand Est pilote, en partenariat avec les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, la première concession fibre optique lancée à cette échelle en France et confiée à l’entreprise Rosace.

Elle vise au raccordement de 696 communes, soit 380 000 prises à l’horizon 2021 en tranche ferme, et 110 communes, soit 98 000 prises en tranche conditionnelle, en complémentarité avec les investissements des opérateurs privés dans les zones urbaines plus denses. Cette opération représente un investissement de 450 millions d’euros dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Bilan à mi-parcours et perspectives sur le déploiement du THD en Alsace

Au 1er avril 2019 :

  • sur les 696 communes à déployer avant avril 2022, 283 communes sont ouvertes à la commercialisation,
  • sur les 129 communes prioritaires, 102 communes sont ouvertes à la commercialisation, soit près de 80 % des communes prioritaires,
  • au total, près de 178 650 prises ont été livrées, dont 112 630 ouvertes à la commercialisation et près de 16 590 commercialisées,
  • entre 1 500 et 2000 raccordements sont réalisés mensuellement depuis octobre 2018,
  • 125 réunions publiques ont été organisées depuis mai 2017 sur tout le territoire alsacien, ayant mobilisées près de 40 000 participants.

Près de 200 000 prises restent à déployer dans près de 300 communes d’ici 2022. Les 25 dernières communes prioritaires sont en cours de déploiement, et seront ouvertes à la commercialisation avant la fin du 1er semestre 2019.

Un chantier créateur d’emplois

  • 475 350 heures de travail ont été réalisées, ce qui représente 297 équivalents temps plein, ramenés sur une année,
  • une école de la fibre a été spécifiquement créée en partenariat avec la Plateforme (NGE), AFPA Alsace, le Pôle formation de la CCI et Altitude Infrastructure Construction, qui forme près de 100 personnes par an depuis son ouverture le 1er novembre 2017,
  • près de 1 100 salariés sur le terrain et près de 150 entreprises actives sur le chantier.

1er Prix du Livre Grand Est : les lauréats récompensés

La Région Grand Est a lancé le Prix du Livre Grand Est en octobre 2018 avec la volonté de faire rayonner le Grand Est dans le domaine de la culture et notamment la filière livre.
Les lauréats du 1er Prix du Livre Grand Est se sont vus remettre leur prix par Pascal Mangin, Président de la Commission Culture de la Région Grand Est, et Olivier Guez, Président du jury, Prix Renaudot 2017, le 5 avril 2019 à l’Ecole supérieure d’art de Lorraine (ESAL), en partenariat avec le festival le Livre à Metz.

 

Après avoir reçu 79 candidatures, le jury, composé de professionnels et de spécialistes du monde littéraire, a ainsi récompensé :

  • Dans la catégorie Illustration : Les éditions 2024, dirigées par Olivier Bron et Simon Liberman pour l’ouvrage « Xibalba » de Simon Roussin, paru en 2018.
  • Dans la catégorie Livres d’artistes : Jochen Gerner pour son œuvre « Stockholm » parue aux éditions Be-pôles, en 2018.

 

Ce Prix récompense les auteurs et les éditeurs de la Région Grand Est. Il a notamment pour objectif de mettre en avant les spécificités du Grand Est autour de l’illustration et du graphisme, de répondre aux enjeux de création artistique par une valorisation de l’excellence artistique et éditoriale dans le Grand Est ainsi qu’aux enjeux économiques de la filière par la promotion d’ouvrages d’exception promis à la vente.

 

Le jury a également distingué 5 coups de cœur.

 

Catégorie illustration
  • « Cache-cache ville » (Seuil jeunesse) de Agathe Demois et Vincent Godeau
    Un paysage de ville à explorer avec une loupe magique, pour voir à travers les murs et découvrir ce qui se cache dans les maisons, les arbres et les voitures.
  • « L’été fantôme » (Glénat) de Elisabeth Holleville
    Louison, dix ans, passe l’été dans le Sud chez sa grand-mère adorée. Elle passe la plupart de son temps seule à déambuler dans le jardin. C’est ainsi qu’elle rencontre Lise, dix ans, une mystérieuse jeune fille.
  • « Jouer dehors » (éditions hélium / Actes sud) de Laurent Moreau
    Laurent Moreau nous embarque dans un véritable tour du monde à travers la représentation de quatorze paysages époustouflants …
  • « Plantes vagabondes » (MeMo) de Emilie Vast
    Entre album documentaire et livre d’art, Plantes Vagabondes met en scène des végétaux stylisés, particulièrement fidèles à la réalité.
Catégorie Livres d’artistes, livres d’art, livres objets
  • « Aquarium »,  par Les éditions du livre et illustré par Fanette Mellier
    Aquarium nous invite à une promenade magique parmi 12 bassins parsemés d’espèces graphiques insolites.

La Région Grand Est nouvelle terre d’innovation

Jean Rottner et des acteurs de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont lancé, le vendredi 5 avril 2019 à Nancy, la nouvelle Stratégie Régionale d’Enseignement Supérieur, de Recherche et d’Innovation. Cette cérémonie s’est notamment tenue en présence de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur.

Rassemblant 150 participants, acteurs de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : présidents d’université, directeurs de grandes écoles, directeurs de CROUS, services de l’Etat, collectivités, etc., cet événement visait à engager avec l’ensemble des partenaires, une dynamique pour construire une nouvelle stratégie à l’horizon 2025.

Jean-Yves Le Déaut a été personnellement missionné par Jean Rottner pour son expertise et pour piloter cette première phase. Jean-Yves Le Déaut est ainsi chargé de produire un état des lieux et de formuler des recommandations d’ici octobre 2019.
Sur la base de ce rapport et des concertations menées tout au long de l’année, la Région proposera ainsi sa nouvelle stratégie début 2020.

« Aujourd’hui, nous écrivons une nouvelle histoire commune dans le domaine de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (ESRI). Ensemble, avec les universités, les étudiants, les chercheurs, nous avons l’ambition de construire un diagnostic global, pour une stratégie claire et partagée. L’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation sont des éléments essentiels pour l’attractivité de la Région, travailler avec les entreprises et favoriser le développement de l’économie réelle du territoire. Le Grand Est a des cartes à jouer dans les domaines de la Santé, de l’Industrie du Futur et de la Bioéconomie. Nous avons des atouts pour être un territoire qui compte sur la scène de l’Intelligence Artificielle, et, ensemble, faire du Grand Est un leader de la 4e révolution industrielle. » Jean Rottner.

Allez Hop! – Atelier juridique « Mobilité des artistes entre la France et l’Allemagne »

La première édition du forum « Allez Hop! Entreprendre dans la Culture » a eu lieu du 3 au 5 avril 2019 à Mannheim (Allemagne).

Organisé par STARTUP Mannheim, l’ambassade de France en Allemagne et le Ministère de la Culture, cet événement a pour objectif principal de renforcer les échanges franco-allemands d’entrepreneurs dans le secteur de la culture et des industries culturelles et créatives, ainsi que de faciliter l’entrée sur le marché des startups allemandes et françaises.

Signature d’un accord pour la ligne Metz-Perl-Trèves : développer la mobilité transfrontalière

Les mobilités transfrontalières sont un enjeu majeur pour la Région Grand Est. Aussi, elle poursuit ses efforts en faveur de l’amélioration de la qualité des transports ferroviaires transfrontaliers. Dans ce contexte que Jean Rottner, Président de la Région Grand Est et Malu Dreyer, Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat, ont signé un accord pour la ligne Metz-Perl-Trèves le 4 avril 2019.
Nicole Muller-Becker, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la coopération transfrontalière et du développement du multilinguisme, et Evelyne Isinger, Présidente de la Commission Transports et Mobilité à la Région Grand Est étaient également présentes.

Cet accord permettra de développer la mobilité entre les deux Régions afin d’en faire un territoire davantage connecté au cœur de l’Europe. Il s’inscrit dans le cadre d’une relation privilégiée et d’un partenariat de longue date entre la Région et la Rhénanie-Palatinat.

La résolution commune propose des améliorations pour la liaison Metz-Perl-Trèves afin de mettre en place une desserte cadencée et attractive. Elle fait suite à une première résolution signée entre la Région Grand Est et la Sarre en novembre 2018 (portant sur cette même ligne). Un marché de service commun serait mis en place prévoyant l’acquisition de nouveaux matériels ferroviaires transfrontaliers compatibles sur les réseaux ferroviaires français et allemand.

Par ailleurs, les partenaires se sont engagés à améliorer l’information aux voyageurs transfrontaliers ainsi que les tarifications transfrontalières et combinées avec les réseaux de transports publics locaux.

Au-delà de cette convention, Malu Dreyer s’est montrée très intéressée par le projet du Président Jean Rottner de créer un « arc transfrontalier » de l’intelligence économique allant de la Mer du Nord à la Suisse et englobant les Universités, les Instituts de Recherche, les Entreprises et les collectivités, pour en faire un des leaders mondiaux. De prochaines rencontres permettront de concrétiser cette volonté de la Région Grand Est, et notamment le rendez-vous « 360 Possibles » du 27 juin 2019.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile