La Région accompagne le festival Décibulles pour 3 ans

A l’occasion de la 25ème édition du festival Décibulles, la Région Grand Est et la Communauté de Communes de la Vallée de Villé (67) viennent de signer une convention triennale. A travers cet engagement, la Région encourage le festival à poursuivre et à consolider son projet artistique, ainsi qu’à développer l’accueil des artistes et des publics. Il s’agit de la 1ère convention signée entre le Grand Est et un festival d’envergure !

La Région renforce ainsi son rôle d’accompagnateur « au plus près » des acteurs culturels du territoire et accorde une subvention globale prévisionnelle de 55 000€,  faisant d’elle le premier financeur public de Décibulles. Par cette initiative prometteuse, les partenaires réaffirment leur volonté de co-construire une politique territoriale forte en réitérant leur confiance aux festivals du Grand Est.

Vecteur de rayonnement, de dynamisme et d’attractivité, les festivals en Grand Est sont soutenus à travers un dispositif de soutien aux festivals et aux manifestations d’envergure à destination du spectacle vivant et des arts visuels. Via cette politique, la Région Grand Est souhaite :

  • participer au rééquilibrage du territoire en termes d’offre culturelle,
  • faciliter la rencontre entre créateurs, diffuseurs et publics,
  • soutenir l’emploi culturel régional et la promotion des équipes artistiques et des artistes du territoire prenant part à ces manifestations,
  • accompagner les festivals dans leur effort de rayonnement régional, national ou international,
  • promouvoir la Région comme terre de création artistique, d’expérimentation et d’innovation et encourager les manifestations soucieuses du développement durable et des partenaires locaux

Cet été, la Région vous donne rendez-vous avec la création artistique et vous aide à trouver le festival le plus proche de chez vous !

 

Crédit photo :  SL Photographie – Schiller Lucas

Signature du Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE) avec Colmar Agglomération

La Région Grand Est et Colmar Agglomération ont signé le Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE)  le lundi 16 juillet à l’hôtel de villle de Colmar en présence d’élus régionaux.

Qu’est-ce que le POCE ?

Le POCE s’inscrit dans la stratégie de développement économique de la Région (SRDEII), la stratégie d’aménagement du territoire (SRADDET) et de la formation professionnelle continue (CPRDFOP – Performance Grand Est) et a vocation à développer l’attractivité économique, touristique et industrielle du territoire. Par ailleurs, la POCE prend en compte les besoins du territoire et ses spécificités.

Développer l’emploi autour de Colmar

Signature POCE Colmar
Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Gilbert Meyer, Président de Colmar Agglomération, Maire de Colmar, ont signé le Pacte Offensive Croissance Emploi Colmar

Le POCE Colmar a pour objectif de préserver les activités existantes et d’encourager l’implantation de nouvelles industries. Forte de plus de 17 zones d’activités réparties dans 9 communes, Colmar Agglomération possède un bassin d’emploi important avec plus de 56 000 emplois dans le secteur public et privé.

Ce pacte se décline en trois thématiques :

  • la performance et le développement du tissu économique local
    • L’identification des besoins des entreprises par rapport à la présence des zones d’activités économiques de l’agglomération afin de les y accueillir.
    • La réhabilitation des friches industrielles avec le projet de faire des anciennes papeteries de Turckheim une future zone d’activités économique et de permettre ainsi aux entreprises de s’y installer et, la création d’un  « quartier économique » à la place du site de l’ancienne gare de marchandises à Colmar.
    • La mise en place d’un pôle entrepreneurial s’appuyant sur la construction d’un lieu dédié à la création, au développement des jeunes entreprises et à la mobilité des salariés (pépinières d’entreprises, tiers-lieu, espaces de co-working) mais aussi, sur la mise en réseau des structures privées et publiques de création d’entreprise déjà existantes.

 

  • l’attractivité et le rayonnement international
    • A travers le syndicat mixte du port Rhénan de Colmar Neuf-Brisach, Colmar Agglomération participera au projet de développement de la zone industrielle dite BNHG (Balgau – Nambsheim – Heiteren – Geiswasser), à proximité du site de la centrale nucléaire de Fessenheim et de Colmar.
    • La création d’un nouveau hangar et l’aménagement des zones autour de l’aéroport de Colmar-Houssen, afin de créer de nouveaux stationnements et de favoriser l’implantation d’entreprises et d’industries dont les activités nécessitent la proximité avec un aéroport d’affaires.

 

  • la compétitivité par l’innovation et l’accompagnement des transitions numériques, créatives et énergétiques
    • Le développement du Biopôle (pôle d’excellence Adrien Zeller), centre de compétences reconnu dans les domaines que sont la santé de la vigne, la qualité du vin et les performances agronomiques et environnementales, s’inscrira dans une feuille de route à co-construire avec les structures du territoire, en lien avec les Etats Généraux de la Bioéconomie du Grand Est.
    • Le soutien à l’émergence du numérique et des start-ups sur le territoire colmarien en s’appuyant notamment sur la French Tech et l’incubateur SEMIA afin d’accompagner au mieux les entreprises du territoire dont les projets innovants et créatifs renforcent l’attractivité du territoire et le rayonnement du Grand Est.

Transports : la Région expérimente les rames Régiolis hybrides

La Région Grand Est, chef de file des transports et de la mobilité, maintient son effort dans la modernisation du matériel roulant ferroviaire TER et investit dans l’acquisition de 40 rames Régiolis bimodes (électriques et diesel).

L’hybridation des rames Régiolis apparaît ainsi comme une solution d’avenir et prometteuse qui permettra des gains très importants à court terme (de l’ordre de 20% sur la consommation d’énergie) en récupérant et en réutilisant l’énergie du freinage dont la perte constitue un déficit important d’énergie consommée par les TER.

Dans ce souci de maîtrise des coûts du transport ferroviaire, la Région Grand Est participe activement aux réflexions menées dans le cadre des programmes de recherche d’Alstom et SNCF Mobilités. Ainsi, cet investissement s’inscrit dans la continuité des efforts importants consentis par la Région Grand Est pour que le réseau de transport ferroviaire régional de voyageurs puisse disposer d’une offre de service performante, économe en énergie et à faible empreinte carbone.

Comme la Région Grand Est, la Nouvelle Aquitaine et l’Occitanie ont fait part de leur intérêt et de leur volonté de participer à ce projet et d’apporter chacun une subvention de 3 millions d’euros à ce projet.

La durée prévisionnelle de l’expérimentation est de 44 mois, dont 15 mois nécessitant la mise à disposition du démonstrateur pour son équipement et les essais, le démonstrateur étant une rame hybride de pré-série. L’intégration des équipements sera réalisée sur le site industriel d’Alstom à Reichshoffen.

Projet XR, la Région aux côtés de PSA

1ère région de France en matière d’assemblage automobile (25% de la production nationale), la Région soutient et investit dans la filière automobile. La Commission permanente du vendredi 13 juillet 2018 accorde 8 millions d’euros au groupe PSA [site de Mulhouse] pour le développement du projet XR.

Avec ce projet XR, PSA lance le process d’industrialisation de deux nouveaux modèles haut de gamme intégrant des technologies avancées : la DS7 Crossback et la Peugeot 508. Ces véhicules seront pourvus de la connectivité intégrée, de l’électronique embarquée liée à l’assistance à la conduite et, pour la DS7, de la motorisation hybride rechargeable. Ils feront également la part belle aux innovations sur la conception même des véhicules, avec plus de pièces vissées, qui assurent une meilleure fiabilité et un traitement acoustique amélioré.

Le site de Mulhouse, habituellement dédié à la production, vise un positionnement sur la production de véhicules à fort contenu technologique, permettant d’accroître sa compétitivité et de se positionner pour l’attribution de futurs modèles à fort contenu technologique nécessitant de développer des compétences spécifiques.

Pour mémoire, PSA est le premier employeur privé du Grand Est, avec près de 14 500 salariés répartis sur les sites de Mulhouse, Metz, Trémery et Charleville-Mézières.

Le TGV n’est pas le jouet de la SNCF !

La Région Grand Est et les collectivités ont investi au total plus de 850 millions d’euros pour être desservie par le TGV. Aujourd’hui, la SNCF veut supprimer les liaisons entre la Lorraine et le Sud de la France et diminuer les dessertes au départ de Strasbourg. La position de Nancy serait menacée, certaines gares TGV de la desserte Sud Lorraine fermeraient (Toul, Neufchâteau et Culmont-Chalindrey), l’ouverture européenne du Grand Est et de sa capitale Strasbourg serait gravement mise à mal.

Nous refusons l’inacceptable ! Le Président Jean Rottner et les élus du Grand Est appellent toutes les forces vives à se battre à leurs côtés, pour faire reculer la SNCF. Mobilisons-nous pour garder un TGV que nous avons payé et qui est aussi le nôtre.

Rejoignez-nous et signez la pétition sur www.touchepasamontgv.fr


#TouchePasAMonTgv

L’aéronautique, une filière d’avenir

Jeudi 5 juillet, dans le cadre du Championnat de France de Voltige aérienne, Jean Rottner s’est rendu sur le site de Chambley (54). Cette visite fut l’occasion d’échanger avec les acteurs de la filière sur l’avenir de l’aéronautique dans le Grand Est, et d’explorer différentes pistes pour faire de notre région une référence dans le domaine.

À la suite de ces échanges, le Président de la Région a visité les ateliers et échangé avec les élèves du lycée Jean Zay (54), l’unique lycée régional proposant une formation aux métiers de la maintenance aéronautique, et Louis Vincent de Metz ; lycée préparant au Brevet d’initiation Aéronautique (BIA).

Depuis 15 ans, la filière aéronautique en Grand Est est particulièrement porteuse d’emplois et d’innovations, permettant une croissance d’activité pour les entreprises régionales et l’émergence de projets industriels structurants pour le territoire. Parce que la filière aéronautique est un vecteur fort du développement économique, la Région mène une politique volontariste d’accompagnement, notamment via le cluster AERIADES, qui vise à structurer le tissu des entreprises aéronautiques régionales et à les faire monter en compétence.

Pour mémoire, en 2017 au titre du développement de la filière aéronautique, la Région a attribué une aide de 217 000€ pour le Plan d’action AERIADES et 257 000€ pour accompagner la 2ème phase du programme « performances industrielles » en Grand Est, destiné aux PME et piloté par AERIADES.

 

Se baigner en Grand Est

Pour vous baigner sans hésitez et en toute sécurité en Grand Est, l’Agence Régionale de Santé (ARS) contrôle chaque année des points d’eau. Ce contrôle porte sur l’analyse de la qualité des eaux, et également sur l’hygiène et l’aménagement des sites.

Vous avez envie de vous rafraîchir dans l’un des 88 lieux de baignade contrôlés que compte le Grand Est ? De découvrir le lieu de baignade le plus proche de votre domicile et de profiter de ses nombreuses activités ? Retrouvez la carte indiquant les sites de baignades contrôlés pour le Grand Est sur le site de l’ARS.

Une initiative que la Région Grand Est encourage et partage, notamment au titre de sa compétence en matière d’animation et de coordination dans le domaine des eaux.

Le label Pavillon Bleu, symbole d’une qualité environnementale exemplaire, a récompensé la qualité des eaux de baignade de 7 plages du Grand Est

 

La Région porte une attention particulière à deux grands vignobles du Grand Est

La Région Grand Est soutient les vins et coteaux de Champagne et contribue à l’inscription du Vignoble d’Alsace au patrimoine de l’UNESCO.

Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne

La Région Grand Est apporte son soutien à l’association Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015. Cette association participe à la valorisation du patrimoine et au développement économique de la filière champenoise.

Ainsi une subvention de 100 000 € lui a été attribuée lors de la Commission permanente du Conseil régional du 29 juin 2018 pour soutenir différentes actions telles que :

  • l’animation de la plateforme de gouvernance territoriale de gestion, dont les objectifs prioritaires sont de mieux appréhender les spécificités du territoire, de partager l’information, d’anticiper les évolutions et d’établir une stratégie de gestion,
  • le suivi et la mise en oeuvre du plan de gestion, en synergie avec les acteurs du secteur pour préserver au mieux le patrimoine,
  • l’accroissement, notamment par le biais de formations, de la visibilité de l’inscription des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne au patrimoine de l’UNESCO.

La Route des Vins d’Alsace

La Commission permanente du 29 juin 2018 a également attribué un financement de 12 168 € pour une étude préalable en vue de l’inscription de la Route des Vins d’Alsace au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, initiée par le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA).

La Route des Vins d’Alsace est l’une des plus anciennes, mais aussi l’une des plus fréquentées au monde, avec quelque 6 millions de visiteurs par an.

Le petit village de Nierdermorschwihr entouré de vignobles, près de Colmar et situé sur la Route des Vins © DUMOULINCette étude permettra de :

  • réaliser un état des lieux de la Route des Vins d’Alsace,
  • préfigurer les types de classement possibles au vu de ses atouts,
  • mettre en évidence les singularités et différences de la Route des vins d’Alsace par rapport aux autres sites viticoles classés par l’UNESCO,
  • recommander un système de gouvernance le mieux approprié pour fédérer l’ensemble des acteurs de ce territoire.

Une telle démarche engagée constituera un signe de reconnaissance pour le vignoble d’Alsace et confortera son rayonnement à l’international.

La Région soutient le développement de l’ESC de Troyes

La Région Grand Est attribue 3,2 millions d’euros pour soutenir le développement de l’Ecole Supérieur de Commerce (ESC) de Troyes pour la période 2018 – 2020.

Le Groupe ESC Troyes forme aujourd’hui 1 820 étudiants de niveau Bac à Bac + 5, avec cinq programmes de formation supérieure et un master en commun avec l’Université de Technologie de Troyes (UTT) ou encore l’Ecole Polytechnique Féminine (EPF) de Troyes. L’ESC est également impliquée dans la Technopole de l’Aube grâce à son pôle entreprenariat étudiant. Le Groupe déploie également deux écoles de la 2ème chance et un pôle de formation permanente à destination des demandeurs d’emplois et des salariés. A l’horizon 2021, le groupe, qui rayonne sur l’ensemble du bassin troyen, souhaite atteindre 2 500 étudiants.

L’accompagnement de la Région Grand Est poursuit 3 objectifs :

  • pérenniser le programme Stud’up, première en France, mis en place en 2016 et qui propose aux bacheliers ne souhaitant pas se spécialiser, un cursus généraliste pour leur première année dans l’enseignement supérieur,
  • proposer des formations touristiques à vocation internationale, à Paris,
  • développer le campus Afrique, créé en 2017 à Yaoundé, au Cameroun.

Grâce à cette stratégie, l’école intégrera le Pacte Grandes Ecoles mis en place par la Région en 2017.

Grand Est, terre de Sports !

Ce vendredi, la Région Grand Est a attribué 8,6 millions d’Euros pour soutenir 75 ligues et comités sportifs du Grand Est dans le cadre de conventions quadriennales de partenariats 2018-2021.

La politique sportive de la Région se veut ambitieuse et évolutive. La structuration du sport de haut-niveau et une offre de pratique sportive de proximité sont des axes stratégiques identifiés et ciblés par ces conventions, les aides accordées portent notamment sur :

  • les parcours de performance fédéraux (haut niveau),
  • la formation des dirigeants, encadrants et des juges/arbitres,
  • la structuration de la discipline et des associations,
  • le sport santé,
  • l’insertion par le sport,
  • l’équilibre de l’offre sportive dans les territoires.

La Région consolide ainsi son soutien aux ligues et aux comités sportifs de tout le territoire du Grand Est, véritables ambassadeurs de l’identité et de l’attractivité régionales.

Pour rappel, cinq autres dispositifs composent la politique sportive du Grand Est :

  • le soutien aux manifestations sportives
  • le soutien aux sportifs de haut-niveau
  • le soutien aux clubs de haut-niveau
  • le soutien aux investissements sportifs
  • le soutien à l’acquisition de leur matériel sportif

La Région affirme son soutien à planet A

A l’occasion de l’ouverture de la 1ère édition du Forum Mondial planet A, à Châlons-en-Champagne, le 28 juin 2018, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a réaffirmé son soutien au projet, initié par Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne.

La Région Grand Est apporte son soutien financier, par une subvention de 140 000 euros, à la réalisation du projet, en trois volets :

  • le Forum International planet A ;
  • IHEDA, l’exportation du savoir-faire et du savoir-être à la Française dans le domaine agricole pour former les acteurs agricoles de demain, ici et partout où la francophonie rayonne pour aider au développement des procès industriels et agricoles ;
  • la Cité de l’agriculture, à l’instar des sciences qui ont leur Cité de la Villette à Paris, l’Agriculture aura elle aussi son bâtiment Totem, qui non seulement donnera l’occasion au plus grand nombre de découvrir ce qu’est vraiment l’Agriculture d’aujourd’hui mais qui donnera aussi l’image de sa modernité.

Le Grand Est est une région agricole importante, c’est pourquoi elle a souhaité faire de la bio économie et de l’agriculture une politique forte, et au plus près des territoires. L’agriculture est au coeur des grands enjeux mondiaux puisqu’il faudra nourrir 10 milliards d’êtres humains en 2050 tout en préservant l’environnement et les ressources. Dans le cadre du SRDEII, la Région a ainsi choisi d’accompagner les agriculteurs et les viticulteurs en faisant de ses priorités la Ferme du futur. Elle a aussi souhaité engager des travaux dans le domaine de la bio économie, c’est pourquoi elle a mis en place des Assises de la Bio économie dont la première s’est déroulée le 7 juin dernier, à la maison de la Région à Châlons en Champagne.

Lycée 4.0 : une nouvelle vague d’établissements participe à l’expérimentation

62 établissements du Grand Est rejoignent à la rentrée 2018 les 49 lycées participant à l’expérimentation « lycée 4.0 ».

Offrir aux lycéens des conditions d’apprentissage modernes

La Région a pour ambition de développer les usages du numérique pour les 218 000 lycéens du Grand Est et proposer à la jeunesse des conditions de travail modernes permettant aux jeunes de mieux appréhender les nouvelles technologies et facilitant ainsi leur insertion professionnelle. Cette expérimentation se traduit par la fourniture de manuels et / ou ressources en version numérique et concerne l’ensemble des niveaux et discipline de l’établissement. Tous les établissements qu’ils soient publics, privés, agricoles ou d’enseignement adaptés sont concernés par ce dispositif, les bénéficiaires étant tous lycéens de la seconde à la terminale. Les classes post-bac ne sont pas concernées.

Le concept va au-delà du livre numérique, il s’agit d’outils et de ressources mis à disposition des élèves et des professeurs dans les lycées, à domicile et accessible sur ordinateur portable ou tablette : manuels numériques interactifs, plateformes de ressources, en particulier avec la Banque de Ressources Numériques pour l’Ecole (BRNE), espace numérique de travail, tableaux interactifs, applications spécifiques, imprimantes 3D, etc.

Par ailleurs, le numérique contribue à la lutte contre le décrochage scolaire dans la mesure où il offre la possibilité d’individualiser les parcours, de différencier la pédagogie et le rythme d’apprentissage.

Les ressources et manuels numériques, dont le choix relève toujours de l’établissement, permettent :

  • un accès gratuit aux ressources numériques pour les élèves,
  • d’offrir aux lycéens une continuité numérique entre le collège (le plan national concerne aujourd’hui déjà 25% des collèges) et l’université (déjà fortement utilisatrice des ressources numériques),
  • de faciliter l’accessibilité via un Espace Numérique de Travail (ENT) unique sur l’ensemble du Grand Est,
  • de réduire le poids des cartables,
  • de bénéficier d’une offre des éditeurs adaptée et renouvelée.

La Région accompagne le déploiement des équipements et infrastructures

L’accompagnement de la Région consiste à déployer des infrastructures wifi dans les établissements, dans l’objectif de favoriser l’utilisation des ordinateurs personnels des lycéens. La Région prend en charge les chantiers dans les 62 nouveaux lycées 4.0.

Le Grand Est a été la 1ère Région de France à signer avec Microsoft un contrat de licence afin de mettre à disposition de tous les lycéens des Etablissements Publics Locaux d’Enseignement (EPLE) publics, privés et agricoles, leurs familles et les enseignants, le pack Microsoft Office.
Ce contrat permet l’installation et la mise à jour de la suite Office complète sur l’ensemble du parc informatique des lycées (100 000 postes de travail) ainsi que sur les équipements personnels des quelque 218 000 lycéens du Grand Est et 26 000 enseignants et personnels administratifs. Le parc informatique des lycées du Grand Est sera ainsi prochainement unifié, permettant de diminuer les coûts de maintenance pour la Région. Les échanges entre les enseignants et les élèves via les Espaces Numériques de Travail seront également facilités, chacun utilisant la même version logicielle. Cette offre représentera une aide significative pour les lycéens et leurs familles qui en disposeront gratuitement durant leur scolarité en EPLE.

Plus d’information sur les ressources et les équipements

Le regroupement des lycées du Lunévillois : vers un établissement unique et numérique

Parmi les lycées qui prennent le virage du numérique figurent 3 lycées du Lunévillois, inscrits par ailleurs dans un projet de restructuration et de modernisation, initié par la Région Grand Est et le Rectorat de l’académie de Nancy-Metz. Jean Rottner et Florence Robine ont présenté ce projet, le 26 juin 2018, à l’occasion du lancement de « Lycée 4.0 ». Le projet concerne le regroupement des lycées Ernest Bichat, Jacques-Marie Boutet de Monvel et Paul Lapie, en un établissement unique, tourné vers le numérique, qui sera dès la rentrée de septembre 2018 labellisé « lycée 4.0 ».
L’établissement réhabilité pourra accueillir 2 200 élèves, répartis autour de 6 grands pôles d’enseignement : Métiers d’Art, Industriel, Technologique, Tertiaire, Sanitaire et Social et Général.
Les travaux, qui devraient s’achever à l’horizon 2027, représentent un coût total de 66 millions d’euros.

Carte des lycées 4.0 du Grand Est

 

Votre région proche de vous

Maison de la Région
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 8h15 à 18h

Tél. +33 (0)3 88 15 67 68

Maison de la Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 8h15 à 18h

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Maison de la Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Horaires d'ouverture au public : lundi au vendredi de 8h15 à 18h

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Agences territoriales
12 agences

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile