Des transports plus propres en Grand Est

PUBLIÉ LE 28 août 2021à 14:14:45 par emi_cro

Une nouvelle station de Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) a été inaugurée samedi 28 août à Prix-Lés-Mézières (08) par Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Christian Vedelago, Secrétaire général de la Préfecture des Ardennes, et Pascale Gaillot, Présidente de la Régie Départementale des Transports Ardennais (RDTA), Conseillère régionale. Dès cette rentrée 2021, 20 premiers bus roulants au GNV seront ainsi mis en service, avec pour objectif d’atteindre 100% du parc d’autocars ardennais d’ici 2024.

Les Ardennes, laboratoire de transports scolaires et interurbains plus verts

Alors que la loi relative à la transition énergétique impose depuis 2020 de renouveler la moitié du parc d’autocars scolaires et interurbains, au profit de véhicules à faibles émissions de gaz, la Région a choisi d’impulser cette démarche de verdissement des transports dans les Ardennes, dès janvier 2020, en partenariat avec la Préfecture des Ardennes et la RDTA.

Avec une aide de la Région de plus de 8,5 millions d’euros, dont plus de 6 millions d’euros apportés par l’État dans le cadre de France Relance, la RDTA a construit la station d’avitaillement de Prix-lès-Mézières et a déjà procédé à l’acquisition de 20 premiers cars (sur 36 au total d’ici 2024) afin qu’ils fonctionnent au gaz naturel dès la rentrée 2021. Ce biocarburant permet à la fois de réduire de 80% les émissions de CO2 par rapport au diesel et de répondre aux besoins d’autonomie des bus. Cette initiative ardennaise a vocation à rayonner plus largement et pourrait ainsi s’étendre à d’autres transporteurs ou d’autres usages. La création d’une station GNV en raccordement direct avec des usines de méthanisation est notamment à l’étude, tout comme l’implantation d’une seconde station à Sedan.

Les biocarburants, maillons essentiels de la Bioéconomie

Cette démarche s’inscrit pleinement dans la stratégie Bioéconomie du Grand Est, dans la perspective d’un développement économique plus vertueux. Déjà signataires de la charte pour le développement durable des biocarburants en Grand Est, la Région et la RDTA signeront très prochainement le contrat dédié à cette filière, aux côtés d’une quarantaine d’acteurs régionaux. L’objectif est de doubler d’ici 3 à 5 ans la part de biocarburants durables dans le mix énergétique régional pour la mobilité, consolidant ainsi la place du Grand Est comme leader européen de la Bioéconomie.

 

proximitéVotre région proche de vous