Santé : favoriser l’accès aux soins pour tous

La Région qui accompagne les projets d’éducation et de promotion de la santé œuvre également pour une meilleure synergie entre les professionnels, les dispositifs et les services de santé. L’objectif est de favoriser l’égalité à l’accès aux soins.

Lutter contre la désertification médicale

Afin de proposer une offre de santé de qualité pour tous et contribuer à redynamiser certains territoires, la Région propose notamment une aide incitative aux internes en médecine générale pour favoriser la pratique en zone rurale. La Collectivité encourage également l’exercice coordonné des professionnels de santé en accompagnant la création de Maisons de Santé Pluriprofessionnelles (MSP), structures qui réunissent des médecins généralistes et/ou spécialistes et des professionnels paramédicaux (infirmières, kinésithérapeutes, diététiciennes, etc.) exerçant en libéral sur un territoire « fragile » en termes de démographie médicale. Les élus de la Commission permanente du 18 septembre 2020 ont voté une aide de près de 141 000 euros pour 91 internes en médecine générale, ainsi qu’une aide de 130 000 euros pour la création d’une MSP à Buzancy (08).

Accompagner les publics fragiles

Dans le but de favoriser une meilleure connaissance des risques sanitaires, la Région Grand Est soutient prioritairement des actions d’éducation et de promotion de la santé. Elle accompagne ainsi notamment les projets portés par l’Association Accès aux Droits Santé Solidarité, à hauteur de 35000 euros. Les objectifs prioritaires de l’association sont de rendre accessible l’offre de complémentaire santé à des personnes en difficultés et d’accompagner les publics à devenir acteurs responsables de leur santé.

Développer un cadre de vie favorable à la santé

En février 2020, la Région Grand Est, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement(DREAL) Grand Est et l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est ont renouvelé conjointement, et pour la 3ème année consécutive, leur appel à projets afin de soutenir des initiatives locales en matière de santé environnement, dans le cadre de la mise en œuvre du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE3). Les projets retenus portent sur le thème des environnements favorables à la santé, notamment le «savoir habiter». La Région a voté une aide de 51700 euros pour accompagner 8 projets dans le cadre de cet appel à projets.

Soutenir les dynamiques territoriales de santé

Afin de lutter contre les inégalités d’accès à la santé, la Région encourage les démarches territorialisées et la mise en synergie des professionnels, des dispositifs et des services de santé, en tenant compte des spécificités des territoires et des populations. 4projets bénéficient ainsi du soutien de la Région pour un montant global de 142 000 euros.

La fibre en Grand Est : ouvertures commerciales pour de nouvelles communes

Compte-tenu de la situation actuelle et en respect des mesures sanitaire, la Région Grand Est, Rosace et Losange ne tiendront pas de réunion publique et adaptent leur communication à l’attention des habitants et des entreprises des communes concernées par l’ouverture commerciale du réseau. Une information explicative est transmise à chaque commune et intercommunalité concernées.

Les habitants et les entreprises des communes pourront souscrire un abonnement très haut débit, auprès de l’opérateur de leur choix après avoir vérifié leur éligibilité :

Les nouvelles communes ouvertes à la commercialisation :

En Alsace

  • Au 1er juin 2020 – Communes ouvertes en totalité
    • Pays Rhin-Brisach : Roggenhouse
    • Saint-Louis Agglomération : Hagenthal-le-Bas, Neuwiller, Schlierbach
    • Vallée de Munster : Breitenbach-Haut-Rhin
  • Communes ouvertes partiellement, en raison de la zone des travaux
    • Pays de Barr : Barr (secteurs centre-ville, avenue des Vosges)
    • Saint-Louis Agglomération : Blotzheim (secteurs rue Jean Moulin, rue du 19 Novembre, Le Belvédère, zone commerciale)
    • Vallée de Kaysersberg : Kaysersberg-Vignoble (Kaysersberg et Kientzheim)
  • Au 15 juin 2020 – Communes ouvertes en totalité
    • Vallée de Saint-Amarin : Kruth, Wildenstein

Au 1er juin 2020, plus de 227 000 prises auront été ouvertes à la commercialisation dans 532 communes alsaciennes, soit près de 76 % des communes à déployer.

En Champagne-Ardenne et en Lorraine

  • Au 20 juillet 2020, 24 nouvelles communes
    • Aube
      • Communauté de communes du Nogentais
        Nogent-sur-Seine (la taille de la commune impose une ouverture par étapes dans les quartiers Sud et Est de la ville, autour des avenues du Cardinal / Gallieni, Pasteur et rues Anatole France / Jean Jaurès / Pierre et Marie Curie)
      • Communauté de communes des Forêts, Lacs, Terres en champagne
        Assencières, Mesnil-Sellières
      • Communauté de communes de l’Orvin et de l’Ardusson
        Bercenay-le-Hayer, Bourdenay, Faux-Villecerf, Marcilly-le-Hayer, Saint-Lupin, Villadin
    • Marne
      • Communauté de communes de Sézanne – Sud-Ouest marnais (Marne)
        Châtillon-sur-Morin, Esternay (ouverture progressive à partir des quartiers Retourneloup, Vivier et Coopérative)
    • Meurthe-et-Moselle
      • Communauté de communes Mad et Moselle
        Mars-la-Tour, Puxieux, Tronville
      • Communauté de communes Moselle et Madon
        Pierreville, Pulligny (sauf le secteur Sud – rue de Ceintrey)
      • Communauté de communes du Pays du Saintois
        Autrey
      • Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarrat
        Hablainville, Pettonville, Reherrey, Vaxainville
      • Communauté de communes de Vezouze-en-Piémont
        Buriville, Ogéviller, Réclonville
  • Au 2 juin
    • Osnes, Pure (Communauté de communes des Portes du Luxembourg)
    • Bouy-Luxembourg, Dosches, Rouilly-Sacey (Communauté de communes Forêts, Lacs, Terres en Champagne)
    • Val-de-Meuse pour Montigny-le-Roi Nord, Provenchères-sur-Meuse, Monaco, Meuse, Léocourt, Maulain et Ravennefontaines (Communauté de communes du Grand Langres)
    • Breuvannes-en-Bassigny pour Colombey-lès-Choiseul (Communauté de communes Meuse Rognon)
    • Amenoncourt, Autrepierre, Avricourt, Emberménil, Gondrexon, Igney, Leintrey, Reillon, Remoncourt, Repaix, Vaucourt, Xousse (Communauté de communes de Vezouze en Piémont)
    • Belleville (Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson)
  • Au 1er juin
    • Ceintrey, Clérey-sur-Brenon, Ognéville, Quevilloncourt, Voinémont (Communauté de communes du Pays du Saintois)
    • Portieux sauf rive droite de la Moselle (Communauté d’agglomération d’Epinal)
  • Au 31 mai
    • Athis (Communauté d’agglomération d’Epernay)
  • Au 30 mai
    • Daigny, Givonne, La Moncelle (Communauté d’agglomération Ardenne Métropole)
    • Aigny, Vraux (Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne)
    • Saudoy, Vindey (Communauté de communes de Sézanne Sud-Ouest Marnais)
    • Jonchery-sur-Vesle, Montigny-sur-Vesle, Vandeuil (Communauté urbaine du Grand Reims)
    • Maidières (Communauté de communes du Bassin de Pont-à-Mousson)
    • Crévic (Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois)
    • Deuxville, Maixe, Serres ainsi qu’Einville-au-Jard en partie, la totalité au 12 juillet (Communauté de communes du Pays du Sânon)
    • Vosges : Fresse-sur-Moselle, St-Maurice-sur-Moselle partie Sud (Communauté de communes des Ballons des Hautes-Vosges)
  • Au 28 mai
    • Ville-en-Vermois (Communauté de communes des Pays du Sel et du Vermois)

 

Au 10 juillet 2020, plus de 160 000 prises étaient ouvertes à la commercialisation dans près de 600 communes des 7 départements concernés par le réseau Losange.

Déploiement de la fibre

En Alsace

A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 14 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 37 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l’entreprise Rosace et chaque maire , elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Au 1er décembre 2019, près de 175 000 prises auront été ouvertes à la commercialisation dans 445 communes alsaciennes, soit près de 64% des communes à déployer.

Dans les autres territoires du Grand Est

La Région Grand Est a lancé, en août 2017, une délégation de service public afin de déployer le très haut débit par la fibre optique dans les départements des Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Déploiement Fibre optique Très haut débitMarne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et des Vosges. Cette délégation a été confiée à l’entreprise LOSANGE qui va déployer environ 830 000 prises dans près de 3 600 communes*, pour un investissement total estimé à 1,4 milliard d’euros d’ici février 2023.
En Moselle, le Syndicat Mixte Moselle Fibre, avec le soutien de la Région Grand Est, met également en œuvre son réseau d’initiative publique pour raccorder 140 000 prises en cinq ans dans les 14 EPCI.

*en-dehors des communes où les opérateurs privés investissent sur leurs fonds propres

La fibre : pilier du développement des territoires

La Région s’est engagée à ce que tous les territoires du Grand Est, aussi bien ruraux qu’urbains, bénéficient de la même qualité de services. Il s’agit également de permettre aux entreprises artisanales, industrielles ou agricoles d’avoir accès aux mêmes outils que les grands groupes, notamment pour celles qui souhaitent s’internationaliser.
La Région offre en outre la possibilité aux jeunes de se voir dotés d’outils numériques pour leurs études, dans le cadre du passage intégral au manuel numérique pour tous les lycées du Grand Est à l’échéance 2021. Enfin, c’est la garantie, pour les habitants du Grand Est, de disposer de services publics accessibles pour effectuer leurs démarches administratives dans des conditions optimales.

 

Faire des 6 Parcs naturels régionaux des moteurs pour nos territoires

En signant, à l’occasion de la Commission permanente de ce 15 mai, six conventions d’objectifs 2020-2022 et une convention « inter-parcs », la Région Grand Est réaffirme son soutien à ses six Parcs naturels régionaux (PNR) : Parcs Naturels des Ardennes, des Ballons des Vosges, de la Forêt d’Orient, de Lorraine, de la Montagne de Reims et des Vosges du Nord. Elle souhaite ainsi engager une nouvelle dynamique Inter-parcs.

Ces six nouveaux programmes d’action 2020-2022, vont permettre de renforcer l’action territoriale des parcs, leur permettre de mieux répondre aux attentes locales et d’intégrer les priorités régionales :

  • la préservation et la restauration des espaces naturels, trames vertes, bleues et noires,
  • l’expertise environnement et innovation dans l’adaptation aux changements climatiques : gestion de l’eau et adaptation des usages, gestion forestière, mobilité douce,
  • l’aménagement durable des villes et des villages par une mise en œuvre pilote des objectifs et des dispositions du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) comme la sobriété foncière, la désimperméabilisation, la végétalisation, la revitalisation des centres bourgs, etc,
  • le développement de filières économiques, agricoles, forestières, artisanales et énergétiques valorisant les ressources naturelles dans le respect des milieux et des savoir-faire régionaux,
  • le tourisme et plus spécifiquement le développement de l’écotourisme par l’accompagnement des hébergements insolite/nature, des initiatives d’écotourisme, des problématiques de gestion des fréquentations et de multifonctionnalité des espaces naturels : sports de nature, chasse, etc,
  • la connaissance naturaliste et l’éducation à l’environnement multi-cibles comme les jeunes, les adultes, les entreprises, les élus,
  • l’accompagnement de la création culturelle et de la diffusion en inter-parcs.

La convention « inter parcs 2020-2022 » va permettre d’engager :

  • la mise en œuvre de projets nouveaux, innovants et collectifs autour de priorités partagées dans les domaines de l’aménagement du territoire (résidences d’architecture et de paysages en centres bourgs ou en cœur de villages), de la filière bois, de l’éducation à l’environnement et de l’écotourisme,
  • la poursuite des investigations sur les perspectives d’harmonisation et de mutualisation de fonctions supports et sur la recherche de financements complémentaires,
  • la valorisation des PNR et le renforcement de la lisibilité de la politique régionale.

Les six Parcs Naturels Régionaux représentent près de 15 % de la superficie du Grand Est et comptent 525 000 habitants. Faire des Parcs Naturels Régionaux une vitrine de la transition écologique tout en renforçant le développement et l’attractivité des territoires qu’ils recouvrent est l’objectif poursuivi par la Région Grand Est au travers de ces nouvelles conventions.

Développer l’attractivité des territoires ruraux

Au plus proche des territoires et de leurs habitants, la Région continue d’œuvrer pour un développement harmonieux du Grand Est. Aussi, les élus de la Commission permanente de ce vendredi 15 mai ont voté plusieurs mesures, représentant un budget de près de 21,2 millions d’euros pour soutenir les investissements dans les territoires dont 4,4 millions d’euros pour accompagner les centralités rurales et urbaines et 2,9 millions d’euros pour améliorer le cadre de vie dans les communes rurales.

Soutenir les centralités rurales et urbaines du Grand Est

Dans l’objectif de maintenir l’attractivité et l’équilibre des territoires et de faciliter un accès aux services et à l’emploi à tous les habitants, la Région Grand Est a mis en place une stratégie de soutien aux bourgs structurants en milieu rural et aux espaces urbains structurants dont l’objectif est de renforcer les fonctions de centralité et d’améliorer le cadre de vie de ces communes. Une aide de près de 4,4 millions d’euros a été votée pour accompagner 25 projets, dont 9 projets concernent des investissements dans des bourgs ruraux de Monthermé (08), Brienne-le-Château (10), Langres (52) et Joinville (52), et 2 dossiers pour soutenir les commerces du Val de Moder (67).

Améliorer le cadre de vie des habitants

Dans le cadre des politiques d’aménagement équilibré du territoire et pour répondre au Pacte pour la Ruralité, dont l’enjeu est le développement et la valorisation de l’ensemble des territoires ruraux du Grand Est, la Région soutient les communes rurales. Elle accompagne les projets d’investissements afin de leur permettre de développer les services à la population et d’améliorer le cadre de vie de leurs habitants. Un soutien de plus de 2,9 millions d’euros a été attribué à 44 projets portés par des communes ou leurs Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI). Il s’agit par exemple de l’aménagement d’une aire de jeux et d’un city stade à Pouru-aux-Bois (08), la création d’un centre culturel et sportif à Ludres (54), ou encore la construction d’un périscolaire à Geudertheim (67).

Toutes les aides en direction des territoires

« Ma Région Demain » ou comment dessiner ensemble l’avenir du Grand Est !

Préparer l’avenir ensemble : tel est l’objectif de la démarche de participation citoyenne « Ma Région Demain » lancée par la Région Grand Est. Le but de l’initiative ? Inviter chaque citoyen du Grand Est à imaginer l’avenir et à réfléchir aux politiques publiques, face aux bouleversements sociaux, économiques, environnementaux et sociétaux engendrés par la crise du COVID-19.

Faire part de ses idées et de ses attentes, exprimer son avis, souligner les priorités, ce qui doit changer, évoluer, mais aussi ce qui est positif… voici l’esprit de cette démarche qui se veut ouverte et constructive.

Les contributions des citoyens seront recueillies au moyen :

  • d’un questionnaire dénommé « La crise et vous »
  • d’une boîte à idées « Ma Région Demain », tournée vers l’avenir, pour identifier les sujets importants, les priorités, faire des suggestions, voter pour les projets et idées les plus pertinents.

La Région Grand Est s’engage dans cette démarche à écouter, à analyser et à aller plus loin avec les habitants du Grand Est :
– en recueillant, en synthétisant et en partageant les retours du questionnaire « La crise et vous »,
– en identifiant les idées phares proposées pour chaque thématique de la boîte à idées et en les soumettant au débat,
– en répondant aux idées les plus plébiscitées sur la plateforme.

La consultation est ouverte jusqu’au 30 septembre 2020

Participer

Accompagner et développer les initiatives locales

Mardi 4 février, le Président de la Région Grand Est s’est rendu dans les Ardennes, accompagné de plusieurs élus régionaux. Cette journée passée au cœur d’un territoire rural, a été ponctuée de plusieurs temps forts avec notamment la signature du Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE) Ardennes Meuse à Mouzon et les inaugurations de la Maison de santé de Rocroi et de la nouvelle maison du Parc naturel régional des Ardennes (PNRA).

Consciente que la ruralité est une chance pour les territoires, la Région Grand Est soutient les projets utiles à leur développement. Avec le POCE Ardennes Meuse, la Région Grand Est va par exemple permettre le développement de projets tels que :

  • La création d’un pôle multi activité dans un ancien site industriel à Carignan,
  • la création de la Maison des Patrimoines à Montmédy,
  • l’aménagement de locaux de type bureau/salle de réunion du SMD Pépinière d’entreprises à Stenay.

Ce POCE qui présente la singularité d’intégrer 3 communautés de Communes (Portes du Luxembourg, Pays de Montmédy, Pays de Stenay et du Val Dunois), deux départements de deux anciennes Régions (Champagne-Ardenne et Lorraine), permettra au territoire de gagner en cohérence avec les bassins de vie, d’emplois et d’activités et de s’inscrire encore un peu plus dans la dynamique régionale.

Avec l’arrivée de la Maison de santé pluridisciplinaire de Rocroi, accompagnée à hauteur de 292 868 euros par la Région, ce sont 17 professionnels de santé médecins généralistes, infirmiers, sage-femme, ostéopathe, masseur-kinésithérapeute, psychologue, diététicienne, chirurgien-dentiste) qui proposent désormais leurs services aux habitants de ce secteur. Pour la Région Grand Est qui lutte contre les disparités territoriales, il est crucial de maintenir une offre de soin de qualité et de proximité, accessible à tous ; également facteur de redynamisation des territoires fragiles.

D’autres atouts locaux ont également été salués par le Président de Région lors de cette journée, à l’instar des nombreux projets économiques accompagnés depuis 2016, de la nouvelle maison du PNRA financée à plus de 43% par la Région ou encore la richesse brassicole qui sera sous le feu des projecteurs à l’occasion du Salon international de l’agriculture.

« Agir avec les territoires » : expérimenter une nouvelle façon de développer les territoires ruraux

Dans le cadre du Pacte pour la Ruralité du Grand Est et des démarches « Agir avec les territoires », la Région Grand Est a présenté, le 8 janvier 2020 à la Maison de la Région d’Epinal, une restitution de projets initiés avec différents territoires, en présence du Vice-Président en charge de la Cohésion territoriale, de la Contractualisation, de l’Equilibre des territoires et de la Ruralité.

Les projets présentés s’articulent autour des thématiques suivantes : l’agriculture et la recherche de valeur ajoutée, l’investissement dans le numérique, la mobilité, le tourisme, l’offre culturelle et de loisirs.

L’objectif de cette démarche est de donner des outils aux acteurs du territoire leur permettant de construire l’avenir de la ruralité sur de nouveaux modèles et encourager les coopérations pour dynamiser l’économie locale.

Après un premier cycle comptant 6 territoires en 2018, un deuxième s’est achevé en 2019 comprenant 5 territoires ruraux :

  • la communauté de communes de l’Ouest Vosgien (88) et de Meuse Rognon (52),
  • la communauté de communes du Pays Rethélois (08),
  • la communauté de communes Cœur du Pays Haut (54),
  • la communauté de communes du Saulnois (57),
  • le PETR du Sundgau (68).

Élus, chefs d’entreprises ou responsables associatifs ont ainsi contribué à l’élaboration des projets dont les travaux ont été restitués. Les premières actions vont démarrer en 2020. Les acteurs impliqués estiment que cette expérimentation leur apporte une nouvelle vision de leur territoire et mobilise de nouvelles forces vives. La démarche questionne sur l’évolution du rôle des collectivités dans le développement de projets et peut conduire à réorienter les programmes de subventions. Elle oblige également à travailler davantage en réseau.

Santé : l’innovation au service des territoires, un exemple avec le Pays de Bitche

En partenariat avec la Région Grand Est, la communauté de communes du Pays de Bitche (57) a organisé samedi 7 décembre 2019, une journée dédiée aux solutions d’e-santé. Objectif : répondre aux besoins des habitants et améliorer l’offre de soins, de la prévention à la prise en charge et au suivi des patients. Avec 110 millions d’euros consacrés chaque année à la santé publique, la Région s’engage pleinement dans la lutte contre la désertification médicale et l’égalité de l’accès aux soins.

L’occasion pour la Région Grand Est de valoriser des initiatives dans les territoires ruraux et pour Jean Rottner de souligner l’exemplarité de ce projet permettant d’impulser une véritable dynamique de santé locale.

Au cours de cette journée, de nombreuses interventions et conférences ont notamment permis aux participants de découvrir à travers des exemples concrets, des solutions numériques de prévention de la dénutrition à domicile, de rupture de l’isolement et d’amélioration du suivi des patients sous thérapies anti-cancéreuse ou encore des services à destination des aidants. Parmi les grands acteurs de la santé participaient le professeur Jacques Marescaux, Président de l’IHU et de l’IRCAD à Strasbourg, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Francis Vogt, Président de la Communauté de Communes du Pays de Bitche, et Philippe Dorge, Directeur Général du Groupe La Poste.

Les professionnels ont pu également appréhender sur différents stands, des outils de partage sécurisés d’informations telles que l’imagerie médicale, la dématérialisation des courriers médicaux ou la mise en place d’un WHATSAPP sécurisé de coordination des acteurs de santé.
L’accent a aussi été mis sur la prévention et le suivi des maladies chroniques telles que le diabète ou l’insuffisance cardiaque.

Grâce à son réseau fibré performant, le territoire de Bitche, avec le soutien de la Région Grand Est, de l’Agence Régionale de Santé et de la Banque des Territoires, a la possibilité de déployer rapidement des outils numériques de diffusion d’informations et de télémédecine. C’est pourquoi la démarche engagée par la Communauté de Communes du Pays de Bitche pour lutter contre la désertification médicale s’appuie sur des services numériques innovants (e-santé).

Pour organiser cette journée, la Communauté de Commune du Pays de Bitche, l’Agence Régionale de Santé et la Région Grand Est se sont entourées de GrandEnov, Pulsy, PRIeSM, l’Eurométropole de Strasbourg et BioValley.

Adoption du SRADDET : « Grand Est Territoires »

Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis le 22 novembre 2019 en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, ont adopté « Grand Est Territoires », le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET) de la Région.

« Grand Est Territoires » est un schéma transversal et prescriptif qui incarne une vision partagée de l’avenir à long terme des territoires composant le Grand Est. Il met en cohérence l’équilibre et équité des territoires, l’intermodalité et développement des transports, l’habitat et la gestion économe de l’espace, la maîtrise de l’énergie et la lutte contre le changement climatique, la pollution de l’air et la préservation de la biodiversité, la prévention et la gestion des déchets.

« Grand Est Territoires » devient ainsi le modèle d’une société plus durable, pour avancer sur un chemin qui fera du Grand Est la région des transitions réussies.

Le SRADDET, c’est une vision du Grand Est en 30 objectifs pour répondre à 2 enjeux prioritaires :

Pour répondre à l’urgence climatique

  • Choisir un modèle énergétique durable en devenant, à l’horizon 2050, une région à énergie positive et bas carbone.
  • Préserver et valoriser nos richesses naturelles et les intégrer dans notre développement, notamment en économisant le foncier naturel, agricole et forestier.
  • Vivre nos territoires autrement dans des villes et villages attractifs et résilients, où se développent l’intermodalité et les mobilités douces, et où nos modes de consommation sont responsables.

Découvrez les témoignages d’acteurs du territoire

Pour répondre aux inégalités territoriales

  • Connecter les territoires au-delà des frontières en s’ouvrant à 360° et en amenant la fibre optique à tous d’ici 2023.
  • Solidariser et mobiliser les territoires, par un maillage équilibré de villes et villages qui coopèrent et qui sont reliés par des réseaux de transport modernisés.
  • Construire une région attractive dans sa diversité en recherchant l’accès pour tous à l’offre de services, de santé, sportive et culturelle, ainsi qu’en favorisant l’économie locale et touristique.

 

Orientations budgétaires 2020 : la Région réduit ses dépenses de gestion

La séance plénière du 22 novembre 2019 était consacrée en partie aux orientations budgétaires pour 2020. Ces orientations ont un double objectif :

  • donner au territoire les moyens nécessaires pour se projeter dans l’avenir avec confiance
  • faire du Grand Est une terre d’équilibre, d’équité et du bien vivre.

Trois grandes priorités

Pour atteindre cet objectif, la Région entend intensifier sa politique de maîtrise des dépenses de fonctionnement par la mise en œuvre d’un plan d’économies toujours plus ambitieux.

  1. Baisser les dépenses de fonctionnement
    Les efforts importants réalisés depuis 2016 ont permis à la Région d’être en deçà des objectifs du contrat de bonne gestion passé avec l’Etat et de faire de réelles économies.
    En 2019, le montant des dépenses réelles de fonctionnement (DRF), qui devrait s’élever à 1 833 millions d’euros, sera en effet bien en dessous de la cible fixée par l’Etat d’un montant de 1 881 millions d’euros.
  2. Maîtriser avec justesse ces dépenses
    La gestion rigoureuse de la Région permettra de mobiliser 3,1 milliards d’euros de dépenses d’investissement sur quatre ans (2020 à 2023) pour soutenir les grands projets essentiels à la réussite des transitions écologique, numérique et économique.
  3. Réduire l’encours de la dette
    L’encours de dette s’élevait à 2 364,8 millions d’euros au 1er janvier 2019. Il a été stabilisé sur la période 2015-2018, avec un endettement net nul en 2017 et en 2018. Une progression très mesurée, en cohérence avec les investissements en cours, est anticipée sur 2019.

 

Coup de frein sur les dépenses de gestion

Réduction du budget communication

D’un budget de 8,6 millions d’euros en 2015, les frais de communication s’élèveront à 6,4 millions d’euros en 2020. Soit – 25,5 % depuis 2015.

Baisse des frais de réception

Le budget lié au poste « protocole » a baissé entre 2018 et 2020 de – 26,4%, passant ainsi d’un peu plus d’1,4 million d’euros contre 1,04 million d’euros en 2020.

Parmi les postes de dépenses, on peut distinguer :

  • Les frais de réception (cérémonies, dîners, cocktails, etc.) qui, en 2018, s’élevaient à un peu plus de 930 000 euros contre 730 000 euros prévisionnels pour l’année 2020, représentant 0,13 euros par habitant1. Soit – 21,5 %.
  • Les frais de représentation de la collectivité, passent d’un peu plus de 88 000 euros en 2018 à 5 000 euros pour l’exercice 2020, soit – 94 %.

Réduction des effectifs du cabinet

Avant la fusion, le Cabinet du Président comptait 22 postes contre 12 aujourd’hui. Soit une baisse significative de – 45 % entre 2015 et 2019.

 

 

 

Auditions pour les Territoires d’Industrie du Grand Est

Lilla Mérabet, Vice-Présidente de la Région en charge de la Compétitivité, de l’Innovation et du Numérique, Rémy Sadocco, Président de la Commission Innovation de la Région et la Délégation aux Territoires d’Industrie, rattachée à Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, et à Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, ainsi que l’ensemble des opérateurs, ont participé mercredi 2 et jeudi 3 octobre, à un « speed dating » des projets de 9 Territoires d’Industrie du Grand Est.

Trois temps forts se sont déroulés à Metz, Reims et Strasbourg et ont rassemblé les Territoires d’Industrie venus présenter 45 projets. L’annonce officielle des projets retenus sera faite lors du Salon Be 4.0 dédié à l’Industrie du futur le 19 novembre prochain à Mulhouse, qui accueillera également l’Assemblée générale des Territoires d’industrie au niveau national.

L’initiative « Territoires d’industrie », lancée en 2018 par le Premier ministre, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de reconquête industrielle et de développement des territoires. Elle vise à mobiliser l’Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics et les entreprises, véritables leviers d’intervention auprès des territoires. Les projets émergents dans le cadre de cette démarche doivent s’inscrire dans l’un des 4 axes prioritaires : innover, recruter, simplifier, attirer. 2ème région industrielle française, le Grand Est a été identifié comme territoire pilote : 13 territoires d’industrie ont été retenus dans la région, en faisant ainsi la 2ème région de France en nombre de territoires labellisés. A noter que des contrats ont déjà été signés pour les territoires Sud-Alsace et Grand Reims Pomacle-Bazancourt et que le territoire Val de Lorraine fera l’objet d’une signature prochaine.

 

L’accès aux soins pour tous, sur tous les territoires

La Région Grand Est oeuvre quotidiennement au développement des territoires dans un souci d’équité et d’harmonie. Elle porte ainsi une attention particulière à la redynamisation des zones rurales. Celle-ci passe par exemple par la création de Maisons de Santé Pluridisciplinaires ou par un soutien aux internes en médecine pour pratiquer en zones rurales.

Lors de la Commission permanente du 27 septembre 2019, les élus régionaux ont voté plusieurs mesures pour un montant total de 916 800 euros.

Encourager les professionnels de santé à s’installer en zone rurale

La Région propose une aide incitative de 127 000 euros à destination de 86 internes en médecine durant leur stage afin qu’ils s’installent par la suite dans les zones médicalement sous-équipées. Par ailleurs, une aide de 450 000 euros est accordée pour la création de trois nouvelles Maisons de Santé Pluridisciplinaires à Orbay (68), Creney-près-Troyes (10) et Verdun (55). Ce soutien a pour objet d’encourager les professionnels de santé à se regrouper au sein d’une même structure afin de mutualiser des moyens et de se coordonner dans des territoires « fragiles » en terme de démographie médicale.

Soutenir les dynamiques territoriales de santé

La politique régionale porte sur la prévention et l’éducation à la santé. Parce que la prévention est plus efficace lorsqu’elle est partagée par l’ensemble des acteurs d’un territoire, la Région encourage la mise en synergie des professionnels, des dispositifs et des services de santé.
Dans ce cadre, 6 projets sont soutenus :

  • l’extension du cabinet médical sur la commune de Vireux-Molhain (08), avec la création d’un cabinet dentaire et d’un cabinet d’infirmières,
  • le réaménagement d’un bâtiment pour le développement d’une maison de santé à Thaon-lès-Vosges (88), permettant l’accueil de nouveaux professionnels de santé,
  • la création d’une maison de santé à Montreux-Vieux (68),
  • le soutien au festival Clin d’œil à Reims, destiné aux sourds et malentendants, avec notamment l’intervention d’interprètes sur place,
  • la mise en place de « A plus dans le bus ! Ateliers itinérants », dans le cadre du Contrat Local de Santé (CLS) Argonne Ardennaise (08), action de prévention santé en direction des publics isolés ou en difficulté,
  • le déploiement du nouveau Contrat Local de Santé II-2019/2023 de la ville de Romilly-sur-Seine (10), qui propose une vingtaine d’actions autour de l’innovation en matière de santé.

Favoriser les projets de télésanté et de télémédecine

La télésanté et la télémédecine sont des outils permettant de faciliter l’accès aux soins dans des zones rurales fragiles ou sous-équipées médicalement. La Commission permanente a accordé 165 000 euros pour la mise en place de 3 projets de télémédecine :

  • la mise en place de téléconsultations en structure d’exercice coordonné sur la ville de Saint-Dizier, porté par la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) Der et Blaise en Haute-Marne,
  • l’expérimentation du projet CardioNum de prévention dans le cadre de la santé au travail porté par Reims Santé au Travail (RST) dans la Marne,
  • et My Fit, outil d’apprentissage de l’insulinothérapie fonctionnelle porté par le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Nancy.

Accompagner les actions de prévention et d’éducation à la santé auprès des jeunes

La santé doit être considérée dès le pus jeune âge. Aussi, la Région Grand Est soutient des actions d’éducation et de promotion de la santé et accompagne notamment les projets suivants, à hauteur de 12 000 euros :

  • « Estime et confiance en soi des élèves », porté par le Lycée agricole de Chaumont (52) et destiné à agir contre les phénomènes d’exclusion, ainsi que sur l’image de soi,
  • « Sports Santé » est porté par le Centre social d’Illzach (68), qui sensibilise les jeunes aux bienfaits de la pratique d’une activité physique et d’une alimentation saine,
  • intervention de professionnels de santé et de troupes de théâtre pour sensibiliser les jeunes des lycées Louis Bertrand de Val de Briey (54), Boutet de Monvel de Lunéville (54) et Paul Louis Cyfflé de Nancy (54), aux addictions, à l’équilibre alimentaire, aux réseaux sociaux et au harcèlement.

 

 

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile