La Région lance sa politique agricole de montagne

A l’occasion de la fête de la Vosgienne à Saulxures-sur-Moselotte (Vosges), la Région Grand Est a lacé sa politique de montagne le 21 juillet 2019.

Pascale Gaillot, Vice-Présidente de la Région Grand Est, déléguée à l’Agriculture et à la Viticulture, Patrick Bastian, Président de la Commission Agriculture et Forêt de la Région Grand Est, Daniel Grémillet, Vice-Président de la Commission Agriculture et Forêt, Sénateur des Vosges, Jean Notat, Vice-Président de la Commission Agriculture et Forêt, Jérôme Mathieu,Vice-Président de la Chambre Régionale d’Agriculture Grand Est, Florent Campello, Président de l’Organisme de Sélection de la race bovine Vosgienne, et Claude Schoeffel, Président de l’Association pour l’appui aux producteurs fermiers de munster et autres produits laitiers de montagne ont participé à ce lancement en présence de Christophe Naegelen, Député, François Vannson, Président du Conseil Départemental des Vosges, et de Denise Stappiglia, maire de Saulxures-sur-Moselotte.

L’agriculture de montagne est une activité économique essentielle au maintien de territoires vivants. L’identification d’un ensemble d’actions spécifiques territorialisées sur le massif vosgien répond à la volonté de soutenir le développement économique des territoires les plus fragiles et des zones rurales éloignées des centres urbains et industriels. La Région Grand Est a fait le choix de s’engager dans une politique dynamique en faveur de cette agriculture de montagne.

Cette stratégie régionale déclinée sur la période 2018-2020, est construite autour des trois objectifs suivants :

  • maintenir la compétitivité et la modernisation des exploitations en accompagnant les agriculteurs dans l’amélioration de leurs performances (économiques, environnementales, sociales) afin de préserver une agriculture de montagne viable, vivante et transmissible,
  • développer des marchés et des nouvelles dynamiques de développement agricole en soutenant la vente directe de produits fermiers, la promotion de l’agriculture et des produits fermiers issus du Massif Vosgien,
  • aménager durablement le territoire de montagne en luttant contre l’enfrichement et l’abandon d’espaces pour préserver la biodiversité, améliorer le cadre de vie et valoriser les espaces naturels.

La Région soutient l’implantation de METEX NØØVISTA en Moselle

La Région Grand Est soutient l’implantation de l’usine de production METEX NØØVISTA, sur la plateforme Chemesis à Carling / Saint-Avold en Moselle.

Acteur majeur de la bioéconomie, METEX a pour projet de créer 50 emplois industriels sur le territoire et de développer sur la plateforme Chemesis une nouvelle activité dans la chimie verte.

Dans le cadre de sa politique en faveur de la compétitivité, de l’innovation et du soutien aux entreprises, (SRDEII), la Région a attribué 800 000 euros pour soutenir cette implantation auxquels s’ajoutent plus de 1,3 million d’euros d’aide au titre du FEDER. L’objectif de l’Institution régionale est d’ancrer davantage d’industriels sur la plateforme Chemesis afin de pérenniser le site qui emploie actuellement 1 200 personnes. En complément de son soutien financier, la Région est engagée aux côtés des entreprises pour assurer un appui en conseils et en ingénierie.

Inauguration des travaux d’accessibilité de la gare de Chaumont

Débutés en février 2018, les travaux en gare de Chaumont se sont terminés fin janvier 2019. La Région Grand Est a consacré une enveloppe de plus d’1,5 M d’Euros en faveur de la mise en accessibilité et des aménagements intérieurs de la gare. Ces travaux, inaugurés par Jean Rottner et les élus locaux le 17 juillet 2019, doivent permettre à tous les usagers d’accéder au transport collectif, quels que soient leurs situations et leurs besoins.

Mise en accessibilité de la gare de Chaumont

Suite à la loi handicap du 11 février 2005, les propriétaires ou gestionnaires des gares de voyageurs et les opérateurs du système de transport ferroviaire ont dû rendre accessible la chaîne du transport. Cette loi a été complétée par la mise en place d’Agendas d’Accessibilité Programmée, 4 concernent la Région Grand Est :
le schéma national et les schémas Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Ces schémas retiennent 65 gares prioritaires à rendre accessibles pour les Personnes à Mobilité Réduite d’ici 2024. Ceci nécessite d’intervenir, selon le cas, sur les quais, les passages souterrains ou passerelles, dans les bâtiments voyageurs et au niveau des guichets.

Les travaux en gare de Chaumont se sont terminés fin janvier 2019, ils avaient pour objectifs :

  • la création de 3 ascenseurs, pour accéder aux quais,
  • le rehaussement des 3 quais et l’adaptation des voies,
  • la rénovation du souterrain et des escaliers.

L’accessibilité concerne tous les voyageurs, les personnes en situation de handicap comme les autres : personnes âgées, femmes enceintes, familles avec poussettes et enfants en bas âge, voyageurs chargés de bagages, etc. Chacun doit pouvoir prendre le train sans rencontrer d’obstacle sur son chemin, de la voirie jusqu’au quai puis tout au long de son voyage. Grâce aux travaux, chacun profitera d’une gare plus facile à vivre au quotidien.

Mettre les gares du Grand Est en qualité et en conformité

La Région Grand Est et SNCF Gares & Connexions ont entrepris de mettre les gares en qualité et en conformité.
Ces services se traduisent, par des investissements concrets correspondants par exemple :

  • aux équipements d’information voyageur (écran d’information dynamique, affichage léger, mobilier connecté),
  •  aux équipements de confort d’attente et de sécurité (salle d’attente, abri de quai, vidéo surveillance, etc.),
  • aux services de type Wifi, toilettes, objets trouvés, services du quotidien, commerces.

 

 

 

La Région soutient ArcelorMittal, exemple d’une reconversion industrielle réussie

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a visité les sites d’ArcelorMittal en Moselle, en présence d’Eric Niedziela, Vice-Président d’ArcelorMittal et Directeur général d’ArcelorMittal France, ce mardi 9 juillet 2019. Cette visite s’est également déroulée en présence de Rémi Sadocco, Président de la Commission Innovation, Enseignement Supérieur et Recherche, et des Conseillères régionales Stéphanie Kis et Marie-Rose Sartor.

Une nouvelle ligne de galvanisation à Florange

Dans le Grand Est, le groupe compte 5 400 employés répartis sur le territoire. Numéro 1 de la sidérurgie européenne et fournisseur majeur pour l’industrie automobile, ArcelorMittal est implanté en Lorraine sur plusieurs sites, notamment le centre de recherche de Maizières-lès-Metz et le site de production de Florange. Avec le soutien de la Région Grand Est, l’entreprise investit pour moderniser ses usines et développer son activité de transformation de l’acier.

Ainsi, à Florange, une nouvelle ligne de galvanisation est actuellement en cours de construction. Avec un démarrage prévu d’ici la fin de l’année, elle permettra à terme de produire 800 000 tonnes par an d’acier à très haute résistance pour l’automobile et emploiera à terme 80 personnes dont 25 embauches nouvelles. Pour ce projet, la Région apportera une aide à l’acquisition de matériel. L’objectif est de renforcer l’avenir du site de Florange en tant que spécialiste de l’acier automobile à forte valeur ajoutée.

Sur le volet R&D, la Région accompagnera ArcelorMittal dans son programme de transformation digitale, qui prévoit notamment l’implantation d’un Digital Lab comprenant un espace de co-working (accueil de start-ups, partenariats avec les Ecoles et Universités, espace connecté THD, etc.) et un lieu de formation des employés aux futures technologies et à l’impact métier. L’ambition du groupe est de devenir la référence digitale pour la sidérurgie européenne.

Transports : 500 millions d’euros pour renouveler le matériel ferroviaire


Priorité de la Région Grand Est, les transports et les mobilités font l’objet d’une attention particulière pour apporter la meilleure de transport sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains. Lors de la Commission permanente du 5 juillet 2019, les élus ont approuvé l’acquisition de 30 rames Coradia Polyvalent bimode d’Alstom pour quadrupler l’offre de transport sur les 7 lignes transfrontalières vers l’Allemagne, ainsi que 9 rames périurbaines et régionales pour augmenter la desserte ferroviaire. Ces deux opérations représentent un investissement de près de 500 millions d’euros.

30  nouvelles rames pour le plus vaste projet de transport régional transfrontalier

En prévisioon de l’ouverture à la concurrence, la Région a décidé d’acquérir 30 rames automotrices Coradia Polyvalent d’Alstom pour dynamiser 7 lignes transfrontalières couvrant plus de 200 km de frontières : la Région Grand Est et les Länder de Sarre, Rhénanie-Palatinat et Bade-Wurtemberg souhaitent ainsi proposer des services ferroviaires transfrontaliers fréquents et réguliers sur l’ensemble des liaisons France – Allemagne dès décembre 2024.

9 nouvelles rames Régiolis pour 2022

Pour répondre à la forte croissance du trafic sur les lignes autour des métropoles, la Région a également décidé d’acquérir 9 nouvelles rames Régiolis (5 rames à capacité moyenne et 4 à grande capacité) pour un montant de plus de 102 millions d’euros, dont les premières livraisons sont prévues en 2022.
Ces commandes contibuent à pérenniser l’emploi en région : le Régiolis est en effet entièrement fabriqué sur les sites français d’Alstom Transport, notamment à Reichshoffen (67), une plateforme employant directement plus de 800 personnes pour l’ingénierie et l’assemblage des trains, avec plus de 3000 emplois indirects.

Financement de 5 rames pour expérimenter des trains à l’hydrogène

Face aux enjeux environnementaux, la Région a par ailleurs confirmé son intention de participer au projet national d’expérimentation de train fonctionnant à l’hydrogène, à travers l’acquisition de 5 rames. Elle a ainsi répondu favorablement, à l’instar d’autres Régions, au plan de développement, souhaité par le Gouvernement, d’un train fonctionnant à l’hydrogène à l’horizon 2022. Cette première expérimentation s’inscrit dans les objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, visant à réduire de 30% la consommation des énergies fossiles et de 40% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.

Voyage au cœur du Grand Est avec les visites écotouristiques

La Région Grand Est ambitionne de rendre le territoire toujours plus attractif en matière de tourisme. A ce titre les élus de la Commission permanente, du 5 juillet 2019, ont approuvé le soutien à 54 projets de visites écotouristiques.

54 expériences écotouristiquesbrochure-ecotourisme2019

Jusqu’en novembre 2019, la Région propose, en partenariat avec les Parcs Naturels Régionaux et les Offices de Tourisme du Grand Est, plus de 50 expériences écotouristiques à vivre dans tout le territoire, pour permettre à chacun de (re)découvrir la richesse de son patrimoine naturel, culturel et viticole. En 2019, la Région consacre, aux visites écotouristiques, un budget de 50 000€.

Véritables « expériences à vivre » destinées aussi bien à un public familial local que touristique, ces activités sont à la fois ludiques, innovantes et respectueuses de l’environnement.

Téléchargez la brochure expérience écotouristiques

Préparez votre sortie sur
experiences-ecotourisme.com

Lancement du Grenelle des mobilités en Lorraine

Parce qu’il est nécessaire de repenser les mobilités de demain, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Pierre Cuny, Président du Sillon Lorrain, ont lancé le Grenelle des mobilités en Lorraine, en présence d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports, le 1er juillet 2019, à Vittel (88).

Les transports et mobilités font partie des priorités de la Région auxquels elle consacre plus de 27 % de son budget annuel. L’enjeu repose sur le maillage du terrotoire.

Repenser ensemble les mobilités de demain

A l’initiative conjointe de la Région Grand Est et du Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, le Grenelle des Mobilités en Lorraine engage une réflexion collective entre les acteurs des déplacements et les instances publiques sur les causes et les impacts des flux de mobilités et sur les réseaux de transports, à l’échelle du territoire lorrain et de ses frontières. L’ambition de ce Grenelle est de bâtir une vision partagée des mobilités en Lorraine en associant l’ensemble des acteurs concernés à la réflexion.

Les axes de réflexion intègreront une dimension européenne (Eurocorridors, programmes opérationnels européens, benchmarking au niveau européen) et permettront par exemple d’établir des cartes évolutives des dynamiques territoriales et d’accessibilité, de développer les services (télétravail, etc.) et la multimodalité, ou encore de multiplier les expérimentations innovantes.

Mise en place du comité de pilotage

Cette réflexion partenariale est structurée par un comité de pilotage associant un représentant de l’ensemble des principaux acteurs concernés, soit : la Région Grand Est, le pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, la Préfecture de région Grand Est, le Grand-Duché du Luxembourg, la Région Bourgogne Franche-Comté, les 4 Départements lorrains, les Agglomérations et métropoles de Thionville, Metz, Nancy, Epinal, le Pôle métropolitain frontalier, les usagers des transports, l’Association des Maires ruraux et l’Assemblée des Communautés de France. Le premier COPIL se réunira en septembre 2019.

Ce Grenelle des mobilités doit être l’occasion d’expérimenter, il peut devenir un laboratoire des mobilités du futur.

 

Présentation du plan Intelligence Artificielle

Dans le cadre de l’évènement « 360 possibles – Innovons ensemble dans le Grand Est », Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a présenté le 26 juin 2019 à Strasbourg, le Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle (IA), à l’occasion d’une rencontre transfrontalière autour de l’intelligence artificielle.

Enjeu de territoire, d’attractivité et de développement économique, le Plan Intelligence Artificielle de la Région, élaboré en lien avec l’Agence Régionale d’Innovation, Grand E-nov, en co-construction avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème (académiques, privés, institutionnels, etc.), s’inscrit dans le projet de « Smart Région » et de structuration de la filière numérique. Il concerne trois filières prioritaires du SRDEII que sont l’Industrie du Futur, la bioéconomie et la santé.

Le plan adopté en séance plénière le 20 juin 2019, s’articule autour de 6 axes :

  • booster la compétitivité des entreprises par l’intelligence artificielle,
  • soutenir l’excellence scientifique en intelligence artificielle et assurer son rayonnement et sa valorisation,
  • dynamiser les startups depuis la formulation d’une idée jusqu’à la levée du premier million d’euros, en fédérant tous les acteurs de l’entrepreneuriat,
  • développer les compétences en IA afin de répondre aux besoins croissants des entreprises en s’appuyant sur des formations en ligne ainsi que des nouveaux cursus et écoles dédiés,
  • garantir une intelligence artificielle éthique, transparente, inclusive.

Un institut régional « Grand Est 4 IA » va être créé afin de fédérer la communauté IA du Grand Est réunissant des chercheurs des Universités de Haute-Alsace, de Strasbourg, de Lorraine, de Reims Champagne-Ardenne et de Troyes, ainsi que les entreprises (ETI, PME ou start-ups) engagées à leurs côtés. Cet institut a également vocation à proposer un espace de rencontre favorisant la valorisation et la co-innovation et à promouvoir le territoire régional pour le rendre visible et attractif au niveau européen et international.

Ce plan IA s’inscrit dans le cadre du plan numérique régional global qui comprend d’autres sujets aussi importants que complémentaires, tels que la donnée, la cybersécurité, le cloud de confiance, la blockchain, les objets connectés. L’objectif est de mobiliser 350 millions d’euros sur 5 ans.

A travers ce plan, la Région a pour ambition de devenir un territoire d’excellence reconnu en intelligence artificielle appliquée dans des domaines ciblés, en s’appuyant notamment sur ses forces académiques, au service du développement des acteurs économiques et publics.

Téléchargez le plan Intelligence Artificielle

 

 


[/adi-video]

Des formations transfrontalières sur-mesure pour répondre aux besoins en recrutement d’Europa-Park

L’emploi et la formation sont des priorités pour la Région Grand Est. Avec ses partenaires, elle s’engage concrètement pour accompagner  les personnes en recherche d’emploi et les aiderà saisir des opportunités dans des entreprises transfrontalières. C’est le cas avec Europa-Park, en Allemagne, qui, dans le cadre de l’ouverture du parc aquatique Rulantica en novembre 2019, recrute près de 300 personnes.

Proposer des formations sur-mesure pour sécuriser le recruutement

Dans ce contexte, Valérie Debord, Vice-Présidente en charge de l’Emploi de la Région Grand Est, Jürgen Mack, Propriétaire d’Europa-Park, Claude Rouillon, Directeur territorial de Pôle Emploi Bas-Rhin, et Martina Musati, Directrice régionale Bade-Wurtemberg de la Bundesagentur für Arbeit, ont ainsi présenté, en présence de Claudine Ganter, Présidente de la Commission Relations internationales et transfrontalières de la Région Grand Est, les actions communes mises en oeuvre en faveur du recrutement et de la formation des futurs employés de l’univers aquatique Rulantica, le mercredi 26 juin sur le site d’Europa-Park à Rust en Allemagne.

Une première phase de recrutement a été menée conjointement grâce à Pôle emploi et à la Bundesagentur für Arbeit, qui a permis à Europa-Park d’identifier des profils spécifiques liés aux besoins du parc. Des formations sur-mesure ont été construites par la Région Grand Est, conjointement avec Pôle emploi, notamment dans le domaine de l’hôtellerie-restauration grâce au Fonds d’Intervention pour la Formation et l’Emploi (FIFE). En effet, un 6ème hôtel, l’hôtel Krønasår, est ouvert depuis le 31 mai 2019. Le FIFE permet de consrtuire des formations adaptées aux besoins d’Europa-Park tout en sécurisant l’embauche des personnes formées.

Un partenariat réaffirmé avec Europa-Park

37 stagiaires ont déjà  été formés en 2019 puis embauchés directement par Europa-Park et 52 personnes employées suite aux formations cofinancées par la Région, Pôle emploi, la Bundesagentur für Arbeit et Europa-Park. Parallèlement, la Région a mis à disposition sa plateforme linguistique innovante pour l’apprentissage des langues allemande et anglaise afin de favoriser la formation transfrontalière et l’emploi de proximité.

Une seconde phase de recrutement est d’ores et déjà en cours puisque la Région Grand Est et Europa-Park ont affirmé leur volonté commune de renouveler le partenariat pour 2019.

Très haut débit en Grand Est : réunions d’information pour les habitants

Afin d’informer les habitants et les professionnels sur les modalités de raccordement de leurs logements ou de leurs entreprises à la fibre optique et de présenter les offres des différents fournisseurs d’accès internet des réunions publiques d’information se tiendront :

En Alsace

  • Westhalten, le jeudi 4 juillet à 19h à la salle polyvalente (1 rue du stade) pour les habitants de la commune de Westhalten,
  • Lalaye, le mercredi 10 juillet à 19h à la salle polyvalente, pour les habitants  des communes de Bassemberg, Urbeis, Fouchy, Lalaye et Villé (partiel),
  • Walbach, le jeudi 11 juillet à 19h à la salle polyvalente, pour les habitants de Walbach et Zimmerbach, en présence de Denise Buhl et de Bernard Gerber.

En Champagne Ardenne et en Lorraine

  • Voué (Aube – 10), le lundi 8 juillet à 18h30 à la salle communale (7 route de Chapelle-Vallon), pour les habitants des communes de Charmont-sous-Barbuise, Feuges, Fontaine-lès-Grès, Vailly, Voué.
  • Roville-devant-Bayon (Meurthe-et-Moselle – 54), le mardi 9 juillet à 18h30 à la salle communale (rue Basse), pour les habitants des communes de Hammeville, Houdreville, Omelmont, Ormes-et-Ville, Roville-devant-Bayon.
  • Haironville (Meuse – 55), le mercredi 10 juillet à 18h30 à la salle communale (rue Basse), pour les habitants des communes de Bazincourt-sur-Saulx, Haironville, L’Isle-en-Rigault, Montplonne, Rupt-aux-Nonains, Saudrupt, Ville-sur-Saulx.
  • Chambley-Bussières (Meurthe-et-Moselle – 54), le jeudi 11 juillet à 18h30 à la salle de l’aérodrome, pour les habitants des communes de Chambley-Bussières, Charey, Dampvitoux, Dommartin-la-Chaussée, Hageville, Saint-Julien-lès-Gorze, Xonville.

Déploiement du Très Haut Débit

En Alsace

A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 11 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 15 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l’entreprise Rosace et chaque maire , elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Dans les autres territoires du Grand Est

La Région Grand Est a lancé, en août 2017, une délégation de service public afin de déployer le très haut débit par la fibre optique dans les départements des Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Déploiement Fibre optique Très haut débitMarne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et des Vosges. Cette délégation a été confiée à l’entreprise LOSANGE qui va déployer environ 830 000 prises dans près de 3 600 communes*, pour un investissement total estimé à 1,4 milliard d’euros d’ici février 2023.
En Moselle, le Syndicat Mixte Moselle Fibre, avec le soutien de la Région Grand Est, met également en oeuvre son réseau d’initiative publique pour raccorder 140 000 prises en cinq ans dans les 14 EPCI.

*en-dehors des communes où les opérateurs privés investissent sur leurs fonds propres

Le Très Haut Débit (THD) : pilier du développement des territoires

La Région s’est engagée à ce que tous les territoires du Grand Est, aussi bien ruraux qu’urbains, bénéficient de la même qualité de services. Il s’agit également de permettre aux entreprises artisanales, industrielles ou agricoles d’avoir accès aux mêmes outils que les grands groupes, notamment pour celles qui souhaitent s’internationaliser.
La Région offre en outre la possibilité aux jeunes de se voir dotés d’outils numériques pour leurs études, dans le cadre du passage intégral au manuel numérique pour tous les lycées du Grand Est à l’échéance 2021. Enfin, c’est la garantie, pour les habitants du Grand Est, de disposer de services publics accessibles pour effectuer leurs démarches administratives dans des conditions optimales.

 

La Région s’engage en faveur de la mobilité durable

Chef de file de l’intermodalité, la Région encourage toutes les formes de mobilité bas-carbone pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique tout en préservant le pouvoir d’achat des habitants. Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, le 20 juin 2019, ont ainsi approuvé de nouveaux dispositifs d’intervention en faveur des mobilités durables.

Ces nouvelles mesures, qui répondent à la loi d’Orientation sur les Mobilités (en cours d’examen à l’Assemblée Nationale), visent à proposer une stratégie de développement d’une mobilité alternative à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, pour permettre à chacun de se déplacer facilement dans le respect de l’environnement. Cette stratégie intervient en complément des actions menées par la Région pour développer les réseaux de transport existants et repose sur un bouquet de solutions favorisant les mobilités durables, en déclinaison du projet de SRADDET Grand Est Territoires.

Le soutien au déploiement d’une offre de mobilité en territoire peu dense, basée sur des véhicules propres en autopartage

Ce dispositif est destiné à accompagner les EPCI de petites et moyennes tailles et les collectivités de moins de 100 000 habitants dans la mise en place d’une offre de mobilité collective, basée sur le principe de l’autopartage, cohérente avec leurs territoires et adaptée à leurs besoins. Cette aide consiste à contribuer financièrement, dans un premier temps, à une étude d’opportunité par territoire, plafonnée à 10 000 euros HT, qui pourra bénéficier d’une participation complémentaire de l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets French Mobility. La Région pourra contribuer, dans un second temps, à l’achat de véhicule(s), à raison d’un véhicule par commune membre d’une intercommunalité (aide plafonnée à 20 000 euros HT par véhicule).

Cette aide se veut évolutive par le principe des bonifications :

  • de base : 25% pour un véhicule équipé d’un boîtier au bioéthanol,
  • de niveau 1 : 40% pour les véhicules hybrides ou fonctionnant au gaz naturel,
  • de niveau 2 : 55% pour les véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène.

Dans les 2 derniers cas, le choix de l’emplacement du véhicule et de la borne associée devra être cohérent avec le réseau de bornes existantes ou en déploiement.

 

L’accompagnement au déploiement d’infrastructures électriques, bio-GNV et hydrogène

Dans le cadre des réflexions menées sur le futur maillage d’infrastructures de recharge et de ravitaillement de véhicules électriques accessibles au public en Grand Est pour l’ensemble des mobilités (routières, fluviales et ferrées), la Région lance 3 appels à projets :

  • le renforcement du réseau d’infrastructures de recharge électrique : l’accompagnement régional vise à soutenir l’implantation de 3 000 nouvelles bornes accessibles au public par le biais de subventions en faveur des collectivités, des entreprises et du résidentiel collectif, allant de 50% à 70% du coût global du projet (après déduction de l’aide du programme national ADVENIR),
  • le renforcement du réseau de stations biogaz véhicule : à l’heure actuelle, le Grand Est compte 11 stations biogaz, dont 7 proposant du bio-GNV (gaz comprimé) et une proposant du GNL (gaz liquide). Pour renforcer ce maillage, la Région a décidé de soutenir la création de 10 nouvelles stations, accessibles aux véhicules particuliers et aux utilitaires légers. Ce type de station, mis en place par une entreprise ou une collectivité, peut alimenter jusqu’à 50 véhicules particuliers par jour. L’aide régionale consiste à contribuer à l’acquisition des équipements spécifiques à l’épuration et à la compression du biogaz de la station à hauteur de 20 % du coût global HT du projet, avec un plafond de 30 000 euros,
  • le renforcement de la flotte de véhicules hydrogène : l’objectif est de favoriser la constitution de 10 flottes captives1 de collectivités ou d’entreprises et de créer ainsi 10 nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution) sur le territoire. Cette opération permettra de positionner le Grand Est en Région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale proposée s’élève à 25% du coût global HT du projet, avec un plafond de 40 000 euros.

83 entreprises du Grand Est participent au salon du Bourget

83 entreprises de la Région Grand Est participent au 53ème salon International de l’Aéronautique et de l’Espace au Bourget près de Paris jusqu’au 23 juin 2019.

Avec un budget de plus de 180 000 €, la Région Grand Est accompagne cette année 30 des 42 entreprises locales présentes sur les stands du cluster Aériades (Hall 2B stand C32) et de la CCI Grand Est (Hall 4 stand FG47), leur offrant ainsi une visibilité à l’international. D’autres grandes entreprises, telles qu’Axon’Câble et Safran, implantées dans le Grand Est disposent de leurs propres stands.

Fleuron de l’industrie française, l’aéronautique est une filière d’excellence qui crée de l’emploi et de la valeur ajoutée en Grand Est. Ce secteur innovant est également fortement exportateur. Il participe à l’attractivité et à la compétitivité du territoire, avec plus de 11 000 emplois directs et des structures animant des communautés d’acteurs tels que le cluster Aériades et Aéro Alsace.

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile