Nos savoir-faire s’exposent

Le Grand Est était à l’honneur de la 8ème édition du salon Made In France organisé à Paris du 8 au 11 novembre. Objectif : mettre en relation directe fabricants et consommateurs qui veulent donner du sens à leurs achats ; une formidable vitrine pour les talents de notre région !

Avec ses 6 pôles de compétitivité et ses filières d’excellence, sa situation géographique au cœur de l’Europe, ses infrastructures de transports modernes et ses 1, 95 milliards d’euros investis dans la R&D, le Grand Est est une région industrielle également tournée vers l’artisanat : 10,7% de l’économie régionale contre une moyenne de 7,5 au national. Une richesse que les visiteurs ont pu admirer durant ces 4 jours, en découvrant notamment :

  • Les véritables madeleines de Liverdun. Monument du patrimoine culinaire Lorrain et ce depuis près d’un siècle, les madeleines de Liverdun perpétuent une tradition de biscuiterie artisanale dont le succès ne s’est jamais démenti. La recette unique de ces madeleines a été inventée au XXe siècle par le boulanger Joseph Rouvenacht et son mitron Marcel Chenel à Liverdun.
  • Les macarons de Boulay. Aujourd’hui comme hier, les Macarons de Boulay sont toujours formés manuellement, un par un, à la cuillère d’argent. La consistance de ces macarons est souple et moelleuse, le goût finement sucré avec un délicat arôme d’amandes fraîchement émondées.
  • Dess Fabricant. Français depuis 1978, Dess propose aux particuliers et aux professionnels un large choix de parapluies et parasols de qualité. Cette entreprise artisanale reçoit également des visiteurs dans leur atelier de Piney (Aube), au cœur du parc naturel régional de la forêt d’Orient afin de présenter leurs produits conçus pour durer et résister aux intempéries.
  • Les Perruches. Derrière Les Perruches, il y a Magali et Natacha : des jumelles strasbourgeoises. Elles ont à cœur de proposer autant que possible des produits conçus et fabriqués de manière écologique, responsable et raisonnée. Leurs chaussons pour enfants en cuir souple préservent également la sensation « pieds nus » et respectent ainsi le développement musculaire du pied.
  • Baie brune Baie. Brune est un clin d’oeil au cheval bai brun, symbole de l’élégance sauvage, idée d’une beauté simple et naturelle. Les maillots de bain de la marque sont éthique de sa matière première à sa confection.
  • Manivelle. Manivelle est un atelier de fabrication de cycles mêlant savoir-faire artisanal et ingénierie. La fabrication de petite série artisanale effectuée par la marque garantie une qualité, une modernité et un renouvellement constant du vélo en France.
  • Argasol. La Savonnerie Argasol du Val d’Argent crée et fabrique des savons bio saponifiés à froid, des cosmétiques et des produits d’entretien sains et simples. La marque est soucieuse de son environnement : transparence, accessibilité, authenticité, générosité et proximité font partie des valeurs importantes de l’entreprise.
  • Lafitte Springart. La société Textile Lafitte est spécialisée dans l’impression textile des vêtements de sport personnalisés (cyclisme, VTT, athlétisme, triathlon, gymnastique, etc.) pour les consommateurs individuels, les collectivités sportives ou les professionnels, le tout fabriqué à Troyes.

Un Pacte régional pour l’Artisanat

Présent en zones urbaines comme rurales, le secteur de l’artisanat est à la fois vecteur de retombées économiques et patrimoniales et générateur de lien social. Fortes de ce constat, la Région Grand Est et la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Grand Est (CRMA) ont mis en place une stratégie volontariste pour soutenir la compétitivité des entreprises artisanales à travers un Pacte régional pour l’Artisanat. L’objectif est de renforcer le dynamisme du tissu artisanal et de contribuer au maintien de nombreux savoir-faire territoriaux et à la spécialisation économique des territoires.

Ce Pacte repose sur deux dispositifs :

  • une convention-cadre 2018-2020 entre la Région Grand Est et la CRMA visant notamment à accompagner les entreprises artisanales lors des phases de reprise/transmission, de développement commercial, numérique et de réorganisation en matière de ressources humaines,
  • l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Artisanat de demain », destiné à aider les entreprises artisanales à moderniser leurs outils de production grâce à l’intégration de nouvelles technologies et de nouveaux modes de production (par exemple : digitalisation, dématérialisation, automatisation, équipement numérique, impression 3D, etc.). Avec plus de cinq millions d’euros mobilisés par la Région sur ce dispositif par an, l’objectif est de renforcer la compétitivité des structures artisanales pour créer une dynamique forte sur les territoires.
    Depuis son lancement, ce dispositif a permis de soutenir plus de 875 entreprises artisanales soit 8 175 emplois non délocalisables consolidés.

Elément clé de l’économie du Grand Est, l’artisanat représente en effet plus de 92 000 entreprises, génère 31 milliards d’euros de chiffre d’affaire et emploie 285 000 personnes.

Retrouvez l’interview de Jean Rottner, Président de la Région Grand Est

Très haut débit en Grand Est : réunions d’information pour les habitants

Afin d’informer les habitants et les professionnels sur les modalités de raccordement de leurs logements ou de leurs entreprises à la fibre optique et de présenter les offres des différents fournisseurs d’accès internet des réunions publiques d’information se tiendront :

En Alsace

  • Kembs, le mardi 5 novembre à 19h à l’espace Rhénan, pour les habitants de la partie Sud de Kembs – centre bourg, en présence de Christèle Willer,
  • Dossenheim-sur-Zinsel, le jeudi 7 novembre à 19h à la Salle de la Zinsel, pour les habitants de Dossenheim-sur-Zinsel, Neuwiller-les-Saverne et les villages associés de Imbsheim et Griesbach-le-Bastberg.
  • Folgensbourg, le jeudi 12 novembre à 19h à la salle polyvalente, pour les habitants de Folgensbourg, Wentzwiller et Durmenach, en présence de Christèle Willer et de Laurent Wendlinger,
  • Uttenheim, le mercredi 13 novembre à 19h à la salle des Fêtes, pour les habitants de Uttenheim, Sand et Bolsenheim, en présence de Marianne Horny-Gonier,
  • Saverne, le jeudi 14 novembre en deux sessions, à 18h30 et à 20h, au Château des Rohan, pour les habitants de la commune.
  • Sommerau (Allenwiller), le lundi 18 novembre à 19h à la salle La WaldBuhn pour les habitants de la Sommerau (uniquement pour les habitants des anciennes communes de Allenwiller, Salenthal et
    Singrist) et de Dimbstha.
  • Ensisheim, le mardi 26 novembre à 19h à l’ancien gymnase, pour les habitants de la commune
  • Montre-vieux, le jeudi 28 novembre à 19h à la salle des Fêtes, pour les habitants des communes de Montre-vieux et Chavannes-sur l’Etang.

Déploiement du Très Haut Débit

En Alsace

A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 11 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 15 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l’entreprise Rosace et chaque maire , elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Dans les autres territoires du Grand Est

La Région Grand Est a lancé, en août 2017, une délégation de service public afin de déployer le très haut débit par la fibre optique dans les départements des Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Déploiement Fibre optique Très haut débitMarne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et des Vosges. Cette délégation a été confiée à l’entreprise LOSANGE qui va déployer environ 830 000 prises dans près de 3 600 communes*, pour un investissement total estimé à 1,4 milliard d’euros d’ici février 2023.
En Moselle, le Syndicat Mixte Moselle Fibre, avec le soutien de la Région Grand Est, met également en oeuvre son réseau d’initiative publique pour raccorder 140 000 prises en cinq ans dans les 14 EPCI.

*en-dehors des communes où les opérateurs privés investissent sur leurs fonds propres

Le Très Haut Débit (THD) : pilier du développement des territoires

La Région s’est engagée à ce que tous les territoires du Grand Est, aussi bien ruraux qu’urbains, bénéficient de la même qualité de services. Il s’agit également de permettre aux entreprises artisanales, industrielles ou agricoles d’avoir accès aux mêmes outils que les grands groupes, notamment pour celles qui souhaitent s’internationaliser.
La Région offre en outre la possibilité aux jeunes de se voir dotés d’outils numériques pour leurs études, dans le cadre du passage intégral au manuel numérique pour tous les lycées du Grand Est à l’échéance 2021. Enfin, c’est la garantie, pour les habitants du Grand Est, de disposer de services publics accessibles pour effectuer leurs démarches administratives dans des conditions optimales.

 

Développer la bioéconomie dans le Grand Est

La Région a adopté, lors de la Séance plénière du 17 octobre 2019, son Plan Régional en faveur de la Bioéconomie : une stratégie au service de la croissance et de la compétitivité des entreprises du territoire, portée par l’ensemble des acteurs.

En alliant l’expertise scientifique des universités à l’excellence de l’Industrie du Futur, ainsi que le savoir-faire des producteurs agricoles, sylvicoles et viticoles, le Grand Est possède tous les atouts pour devenir LE territoire de référence en matière de production et de transformation de la biomasse.

Objectifs et actions du Plan Bioéconomie

La feuille de route du Plan Bioéconomie se base sur cinq priorités :

1. Mettre en place des stratégies énergétiques à l’échelle locale : l’impact environnemental lié à l’exploitation de ressources énergétiques fossiles rend indispensable la maîtrise de notre consommation d’énergies et le développement d’alternatives renouvelables incluant les bioénergies. Le Grand Est peut d’ores et déjà s’appuyer sur ses filières d’excellence : le bois-énergie, les biogaz et les biocarburants. L’objectif est de permettre à tous les territoires de développer le « bouquet énergétique » adapté à son contexte, dans un souci premier d’autoconsommation locale.

2. Développer des bioraffineries territoriales : avec un potentiel de premier plan en biomasse et la présence d’un tissu industriel dense, le Grand Est offre à ses filières de nouveaux débouchés économiques en réponse à la concurrence internationale. La Région veut structurer et développer des plateformes de bioraffineries territoriales dans une démarche d’écologie industrielle.

3. Déployer une agriculture durable pour produire mieux et plus : les agriculteurs et les viticulteurs doivent rapidement trouver des solutions économiquement viables, alternatives à l’emploi de certains intrants (fertilisants, produits phytosanitaires, etc.). Il leur faudra changer leurs pratiques pour réduire l’impact sur les écosystèmes, la santé des consommateurs et les émissions de gaz à effet de serre. Le développement de bio-intrants et l’accompagnement vers une agriculture de précision sont des priorités.

4. Des biomatériaux pour construire et rénover les bâtiments : les biomatériaux peuvent offrir une alternative à la raréfaction de certains gisements de matières minérales, et une réponse à l’impact environnemental lié à l’usage des matériaux pétrosourcés. En Grand Est, les filières locales bois et chanvre représentent un potentiel important de matériaux biosourcés. La Région souhaite développer un usage prioritaire des biomatériaux en réponse aux grands enjeux de construction/rénovation des bâtiments et en soutien à son tissu industriel complet d’assemblage automobile.

5. Une alimentation avec des ingrédients biosourcés, des emballages durables et une traçabilité accrue : pour répondre aux attentes des consommateurs (en termes de qualité mais aussi de quantité, avec la question de l’autonomie en protéines) et être plus compétitives, les entreprises agroalimentaires régionales doivent trouver des alternatives aux ingrédients artificiels tout en valorisant au mieux l’ensemble de leurs coproduits. Elles doivent aussi conditionner leurs produits avec des solutions durables (emballages biosourcés et biodégradables) tout en informant toujours mieux leurs clients (grâce à la blockchain par exemple).

Suivez la Séance plénière du Conseil régional en direct les 17-18 octobre 2019

A suivre en direct, la Séance plénière du Conseil régional à l’Hôtel de Région à Metz (57), le 17 octobre 2019 à partir de 14h et le 18 octobre à partir de 10h et sur twitter avec #SPOct19.

 

Ordre du jour :

  • Compte-Rendu
    • Approbation du procès-verbal de la séance plénière des 28 et 29 mars 2019
  • Commission des Relations internationales et transfrontalières
    • Soutien à la coopération et la solidarité internationale en faveur des pays en développement
  • Commission Développement Economique
    • Rapport annuel recensant les aides et régimes d’aides mis en œuvre en 2018
  • Commission Innovation – Enseignement Supérieur et Recherche
    • Adoption du Plan Régional en faveur de la Bioéconomie
  • Commission Aménagement du territoire
    • Révision du Projet Régional de Santé 2018-2028
  • Commission Environnement
    • Rapport sur la situation en matière de développement durable 2019 de la Région Grand Est
    • Approbation du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets et de son rapport environnemental
  • Commission Engagement et Citoyenneté
    • Rapport annuel sur la situation en matière d’égalité femmes-hommes et Plan pluriannuel d’actions 2019-2021
  • Hors commission
    • Rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes du Grand Est relatif à la gestion de la Région Grand Est
    • Tenue exceptionnelle d’une séance plénière à Strasbourg le 22 novembre 2019

 

 

Inauguration de l’extension de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires de Strasbourg

Jeudi 10 octobre 2019, Jean Rottner, président de la Région Grand Est, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est et préfet du Bas-Rhin, Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg, Jacques Maddaluno, directeur de l’Institut de chimie du CNRS, représentant Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg, et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel 1987, ont inauguré l’extension de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires (Isis) de Strasbourg : Isis-2.

Cette infrastructure financée, par l’État dans le cadre de l’opération Campus* avec la Région Grand Est (à hauteur de 1 000 000 euros) et l’Eurométropole de Strasbourg, est destinée à accueillir de nouveaux laboratoires de chimie. Avec ce projet, l’Université de Strasbourg et le CNRS se dotent des moyens de développer l’activité de recherche autour de la chimie supramoléculaire au plus haut niveau international. L’objectif de l’extension de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires est d’améliorer les conditions de recherche avec la création de nouveaux de laboratoires de chimie associés à des espaces de travail. Le bâtiment hébergera également deux fondations et un datacenter.

 

 

La politique régionale pour l’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur :

La Région Grand Est s’est dotée d’une politique ambitieuse en matière de recherche, pour la compétitivité, l’attractivité et le rayonnement du Grand Est. Elle a ainsi fait le choix de s’investir de manière volontariste pour permettre à l’ensemble des acteurs de la recherche de tendre vers l’excellence, où qu’ils se trouvent sur le territoire et quelle que soit leur discipline.

Elle soutient ainsi :

  • les projets collaboratifs associant un laboratoire et une entreprise du territoire,
  • l’accueil de jeunes talents scientifiques et de chercheurs internationaux de haut niveau,
  • l’organisation de manifestations scientifiques,
  • le développement de l’emploi scientifique par le financement de doctorants,
  • de nouveaux programmes collaboratifs de recherche favorisant le développement de projets et d’équipements de pointe pour le territoire

L’extension de l’Isis regroupant l’ensemble de ces items, c’est tout naturellement que la Région a tenu à s’impliquer dans ce projet.

Dynamiser l’attractivité économique du Grand Est

Les élus de la Région Grand Est, réunis en Commission permanente le 11 octobre 2019, ont voté des mesures visant à soutenir l’économie et l’agriculture régionale pour plus de 17,6 millions d’euros.

Soutenir le développement international des entreprises

La Région a ainsi attribué 20 000 euros à 3 entreprises (Accessrec à Anthelupt (54), Charculor à Creutzwald (57) et Healtis à Vandoeuvre-lès-Nancy (54) ) pour les accompagner dans la prospection de nouveaux marchés à l’étranger. Par ailleurs, elle a décidé d’inscrire 7 entreprises régionales dans le cadre du dispositif Be EST Export « Diagnostic export et ciblage de marchés prioritaires ». Ce programme prévoit au total l’accompagnement de 100 PME et ETI.

Accompagner la création-reprise d’entreprises

10 000 euros sont accordés à la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle pour l’organisation du salon GO de la création-reprise d’entreprises qui se déroule à Nancy le 21 novembre. Ce salon s’inscrit dans le volet « créer une offre d’évènementiels coordonnée et partenariale sur l’entrepreneuriat dans le Grand Est » du plan Be EST Entreprendre.

291  emplois consolidés grâce à Industrie et Ferme du Futur

Pour accompagner les industries et les exploitations agricoles, la Région a mis en place des diagnostics de performance industrielle (Industrie du Futur) et des diagnostics de performance agricole (Ferme du futur). A ce jour, 447 entreprises et 65 exploitations agricoles ont bénéficié de cet accompagnement depuis le lancement de la démarche. 4 entreprises et 5 exploitations agricoles ont vu le demande d’aide approuvée lors de la Commission permanente du 11 octobre.

Une aide de près de 955 000 euros a été accordée pour accompagner 5 entreprises du Grand Est dans leurs projets d’investissement, contribuant ainsi au maintien de 291 emplois. Ce soutien intervient dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Industrie du Futur ». L’objectif de cet AMI est de permettre à toutes les entreprises du Grand Est, quelle que soit leur taille, d’entrer dans l’ère du 4.0, de se moderniser et de devenir plus compétitives.

Enfin, la Région a répondu favorablement à un appel à candidature national pour accompagner 1000 entreprises dans leur transformation industrielle. La démarche s’articule autour de la « Task Force French Fab Grand Est ». La convention de partenariat entre la Région Grand Est et l’Etat a été approuvée lors la Commission permanente.

La Région engagée en faveur de la filière apicole

Dans le cadre du contrat de filière apicole 2018-2020, la Région attribue près de 550 000 euros aux acteurs de la filière apicole pour l’année 2019 :

  • 150 316 euros sont attribués aux différents Groupements de Défenses Sanitaire Apicole départementaux du Grand Est pour la mise en oeuvre des programmes sanitaires de lutte contre le varroa et 25 000 euros pour les actions d’encadrement et de structuration de la section apicole du Groupement de Défense Sanitaire Grand Est,
  • 260 446 euros à 12 apiculteurs professionnels pour des investissements en faveur de la production, de la transformation et de la commercialisation du miel,
  •  76 687 euros à l’Association de Développement de l’Apiculture en Grand Est (ADAGE) pour l’animation et la promotion de la filière apicole,
  • 34 847 euros à la Fédération Régionale des Apiculteurs du Grand Est (FRAGE) pour son programme d’actions 2019 à destination des apiculteurs de loisirs.

Avec plus de 120 000 ruches (36 % en Champagne-Ardenne, 36 % en Lorraine et 28 % en Alsace) et près de 5 700 apiculteurs de loisirs et professionnels, la filière apicole du Grand Est contribue à la préservation de la biodiversité et au maintien de l’économie agricole du territoire. Elle place ainsi le Grand Est en 2ème position des régions de France en nombre d’apiculteurs et en 5ème en nombre de ruches déclarées.

 

 

91,7 millions d’euros pour les établissements et instituts de formations sanitaire et sociale

Les élus de la Commission permanente, réunis le 11 octobre 2019, sous la présidence de Jean Rottner, ont accordé plus de 91,7 millions d’euros de subventions de fonctionnement pour les établissements et instituts de formations sanitaire et sociale, et pour l’aménagement de locaux pour l’Institut de formation en soins infirmiers et aide soignants de l’Ouest Vosgien à Neufchâteau.

 

  • Aide aux instituts de formations sanitaires : la Région Grand Est, ayant en charge le fonctionnement et l’équipement des instituts de formation sanitaire, a décidé d’attribuer une aide pour 2019 de 72,6 millions d’euros répartie ainsi 72,1 millions euros pour les instituts de formation sanitaires du Grand Est, 570 000 euros pour des projets d’équipements informatique ou multimédia pour favoriser le développement des usages numériques au sein de ces établissements, et des investissements immobiliers.

 

  • Aide aux établissements de formations sociales et aide à l’équipement pédagogique 2019 : la Région Grand Est a également décidé d’attribuer une subvention de fonctionnement pour 2019, à cinq établissements de formations sociales à hauteur de 14,7 millions d’euros

 

  • Aménagement de nouveaux locaux pour les Instituts de Formation en Soins Infirmiers et Aides-soignants de l’Ouest vosgien à Neufchâteau (88) : afin de permettre l’installation de l’IFSI/IFAS de l’Ouest vosgien de Neufchâteau dans les locaux du lycée professionnel du haut de Bellieu, situé à la cité scolaire Pierre et Marie Curie de Neufchâteau, la Région Grand Est va consacrer 4,3 millions d’euros pour offrir aux étudiants des conditions de formation fonctionnelles et de qualité. Ce projet consiste en la rénovation complète et l’optimisation de l’espace avec l’aménagement de salles et d’ateliers existants au sein du lycée professionnel et l’aménagement de locaux inoccupés. Les travaux devraient durer 27 mois et débuter au 2ème trimestre 2021.

 

  • Plan d’actions Aides-Soignants en EHPAD : pour faire face à un besoin important d’aides-soignants qualifiés en particulier dans le secteur de la gérontologie et au déficit d’attractivité du métier et de la formation, la Région Grand Est a lancé un ambitieux plan d’actions en collaboration avec les Départements et l’Agence Régionale de Santé du Grand Est afin de diplômer 200 aides-soignants supplémentaires pour exercer dans les EHPAD.

 

 

Suivez la commission permanente du Conseil régional en direct le 11 octobre 2019

A suivre en direct, la commission permanente du Conseil régional, à partir de 10h15, le 11 octobre 2019 et sur twitter avec #CPOct19.

La Commission Permanente assure la continuité des délibérations de l’Assemblée régionale qui lui délègue la prise de nombreuses décisions concernant le règlement des affaires courantes : elle gère ainsi le quotidien.

 

 

46èmes Olympiades des Métiers : les inscriptions sont ouvertes en Grand Est !

Vous avez moins de 23 ans et vous êtes passionnés par votre métier ? Vous aimez relever des challenges et vous surpasser ? Vous souhaitez « booster » votre carrière professionnelle ?

Alors cette aventure exceptionnelle est faite pour vous #Olympiades des Métiers

C’est quoi?

C’est le plus grand concours international des métiers qui rassemble tous les 2 ans les meilleurs jeunes professionnels du monde entier de moins de 23 ans. Durant 4 jours, près de 1300 compétiteurs (champions nationaux dans leur métier) sont jugés et évalués par des jurys de professionnels et de formateurs lors d’épreuves techniques à réaliser en un temps limité. Tous vont devoir donner le meilleur d’eux-mêmes pour espérer monter sur la plus haute marche du podium !

Consulter le dépliant sur les 46èmes sélections régionales

Quels métiers ?

Avec plus de 50 métiers en compétition, tous les secteurs économiques sont représentés : alimentation, industrie, services, bâtiment & travaux publics, automobile & engins, végétal, ou encore communication & numérique.

Pour qui ?

Quels que soient votre formation et statut – apprenti, en alternance, élève de lycée professionnel, étudiant, Compagnon, jeune salarié ou encore entrepreneur – vous pouvez vous inscrire ! Une seule condition : votre âge au moment de l’inscription (être né à partir du 1er janvier 1999*).

*Exception faite en Câblage des réseaux très haut débit, Intégrateur Robotique, Maintenance aéronautique, Mécatronique, Métiers de la propreté, Production Industrielle (en équipe) et Sommellerie, pour lesquels il faut être né à partir du 1er janvier 1996.    

Pourquoi s’inscrire ?

Plus qu’un concours, c’est une formidable aventure humaine qui vous permettra de rencontrer d’autres jeunes de votre âge, issus de différents horizons mais tout aussi passionnés par leur métier que vous. Vous vivrez une expérience unique et originale au sein d’une équipe pluridisciplinaire, #TeamGrandEst, avec laquelle vous partagerez des moments inoubliables !

L’aventure vous tente ?

Inscrivez-vous dès maintenant en Région Grand Est

et tenter d’intégrer la prochaine #TeamGrandEst qui défendra les couleurs de notre région aux finales nationales de Lyon en octobre 2020 !

Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram

Journée du transport public : -70% sur tous les TER FLUO

A l’occasion de la Journée du transport public, le samedi 21 septembre 2019, la Région Grand Est et SNCF proposent une offre promotionnelle : 70 % de réduction sur tous les trajets en TER FLUO.

Organisée dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité qui se déroule du 16 au 22 septembre prochains, cette opération permet de promouvoir le recours aux transports collectifs de proximité et d’inciter le plus grand nombre de personnes à adopter une démarche éco citoyenne pérenne.

70 % de réduction avec TER FLUO

  • Les clients bénéficient de 70 % de réduction sur le tarif normal en aller simple ou en aller-retour, sur tout le périmètre de TER en Grand Est.
  • Cette offre est valable sur tous les trains et cars TER FLUO.
  • Les billets sont en vente à partir du lundi 16 septembre sur le site TER Grand Est, sur l’Appli SNCF et aux distributeurs régionaux (rubrique « Tarifs événementiels »).

Jusqu’au Luxembourg et Paris Est

  • Cette offre est valable, en aller-retour, sur les trajets depuis une gare en Lorraine vers le Luxembourg.
  • Cette offre est valable sur les trajets TER FLUO vers Paris Est en aller simple ou aller-retour.
  • Cette offre est également valable sur la ligne Troyes / Châlons-en-Champagne / Reims.

 

Rentrée 2019 dans le Grand Est

 

Le Lycée 4.0, ce qui change à la rentrée 2019 :

Depuis 2017, la Région Grand Est s’est lancée dans le projet inédit et ambitieux du « Lycée 4.0. ». 49 établissements regroupant 32 000 lycéen(ne)s en ont été les pionniers. Ils ont été rejoints en 2018 par 62 nouveaux établissements et 35 000 élèves. En partenariat avec les autorités académiques (le Rectorat et la DRAAF) et en concertation étroite avec les fédérations de parents d’élèves, le lycée 4.0. entre ainsi dans sa troisième phase, celle de la généralisation du dispositif.

Pour assurer le succès d’un tel projet, Jean Rottner et les Autorités académiques ont pris des décisions fortes pour cette rentrée 2019 :

  • chaque élève nouvel-entrant dans un lycée 4.0. bénéficie gratuitement d’un ordinateur, dont il deviendra propriétaire à la fin de sa scolarité. 115 000 ordinateurs ont ainsi été commandés afin d’assurer l’égalité des chances à un moment où les programmes sont changés en profondeur et où l’élève devra lui-même faire ses choix de matières. Un Fonds d’Urgence du Proviseur (FUP) a par ailleurs été attribué à chaque établissement pour répondre aux difficultés ponctuelles qui pourraient être rencontrées,
  • les élèves ont un accès gratuit à 8 480 manuels et ressources pédagogiques numériques. A travers leur ENT (Environnement Numérique de Travail) « Mon Bureau Numérique », ils peuvent également visualiser les cours déposés par leurs professeurs,
  • tous les lycées du Grand Est sont équipés en wifi. 145 lycées ont fait l’objet de travaux, menés par la Région en concertation étroite avec les équipes de direction des établissements. L’Union européenne participe à hauteur de 13 millions d’euros au financement des travaux liés à la mise en oeuvre du wifi,
  • sur le plan pédagogique, les Rectorats ont renforcé l’offre de formation sur la maîtrise des ressources numériques. La Région Grand Est a également déployé de nouveaux agents CMIL (Chargé de Maintenance Informatique des Lycées), qui aideront les établissements à la résolution des difficultés matérielles qui pourraient être rencontrées : avec 22 postes supplémentaires, soit un total de 110 sur le territoire.



 

Carte des lycées 4.0 du Grand Est

 

Lycée en Transition, ce qui change à la rentrée 2019 :

Le développement durable et l’éco-responsabilité ont pris une place importante au sein des collectivités, des entreprises et des établissements scolaires.

Dans cette perspective, la Région Grand Est a mis en oeuvre le dispositif Lycée en Transition, qui vise à former les élèves à l’éco-citoyenneté à travers un accompagnement technique, financier et méthodologique des établissements. Les lycées volontaires s’engagent ainsi dans un projet d’une durée d’un à deux ans, qu’ils personnalisent et pilotent en lien avec un comité pluridisciplinaire réunissant la direction, les professeurs, l’intendance, la vie scolaire, les élèves, les agents… La Région fixe quant à elle, des objectifs quantitatifs et qualitatifs à atteindre.

La démarche s’articule autour de 6 thématiques :

  1. « Mon lycée s’engage pour une alimentation saine et durable »
  2. « Mon lycée s’engage pour des espaces extérieurs plus verts »
  3. « Mon lycée s’engage pour réduire et valoriser ses déchets »
  4. « Mon lycée s’engage pour des locaux plus sains »
  5. « Mon lycée s’engage pour économiser l’eau et énergie »
  6. « Mon lycée s’engage pour l’écomobilité »

A la rentrée 2019, la thématique « Gestion écologique des ressources en eau et en énergie » (cf. axe 5) sera déployée. La Région Grand Est s’est dotée d’un outil en ligne de gestion des fluides (gaz, électricité et eau) permettant de suivre les consommations et de détecter d’éventuelles anomalies. Cet outil sera mis à disposition des lycées au courant de l’année scolaire. Des compteurs d’eau connectés, pilotables à distance pour une analyse et une gestion des alertes en temps réel, seront également installés dans 3 établissements tests.

La Région souhaite mobiliser 20 lycées pour participer au challenge national « CUBE.S » (Challenge Climat Usage des Etablissements d’Enseignement Scolaire), initié par l’IFPEB (Institut Français pour la Performance du Bâtiment), et le CEREMA (Centre d’Etudes et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement), incitant les établissements à réduire leur consommation énergétique sur une période de 5 ans. En temps réel, les lycées pourront mesurer leur progression dans le classement national via un site Internet dédié et participer ainsi de manière proactive aux objectifs nationaux, visant à réduire de 40 % les consommations d’énergie à l’horizon 2030.

Près de 85 établissements du Grand Est sont concernés depuis 2017 par la démarche Lycée en Transition.

 

Inauguration de la plateforme expérimentale d’irradiation, Féerix

La plateforme expérimentale d’irradiation d’Aérial, Féerix®, a été inaugurée le 10 septembre 2019 en présence de Jean-Luc MARX, Préfet de la région Grand Est et du Bas-Rhin, de Lilla MERABET, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la compétitivité, de l’innovation et du numérique, de Robert HERRMANN, Président de l’Eurométropole de Strasbourg, de Claude FROEHLY, Maire d’Illkirch-Graffenstaden, de Thomas SERVAIS, Président d’IBA Industrial, et d’Alain STRASSER, Directeur d’Aerial.

Cette plateforme, unique au monde, est basée sur des technologies pointues d’accélération d’électrons et de génération de rayons X de forte énergie.

De la recherche aux applications industrielles

Installé dans une extension du bâtiment d’Aérial de plus de 800 m², le Rhodotron®, qui pèse près de 11 tonnes, est issu d’une technologie développée par le CEA et industrialisée par la société belge IBA, partenaire du projet. Cet outil, destiné à la Recherche, au Développement et à la formation, présente des caractéristiques très proches de celles d’un équipement industriel, ce qui permet de transférer les résultats vers l’industrie de façon optimale. Le Rhodotron® permet d’étudier, sur une configuration originale à deux lignes de faisceaux séparées (électrons et Rayons X), l’ensemble des applications multisectorielles de l’ionisation, telles que la stérilisation de dispositifs médicaux, l’amélioration des propriétés de polymères ou encore l’ionisation des aliments.

Un projet renforçant le développement transfrontalier et international

En avril 2019, Aérial a déjà pu présenter Féerix® à une communauté internationale de scientifiques et d’industriels, réunis au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg, et a ainsi pu initier des premiers accords de partenariats et contrats de recherche. Grâce à cet outil, Aerial renforce encore son rôle de partenaire incontournable au service des grands projets régionaux, nationaux et internationaux. Cette opération permet également de renforcer les partenariats transfrontaliers avec les entreprises et laboratoires suisses et allemands.
Avec feerix® et l’ensemble de ses laboratoires, Aerial est une véritable pépite technologique qui se positionne comme un partenaire privilégié des structures et entreprises du Campus des Technologies Médicales NextMed et de l’ensemble de l’écosystème régional dans le domaine des matériaux et de la bio-économie.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile