GEN, le rendez-vous business et numérique du Grand Est

La 8ème édition de GEN, le rendez-vous business et numérique du Grand Est se tiendra les 10 et 11 septembre au Centre des Congrès Robert Schuman de Metz. A l’occasion de cet événement, qui passe à la loupe toutes les révolutions digitales, il sera évidemment question du monde de demain, avec la contribution de nombreux intervenants et de quelques grands noms.

Partenaire de la manifestation, la Région y présentera toutes ses actualités autour du numérique : plan IA, Business Act Grand Est, Ma Région demain. A retrouver sur place également, les start-ups innovantes du Grand Est*. Rendez-vous emplacement H4 !

S’inscrire à l’événement

 

*Entreprises présentes : AFO Tech (Nancy 54), Aprex (Nancy 54), Mobilean (Reims 51), Oxycar (Strasbourg 67), Prosoon (Illkirch 67), Tallyos (Metz 57), Tresorio (Metz 57), Wizifarm (Reims 51)

La fibre en Grand Est : ouvertures commerciales pour de nouvelles communes

Compte-tenu de la situation actuelle et en respect des mesures sanitaire, la Région Grand Est, Rosace et Losange ne tiendront pas de réunion publique et adaptent leur communication à l’attention des habitants et des entreprises des communes concernées par l’ouverture commerciale du réseau. Une information explicative est transmise à chaque commune et intercommunalité concernées.

Les habitants et les entreprises des communes pourront souscrire un abonnement très haut débit, auprès de l’opérateur de leur choix après avoir vérifié leur éligibilité :

Les nouvelles communes ouvertes à la commercialisation :

En Alsace

  • Au 1er juin 2020 – Communes ouvertes en totalité
    • Pays Rhin-Brisach : Roggenhouse
    • Saint-Louis Agglomération : Hagenthal-le-Bas, Neuwiller, Schlierbach
    • Vallée de Munster : Breitenbach-Haut-Rhin
  • Communes ouvertes partiellement, en raison de la zone des travaux
    • Pays de Barr : Barr (secteurs centre-ville, avenue des Vosges)
    • Saint-Louis Agglomération : Blotzheim (secteurs rue Jean Moulin, rue du 19 Novembre, Le Belvédère, zone commerciale)
    • Vallée de Kaysersberg : Kaysersberg-Vignoble (Kaysersberg et Kientzheim)
  • Au 15 juin 2020 – Communes ouvertes en totalité
    • Vallée de Saint-Amarin : Kruth, Wildenstein

Au 1er juin 2020, plus de 227 000 prises auront été ouvertes à la commercialisation dans 532 communes alsaciennes, soit près de 76 % des communes à déployer.

En Champagne-Ardenne et en Lorraine

  • Au 20 juillet 2020, 24 nouvelles communes
    • Aube
      • Communauté de communes du Nogentais
        Nogent-sur-Seine (la taille de la commune impose une ouverture par étapes dans les quartiers Sud et Est de la ville, autour des avenues du Cardinal / Gallieni, Pasteur et rues Anatole France / Jean Jaurès / Pierre et Marie Curie)
      • Communauté de communes des Forêts, Lacs, Terres en champagne
        Assencières, Mesnil-Sellières
      • Communauté de communes de l’Orvin et de l’Ardusson
        Bercenay-le-Hayer, Bourdenay, Faux-Villecerf, Marcilly-le-Hayer, Saint-Lupin, Villadin
    • Marne
      • Communauté de communes de Sézanne – Sud-Ouest marnais (Marne)
        Châtillon-sur-Morin, Esternay (ouverture progressive à partir des quartiers Retourneloup, Vivier et Coopérative)
    • Meurthe-et-Moselle
      • Communauté de communes Mad et Moselle
        Mars-la-Tour, Puxieux, Tronville
      • Communauté de communes Moselle et Madon
        Pierreville, Pulligny (sauf le secteur Sud – rue de Ceintrey)
      • Communauté de communes du Pays du Saintois
        Autrey
      • Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarrat
        Hablainville, Pettonville, Reherrey, Vaxainville
      • Communauté de communes de Vezouze-en-Piémont
        Buriville, Ogéviller, Réclonville
  • Au 2 juin
    • Osnes, Pure (Communauté de communes des Portes du Luxembourg)
    • Bouy-Luxembourg, Dosches, Rouilly-Sacey (Communauté de communes Forêts, Lacs, Terres en Champagne)
    • Val-de-Meuse pour Montigny-le-Roi Nord, Provenchères-sur-Meuse, Monaco, Meuse, Léocourt, Maulain et Ravennefontaines (Communauté de communes du Grand Langres)
    • Breuvannes-en-Bassigny pour Colombey-lès-Choiseul (Communauté de communes Meuse Rognon)
    • Amenoncourt, Autrepierre, Avricourt, Emberménil, Gondrexon, Igney, Leintrey, Reillon, Remoncourt, Repaix, Vaucourt, Xousse (Communauté de communes de Vezouze en Piémont)
    • Belleville (Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson)
  • Au 1er juin
    • Ceintrey, Clérey-sur-Brenon, Ognéville, Quevilloncourt, Voinémont (Communauté de communes du Pays du Saintois)
    • Portieux sauf rive droite de la Moselle (Communauté d’agglomération d’Epinal)
  • Au 31 mai
    • Athis (Communauté d’agglomération d’Epernay)
  • Au 30 mai
    • Daigny, Givonne, La Moncelle (Communauté d’agglomération Ardenne Métropole)
    • Aigny, Vraux (Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne)
    • Saudoy, Vindey (Communauté de communes de Sézanne Sud-Ouest Marnais)
    • Jonchery-sur-Vesle, Montigny-sur-Vesle, Vandeuil (Communauté urbaine du Grand Reims)
    • Maidières (Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson)
    • Crévic (Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois)
    • Deuxville, Maixe, Serres ainsi qu’Einville-au-Jard en partie, la totalité au 12 juillet (Communauté de communes du Pays du Sânon)
    • Vosges : Fresse-sur-Moselle, St-Maurice-sur-Moselle partie Sud (Communauté de communes des Ballons des Hautes-Vosges)
  • Au 28 mai
    • Ville-en-Vermois (Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois)

 

Au 10 juillet 2020, plus de 160 000 prises étaient ouvertes à la commercialisation dans près de 600 communes des 7 départements concernés par le réseau Losange.

Déploiement de la fibre

En Alsace

A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 14 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 37 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l’entreprise Rosace et chaque maire , elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Au 1er décembre 2019, près de 175 000 prises auront été ouvertes à la commercialisation dans 445 communes alsaciennes, soit près de 64% des communes à déployer.

Dans les autres territoires du Grand Est

La Région Grand Est a lancé, en août 2017, une délégation de service public afin de déployer le très haut débit par la fibre optique dans les départements des Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Déploiement Fibre optique Très haut débitMarne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et des Vosges. Cette délégation a été confiée à l’entreprise LOSANGE qui va déployer environ 830 000 prises dans près de 3 600 communes*, pour un investissement total estimé à 1,4 milliard d’euros d’ici février 2023.
En Moselle, le Syndicat Mixte Moselle Fibre, avec le soutien de la Région Grand Est, met également en œuvre son réseau d’initiative publique pour raccorder 140 000 prises en cinq ans dans les 14 EPCI.

*en-dehors des communes où les opérateurs privés investissent sur leurs fonds propres

La fibre : pilier du développement des territoires

La Région s’est engagée à ce que tous les territoires du Grand Est, aussi bien ruraux qu’urbains, bénéficient de la même qualité de services. Il s’agit également de permettre aux entreprises artisanales, industrielles ou agricoles d’avoir accès aux mêmes outils que les grands groupes, notamment pour celles qui souhaitent s’internationaliser.
La Région offre en outre la possibilité aux jeunes de se voir dotés d’outils numériques pour leurs études, dans le cadre du passage intégral au manuel numérique pour tous les lycées du Grand Est à l’échéance 2021. Enfin, c’est la garantie, pour les habitants du Grand Est, de disposer de services publics accessibles pour effectuer leurs démarches administratives dans des conditions optimales.

 

Créer des territoires plus résilients grâce à la Recherche

Sur l’impulsion de la Région Grand Est, la Région et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont lancé en mai dernier un appel à projets d’initiative partagée « Résilience Grand Est », destiné à tirer toutes les conséquences territoriales de la crise sanitaire actuelle par la mobilisation de la recherche scientifique.

Un appel à projets inédit

Inédit dans son organisation et son mode de partenariat avec l’Etat, cet appel à projets est abondé à hauteur de 2 millions d’euros (à parts égales entre l’Etat et la Région). Il vise à mobiliser les forces vives de la recherche en région avec un double objectif :

  • Mieux comprendre l’impact territorial dans le Grand Est du COVID-19 sur l’économie, la société, l’environnement, l’agriculture, l’organisation du travail ou encore de notre système de santé.
  • Accompagner les décideurs locaux dans la définition et l’évolution des systèmes de développement accélérer la mise en œuvre de solutions qui permettront de préparer les organisations à affronter ces formes de crise et de développer des territoires plus résilients.

En bonifiant les projets interdisciplinaires et inter-établissement, cet appel à projet permet également d’encourager les collaborations entre les différentes communauté scientifique du Grand Est

Résilience Grand Est est dédié prioritairement aux organismes de recherche et aux établissements de recherche publics du Grand Est ainsi qu’aux consortiums constitués d’acteurs académiques et privés. Il s’adresse aussi au monde de l’entreprise dans une logique de transfert de la connaissance vers le monde économique. Il concerne les thématiques telles que les nouveaux modèles économiques, les nouvelles méthodes d’organisation du travail, la recherche en matière de santé, l’aménagement des espaces ou encore l’agriculture de demain. Les projets attendus devaient être conduit sur une durée de 18 mois maximum, considérant que les résultats des travaux soient rapidement transférables et transposables vers les entreprises et nos territoires, favorisant ainsi l’impact territorial de la recherche.

15 projets lauréats

Sur la base d’une évaluation scientifique des projets menée par l’Agence Nationale de la Recherche et d’une évaluation des enjeux territoriaux par un comité régional regroupant les acteurs de la recherche et du transfert, le jury Région-Etat a sélectionné les 15 projets lauréats, approuvés par les élus régionaux lors de la Session plénière du 9 juillet.

Ces projets concernent l’ensemble des acteurs du territoire, avec des coordinateurs scientifiques provenant des cinq universités du Grand Est (Unistra, Université de Lorraine, UTT, Université de Haute Alsace, URCA) ainsi que des acteurs de l’écosystème comme l’IHU Strasbourg, le CNRS Alsace, l’Ecole d’Architecture de Nancy et le CHRU de Nancy. Les projets retenus adressent l’ensemble des domaines scientifiques de la recherche, mais a permis la mise en avant d’un domaine particulier, celui des Sciences Humaines et Sociales, qui présente six projets lauréats et capte près d’un tiers du soutien Etat/Région.

« Ma Région Demain » ou comment dessiner ensemble l’avenir du Grand Est !

Préparer l’avenir ensemble : tel est l’objectif de la démarche de participation citoyenne « Ma Région Demain » lancée par la Région Grand Est. Le but de l’initiative ? Inviter chaque citoyen du Grand Est à imaginer l’avenir et à réfléchir aux politiques publiques, face aux bouleversements sociaux, économiques, environnementaux et sociétaux engendrés par la crise du COVID-19.

Faire part de ses idées et de ses attentes, exprimer son avis, souligner les priorités, ce qui doit changer, évoluer, mais aussi ce qui est positif… voici l’esprit de cette démarche qui se veut ouverte et constructive.

Les contributions des citoyens seront recueillies au moyen :

  • d’un questionnaire dénommé « La crise et vous »
  • d’une boîte à idées « Ma Région Demain », tournée vers l’avenir, pour identifier les sujets importants, les priorités, faire des suggestions, voter pour les projets et idées les plus pertinents.

La Région Grand Est s’engage dans cette démarche à écouter, à analyser et à aller plus loin avec les habitants du Grand Est :
– en recueillant, en synthétisant et en partageant les retours du questionnaire « La crise et vous »,
– en identifiant les idées phares proposées pour chaque thématique de la boîte à idées et en les soumettant au débat,
– en répondant aux idées les plus plébiscitées sur la plateforme.

La consultation est ouverte jusqu’au 30 septembre 2020

Participer

Le prix pour l’Égalité : valoriser la place des femmes dans la société

Dans le cadre des Trophées de l’innovation qui se sont tenus simultanément à Troyes, Nancy et Strasbourg, la Région Grand Est a remis 12 prix régionaux pour l’Égalité. Les prix pour la Mixité ont, quant à eux, été remis à Strasbourg le samedi 25 janvier 2020.

Depuis 2017, le Conseil régional s’engage pour que les femmes soient davantage présentes dans les postes à responsabilité sur le territoire. Au quotidien, la Région Grand Est agit pour lutter contre les inégalités et les clichés genrés notamment grâce à :

  • La signature de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale,
  • La désignation d’un Conseiller régional délégué à l’égalité entre les femmes et les hommes, Alexandre Cassaro,
  • La mise en place d’un comité de pilotage Égalité composé d’élus, d’agents de la Région et de personnalités qualifiées, œuvrant pour le statut de la femme et pour une plus grande égalité femmes-hommes,
  • La création d’un Prix régional Égalité-Mixité,
  • La mise en place d’un plan pluriannuel d’actions en faveur de l’égalité, dont la réalisation concerne aussi bien la collectivité que les habitants du Grand Est.

Les structures lauréates

En Alsace

  • Collectif Or du commun : association haut-rhinoise ouverte à tous, portée par des femmes entrepreneures qui déploie des solutions mutualisées pour concilier entreprenariat et parentalité.
  • Ligue Grand Est de ski dont les projets favorisent l’accès aux jeunes filles aux rencontres sportives et à la pratique du ski.
  • Les Francas du Bas-Rhin : pour le projet Graines de Philo – Réfléchir pour déconstruire
  • Centre socio-culturel de Saint-Louis – secteur enfance jeunesse : les Ateliers Culturels, Sportifs et Artistiques (ACSA) sont proposés par le Centre Socio Culturel (CSC) à la Mission Locale et sont à destination des jeunes participant au dispositif Garantie Jeune et ont pour but la lutte contre les discriminations et la sensibilisation des jeunes de 16 à 25 ans.
  • Comité départemental 67 FFESSM pour le projet : féminisation des activités subaquatiques au niveau régional

En Lorraine

  • Service départemental d’incendie et de secours de la Moselle (SDIS57) pour le projet la femme est un pompier comme un autre
  • Métropole du Grand Nancy : la métropole du Grand Nancy s’engage pour faire de l’égalité professionnelle le quotidien de chacune et chacun
  • AS Morhange Football : l’association a développé 5 actions sur le thème de l’égalité
  • Centre Communal d’Action sociale de Saint-Dié-des Vosges : la ville de Saint-Dié des Vosges met en place une politique volontariste en matière de prévention et de sensibilisation sur les inégalités entre les hommes et les femmes. Une place toute particulière est consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment lors de temps forts organisés chaque année autour de la journée du 25 Novembre.
  • L’Ouvre-Boîtes : création de 2 spectacles sur la thématique des stéréotypes de genre de manière ludique et légère.
  • CIDFF de la Meuse : ce projet s’inscrit dans une dynamique de prévention, de déconstruction et de sensibilisation des jeunes âgés de 16 à 25 ans autour des stéréotypes et des inégalités hommes/femmes.

En Champagne-Ardenne

  • Chambre d’Agriculture des Ardennes pour le parcours « Bien dans sa peau, bien dans ses bottes » qui permet aux agricultrices d’améliorer leur confiance en elles, leur capacité à évoluer, à créer, de prendre du temps pour elles et donc de retrouver un juste équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Lancement du programme Leadership Féminin

Les Trophées de l’innovation ont également été l’occasion de lancer officiellement le Programme Leadership Féminin

Ce projet a pour ambition de former et d’accompagner un groupe de femmes du Grand Est dans leur projet entrepreneurial, associatif, scientifique, etc. et de participer ainsi à leur montée en compétences.

Il s’agit d’offrir une meilleure visibilité aux femmes initiatrices de projets et de les aider à créer et à renforcer leur réseau professionnel. Réel travail collectif, ce programme bénéficie d’une dimension internationale grâce à une collaboration étroite avec l’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ), récemment accueilli en Grand Est.
Un appel à candidatures Leadership féminin sera lancé au printemps 2020.

 

Inauguration de l’extension de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires de Strasbourg

Jeudi 10 octobre 2019, Jean Rottner, président de la Région Grand Est, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est et préfet du Bas-Rhin, Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg, Jacques Maddaluno, directeur de l’Institut de chimie du CNRS, représentant Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg, et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel 1987, ont inauguré l’extension de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires (Isis) de Strasbourg : Isis-2.

Cette infrastructure financée, par l’État dans le cadre de l’opération Campus* avec la Région Grand Est (à hauteur de 1 000 000 euros) et l’Eurométropole de Strasbourg, est destinée à accueillir de nouveaux laboratoires de chimie. Avec ce projet, l’Université de Strasbourg et le CNRS se dotent des moyens de développer l’activité de recherche autour de la chimie supramoléculaire au plus haut niveau international. L’objectif de l’extension de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires est d’améliorer les conditions de recherche avec la création de nouveaux de laboratoires de chimie associés à des espaces de travail. Le bâtiment hébergera également deux fondations et un datacenter.

 

 

La politique régionale pour l’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur :

La Région Grand Est s’est dotée d’une politique ambitieuse en matière de recherche, pour la compétitivité, l’attractivité et le rayonnement du Grand Est. Elle a ainsi fait le choix de s’investir de manière volontariste pour permettre à l’ensemble des acteurs de la recherche de tendre vers l’excellence, où qu’ils se trouvent sur le territoire et quelle que soit leur discipline.

Elle soutient ainsi :

  • les projets collaboratifs associant un laboratoire et une entreprise du territoire,
  • l’accueil de jeunes talents scientifiques et de chercheurs internationaux de haut niveau,
  • l’organisation de manifestations scientifiques,
  • le développement de l’emploi scientifique par le financement de doctorants,
  • de nouveaux programmes collaboratifs de recherche favorisant le développement de projets et d’équipements de pointe pour le territoire

L’extension de l’Isis regroupant l’ensemble de ces items, c’est tout naturellement que la Région a tenu à s’impliquer dans ce projet.

Dynamiser l’attractivité économique du Grand Est

Les élus de la Région Grand Est, réunis en Commission permanente le 11 octobre 2019, ont voté des mesures visant à soutenir l’économie et l’agriculture régionale pour plus de 17,6 millions d’euros.

Soutenir le développement international des entreprises

La Région a ainsi attribué 20 000 euros à 3 entreprises (Accessrec à Anthelupt (54), Charculor à Creutzwald (57) et Healtis à Vandoeuvre-lès-Nancy (54) ) pour les accompagner dans la prospection de nouveaux marchés à l’étranger. Par ailleurs, elle a décidé d’inscrire 7 entreprises régionales dans le cadre du dispositif Be EST Export « Diagnostic export et ciblage de marchés prioritaires ». Ce programme prévoit au total l’accompagnement de 100 PME et ETI.

Accompagner la création-reprise d’entreprises

10 000 euros sont accordés à la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle pour l’organisation du salon GO de la création-reprise d’entreprises qui se déroule à Nancy le 21 novembre. Ce salon s’inscrit dans le volet « créer une offre d’évènementiels coordonnée et partenariale sur l’entrepreneuriat dans le Grand Est » du plan Be EST Entreprendre.

291  emplois consolidés grâce à Industrie et Ferme du Futur

Pour accompagner les industries et les exploitations agricoles, la Région a mis en place des diagnostics de performance industrielle (Industrie du Futur) et des diagnostics de performance agricole (Ferme du futur). A ce jour, 447 entreprises et 65 exploitations agricoles ont bénéficié de cet accompagnement depuis le lancement de la démarche. 4 entreprises et 5 exploitations agricoles ont vu le demande d’aide approuvée lors de la Commission permanente du 11 octobre.

Une aide de près de 955 000 euros a été accordée pour accompagner 5 entreprises du Grand Est dans leurs projets d’investissement, contribuant ainsi au maintien de 291 emplois. Ce soutien intervient dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Industrie du Futur ». L’objectif de cet AMI est de permettre à toutes les entreprises du Grand Est, quelle que soit leur taille, d’entrer dans l’ère du 4.0, de se moderniser et de devenir plus compétitives.

Enfin, la Région a répondu favorablement à un appel à candidature national pour accompagner 1000 entreprises dans leur transformation industrielle. La démarche s’articule autour de la « Task Force French Fab Grand Est ». La convention de partenariat entre la Région Grand Est et l’Etat a été approuvée lors la Commission permanente.

La Région engagée en faveur de la filière apicole

Dans le cadre du contrat de filière apicole 2018-2020, la Région attribue près de 550 000 euros aux acteurs de la filière apicole pour l’année 2019 :

  • 150 316 euros sont attribués aux différents Groupements de Défenses Sanitaire Apicole départementaux du Grand Est pour la mise en oeuvre des programmes sanitaires de lutte contre le varroa et 25 000 euros pour les actions d’encadrement et de structuration de la section apicole du Groupement de Défense Sanitaire Grand Est,
  • 260 446 euros à 12 apiculteurs professionnels pour des investissements en faveur de la production, de la transformation et de la commercialisation du miel,
  •  76 687 euros à l’Association de Développement de l’Apiculture en Grand Est (ADAGE) pour l’animation et la promotion de la filière apicole,
  • 34 847 euros à la Fédération Régionale des Apiculteurs du Grand Est (FRAGE) pour son programme d’actions 2019 à destination des apiculteurs de loisirs.

Avec plus de 120 000 ruches (36 % en Champagne-Ardenne, 36 % en Lorraine et 28 % en Alsace) et près de 5 700 apiculteurs de loisirs et professionnels, la filière apicole du Grand Est contribue à la préservation de la biodiversité et au maintien de l’économie agricole du territoire. Elle place ainsi le Grand Est en 2ème position des régions de France en nombre d’apiculteurs et en 5ème en nombre de ruches déclarées.

 

 

Auditions pour les Territoires d’Industrie du Grand Est

Lilla Mérabet, Vice-Présidente de la Région en charge de la Compétitivité, de l’Innovation et du Numérique, Rémy Sadocco, Président de la Commission Innovation de la Région et la Délégation aux Territoires d’Industrie, rattachée à Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, et à Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, ainsi que l’ensemble des opérateurs, ont participé mercredi 2 et jeudi 3 octobre, à un « speed dating » des projets de 9 Territoires d’Industrie du Grand Est.

Trois temps forts se sont déroulés à Metz, Reims et Strasbourg et ont rassemblé les Territoires d’Industrie venus présenter 45 projets. L’annonce officielle des projets retenus sera faite lors du Salon Be 4.0 dédié à l’Industrie du futur le 19 novembre prochain à Mulhouse, qui accueillera également l’Assemblée générale des Territoires d’industrie au niveau national.

L’initiative « Territoires d’industrie », lancée en 2018 par le Premier ministre, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de reconquête industrielle et de développement des territoires. Elle vise à mobiliser l’Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics et les entreprises, véritables leviers d’intervention auprès des territoires. Les projets émergents dans le cadre de cette démarche doivent s’inscrire dans l’un des 4 axes prioritaires : innover, recruter, simplifier, attirer. 2ème région industrielle française, le Grand Est a été identifié comme territoire pilote : 13 territoires d’industrie ont été retenus dans la région, en faisant ainsi la 2ème région de France en nombre de territoires labellisés. A noter que des contrats ont déjà été signés pour les territoires Sud-Alsace et Grand Reims Pomacle-Bazancourt et que le territoire Val de Lorraine fera l’objet d’une signature prochaine.

 

Inauguration de la plateforme expérimentale d’irradiation, Féerix

La plateforme expérimentale d’irradiation d’Aérial, Féerix®, a été inaugurée le 10 septembre 2019 en présence de Jean-Luc MARX, Préfet de la région Grand Est et du Bas-Rhin, de Lilla MERABET, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la compétitivité, de l’innovation et du numérique, de Robert HERRMANN, Président de l’Eurométropole de Strasbourg, de Claude FROEHLY, Maire d’Illkirch-Graffenstaden, de Thomas SERVAIS, Président d’IBA Industrial, et d’Alain STRASSER, Directeur d’Aerial.

Cette plateforme, unique au monde, est basée sur des technologies pointues d’accélération d’électrons et de génération de rayons X de forte énergie.

De la recherche aux applications industrielles

Installé dans une extension du bâtiment d’Aérial de plus de 800 m², le Rhodotron®, qui pèse près de 11 tonnes, est issu d’une technologie développée par le CEA et industrialisée par la société belge IBA, partenaire du projet. Cet outil, destiné à la Recherche, au Développement et à la formation, présente des caractéristiques très proches de celles d’un équipement industriel, ce qui permet de transférer les résultats vers l’industrie de façon optimale. Le Rhodotron® permet d’étudier, sur une configuration originale à deux lignes de faisceaux séparées (électrons et Rayons X), l’ensemble des applications multisectorielles de l’ionisation, telles que la stérilisation de dispositifs médicaux, l’amélioration des propriétés de polymères ou encore l’ionisation des aliments.

Un projet renforçant le développement transfrontalier et international

En avril 2019, Aérial a déjà pu présenter Féerix® à une communauté internationale de scientifiques et d’industriels, réunis au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg, et a ainsi pu initier des premiers accords de partenariats et contrats de recherche. Grâce à cet outil, Aerial renforce encore son rôle de partenaire incontournable au service des grands projets régionaux, nationaux et internationaux. Cette opération permet également de renforcer les partenariats transfrontaliers avec les entreprises et laboratoires suisses et allemands.
Avec feerix® et l’ensemble de ses laboratoires, Aerial est une véritable pépite technologique qui se positionne comme un partenaire privilégié des structures et entreprises du Campus des Technologies Médicales NextMed et de l’ensemble de l’écosystème régional dans le domaine des matériaux et de la bio-économie.

La Région soutient l’implantation de METEX NØØVISTA en Moselle

La Région Grand Est soutient l’implantation de l’usine de production METEX NØØVISTA, sur la plateforme Chemesis à Carling / Saint-Avold en Moselle.

Acteur majeur de la bioéconomie, METEX a pour projet de créer 50 emplois industriels sur le territoire et de développer sur la plateforme Chemesis une nouvelle activité dans la chimie verte.

Dans le cadre de sa politique en faveur de la compétitivité, de l’innovation et du soutien aux entreprises, (SRDEII), la Région a attribué 800 000 euros pour soutenir cette implantation auxquels s’ajoutent plus de 1,3 million d’euros d’aide au titre du FEDER. L’objectif de l’Institution régionale est d’ancrer davantage d’industriels sur la plateforme Chemesis afin de pérenniser le site qui emploie actuellement 1 200 personnes. En complément de son soutien financier, la Région est engagée aux côtés des entreprises pour assurer un appui en conseils et en ingénierie.

La Région soutient ArcelorMittal, exemple d’une reconversion industrielle réussie

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a visité les sites d’ArcelorMittal en Moselle, en présence d’Eric Niedziela, Vice-Président d’ArcelorMittal et Directeur général d’ArcelorMittal France, ce mardi 9 juillet 2019. Cette visite s’est également déroulée en présence de Rémi Sadocco, Président de la Commission Innovation, Enseignement Supérieur et Recherche, et des Conseillères régionales Stéphanie Kis et Marie-Rose Sartor.

Une nouvelle ligne de galvanisation à Florange

Dans le Grand Est, le groupe compte 5 400 employés répartis sur le territoire. Numéro 1 de la sidérurgie européenne et fournisseur majeur pour l’industrie automobile, ArcelorMittal est implanté en Lorraine sur plusieurs sites, notamment le centre de recherche de Maizières-lès-Metz et le site de production de Florange. Avec le soutien de la Région Grand Est, l’entreprise investit pour moderniser ses usines et développer son activité de transformation de l’acier.

Ainsi, à Florange, une nouvelle ligne de galvanisation est actuellement en cours de construction. Avec un démarrage prévu d’ici la fin de l’année, elle permettra à terme de produire 800 000 tonnes par an d’acier à très haute résistance pour l’automobile et emploiera à terme 80 personnes dont 25 embauches nouvelles. Pour ce projet, la Région apportera une aide à l’acquisition de matériel. L’objectif est de renforcer l’avenir du site de Florange en tant que spécialiste de l’acier automobile à forte valeur ajoutée.

Sur le volet R&D, la Région accompagnera ArcelorMittal dans son programme de transformation digitale, qui prévoit notamment l’implantation d’un Digital Lab comprenant un espace de co-working (accueil de start-ups, partenariats avec les Ecoles et Universités, espace connecté THD, etc.) et un lieu de formation des employés aux futures technologies et à l’impact métier. L’ambition du groupe est de devenir la référence digitale pour la sidérurgie européenne.

Présentation du plan Intelligence Artificielle

Dans le cadre de l’évènement « 360 possibles – Innovons ensemble dans le Grand Est », Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a présenté le 26 juin 2019 à Strasbourg, le Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle (IA), à l’occasion d’une rencontre transfrontalière autour de l’intelligence artificielle.

Enjeu de territoire, d’attractivité et de développement économique, le Plan Intelligence Artificielle de la Région, élaboré en lien avec l’Agence Régionale d’Innovation, Grand E-nov, en co-construction avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème (académiques, privés, institutionnels, etc.), s’inscrit dans le projet de « Smart Région » et de structuration de la filière numérique. Il concerne trois filières prioritaires du SRDEII que sont l’Industrie du Futur, la bioéconomie et la santé.

Le plan adopté en séance plénière le 20 juin 2019, s’articule autour de 6 axes :

  • booster la compétitivité des entreprises par l’intelligence artificielle,
  • soutenir l’excellence scientifique en intelligence artificielle et assurer son rayonnement et sa valorisation,
  • dynamiser les startups depuis la formulation d’une idée jusqu’à la levée du premier million d’euros, en fédérant tous les acteurs de l’entrepreneuriat,
  • développer les compétences en IA afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en s’appuyant sur des formations en ligne ainsi que des nouveaux cursus et écoles dédiés,
  • garantir une intelligence artificielle éthique, transparente, inclusive.

Un institut régional « Grand Est 4 IA » va être créé afin de fédérer la communauté IA du Grand Est réunissant des chercheurs des Universités de Haute-Alsace, de Strasbourg, de Lorraine, de Reims Champagne-Ardenne et de Troyes, ainsi que les entreprises (ETI, PME ou start-ups) engagées à leurs côtés. Cet institut a également vocation à proposer un espace de rencontre favorisant la valorisation et la co-innovation et à promouvoir le territoire régional pour le rendre visible et attractif au niveau européen et international.

Ce plan IA s’inscrit dans le cadre du plan numérique régional global qui comprend d’autres sujets aussi importants que complémentaires, tels que la donnée, la cybersécurité, le cloud de confiance, la blockchain, les objets connectés. L’objectif est de mobiliser 350 millions d’euros sur 5 ans.

A travers ce plan, la Région a pour ambition de devenir un territoire d’excellence reconnu en intelligence artificielle appliquée dans des domaines ciblés, en s’appuyant notamment sur ses forces académiques, au service du développement des acteurs économiques et publics.

Téléchargez le plan Intelligence Artificielle

 

 


[/adi-video]

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile