Suivez la Séance plénière du Conseil régional en direct le 23 juillet
en direct Suivez la Séance plénière du Conseil régional en direct le 23 juillet A partir de 08h30

Prolongation de l’opération « kit bioéthanol à 1 € » !

Pour les particuliers propriétaires d’un véhicule essence de plus de 4 ans, la Région reconduit le dispositif initié en 2019, permettant la conversion au bioéthanol à compter du 1er juin. Il interviendra en deux phases :

  • 1 000 boîtiers à 1 euro, correspondant à une aide de 900 euros de la Région,
  • puis 5 000 boîtiers avec une aide de 500 euros.

Si déjà 2 700 véhicules ont pu être convertis depuis la mise en place du dispositif en 2019, la crise économique renforce le besoin des ménages à trouver des solutions pour diviser quasiment par deux leur budget consacré au carburant – le bioéthanol étant deux fois moins cher que le SP95. Cette solution n’est pas seulement économique, elle est aussi écologique puisqu’elle participe à réduire de 70 % leurs émissions de gaz à effet de serre.

Aujourd’hui, dans le Grand Est, plus de 170 garages sont habilités à installer le boîtier E85 homologué et près de 200 stations-services distribuent ce biocarburant.

Les conditions pour bénéficier de cette aide sont les suivantes:

  • disposer d’une résidence principale dans le Grand Est,
  • être propriétaire d’un véhicule immatriculé dans l’un des10 départements du Grand Est,
  • se rendre chez l’un des 172 garagistes habilités et implantés dans le Grand Est, qui installera le boîtier E85 homologué

Plus d’informations sur bioethanol-grandest.zecarte.fr

Et sur la plateforme téléphonique: 03 87 18 36 26, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h, hors week-end et jours fériés.

Urbanloop : repenser les transports publics

Avec Urbanloop, un record du monde vient d’être battu en Grand Est vendredi 28 mai 2021 : celui de la plus faible consommation énergétique au kilomètre pour un véhicule autonome sur rail ! Ceci, sous le contrôle de Certifer, leader mondial de la certification ferroviaire.

Cette innovation majeure dans l’histoire des transports publics a été impulsé en 2017, par les écoles d’ingénieurs de Lorraine INP, développée par la SAS Urbanloop et portée par Mines Nancy. L’idée ? Un réseau de rails formé de boucles interconnectées sur lequel circulent des capsules autonomes, propulsées par des moteurs électriques alimentées par le rail en très basse tension. A bord, un ou deux passagers ou des vélos, des bagages, etc. L’ensemble du réseau est placé dans des tubes soit partiellement enterrés, tout en permettant à l’usager de garder un contact visuel avec l’extérieur, soit enterrés, soit posés au sol, soit suspendus.

Plus économique et écologique que le métro et le tramway, adapté pour réduire la fracture territoriale, ce projet propose un système inédit de mobilité douce permettant aux usagers de se déplacer en milieu urbain au sein de capsules évoluant sur des rails interconnectés.

Réunissant plus de 100 étudiants, 9 écoles et 3 laboratoires de recherche, Urbanloop contribue aujourd’hui à développer les mobilités de demain.

 

En savoir plus sur Urbanloop

 

Soigner nos abeilles, soutenir la filière apiculture

Pour une économie vertueuse encourageant les transitions agro-écologiques et énergétiques, la Région Grand Est accompagne les acteurs qui œuvrent pour adapter leurs modes de production et qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable.

Une aide de plus de 376 000 euros a ainsi été votée à l’occasion de la Commission permanente du 21 pour soutenir la filière apiculture en Grand Est, à travers trois objectifs essentiels :

  • réduire la mortalité des abeilles en les protégeant des maladies (varroa) et des espèces invasives (frelon asiatique),
  • développer la production et la qualité du miel en Grand Est
  • maintenir la biodiversité en augmentant les populations de pollinisateurs autour des ruches.

Par ailleurs, l’association Symbiose bénéficie d’un soutien régional de 42 500 euros. Ses 3000 agriculteurs portent, au sein d’un programme d’actions pour la biodiversité, le projet Apiluz : ils s’engagent à créer 1 700 km de bandes de luzerne non fauchées, dont les fleurs combleront la réserve alimentaire trop maigre pour les abeilles et les pollinisateurs pendant la saison de récolte.

Faites éclore vos initiatives en faveur de la biodiversité du Grand Est !

Le collectif régional en faveur de la biodiversité du Grand Est lance la plateforme pour la Biodiversité du Grand Est. En valorisant la connaissance sur la biodiversité  et en mettant en relation les acteurs engagés pour sa protection, elle poursuit plusieurs objectifs :

  • Informer, les porteurs de projets, les professionnels de la biodiversité (collectivités territoriales, établissements publics, associations, bureaux d’étude, entreprises) et le grand public ;
  • Inciter à l’action / favoriser l’engagement par la mise à disposition d’outils pédagogiques ;
  • Faire connaître les actions mises en œuvre par les acteurs territoriaux ;
  • Mettre en réseau les acteurs, via l’annuaire ;
  • Aider à la décision, via la diffusion d’informations interprétées et analysées.

Vous avez des projets, vous êtes engagés et œuvrez à votre échelle en faveur de la biodiversité ? Alors engagez-vous et faites éclore vos projets !

Inscrivez-vous et découvrez la plateforme biodiversité

Le collectif régional, une interface avec le national

Le collectif régional est une instance de gouvernance rassemblant la Région Grand Est, l’État, les Agences de l’eau (Rhin-Meuse, Seine-Normandie et Rhône-Méditérannée-Corse) et la direction régionale de l’Office Français de la Biodiversité. Il contribue à la mise en cohérence et à l’évolution des politiques publiques en matière de biodiversité à l’échelle régionale. Il joue le rôle d’interface avec le niveau national.

Il assure entre autre, le pilotage de programmes tels que :

  • La plateforme Biodiversité
  • L’Observatoire Grand est de la Biodiversité (OGEB)
  • La Trame Verte et Bleue (TVB)
  • Les Atlas de la Biodiversité Communaux (ABC)
  • Les Plans Nationaux d’Action
  • Le suivi des espèces exotiques envahissantes (EEE)

Télécharger la stratégie régional pour la biodiversité en Grand Est

Lisez Nous #4

Découvrez Nous #4 le magazine d’information régional distribué dans toutes les boîtes aux lettres du Grand Est ! Dans ce nouveau numéro, retrouvez un dossier consacré à la transition environnementale et aux différents atouts verts du Grand Est. Faites la connaissance de citoyens engagés, lauréats de l’Appel à initiatives citoyennes en faveur de l’environnement lancé en mars 2020 et (re)découvrez l’incroyable biodiversité de notre région. Enfin, rencontrez un homme pour qui rien n’est impossible : Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse.

Au sommaire de ce 4ème numéro :

  • Réinventer nos territoires, protéger l’environnement
  • Une biodiversité incroyable
  • Des citoyens engagés pour l’environnement
  • Bertrand Piccard, impossible n’est pas Piccard

Véritable support de proximité, ce magazine va à la rencontre des habitants du Grand Est afin de mieux faire connaître les compétences et l’action régionale. A travers celles et ceux qui font avancer notre région, en donnant à voir les talents locaux et en valorisant les citoyens et leurs initiatives, Nous, Femmes et Hommes de l’Est décrypte les grandes ambitions régionales. Illustré et pédagogique, il permet de mieux comprendre la Région via des exemples du quotidien, sur l’ensemble des territoires.

Télécharger le magazine

Allez plus loin avec la version en ligne

 

Découvrez le portrait de Bertrand Piccard

Forum Mondial de la Démocratie 2020/2021

La démocratie au secours de l’environnement ?

Organisé conjointement par le Conseil de l’Europe, la Région Grand Est, la ville de Strasbourg et l’Etat, le Forum Mondial de la Démocratie (FMD) est une plateforme unique qui permet aux décideurs et militants de débattre de solutions aux défis qui se posent à nos démocraties.

Afin de s’adapter à la situation sanitaire, le Forum de cette année se déroulera sur une année entière et sera lancé le 18 novembre 2020 sous format virtuel. Les organisateurs réaliseront des activités sur toute cette période et les aboutissements seront présentés lors du moment fort de novembre 2021.

L’édition de 2020 et 2021 se consacrera au thème « La démocratie au secours de l’environnement ? ». Des questions telles que : Comment assurer la compatibilité de la gouvernance démocratique avec l’action rapide et décisive requise ? Si notre mode de vie actuel est incompatible avec notre santé et notre survie à long terme, comment pouvons-nous nous mobiliser pour opérer des changements essentiels ? Quel impact sur les libertés individuelles sommes-nous prêts à accepter ?…y seront discutées.

Cérémonie de lancement

La cérémonie de lancement du 18 novembre s’est organisée virtuellement et était composée d’une séquence d’interventions politiques avec en introduction des prises de parole des organisateurs y incluant la Région Grand Est, et d’une table ronde avec des experts. Ces séquences ont été retransmises en direct sur le site du Conseil de l’Europe : https://www.coe.int/fr/web/world-forum-democracy/

Les temps forts de la Région Grand Est

Un cycle de conférences transfrontalières pour la démocratie

A travers l’organisation d’un cycle de « Conférences transfrontalières pour la démocratie », la Région Grand Est souhaite renforcer l’ancrage territorial du Forum mondial de la Démocratie et valoriser les projets de participation citoyenne dans son bassin de vie partagé. L’objectif est de poursuivre le processus d’amélioration de la gouvernance démocratique au sein de la coopération transfrontalière qui peut aujourd’hui encore être considérée comme trop éloignée des citoyen.ne.s. En effet, les conférences prévues serviront à faire émerger des nouvelles idées et préconisations pour systématiser l’implication citoyenne dans la prise de décision au niveau transfrontalier. Les résultats qui en découleront seront présentés lors du prochain moment fort en novembre 2021.

La conférence de lancement s’est tenue le vendredi 20 novembre  sous forme de webinaire. Elle avait pour objet de dresser un état des lieux des initiatives de participation citoyenne sur l’ensemble de l’espace frontalier de la Région Grand Est, en invitant des intervenants pour en témoigner.

La Région Grand Est reconduit deux actions phares du programme du Forum

Le Prix Régional de l’engagement démocratique

Comme tous les ans, la Région Grand Est met à l’honneur une personnalité ou une structure qui s’engage quotidiennement en faveur de la démocratie et la protection des Droits de l’Homme : lutte contre le racisme et l’antisémitisme, attachement au débat démocratique ou à l’engagement citoyen, font partie des combats de ces personnes ou associations, qui témoignent aussi de la capacité de chacun à rendre le monde meilleur. Etant donné que la thématique de cette édition est l’environnement, le lien avec la protection de l’environnement a été un critère de sélection essentiel dans le choix du lauréat. Alors qu’habituellement la Région Grand Est élargit sa sélection au monde entier, cette année, en raison de la situation sanitaire, il a été privilégié de choisir une personnalité ou une association issue du territoire Grand Est.

Le Prix de l’engagement démocratique 2020 attribué à « La Hulotte »

La Région Grand Est a attribué le prix de l’Engagement Démocratique à « La Hulotte », une revue naturaliste française à parution semestrielle. Diffusée uniquement par abonnement, « La Hulotte » constitue une riche base documentaire sur la faune et la flore françaises, alliant l’humour, la rigueur scientifique et la qualité des illustrations.

Créée en 1972 par Pierre Déom, jeune instituteur à Rubécourt (08), « La Hulotte » était à l’origine le bulletin de liaison de la Fédération des clubs CPN des Ardennes, dont l’objectif principal était de sensibiliser les jeunes à la nature, notamment à travers des activités de terrain. Devant le succès des 5 premiers numéros, tirés à moins de 1 000 exemplaires, « La Hulotte » est devenue dès 1974 une revue à part entière, à destination de tout public. C’est principalement le bouche à oreille qui lui a donné une audience internationale au fil des années, comptant aujourd’hui près de 160 000 abonnés dans 70 pays.

Près de 50 ans après avoir fondé « La Hulotte », Pierre Déom en est toujours le rédacteur en chef et réalise la quasi-totalité des textes et des dessins. Chaque numéro représente environ 1 000 heures de travail, réparties entre les recherches documentaires, les rencontres avec les experts, la mise en page, etc. La revue, dont les collections sont régulièrement rééditées, utilise les techniques du dessin à la plume, de la bande dessinée, du reportage et de l’interview.

Couverture du n°110 et photographie de Pierre Déom © La Hulotte

 

Lors des précédentes éditions, le Prix a été attribué en :

  • 2015 à Mana NEYESTANI, dessinateur iranien, emprisonné 3 mois pour un de ses dessins.
  • 2016 à Raphaël PITTI, médecin urgentiste, spécialiste de la médecine de guerre et de catastrophe.
  • 2017 à Gérard CARDONNE, écrivain français engagé dans l’humanitaire et les droits de la femme.
  • 2018 à Rebecca AMSELLEM, Docteure en économie de la culture et auteure engagée, fondatrice de la newsletter Les Glorieuses.
  • 2019 à Jean PLANTU, Dessinateur satirique français et Président de l’association française Cartooning for Peace qui promeut le respect mutuel entre différentes populations.

Le parrainage de personnes persécutées

La Région Grand Est a dévoilé le parrainage annuel des personnalités politiques ou issues de la société civile subissant des pressions ou des persécutions contraires au Droits de l’Homme du fait de leur engagement démocratique. La Région s’engage ainsi, dans le cadre d’un partenariat formalisé l’an dernier avec Amnesty International, à alerter les médias et les autorités compétentes sur ces situations inacceptables :

 

  • Marinel Ubaldo (Philippines) avait 16 ans quand le typhon Yolanda, l’un des plus meurtriers de l’histoire (6 300 morts et 28 000 blessés), a balayé son village en novembre 2013. Le gouvernement philippin n’a pas réagi à la mesure du désastre, laissant la population vivre dans des conditions calamiteuses. De nombreux foyers déplorent toujours le manque d’accès à un logement convenable, à l’eau, à l’électricité et à des moyens de subsistance. Marinel Ubaldo fait aujourd’hui campagne en faveur de la réinstallation des habitants de son village et demande aux gouvernements du monde entier de prendre des mesures face aux conséquences du changement climatique.

 

  • Agée de 55 ans, Jani Silva (Colombie) consacre sa vie à la défense de l’environnement et des petits paysans du Sud de la Colombie. Aux côtés de l’association ADISPA[1], elle lutte contre l’extraction pétrolière, l’accaparement des terres et la déforestation de la zone . Elle milite également pour la mise en œuvre des accords de paix signés dans le pays en 2016, qui prévoient des aides à la reconversion des champs de coca en cultures légales. Menacée de mort et régulièrement intimidée, Jani Silva a été contrainte de quitter son domicile en 2017. Des centaines de leaders communautaires ont été assassinés depuis 2016 en Colombie dans une impunité quasi-totale.

 

  • Les militantes écologistes du collectif Mujeres Amazonicas (Femmes amazoniennes, Equateur) protestent contre le pillage de leur territoire par des compagnies pétrolières, minières ou d’exploitation forestière en dépit des menaces de mort, de viol ou d’autres agressions physiques qu’elles subissent. Bien qu’elles aient toutes porté plainte, aucune mesure n’a été prise pour enquêter sur ces attaques et assurer leur défense. Face à l’inertie du gouvernement équatorial, le collectif réclame aujourd’hui une protection efficace.

[1] Association pour le développement intégral et durable de la Perla Amazonica

D’autres événements tels qu’une exposition ou des menus thématiques dans les cantines scolaires autour du Forum seront envisagés et réalisés si le contexte le permet.

Agenda des événements

Pour suivre les événements organisés par les différents partenaires du Forum, vous pouvez consulter :

 

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile