Présentation du plan Intelligence Artificielle

Dans le cadre de l’évènement « 360 possibles – Innovons ensemble dans le Grand Est », Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a présenté le 26 juin 2019 à Strasbourg, le Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle (IA), à l’occasion d’une rencontre transfrontalière autour de l’intelligence artificielle.

Enjeu de territoire, d’attractivité et de développement économique, le Plan Intelligence Artificielle de la Région, élaboré en lien avec l’Agence Régionale d’Innovation, Grand E-nov, en co-construction avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème (académiques, privés, institutionnels, etc.), s’inscrit dans le projet de « Smart Région » et de structuration de la filière numérique. Il concerne trois filières prioritaires du SRDEII que sont l’Industrie du Futur, la bioéconomie et la santé.

Le plan adopté en séance plénière le 20 juin 2019, s’articule autour de 6 axes :

  • booster la compétitivité des entreprises par l’intelligence artificielle,
  • soutenir l’excellence scientifique en intelligence artificielle et assurer son rayonnement et sa valorisation,
  • dynamiser les startups depuis la formulation d’une idée jusqu’à la levée du premier million d’euros, en fédérant tous les acteurs de l’entrepreneuriat,
  • développer les compétences en IA afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en s’appuyant sur des formations en ligne ainsi que des nouveaux cursus et écoles dédiés,
  • garantir une intelligence artificielle éthique, transparente, inclusive.

Un institut régional « Grand Est 4 IA » va être créé afin de fédérer la communauté IA du Grand Est réunissant des chercheurs des Universités de Haute-Alsace, de Strasbourg, de Lorraine, de Reims Champagne-Ardenne et de Troyes, ainsi que les entreprises (ETI, PME ou start-ups) engagées à leurs côtés. Cet institut a également vocation à proposer un espace de rencontre favorisant la valorisation et la co-innovation et à promouvoir le territoire régional pour le rendre visible et attractif au niveau européen et international.

Ce plan IA s’inscrit dans le cadre du plan numérique régional global qui comprend d’autres sujets aussi importants que complémentaires, tels que la donnée, la cybersécurité, le cloud de confiance, la blockchain, les objets connectés. L’objectif est de mobiliser 350 millions d’euros sur 5 ans.

A travers ce plan, la Région a pour ambition de devenir un territoire d’excellence reconnu en intelligence artificielle appliquée dans des domaines ciblés, en s’appuyant notamment sur ses forces académiques, au service du développement des acteurs économiques et publics.

Téléchargez le plan Intelligence Artificielle

 

 


[/adi-video]

Des formations transfrontalières sur-mesure pour répondre aux besoins en recrutement d’Europa-Park

L’emploi et la formation sont des priorités pour la Région Grand Est. Avec ses partenaires, elle s’engage concrètement pour accompagner  les personnes en recherche d’emploi et les aiderà saisir des opportunités dans des entreprises transfrontalières. C’est le cas avec Europa-Park, en Allemagne, qui, dans le cadre de l’ouverture du parc aquatique Rulantica en novembre 2019, recrute près de 300 personnes.

Proposer des formations sur-mesure pour sécuriser le recruutement

Dans ce contexte, Valérie Debord, Vice-Présidente en charge de l’Emploi de la Région Grand Est, Jürgen Mack, Propriétaire d’Europa-Park, Claude Rouillon, Directeur territorial de Pôle Emploi Bas-Rhin, et Martina Musati, Directrice régionale Bade-Wurtemberg de la Bundesagentur für Arbeit, ont ainsi présenté, en présence de Claudine Ganter, Présidente de la Commission Relations internationales et transfrontalières de la Région Grand Est, les actions communes mises en oeuvre en faveur du recrutement et de la formation des futurs employés de l’univers aquatique Rulantica, le mercredi 26 juin sur le site d’Europa-Park à Rust en Allemagne.

Une première phase de recrutement a été menée conjointement grâce à Pôle emploi et à la Bundesagentur für Arbeit, qui a permis à Europa-Park d’identifier des profils spécifiques liés aux besoins du parc. Des formations sur-mesure ont été construites par la Région Grand Est, conjointement avec Pôle emploi, notamment dans le domaine de l’hôtellerie-restauration grâce au Fonds d’Intervention pour la Formation et l’Emploi (FIFE). En effet, un 6ème hôtel, l’hôtel Krønasår, est ouvert depuis le 31 mai 2019. Le FIFE permet de consrtuire des formations adaptées aux besoins d’Europa-Park tout en sécurisant l’embauche des personnes formées.

Un partenariat réaffirmé avec Europa-Park

37 stagiaires ont déjà  été formés en 2019 puis embauchés directement par Europa-Park et 52 personnes employées suite aux formations cofinancées par la Région, Pôle emploi, la Bundesagentur für Arbeit et Europa-Park. Parallèlement, la Région a mis à disposition sa plateforme linguistique innovante pour l’apprentissage des langues allemande et anglaise afin de favoriser la formation transfrontalière et l’emploi de proximité.

Une seconde phase de recrutement est d’ores et déjà en cours puisque la Région Grand Est et Europa-Park ont affirmé leur volonté commune de renouveler le partenariat pour 2019.

La Région s’engage en faveur de la mobilité durable

Chef de file de l’intermodalité, la Région encourage toutes les formes de mobilité bas-carbone pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique tout en préservant le pouvoir d’achat des habitants. Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, le 20 juin 2019, ont ainsi approuvé de nouveaux dispositifs d’intervention en faveur des mobilités durables.

Ces nouvelles mesures, qui répondent à la loi d’Orientation sur les Mobilités (en cours d’examen à l’Assemblée Nationale), visent à proposer une stratégie de développement d’une mobilité alternative à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, pour permettre à chacun de se déplacer facilement dans le respect de l’environnement. Cette stratégie intervient en complément des actions menées par la Région pour développer les réseaux de transport existants et repose sur un bouquet de solutions favorisant les mobilités durables, en déclinaison du projet de SRADDET Grand Est Territoires.

Le soutien au déploiement d’une offre de mobilité en territoire peu dense, basée sur des véhicules propres en autopartage

Ce dispositif est destiné à accompagner les EPCI de petites et moyennes tailles et les collectivités de moins de 100 000 habitants dans la mise en place d’une offre de mobilité collective, basée sur le principe de l’autopartage, cohérente avec leurs territoires et adaptée à leurs besoins. Cette aide consiste à contribuer financièrement, dans un premier temps, à une étude d’opportunité par territoire, plafonnée à 10 000 euros HT, qui pourra bénéficier d’une participation complémentaire de l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets French Mobility. La Région pourra contribuer, dans un second temps, à l’achat de véhicule(s), à raison d’un véhicule par commune membre d’une intercommunalité (aide plafonnée à 20 000 euros HT par véhicule).

Cette aide se veut évolutive par le principe des bonifications :

  • de base : 25% pour un véhicule équipé d’un boîtier au bioéthanol,
  • de niveau 1 : 40% pour les véhicules hybrides ou fonctionnant au gaz naturel,
  • de niveau 2 : 55% pour les véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène.

Dans les 2 derniers cas, le choix de l’emplacement du véhicule et de la borne associée devra être cohérent avec le réseau de bornes existantes ou en déploiement.

 

L’accompagnement au déploiement d’infrastructures électriques, bio-GNV et hydrogène

Dans le cadre des réflexions menées sur le futur maillage d’infrastructures de recharge et de ravitaillement de véhicules électriques accessibles au public en Grand Est pour l’ensemble des mobilités (routières, fluviales et ferrées), la Région lance 3 appels à projets :

  • le renforcement du réseau d’infrastructures de recharge électrique : l’accompagnement régional vise à soutenir l’implantation de 3 000 nouvelles bornes accessibles au public par le biais de subventions en faveur des collectivités, des entreprises et du résidentiel collectif, allant de 50% à 70% du coût global du projet (après déduction de l’aide du programme national ADVENIR),
  • le renforcement du réseau de stations biogaz véhicule : à l’heure actuelle, le Grand Est compte 11 stations biogaz, dont 7 proposant du bio-GNV (gaz comprimé) et une proposant du GNL (gaz liquide). Pour renforcer ce maillage, la Région a décidé de soutenir la création de 10 nouvelles stations, accessibles aux véhicules particuliers et aux utilitaires légers. Ce type de station, mis en place par une entreprise ou une collectivité, peut alimenter jusqu’à 50 véhicules particuliers par jour. L’aide régionale consiste à contribuer à l’acquisition des équipements spécifiques à l’épuration et à la compression du biogaz de la station à hauteur de 20 % du coût global HT du projet, avec un plafond de 30 000 euros,
  • le renforcement de la flotte de véhicules hydrogène : l’objectif est de favoriser la constitution de 10 flottes captives1 de collectivités ou d’entreprises et de créer ainsi 10 nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution) sur le territoire. Cette opération permettra de positionner le Grand Est en Région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale proposée s’élève à 25% du coût global HT du projet, avec un plafond de 40 000 euros.

83 entreprises du Grand Est participent au salon du Bourget

83 entreprises de la Région Grand Est participent au 53ème salon International de l’Aéronautique et de l’Espace au Bourget près de Paris jusqu’au 23 juin 2019.

Avec un budget de plus de 180 000 €, la Région Grand Est accompagne cette année 30 des 42 entreprises locales présentes sur les stands du cluster Aériades (Hall 2B stand C32) et de la CCI Grand Est (Hall 4 stand FG47), leur offrant ainsi une visibilité à l’international. D’autres grandes entreprises, telles qu’Axon’Câble et Safran, implantées dans le Grand Est disposent de leurs propres stands.

Fleuron de l’industrie française, l’aéronautique est une filière d’excellence qui crée de l’emploi et de la valeur ajoutée en Grand Est. Ce secteur innovant est également fortement exportateur. Il participe à l’attractivité et à la compétitivité du territoire, avec plus de 11 000 emplois directs et des structures animant des communautés d’acteurs tels que le cluster Aériades et Aéro Alsace.

Pose de la 1ère pierre à l’IRCAD 3 de Strasbourg

La Région Grand Est fait de l’innovation, de la recherche et de l’enseignement supérieur l’une de ses priorités. C’est dans ce contexte qu’elle contribue à hauteur de 3,5 millions d’euros au développement du projet IRCAD 3.

La Région a mis en œuvre une politique ambitieuse en matière de recherche, déterminante pour la compétitivité, l’attractivité et le rayonnement du Grand Est. Elle a ainsi fait le choix de s’investir de manière volontariste pour permettre à l’ensemble des acteurs de la recherche de tendre vers l’excellence, où qu’ils se trouvent sur le territoire et quelle que soit leur discipline.

Cette politique se traduit par la mise en place de dispositifs permettant de soutenir :

  • les projets collaboratifs s’inscrivant dans un marché à fort potentiel de croissance identifié dans le cadre du SRDEII, associant un laboratoire et une entreprise du territoire,
  • l’accueil de jeunes talents scientifiques et de chercheurs internationaux de haut niveau,
  • l’organisation de nombreuses manifestations à caractère scientifique,
  • le développement de l’emploi scientifique en attribuant des financements doctoraux qui permettent aux unités de recherche de mener des recherches en lien avec des domaines considérés comme prioritaires par la Région,
  • de nouveaux programmes collaboratifs de recherche structurants, favorisant le développement de projets et d’équipements de pointe pour le territoire,

 

La Stratégie régionale 2020-2025 pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation (SRESRI)

A l’aune des nouvelles stratégies européennes et nationales 2020-2025, la Région a fait le choix de définir sa nouvelle SRESRI. Co-construite avec l’ensemble des acteurs de l’ESRI en région (partenaires académiques, acteurs de l’écosystème, collectivités territoriales, etc.), elle sera en cohérence avec les politiques nationales et les autres politiques régionales (développement économique, aménagement et égalité des territoires, orientation et formation professionnelle). Les travaux ont débuté par un état des lieux du potentiel régional à travers des tables rondes abordant différentes thématiques (transfrontalier, vie étudiante, culture scientifique, etc.) organisées sur l’ensemble du territoire.

 

Les chiffres clés de la recherche et de l’enseignement supérieur dans le Grand Est :

  • 10 000 chercheurs,
  • plus de 200 000 étudiants accueillis dans 5 universités, préparant des diplômes de niveau Bac +3 à Bac +5,
  • près de 50 grandes écoles d’ingénieurs, 15 IUT et 56 établissements de formations sanitaires et sociales, 154 lycées pour des sections de BTS, plusieurs écoles administratives et juridiques, dont 2 campus de Sciences Po,
  • 5ème rang des régions françaises dans le domaine de l’enseignement supérieur, avec 7,7% des effectifs métropolitains,
  • 3,6 millions d’euros attribués chaque année par la Région en faveur de la mobilité internationale des étudiants du Grand Est.

Un partenariat pour protéger les nappes phréatiques d’Alsace et aquifères du Sundgau

Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est, coordonnateur du bassin Rhin-Meuse, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Marc Hoeltzel, Directeur général de l’Agence de l’eau Rhin-Meuse, Denis Ramspacher, Président de la chambre d’agriculture d’Alsace, Christèle Willer, Vice-Présidente de la Région Grand Est déléguée à la Transition énergétique et écologique, Bernard Gerber, Président de la commission locale de l’eau (CLE) du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Ill-Nappe-Rhin, conseiller régional, Denise Buhl, Patrick Bastian, Jacques Cattin, Christian Debève et Laurent Wendlinger, conseillers régionaux, ainsi que les principaux organismes distributeurs de phytosanitaires et syndicats de production et de distribution d’eau potable se sont retrouvés le 17 juin 2019 à Tagolsheim afin de s’engager en faveur de la qualité de la nappe d’Alsace et des aquifères du Sundgau.

Protéger la ressource en eau

Suite aux résultats du dernier inventaire de la qualité de la nappe d’Alsace et des aquifères du Sundgau publiés par l’Observatoire de la nappe d’Alsace (APRONA), les partenaires ont souhaité initié une nouvelle dynamique afin d’accélérer la protection des eaux souterraines et la préservation de leur usage en eau potable. Cette
initiative commune est une première en France de par l’ambition partagée et le nombre de signataires impliqués : les collectivités gestionnaires de captages d’eau potable, les coopératives et négoces agricoles, ainsi que les diverses structures associées (fédération des agriculteurs biologiques, fédération des CUMA, APRONA, etc.).

Les objectifs de la convention

Dans le cadre de ce partenariat, les partenaires souhaitent accentuer leurs efforts pour développer et favoriser une pratique agricole plus raisonnée et engagée dans une démarche de réduction de l’usage d’herbicides et de produits phytosanitaires.

Cette convention pose des objectifs communs pour l’amélioration de la qualité de la nappe :

  • baisser l’utilisation des produits phytosanitaires afin de réduire de 40 à 50 % l’utilisation d’herbicides d’ici à 2022 sur les aires d’alimentation de captages dont les captages sont identifiés comme dégradés. L’objectif est de réhabiliter 80% des points de la nappe en 2022,
  • atteindre les objectifs « Ecophyto » fixés par le ministère de l’Agriculture sur le reste de la nappe d’Alsace et des aquifères du Sundgau, soit une baisse de 25 % en 2020 et de 50 % en 2050, tous phytosanitaires confondus,
  • décliner territorialement de nouvelles pratiques :
    • développement du désherbage mécanique et des pratiques des fermes « Dephy » engagées dans une démarche volontaire de réduction de l’usage de phytosanitaires,
    • développement des cultures à bas niveau d’impact (20 % de la surface agricole utile) et de l’agriculture biologique (20 % de la surface agricole utile),
    • maintien des prairies,
    • soutien à l’élevage à l’herbe,
    • expérimentation de paiements pour services environnementaux.

Un grand Zest de spectacles en Avignon

Pascal Mangin, Conseiller régional du Grand Est, Président de la Commission Culture, Président de l’Agence culturelle Grand Est a présenté à la presse l’opération ‘’Un Grand Zest de spectacles à Avignon’’, portée par la Région Grand Est, et les différents soutiens apportés aux compagnies régionales. Le Festival d’Avignon, temps fort de l’année théâtrale, permettra aux compagnies de bénéficier d’une visibilité pendant le OFF, reconnu au plan national et international.

16 compagnies soutenues par la Région Grand Est se produiront du 5 au 28 juillet au festival OFF d’Avignon.

Pour la Région, le soutien à la diffusion est l’occasion de réaffirmer sa confiance aux compagnies, qui démontrent la richesse et la diversité du Grand Est.La Région Grand Est inscrit dans ses priorités le développement, la valorisation et l’attractivité des territoires au travers de la culture. Pour ce faire, la Région s’appuie sur une politique qui conjugue à la fois le soutien à la création artistique et à l’emploi culturel, la mise en réseau des acteurs culturels et le soutien aux projets associatifs du Grand Est.

16 compagnies soutenues au Festival OFF

La Région soutiendra les spectacles de onze compagnies du Grand Est dans le cadre du « Festival Off » qui se déroulera du 5 au 28 juillet 2019. Ce festival interdisciplinaire spécialisé dans le théâtre et le spectacle vivant est l’un des plus grands festivals au monde de compagnies indépendantes. Moment stratégique pour cette filière économique, le Festival OFF d’Avignon attire chaque année plus d’un millier de professionnels en quête de spectacles pour leurs futures saisons, programmateurs de scènes nationales, salles publiques et privées, soit autant d’opportunités de programmation. Comme l’an dernier, La Caserne (lieu emblématique du OFF) sera au coeur de la présence du Grand Est à Avignon avec 7 spectacles accueillis. Les 9 autres spectacles se répartiront dans les salles suivantes : au Théâtre du Chêne Noir, au 11. Gilgamesh Belleville, à Présence Pasteur, à l’Ile Piot, à La Manufacture et à La Scierie.

Une année 2019 avec le Luxembourg

L’édition 2019 est marquée par la mise en lumière des échanges culturels que le Grand Est entretient avec ses voisins du Luxembourg, notamment à travers l’accueil à La Caserne de la compagnie luxembourgeoise « Théâtre du Centaure » avec son spectacle « Révolte », ainsi qu’une exposition photo présentant plusieurs théâtres et équipements culturels du Luxembourg.

Un pas de plus dans l’accompagnement des compagnies sélectionnées

La Région Grand Est soutient des projets de résidence de quatre compagnies du Grand Est à Avignon. Dans le cadre d’un partenariat avec le théâtre de La Scierie, les compagnies Astrov, Ultima Necat, Munstrum Théâtre et In Vitro bénéficieront, pour la première fois, de cet accompagnement régional qui leur permettra de répéter pendant plusieurs jours leurs spectacles à Avignon dès le mois de juin.

 

Amélioration de l’accès à l’aéroport de Strasbourg

Lors de la Commission permanente du 14 juin 2019, les élus ont accordé 1,25 million d’euros pour améliorer l’accès à l’aéroport de Strasbourg dans le cadre du contrat « Strasbourg Capitale Européenne ».

Offrir aux usagers une meilleure accessibilité à l’aéroport

Cette opération consiste à relier l’aéroport international de Strasbourg à l’A355, soit une liaison routière d’environ 3 km à 2×1 voie (entre les départementales 111 et 221). Cette infrastructure traversera les bans des communes d’Entzheim et de Hangenbieten, faisant toutes deux partie de l’Eurométropole de Strasbourg, ainsi que de Duppigheim. Les travaux devraient débuter en octobre 2021, à l’issue des études préalables, pour une durée prévisionnelle de 11 mois.

Ce projet offrira aux usagers une meilleure accessibilité à l’aéroport et à la gare SNCF d’Entzheim. En réduisant le trafic routier en faveur du TER, il présente de forts enjeux en matière de transition énergétique. L’opération contribuera en outre à renforcer l’attractivité de la ville de Strasbourg, de l’aéroport, de sa plateforme économique et du pôle d’échanges multimodal d’Entzheim.
Le calendrier de réalisation de la nouvelle liaison routière d’accès à l’aéroport international de Strasbourg vise à accompagner :

  • la mise en service du Contournement Ouest de Strasbourg,
  • le renforcement de la ligne TER Molsheim-Strasbourg à l’horizon 2022, en lien avec le futur Réseau Express Métropolitain,
  • l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence dans le secteur Bruche-Piémont-Vosges.

Ce projet, dont l’enveloppe globale s’élève à 5 millions d’euros, s’inscrit dans le cadre du Contrat Triennal 2018-2020 « Strasbourg Capitale Européenne » qui réunit l’Etat, la Région Grand Est, l’Eurométropole de Strasbourg et le Département du Bas-Rhin. C’est ainsi l’une des nombreuses composantes de la démarche expérimentale du Grenelle des Mobilités, qui vise à penser un nouveau modèle de mobilité à l’échelle métropolitaine et transfrontalière. La forte mobilisation des partenaires autour de cette démarche innovante a conduit la Région à proposer l’engagement d’un Grenelle des Mobilités sur le territoire lorrain.

Soutien en faveur de la filière forêt-bois

Lors de la Commission permanente du 14 juin 2019, les élus ont accordé 900 000 euros à l’interprofession FIBOIS Grand Est pour la réalisation du programme d’animation, de représentation, de coordination et de communication de la filière forêt-bois au titre de l’année 2019.

Ce programme prévoit notamment la réalisation d’un observatoire des prix du bois, en concertation avec la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, le suivi des entreprises de 1ère transformation du bois dans leurs projets d’investissements, l’organisation de formations favorisant la montée en compétence des professionnels et la participation à des événements d’envergure tels que les salons ou les forums.

FIBOIS Grand Est a été créé officiellement le 3 juillet 2018, absorbant le 1er janvier 2019 les trois interprofessions historiques. A travers ses missions, FIBOIS définit une stratégie visant à poursuivre les efforts de structuration, d’accompagnement et de développement de tous les acteurs de la filière forêt-bois. La filière forêt-bois est en effet identifiée comme l’une des filières majeures du Grand Est et un modèle d’économie durable. A ce titre, la Région s’est dotée d’une politique ambitieuse, formalisée par le contrat de filière 2017-2020, en valorisant une ressource régionale significative et en développant les activités économiques des territoires (notamment ruraux).

Ce contrat définit les axes stratégiques, les objectifs et les actions nécessaires pour renforcer la compétitivité de la filière en région et pour conforter son potentiel de création de valeur ajoutée et d’emplois, tout en garantissant la gestion durable des forêts. Il traduit la volonté des professionnels, de l’État et de la Région de renforcer la structuration, le développement et la compétitivité de la filière à chaque maillon afin de valoriser le territoire et sa ressource forestière. Le rôle stratégique de l’interprofession a été rappelé dans ce contrat avec l’objectif de « Structurer une interprofession forte et reconnue par tous ».

Les chiffres clés de la filière forêt-bois Grand Est :

  • 33% du territoire couvert par des espaces forestiers
  • 4ème région la plus boisée de France
  • 9 300 entreprises et établissements représentant 55 000 emplois
  • 59 établissements de formation initiale et continue du CAP au doctorat

Avec la Péniche, le Grand Est vient à votre rencontre tout l’été

La Région Grand Est souhaite être proche de ses citoyens et de ses territoires. Cette année encore, elle s’appuie sur son réseau de voies navigables (le 2ème de France) et fait sillonner une péniche sur les canaux du Grand Est, du 8 juin au 1er septembre 2019, afin de proposer à son bord une série de spectacles et d’animations.

C’est aussi l’occasion :

  • de valoriser les territoires et les talents,
  • d’aller à la rencontre des territoires ruraux,
  • de faire connaître les politiques publiques de la collectivité.

Et si vous assistiez à un spectacle à bord de la péniche ? La Région vous donne rendez-vous !

14 étapes sont programmées dans le Grand Est

Etapes de Mouzon et Dieue-sur-Meuse
En raison d’un manque d’eau, la péniche Grand Est ne pourra se rendre sur ces étapes, la programmation prévue sur le quai est maintenue, celle prévue à bord est délocalisée dans la commune.
Les évènements prévus à Mouzon sur la péniche sont délocalisés à la salle des fêtes (avenue Moulin Lavigne) en face du quai.
La péniche reprendra ensuite son circuit normalement pour arriver directement à Foug.

Au programme : concerts, spectacles, expositions, cinéma, rencontres ateliers, métiers d’art (du jeudi au dimanche) – Gratuit

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Renseignements au 06 21 24 69 55

 

Lisez Nous !

Avec son nouveau magazine d’information baptisé « Nous », la Région Grand Est met en lumière les femmes et les hommes qui font rayonner le territoire. Le premier numéro de ce trimestriel de 16 pages, sera distribué dans toutes les boîtes aux lettres des habitants du Grand Est dès le 10 juin. Véritable support de proximité, ce magazine va à la rencontre des habitants du Grand Est afin de mieux faire connaitre les compétences et l’action régionale. A travers celles et ceux qui font avancer notre région, en donnant à voir les talents locaux et en valorisant les citoyens et leurs initiatives, « Nous » décrypte les grandes ambitions régionales. Illustré et pédagogique, il permet de mieux comprendre la Région via des exemples du quotidien, sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux.

Au sommaire de ce premier numéro, les festivals de l’été, un dossier consacré au numérique, des actus et des rencontres…

Écoresponsable, « Nous » bénéficie du label « Imprim’vert ».

« Nous », 16 pages d’une histoire 100% Grand Est

Soyez à la page, consultez le magazine en ligne !

La Région et les Maisons de l’Emploi du Grand Est s’engagent en faveur de l’emploi

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a signé une convention-cadre avec les Présidents des 8 Maisons de l’Emploi du Grand Est, le lundi 3 juin 2019 à Strasbourg. Ce partenariat s’inscrit dans la gouvernance spécifique mise en place aux niveaux régional, territorial et interterritorial.

Cet accord-cadre illustre la coopération de la Région Grand Est avec l’ensemble des territoires régionaux pour une action plus efficace et plus coordonnée des acteurs économiques. Chef de file du développement économique, la Région Grand Est a mis en œuvre une stratégie de développement économique partagée visant à redynamiser la croissance économique et la compétitivité des entreprises en vue de créer des emplois sur le territoire régional, notamment à travers les Pactes Offensive Croissance Emploi (POCE).

Cet accord s’articule autour de 7 axes de travail :

  • La détection et l’analyse des besoins en compétences et en formations ;
  • La participation à la collecte et à l’analyse qualitative des données socio-économiques territoriales (relation entreprises) ;
  • Le développement des clauses sociales et le rôle de facilitateurs ;
  • Le développement de l’emploi transfrontalier ;
  • La sensibilisation / l’incitation à la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) ;
  • La participation aux POCE ;
  • La mise en œuvre de démarches de GPEC mutualisées

Le dispositif des Maisons de l’Emploi est un dispositif de l’Etat. L’objectif des Maisons de l’Emploi est d’associer les collectivités territoriales, de fédérer l’action des partenaires publics et privés et d’ancrer le service public de l’emploi dans les territoires.

Dans le cadre de la stratégie définie, les Maisons de l’emploi ont vocation à contribuer au développement local. Elles doivent, de ce fait, coordonner et fluidifier la transmission d’informations et les relations entre les acteurs sur le territoire.
Cette action de coordination et de mise en œuvre, dans le respect des compétences de chacun des acteurs, peut intervenir dans des champs extrêmement divers en matière de développement local : aide à la création et reprise d’entreprise, remontée des besoins des entreprises, responsabilité sociale des entreprises, promotion et facilitation de la clause sociale, innovation sociale…

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile