Un nouveau schéma régional de développement économique

Avec 3 moteurs de changement identifiés : numérique, industrie 5.0 et environnement, la Région GrandEst lance son nouveau schéma régional de développement économique (SRDEII). A partir de juillet 2022, la Région poursuivra à travers le nouveau SRDEII, voté lors de la séance plénière du 23 juin 2022, les objectifs qu’elle s’était fixés : soutenir les grands projets, mobiliser les offreurs de solutions, accompagner la transformation des entreprises

Elaboration du SRDEII 2022-2028

L’élaboration du nouveau SRDEII se fera en plusieurs étapes :

Première étape, de juillet à septembre 2022 : réalisation d’un diagnostic territorial

Il s’agit notamment de mener des entretiens bilatéraux avec des acteurs régionaux et d’animer des ateliers territoriaux, avec les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), les agences de développement économique, les chambres consulaires, etc. Cette phase permettra de dresser un portrait de l’économie du Grand Est avec les données clés en matière d’emploi, de croissance, de recherche-développement, d’innovation, de dynamisme des entreprises ou encore de commerce extérieur, et ainsi de mettre en lumière les leviers potentiels de développement et les axes d’amélioration.

Deuxième étape, d’octobre à décembre 2022 : concertation et définition des orientations

Des ateliers « orientations du futur SRDEII » ainsi que des réunions de concertation thématiques (industrie, numérique, environnement, égalité femmes-hommes, économie sociale et solidaire, etc.) seront organisés. En parallèle, un appel à contributions écrites sera ouvert à l’ensemble des partenaires, via le site www.maregiondemain.fr

Troisième étape, de janvier à février 2023 : rédaction et présentation du document stratégique

Outre l’identification des filières prioritaires et objectifs stratégiques du SRDEII, le document écrit devra également préciser les modalités d’intervention des différents partenaires.
Une fois le projet finalisé, il sera soumis à la conférence territoriale de l’action publique et au Conseil économique social et environnemental (CESER).

Bilan du SRDEII 2017-2021

Le SRDEII 2017- 2021 a été construit sur la base de 7 orientations opérationnelles dont on peut tirer les éléments de bilan suivants :

  • Faire du Grand Est un des leaders européens de l’industrie du futur et de la bioéconomie
  • Faire du Grand Est un territoire d’expérimentation des innovations sur des domaines de spécialisation partagés
  • Accompagner les entreprises à potentiel de croissance afin de doper la compétitivité économique et l’emploi du Grand Est
  • Faire du Grand Est une plaque tournante de l’économie transfrontalière, ainsi qu’une place attractive sur le marché international des investissements directs étrangers
  • Créer, innover, expérimenter dans l’ensemble des territoires du Grand Est pour ancrer et diversifier l’activité économique, en prenant appui sur les dynamiques métropolitaines et d’agglomérations
  •  Renforcer l’efficacité, la responsabilité, la proximité de l’action publique et des partenariats, au service de l’emploi, des compétences et des entreprises du Grand Est
  • Faire du Grand Est un territoire attractif pour les entreprises en développement, recherchant des solutions de financement innovantes

Des investissements pour l’avenir du Grand Est

Le 4ème Programme d’investissements d’avenir (PIA)en Grand Est a été signé jeudi 28 avril 2022 à Metz. Il s’agit pour le Grand Est d’officialiser son volet régionalisé du PIA4 – France 2030. Ce programme prévoit un engagement financier de plus de 41 millions d’euros de l’État pour le volet régionalisé et un engagement similaire de la Région en Grand Est (via les crédits de la collectivité et les fonds européens). Ce budget est doublé par rapport au PIA3, soit un total de 82 millions d’euros, financés à parité par l’État et la Région. Objectif : booster l’innovation et la transformation des entreprises et filières du Grand Est, sur la période 2022-2025.

Quatre axes d’intervention :

  1. Les projets d’innovation
  2. Les projets de filières
  3. Les projets collaboratifs de recherche et de développement
  4. Les projets ingénierie de formation professionnelle

 

Journées Européennes des Métiers d’Art les 2 et 3 avril

Le week-end des 2 et 3 avril auront lieu les 16èmes Journées Européennes des Métiers d’Art placées sous le thème «  Nos mains à l’unisson »

Pour cette édition du renouveau, la Région Grand Est est mise à l’honneur et valorisera particulièrement les hommes, le faire-ensemble et l’européanité des gestes des métiers d’art.

Un programme riche et diversifié vous permettra de découvrir les savoir-faire métiers d’art du Grand Est : 150 ateliers ouverts, 60 manifestations et 500 professionnels des métiers d’art sont mobilisés.

Ce grand rendez-vous des métiers d’art est organisé en région Grand Est par le Pôle Métiers d’Art de la Région Grand Est avec le soutien de la Fédération des Métiers d’Art d’Alsace et la Chambre Régionale de Métiers et d’Artisanat Région Grand Est.

Retrouver le livret programme de cet évènement en Grand Est

Plus d’informations sur :

www.journeesdesmetiersdart.fr

Suivez aussi la page Métiers d’Art Grand Est

500 relocalisations d’entreprises d’ici 2028

Garantir une indépendance nationale et sécuriser des chaînes de production s’imposent comme une évidence après les déboires de la crise sanitaire. Les limites de la délocalisation et la dépendance aux fournisseurs étrangers nous intiment de reconquérir nos propres forces. La Région s’appuie depuis avril 2020 sur le pacte de relocalisation des approvisionnements grâce auquel 68 entreprises ont déjà pu être accompagnées.

Le Plan régional « 500 relocalisations » 2021-2028 voté à l’occasion de la Séance plénière du 17 mars 2022 repose sur les cinq axes suivants :

  • Accompagner les entreprises du territoire dans le processus de relocalisation
    C’est le cœur du plan. La Région a déjà pu soutenir 21 entreprises depuis 2021, elles ont ainsi pu identifier des fournisseurs alternatifs nationaux et, dans la mesure du possible, régionaux. Un engagement de 500 000 euros sera voté lors de cette séance pour pérenniser cette aide. La stratégie de relocalisation s’inscrit également dans une dynamique des parcours de transformation (diagnostics 360°, expertises, etc.).
  • Sécuriser les capacités foncières pour accueillir les relocalisations
    Pour attirer les entreprises industrielles, la Région Grand Est doit disposer d’un foncier « clé en main », qui correspond à leurs attentes potentielles. La récente démarche Star’Est vise à identifier les réserves foncières exemplaires (friches, zones d’activités, etc.) capables d’accueillir de nouveaux projets d’implantation et de relocalisation sur le territoire. Ce sont 54 sites repérés qui représentent une surface totale de 5 200 hectares.
  • Renforcer la capacité de recrutement des entreprises et répondre aux besoins en ressources humaines liés aux relocalisations
    Pour aider les entreprises qui s’implantent à embaucher les salariés qualifiés, le plan de relocalisation s’articule avec la politique régionale en matière de formation professionnelle. Celle-ci permet notamment aux jeunes et aux demandeurs d’emploi — forte de ses connexions avec les différentes branches professionnelles — de se qualifier sur des métiers en tension de recrutement fortement recherchés. Les besoins émergents en compétences dans le secteur du numérique, de la transition environnementale, de la santé et de l’industrie sont aussi ciblés.
  • Partir de ses atouts propres
    La Région soutient de nombreux projets individuels de relocalisation. Pour amplifier le processus de réindustrialisation, elle adopte une approche proactive et structurée capable d’identifier les potentiels de relocalisation de certains secteurs stratégiques au regard des atouts du territoire. Pour arriver à son but, le Grand Est étudie la création des 1res Assises de la relocalisation ainsi que celle d’un think tank et d’une task force sur les mêmes questions.
  • Observer les relocalisations réussies grâce au suivi statistique et à la collecte de données
    La Région doit identifier les projets de relocalisation pour mieux comprendre leurs motivations, leurs facteurs de réussite mais également les freins à leur aboutissement. Grâce à ces informations, les actions, outils et dispositifs mis en place pourront être adaptés. Dans ce cadre, les projets de relocalisations d’entreprises, d’activités ainsi que les relocalisations de chaînes de valeurs seront suivis de façon distincte.

Investissements étrangers : le Grand Est confirme un bilan très positif

A l’occasion du dévoilement des premiers éléments du bilan 2021 de l’Investissement Étranger en France, la Région Grand Est annonce des résultats en croissance et se positionne au 3ème rang national.

Le poids des Investissements Étrangers dans le Grand Est

Le Grand Est dispose d’un tissu industriel puissant et performant, qui constitue en lui-même un fort facteur d’attractivité pour de nouveaux acteurs et projets : plus de 2 500 entreprises à capitaux étrangers y emploient 135 000 employés, soit une des plus fortes concentrations nationales. Les entreprises de la sphère germanophone en particulier, en ont fait leur terre d’accueil prioritaire, mais les Nord-Américains, Belges, Scandinaves y sont également fortement représentés, contribuant massivement à l’effort de R&D, aux investissements et à l’exportation de la Région.

Une forte dynamique régionale en 2021

Avec 143 projets recensés, le Grand Est connaît une croissance de +39% par rapport à 2020 et concentre aujourd’hui 9% des flux de projets d’investissement international à destination de la France. Ces résultats positionnent la région au 3ème rang national derrière l’Ile-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes.

Principales tendances

Avec 52 nouvelles implantations générant plus de 1200 emplois, le territoire confirme son attractivité comme porte d’entrée du marché français ou européen pour les industriels européens et acteurs nord-américains ou asiatiques.

Avec plus de 76 projets de production et une concentration de 17% des flux nationaux, la région Grand Est confirme son statut de première destination industrielle de France.

Des projets phare

Parmi les principales nouvelles implantations, rappelons celles de Pfenning à Drusenheim (67) (logistique, 430 emplois), Plug Power à Batilly (54) (automobile, 50 emplois). De très belles extensions de sites confirment l’ancrage régional de signatures comme Merck à Molsheim (67) (pharmacie, 350 emplois), Yanmar à Saint-Dizier (52) (mécanique, 120 emplois), ou Airesis /Coq Sportif à Romilly-sur-Seine (10) (sportswear, 80 emplois).

Les investissements étrangers ont également permis de maintenir des emplois menacés comme à Faulquemont (57) (reprise de Vitesco par le chinois ActBlue) ou via la reprise du snowpark d’Amneville (57) par le néerlandais Snowworld.

Une stratégie économique régionale forte

La Région a engagé des politiques extrêmement volontaristes pour faire du Grand Est un territoire de référence dans les différentes transformations qui façonnent l’économie de demain. Ces résultats confirment que sa position de leader dans les domaines de l’industrie 5.0, de la transition énergétique et de l’intelligence artificielle est reconnue par les décideurs industriels et économiques bien au-delà de nos frontières, y compris par des groupes étrangers de premier rang au niveau mondial. Le nombre important d’entreprises qui ont confirmé des décisions de réinvestissement sur leur site en Grand Est dans la conjoncture actuelle est également un marqueur fort de reconnaissance de l’action régionale.

Si ce bilan est à mettre avant tout au crédit des entreprises qui continuent d’investir malgré une visibilité particulièrement réduite, il exprime également la pertinence des efforts déployés par la Région dans le cadre du Business Act Grand Est, en particulier dans l’industrie 5.0, ainsi que la contribution de l’agence d’innovation et de prospection internationale Grand E-Nov+, qui accompagne les implantations nouvelles en partenariat étroit avec les territoires, en synergie avec les métropoles et acteurs locaux.

 

CES Las Vegas : les entreprises du Grand Est au rendez-vous !

Du 5 au 7 janvier 2022, huit entreprises du Grand Est participent actuellement au Consumer Electronics Show (CES) Las Vegas, le plus grand salon mondial consacré à l’innovation technologique.

CCI International Grand Est et la Région Grand Est, en collaboration avec Business France ont sélectionné et préparé ensemble huit entreprises innovantes du Grand Est. Elles y présentent leurs innovations sur un espace régional Grand Est au sein du pavillon national French Tech à Eureka Park. Une opportunité immanquable pour la visibilité des innovations françaises et pour faire rayonner leurs savoir-faire à l’international !

Des leaders de l’économie

La Région accompagne les entreprises du territoire vers l’excellence et s’appuie sur son plan pour la relance et la transformation du territoire, le Business Act Grand Est. Véritables leviers de rebond pour le monde économique, les transitions écologique, numérique, industrielle et la santé sont au cœur de la démarche et une réponse concrète pour préparer les entreprises aux grandes transformations de demain.

Les compétences et solutions développées par les 8 entreprises exposantes illustrent ainsi l’ambition de la Région et de ses partenaires. Au-delà du rayonnement du territoire, elles portent haut les couleurs du Grand Est et confirment leur capacité à être leaders de l’économie, de l’innovation, du numérique, pour répondre aux défis à venir.

Les entreprises présentes :

  • ALIAE
    Aliae est une nouvelle solution thérapeutique digitale pour les patients chroniques. Des conversations en langage naturel créent un environnement empathique et de confiance pour que les patients expriment leurs difficultés et leurs défis dans leur quotidien, leurs loisirs, leur vie sociale… Ces ressentis sur leur qualité de vie sont intégrés dans le parcours de soin pour une meilleure santé mentale.
    http://www.aliae.io
  • DEEP RIVER
    Un éditeur de logiciel qui offre un logiciel tout en un, pour compresser selon les derniers standards AVC et HEVC et enrichir en même temps un flux vidéo ou une image avec des métadonnées sans augmenter sa taille ou son coût de transfert.
    https://deepriver.fr
  • DELMONICOS
    Delmonicos facilite le monde de la mobilité électrique en offrant à chaque conducteur de véhicule électrique la possibilité de « Plug & Charge » sans aucune crainte et une transparence totale des prix.
    La promesse est d’améliorer l’expérience utilisateur en plaçant l’itinérance, la sécurité et l’évolutivité.
     www.delmonicos.tech
  • DYRUN
    Une société du groupe Mentor, spécialisée dans la recherche et le développement. Elle compte parmi ses produits phares des produits tels que des modems 4G ou le Mifi. L’objectif est d’améliorer l’expérience du client et solutionner ses problèmes de connexion internet que ce soit au travail, à la maison ou lors de déplacements, grâce à des produits innovants. Dyrun possède également sa propre marque d’accessoires mobiles et a récemment développé des solutions de crédit transfert et paiement en libre-service.
    www.dyrun.com
  • GREEN TECH INNOVATIONS
    Green tech Innovations est une start-up située sur le Technopôle de Metz spécialisée dans la conception de solutions énergétiques innovantes dans l’éclairage, les Objets Connectés, la Smart City et l’Intelligence Artificielle.
    www.green-tech-innovations.com
  • WOW.INK – JOLIFISH EU
    Jolifish a simplifié le processus pour rendre la technologie de Réalité Augmentée basée sur la reconnaissance d’images facilement accessible aux utilisateurs sans connaissances techniques spécifiques. Les petits éditeurs de livres, de bandes dessinées ou de livres illustrés ont désormais la possibilité d’ajouter très facilement de la Réalité Augmentée à leurs ouvrages, en important simplement les images à reconnaître et en définissant l’objet à juxtaposer en Réalité Augmentée, image, vidéo, photo 360, 3D objet.
    www.wow.ink
  • T.E.A. ERGO
    Jeune startup créée par des entrepreneurs français qui aspirent à révolutionner la pratique de l’ergonomie par l’utilisation des nouvelles technologies. L’objectif est de lancer un produit conçu pour améliorer les conditions de travail de tout consommateur et gagner du terrain à l’échelle américaine et mondiale.
    www.teaergo.com
  • WATERSHED MONITORING
    WaterShed Monitoring vise à soutenir la collecte, l’exploitation et la valorisation des données relatives à l’eau afin de produire des connaissances pérennes, fiables et utiles qui pourront contribuer à une prise de décision éclairée dans les domaines de l’administration municipale, de la recherche scientifique et de la gestion des ressources naturelles.
    https://watershedmonitoring.com

Business Act #2 : nouvelle étape pour la relance et la transformation du Grand Est

La Région et l’État continuent la course à la relance et la reconquête économique et entendent bien conserver leur temps d’avance ! Avec l’innovation comme moteur, le Business Act a dévoilé son acte 2 en Séance plénière des 16 et 17 décembre 2021 et confirme la puissante dynamique collective territoriale mise en œuvre au cœur de la crise sanitaire liée au covid-19.

Il est le fruit d’un travail collaboratif riche qui a su faire émerger les principales orientations et enjeux stratégiques pour continuer à relever les grands défis régionaux actuels.

Un acte enrichi :

  • cycle de 5 master class de haut niveau
  • rendez-vous 360
  • groupes de travail par thématique – 24 réunions – et plus de 450 acteurs impliqués
  • mobilisation générale pour l’emploi

Le Business Act #2 est là, prêt à répondre aux besoins de la réalité économique.

Pourquoi un acte 2 ?

Dans un monde où les principes économiques ont été profondément remaniés, il s’avère plus que nécessaire de trouver de nouvelles modalités d’intervention pour réussir les transformations – environnementale, énergétique, industrielle, numérique et sanitaire – du territoire. Pour que la Région soit encore plus compétitive et réactive, c’est aujourd’hui un véritable plan de transformation qui est proposé.

En plus des défis écologique, numérique, industriel et de la santé, 4 nouveaux enjeux stratégiques se sont imposés : la décarbonation, la chimie du végétal, la commande publique et privée et l’export. L’acte 2 devient réalité grâce à 4 centres de ressources et d’expertise « Grand Est Transformation », des parcours de transformation et 11 nouvelles actions structurantes.

Des parcours de transformation

Le Business Act #2 propose un changement de paradigme dans le déploiement des politiques publiques, passant d’une logique de guichet à une logique d’accompagnement des acteurs dans leurs parcours de transformation à 360 degrés.

Ces parcours de transformation comprendront quatre grandes étapes successives :

  1. sensibilisation
  2. diagnostic à 360 degrés
  3. modules thématiques
  4. construction d’un plan d’actions.

Les centres de ressources et d’expertise « Grand Est Transformation »

Contribuer à relever les grands défis, être garants de la cohérence et de la lisibilité de l’action publique, fédérer et animer un réseau d’experts. Les centres de ressources et d’expertise Grand Est Transformation vont permettre de consolider l’écosystème économique régional :

  1. Bâtir et labéliser les communautés d’offreurs.
  2. Construire un ensemble de ressources pour nourrir les parcours d’accompagnement.
  3. Anticiper les besoins en compétences et les évolutions dans le domaine.
  4. Contribuer au rayonnement régional au niveau national, européen, international.

11 nouvelles actions structurantes

  1. Créer un observatoire des compétences, un outil de Gestion Régionale des Emplois et des Parcours Professionnels en lien avec l’OREF et s’appuyant sur l’Intelligence Artificielle.
  2. Lancer un Appel à Manifestation d’Intérêt « Transformation 360 » sur un an pour créer les parcours de transformation.
  3. Structurer 15 campus régionaux des transformations.
  4. Faire émerger un cloud souverain public à destination des administrations, accompagné d’un centre de réponse d’urgence aux incidents de cybersécurité pour les collectivités et les entreprises.
  5. Sensibiliser 150 000 citoyens par an aux enjeux climatiques et constituer en Grand Est la plus grande communauté régionale d’animateurs de la « Fresque du climat ».
  6. Diviser par deux l’âge moyen des machines industrielles du Grand Est par un renouvellement massif des équipements via une prime à la transformation industrielle avec des outils performants au niveau environnemental.
  7. Accompagner chaque année la transformation de 5 hôpitaux de la région pour améliorer les conditions de travail des professionnels de santé.
  8. Créer un club des bioraffineries territoriales du Grand Est pour accélérer le développement de la bioéconomie.
  9. Déployer 300 stations multi-énergies d’ici 2026 pour encourager les mobilités décarbonnées.
  10. Constituer un réseau d’ambassadeurs régionaux des centres de ressources et d’expertise Grand Est Transformation pour promouvoir l’activité et les offreurs de solutions du territoire à l’international. Créer des communautés dans 10 pays partenaires.
  11. Créer une marque « commande publique responsable » pour labéliser les acheteurs et fournisseurs.

 

 

Consulter le document du Plan de relance et de transformation du Grand Est

Consulter le site du Business Act

 

360 Grand Est, la relance en action

Initié sous l’impulsion de la Région Grand Est avec le soutien de l’État et de ses partenaires, 360 Grand Est s’est imposé comme le rendez-vous incontournable de l’innovation et de la croissance en Grand Est.

Au programme de l’édition 2021 consacrée au Business Act et à la relance, des conférences, des masterclass et des tables rondes autour de ces 4 grands défis pour la transformation des territoires du Grand Est :

  • Le défi écologique
  • Le défi numérique
  • Le défi de l’industrie 5.0
  • Le défi de la santé

Rendez-vous le 7 décembre 2021 au Palais de la Musique et des Congrès à Strasbourg.

En savoir plus et s’inscrire !

 

Avec Petit Bateau, la filière textile se modernise

Engagée dans une démarche de modernisation, l’entreprise Petit Bateau, spécialiste de la fabrication de vêtements et de sous-vêtements pour enfants vient d’inaugurer une imprimante textile numérique. Un investissement majeur pour cette entreprise qui poursuit son projet « Maille 4.03 » articulé autour de deux axes principaux :

  • Une ambition renouvelée pour la marque Petit Bateau et son site historique :
    – Devenir un site 4.0
    – Relocaliser des activités positionnées au Maroc
  • Dynamiser le textile aubois en créant un pôle d’excellence Maille 4.03, notamment autour des enjeux suivants :
    – Attirer les stylistes et start-ups liées au textile
    – Rendre la filière éco-responsable
    – Renforcer les performances industrielles et commerciales
    – Redensifier la filière

Cette installation est la première étape du projet « Production à la demande » de la marque, consistant à transformer le site troyen en une plateforme régionale de production à la demande, vitrine du textile 4.0 en France. La deuxième étape vise à moderniser l’atelier de coupe. Cet investissement global de plus de 2 millions d’euros est soutenu à hauteur de 650 000 euros par le plan France Relance déployé par le Gouvernement français. Ce projet a été sélectionné en Comité d’accélération, copiloté par l’Etat et la Région.

Résolument tourné vers l’avenir, le programme d’investissement de Petit Bateau combine les intérêts écologiques et économiques, avec une meilleure maîtrise des matières consommées et une réduction des déchets, ainsi qu’une baisse des stocks de matières premières et de produits finis.

Inauguré lundi 4 octobre, ce nouvel équipement démontre qu’il est possible de moderniser les outils de production, tout en gardant un mode de production responsable. C’est dans cet esprit que la Région Grand Est travaille avec les acteurs économique du territoire. Objectif : construire l’industrie de demain, avec des entreprises compétitives, innovantes et vertueuses.

Tryba passe à la vitrerie 4.0

Avec le soutien de la Région Grand Est, la société Tryba regarde l’avenir en mode 4.0 : nouveaux équipements, relocalisation ou encore réduction de l’impact environnemental.

En effet, accompagnée au titre du dispositif d’Aide aux Grandes Entreprises, la société située à Gundershoffen (67) a bénéficié d’une aide financière de 600 000 €, destinée à l’acquisition d’équipements industriels s’inscrivant dans le cadre de son projet « Vitrerie 4.0 et fabrication de verre feuilleté », pour un investissement global de 10 M€.

Concrètement, le projet vise à relocaliser la fabrication de verre feuilleté dans l’usine de Gundershoffen (jusqu’à présent fabriqué au Luxembourg) afin d’y être coupé puis assemblé.

Une extension de l’usine existante de 2 800m2 a donc été nécessaire afin d’abriter entre autres une ligne d’assemblage de verre feuilleté et un système de triage du verre coupé. Résolument moderne, le processus de fabrication sera contrôlé par caméra et un marquage au laser sera effectué, pour un suivi et une meilleure traçabilité des données de production.

Et pour répondre aux besoins énergétiques, un générateur de production d’électricité photovoltaïque a été prévu sur les toitures des bâtiments. Cette nouvelle usine, inaugurée mardi 28 octobre va par ailleurs réduire ses déchets en matière première en passant de 15 à 5% du volume total, soit près de 300 tonnes par an de déchets de verre « mêlé ».

Amazon en Grand Est : une bonne nouvelle pour l’emploi !

Amazon a inauguré jeudi 23 septembre à Augny (57), son dernier centre de distribution en présence notamment de Jean Rottner, Président de la Région Grand-Est, François Grosdider Président de Metz Métropole, François Henrion, Maire d’Augny et Laurent Touvet, Préfet de Moselle.

Avec l’implantation de ce centre, ce sont 1000 emplois en CDI qui seront crées d’ici à 3 ans sur le territoire de la Moselle, une bonne nouvelle pour l’économie locale.

Aux côtés de l’État et de Pôle emploi, la Région Grand Est saura répondre aux besoins en compétences d’Amazon, en proposant des parcours de formation adaptés. Un plan d’action commun a ainsi été proposé à l’entreprise et vise notamment à :

  • Identifier les secteurs à risque de tension immédiate (coordinateurs, agents de production, sécurité, propreté, etc.)
  • Mobiliser les organismes de formation pour aider à identifier les profils pouvant réussir le processus de recrutement et/ou correspondant aux profils ciblés
  • Mobiliser les dispositifs existants et futurs dont le PACE
  • Adapter le nombre de places en formation au regard des besoins

A ce jour, 278 personnes dont 245 demandeurs d’emploi ont déjà été recrutés en CDI. Cette dynamique de l’emploi s’étend également vers les postes en intérim et plusieurs domaines de la sous-traitance (entretien, restauration, sécurité).

#GEN, l’événement numérique du Grand Est

A l’occasion de la 9ème édition de #GEN les 9 et 10 septembre, la Région Grand Est partenaire de l’événement, sera présente durant ces 2 jours dédiés au numérique en Grand Est.

Sur son espace, stand G4, elle accueillera de nombreux partenaires et organisera :

Jeudi 9 septembre, une journée dédiée aux compétences numériques avec :

Parmi les temps forts, une animation sur les financements des formations au numérique, se tiendra à 12h45 avec différentes prises de paroles :

  • L’OPCO Atlas, opérateur de compétences pour les métiers du numérique
  • Pôle emploi Grand Est, qui finance des formations au numérique
  • La Région Grand Est
  • Les partenaires présents

A noter également, l’organisation en fin de journée à 17h, d’une seconde animation dédiée à l’actualité des dispositifs d’aide au numérique pour les PME et TPE, avec l’intervention de la Région Grand Est et des services de l’État en Région Grand Est – la DREETS.

Vendredi 10 septembre, une journée dédiée à la cybersécurité :

A cette occasion, la Région accueillera les partenaires suivants :

  • Le CLUSIR Grand Est, association des acteurs de la sécurité de l’information
  • La cellule régionale de cybersécurité de la Gendarmerie Nationale
  • Le CQTNC, groupement d’offreurs de solutions de cybersécurité et de transformation numérique
  • Unumkey, offreur de solutions de cybersécurité

Rendez-vous à 12h45 pour échanger avec les partenaires présents sur les questions de cybersécurité en entreprise.

En savoir plus sur #GEN

Plus d’informations sur le numérique en Grand Est

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile