Journée du transport public : -70% sur tous les TER FLUO

A l’occasion de la Journée du transport public, le samedi 21 septembre 2019, la Région Grand Est et SNCF proposent une offre promotionnelle : 70 % de réduction sur tous les trajets en TER FLUO.

Organisée dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité qui se déroule du 16 au 22 septembre prochains, cette opération permet de promouvoir le recours aux transports collectifs de proximité et d’inciter le plus grand nombre de personnes à adopter une démarche éco citoyenne pérenne.

70 % de réduction avec TER FLUO

  • Les clients bénéficient de 70 % de réduction sur le tarif normal en aller simple ou en aller-retour, sur tout le périmètre de TER en Grand Est.
  • Cette offre est valable sur tous les trains et cars TER FLUO.
  • Les billets sont en vente à partir du lundi 16 septembre sur le site TER Grand Est, sur l’Appli SNCF et aux distributeurs régionaux (rubrique « Tarifs événementiels »).

Jusqu’au Luxembourg et Paris Est

  • Cette offre est valable, en aller-retour, sur les trajets depuis une gare en Lorraine vers le Luxembourg.
  • Cette offre est valable sur les trajets TER FLUO vers Paris Est en aller simple ou aller-retour.
  • Cette offre est également valable sur la ligne Troyes / Châlons-en-Champagne / Reims.

 

TER Grand Est : un service gratuit d’assistance pour les personnes à mobilité réduite

La Région Grand Est, avec la SNCF, a mis en place le service « Accès » TER, un service gratuit d’assistance pour les personnes en situation de handicap, sur réservation. Ce service est proposé pour les voyages en TER dans la région.

À qui s’adresse ce service ?

Ce service s’adresse à toute personne :

  •  titulaire d’une carte d’invalidité civile, de priorité ou de stationnement,
  •  titulaire d’une carte mobilité inclusion,
  •  titulaire d’une carte « réformé/pensionné de guerre »,
  • utilisant un fauteuil roulant au quotidien.

Comment réserver le service ?

La réservation doit s’effectuer au plus tard 48 heures avant le déplacement :

  • par téléphone au 0 805 415 415 (appel et service gratuits) : du lundi au vendredi de 8h à 18h, le samedi de 9h à 14h.
  • en  ligne via un formulaire de réservation

Tarifs pour l’accompagnateur

Une réduction de 50% sur le prix du billet est accordée à l’accompagnateur si la carte d’invalidité (taux supérieur ou égal à 80 %) est sans mention ou comporte l’une des mentions suivantes :

  • station debout pénible ;
  • canne blanche.

L’accompagnateur voyage gratuitement si la carte d’invalidité (taux supérieur ou égal à 80 %) comporte l’une des mentions suivantes :

  •  besoin d’accompagnement ou besoin d’accompagnement cécité ;
  • tierce personne, cécité et/ou étoile verte.

Gares proposant le service « Accès » TER

Plus de 50 gares en Grand Est proposent le service « Accès » TER :

Ardennes : Charleville-Mézières, Sedan, Rethel, Revin, Givet

Aube : Troyes, Romilly-sur-Seine

Marne : Châlons-en-Champagne, Champagne Ardenne TGV, Reims, Vitry-le-François, Fismes

Haute-Marne : Joinville, Saint-Dizier, Chaumont, Culmont-Chalindrey

Meurthe et Moselle : Conflans-Jarny, Dieulouard, Longuyon, Longwy, Lunéville, Nancy, Pagny-sur-Moselle, Pont-à-Mousson, Toul

Meuse : Bar-le-Duc, Commercy, Verdun

Moselle : Ars-sur-Moselle, Béning, Forbach, Hagondange, Maizières-lès-Metz, Metz Ville, Saint-Avold, Sarrebourg, Sarreguemines, Thionville

Bas-Rhin : Haguenau, Saverne, Molsheim, Sélestat, Strasbourg

Haut-Rhin : Altkirch, Saint-Louis, Colmar, Mulhouse, Bâle (côté français)

Vosges : Charmes, Epinal, Neufchâteau, Remiremont, Saint-Dié-des-Vosges, Vittel

Création d’un nouveau parking à la gare de Molsheim

A compter du lundi 12 août 2019, de nouveaux travaux d’accessibilité vont démarrer à la gare de Molsheim (Bas-Rhin). Au vu de la saturation des parkings existants à la gare de Molsheim, la Région Grand Est et la Ville de Molsheim vont créer un nouveau parking, côté route industrielle de la Hardt, qui offrira 529 places. Les travaux s’étendront sur une durée prévisionnelle de 13 mois jusqu’à fin septembre 2020.

Modifications du stationnement pendant les travaux

Ce chantier occasionnera différentes gênes que la Région et la Ville s’efforceront de diminuer :

  1. Suppression d’une partie des aires de stationnement existantes sur le parking gravillonné de la gare, côté route industrielle de la Hardt : 175 places supprimées dès le 12 août
  2. Création d’un parking provisoire à côté de la gare dès le 12 août
  3. Création d’un parking provisoire de la Commanderie qui sera opérationnel dès que les travaux liés à la dénivellation du passage à niveau PN20 seront terminés, dès octobre 2019

 

 

 

Inauguration des travaux d’accessibilité de la gare de Chaumont

Débutés en février 2018, les travaux en gare de Chaumont se sont terminés fin janvier 2019. La Région Grand Est a consacré une enveloppe de plus d’1,5 M d’Euros en faveur de la mise en accessibilité et des aménagements intérieurs de la gare. Ces travaux, inaugurés par Jean Rottner et les élus locaux le 17 juillet 2019, doivent permettre à tous les usagers d’accéder au transport collectif, quels que soient leurs situations et leurs besoins.

Mise en accessibilité de la gare de Chaumont

Suite à la loi handicap du 11 février 2005, les propriétaires ou gestionnaires des gares de voyageurs et les opérateurs du système de transport ferroviaire ont dû rendre accessible la chaîne du transport. Cette loi a été complétée par la mise en place d’Agendas d’Accessibilité Programmée, 4 concernent la Région Grand Est :
le schéma national et les schémas Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Ces schémas retiennent 65 gares prioritaires à rendre accessibles pour les Personnes à Mobilité Réduite d’ici 2024. Ceci nécessite d’intervenir, selon le cas, sur les quais, les passages souterrains ou passerelles, dans les bâtiments voyageurs et au niveau des guichets.

Les travaux en gare de Chaumont se sont terminés fin janvier 2019, ils avaient pour objectifs :

  • la création de 3 ascenseurs, pour accéder aux quais,
  • le rehaussement des 3 quais et l’adaptation des voies,
  • la rénovation du souterrain et des escaliers.

L’accessibilité concerne tous les voyageurs, les personnes en situation de handicap comme les autres : personnes âgées, femmes enceintes, familles avec poussettes et enfants en bas âge, voyageurs chargés de bagages, etc. Chacun doit pouvoir prendre le train sans rencontrer d’obstacle sur son chemin, de la voirie jusqu’au quai puis tout au long de son voyage. Grâce aux travaux, chacun profitera d’une gare plus facile à vivre au quotidien.

Mettre les gares du Grand Est en qualité et en conformité

La Région Grand Est et SNCF Gares & Connexions ont entrepris de mettre les gares en qualité et en conformité.
Ces services se traduisent, par des investissements concrets correspondants par exemple :

  • aux équipements d’information voyageur (écran d’information dynamique, affichage léger, mobilier connecté),
  •  aux équipements de confort d’attente et de sécurité (salle d’attente, abri de quai, vidéo surveillance, etc.),
  • aux services de type Wifi, toilettes, objets trouvés, services du quotidien, commerces.

 

 

 

Transports : 500 millions d’euros pour renouveler le matériel ferroviaire


Priorité de la Région Grand Est, les transports et les mobilités font l’objet d’une attention particulière pour apporter la meilleure de transport sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains. Lors de la Commission permanente du 5 juillet 2019, les élus ont approuvé l’acquisition de 30 rames Coradia Polyvalent bimode d’Alstom pour quadrupler l’offre de transport sur les 7 lignes transfrontalières vers l’Allemagne, ainsi que 9 rames périurbaines et régionales pour augmenter la desserte ferroviaire. Ces deux opérations représentent un investissement de près de 500 millions d’euros.

30  nouvelles rames pour le plus vaste projet de transport régional transfrontalier

En prévisioon de l’ouverture à la concurrence, la Région a décidé d’acquérir 30 rames automotrices Coradia Polyvalent d’Alstom pour dynamiser 7 lignes transfrontalières couvrant plus de 200 km de frontières : la Région Grand Est et les Länder de Sarre, Rhénanie-Palatinat et Bade-Wurtemberg souhaitent ainsi proposer des services ferroviaires transfrontaliers fréquents et réguliers sur l’ensemble des liaisons France – Allemagne dès décembre 2024.

9 nouvelles rames Régiolis pour 2022

Pour répondre à la forte croissance du trafic sur les lignes autour des métropoles, la Région a également décidé d’acquérir 9 nouvelles rames Régiolis (5 rames à capacité moyenne et 4 à grande capacité) pour un montant de plus de 102 millions d’euros, dont les premières livraisons sont prévues en 2022.
Ces commandes contibuent à pérenniser l’emploi en région : le Régiolis est en effet entièrement fabriqué sur les sites français d’Alstom Transport, notamment à Reichshoffen (67), une plateforme employant directement plus de 800 personnes pour l’ingénierie et l’assemblage des trains, avec plus de 3000 emplois indirects.

Financement de 5 rames pour expérimenter des trains à l’hydrogène

Face aux enjeux environnementaux, la Région a par ailleurs confirmé son intention de participer au projet national d’expérimentation de train fonctionnant à l’hydrogène, à travers l’acquisition de 5 rames. Elle a ainsi répondu favorablement, à l’instar d’autres Régions, au plan de développement, souhaité par le Gouvernement, d’un train fonctionnant à l’hydrogène à l’horizon 2022. Cette première expérimentation s’inscrit dans les objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, visant à réduire de 30% la consommation des énergies fossiles et de 40% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.

Lancement du Grenelle des mobilités en Lorraine

Parce qu’il est nécessaire de repenser les mobilités de demain, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Pierre Cuny, Président du Sillon Lorrain, ont lancé le Grenelle des mobilités en Lorraine, en présence d’Elisabeth Borne, Ministre des Transports, le 1er juillet 2019, à Vittel (88).

Les transports et mobilités font partie des priorités de la Région auxquels elle consacre plus de 27 % de son budget annuel. L’enjeu repose sur le maillage du terrotoire.

Repenser ensemble les mobilités de demain

A l’initiative conjointe de la Région Grand Est et du Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, le Grenelle des Mobilités en Lorraine engage une réflexion collective entre les acteurs des déplacements et les instances publiques sur les causes et les impacts des flux de mobilités et sur les réseaux de transports, à l’échelle du territoire lorrain et de ses frontières. L’ambition de ce Grenelle est de bâtir une vision partagée des mobilités en Lorraine en associant l’ensemble des acteurs concernés à la réflexion.

Les axes de réflexion intègreront une dimension européenne (Eurocorridors, programmes opérationnels européens, benchmarking au niveau européen) et permettront par exemple d’établir des cartes évolutives des dynamiques territoriales et d’accessibilité, de développer les services (télétravail, etc.) et la multimodalité, ou encore de multiplier les expérimentations innovantes.

Mise en place du comité de pilotage

Cette réflexion partenariale est structurée par un comité de pilotage associant un représentant de l’ensemble des principaux acteurs concernés, soit : la Région Grand Est, le pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain, la Préfecture de région Grand Est, le Grand-Duché du Luxembourg, la Région Bourgogne Franche-Comté, les 4 Départements lorrains, les Agglomérations et métropoles de Thionville, Metz, Nancy, Epinal, le Pôle métropolitain frontalier, les usagers des transports, l’Association des Maires ruraux et l’Assemblée des Communautés de France. Le premier COPIL se réunira en septembre 2019.

Ce Grenelle des mobilités doit être l’occasion d’expérimenter, il peut devenir un laboratoire des mobilités du futur.

 

La Région s’engage en faveur de la mobilité durable

Chef de file de l’intermodalité, la Région encourage toutes les formes de mobilité bas-carbone pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique tout en préservant le pouvoir d’achat des habitants. Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, le 20 juin 2019, ont ainsi approuvé de nouveaux dispositifs d’intervention en faveur des mobilités durables.

Ces nouvelles mesures, qui répondent à la loi d’Orientation sur les Mobilités (en cours d’examen à l’Assemblée Nationale), visent à proposer une stratégie de développement d’une mobilité alternative à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, pour permettre à chacun de se déplacer facilement dans le respect de l’environnement. Cette stratégie intervient en complément des actions menées par la Région pour développer les réseaux de transport existants et repose sur un bouquet de solutions favorisant les mobilités durables, en déclinaison du projet de SRADDET Grand Est Territoires.

Le soutien au déploiement d’une offre de mobilité en territoire peu dense, basée sur des véhicules propres en autopartage

Ce dispositif est destiné à accompagner les EPCI de petites et moyennes tailles et les collectivités de moins de 100 000 habitants dans la mise en place d’une offre de mobilité collective, basée sur le principe de l’autopartage, cohérente avec leurs territoires et adaptée à leurs besoins. Cette aide consiste à contribuer financièrement, dans un premier temps, à une étude d’opportunité par territoire, plafonnée à 10 000 euros HT, qui pourra bénéficier d’une participation complémentaire de l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets French Mobility. La Région pourra contribuer, dans un second temps, à l’achat de véhicule(s), à raison d’un véhicule par commune membre d’une intercommunalité (aide plafonnée à 20 000 euros HT par véhicule).

Cette aide se veut évolutive par le principe des bonifications :

  • de base : 25% pour un véhicule équipé d’un boîtier au bioéthanol,
  • de niveau 1 : 40% pour les véhicules hybrides ou fonctionnant au gaz naturel,
  • de niveau 2 : 55% pour les véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène.

Dans les 2 derniers cas, le choix de l’emplacement du véhicule et de la borne associée devra être cohérent avec le réseau de bornes existantes ou en déploiement.

 

L’accompagnement au déploiement d’infrastructures électriques, bio-GNV et hydrogène

Dans le cadre des réflexions menées sur le futur maillage d’infrastructures de recharge et de ravitaillement de véhicules électriques accessibles au public en Grand Est pour l’ensemble des mobilités (routières, fluviales et ferrées), la Région lance 3 appels à projets :

  • le renforcement du réseau d’infrastructures de recharge électrique : l’accompagnement régional vise à soutenir l’implantation de 3 000 nouvelles bornes accessibles au public par le biais de subventions en faveur des collectivités, des entreprises et du résidentiel collectif, allant de 50% à 70% du coût global du projet (après déduction de l’aide du programme national ADVENIR),
  • le renforcement du réseau de stations biogaz véhicule : à l’heure actuelle, le Grand Est compte 11 stations biogaz, dont 7 proposant du bio-GNV (gaz comprimé) et une proposant du GNL (gaz liquide). Pour renforcer ce maillage, la Région a décidé de soutenir la création de 10 nouvelles stations, accessibles aux véhicules particuliers et aux utilitaires légers. Ce type de station, mis en place par une entreprise ou une collectivité, peut alimenter jusqu’à 50 véhicules particuliers par jour. L’aide régionale consiste à contribuer à l’acquisition des équipements spécifiques à l’épuration et à la compression du biogaz de la station à hauteur de 20 % du coût global HT du projet, avec un plafond de 30 000 euros,
  • le renforcement de la flotte de véhicules hydrogène : l’objectif est de favoriser la constitution de 10 flottes captives1 de collectivités ou d’entreprises et de créer ainsi 10 nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution) sur le territoire. Cette opération permettra de positionner le Grand Est en Région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale proposée s’élève à 25% du coût global HT du projet, avec un plafond de 40 000 euros.

Amélioration de l’accès à l’aéroport de Strasbourg

Lors de la Commission permanente du 14 juin 2019, les élus ont accordé 1,25 million d’euros pour améliorer l’accès à l’aéroport de Strasbourg dans le cadre du contrat « Strasbourg Capitale Européenne ».

Offrir aux usagers une meilleure accessibilité à l’aéroport

Cette opération consiste à relier l’aéroport international de Strasbourg à l’A355, soit une liaison routière d’environ 3 km à 2×1 voie (entre les départementales 111 et 221). Cette infrastructure traversera les bans des communes d’Entzheim et de Hangenbieten, faisant toutes deux partie de l’Eurométropole de Strasbourg, ainsi que de Duppigheim. Les travaux devraient débuter en octobre 2021, à l’issue des études préalables, pour une durée prévisionnelle de 11 mois.

Ce projet offrira aux usagers une meilleure accessibilité à l’aéroport et à la gare SNCF d’Entzheim. En réduisant le trafic routier en faveur du TER, il présente de forts enjeux en matière de transition énergétique. L’opération contribuera en outre à renforcer l’attractivité de la ville de Strasbourg, de l’aéroport, de sa plateforme économique et du pôle d’échanges multimodal d’Entzheim.
Le calendrier de réalisation de la nouvelle liaison routière d’accès à l’aéroport international de Strasbourg vise à accompagner :

  • la mise en service du Contournement Ouest de Strasbourg,
  • le renforcement de la ligne TER Molsheim-Strasbourg à l’horizon 2022, en lien avec le futur Réseau Express Métropolitain,
  • l’expérimentation de l’ouverture à la concurrence dans le secteur Bruche-Piémont-Vosges.

Ce projet, dont l’enveloppe globale s’élève à 5 millions d’euros, s’inscrit dans le cadre du Contrat Triennal 2018-2020 « Strasbourg Capitale Européenne » qui réunit l’Etat, la Région Grand Est, l’Eurométropole de Strasbourg et le Département du Bas-Rhin. C’est ainsi l’une des nombreuses composantes de la démarche expérimentale du Grenelle des Mobilités, qui vise à penser un nouveau modèle de mobilité à l’échelle métropolitaine et transfrontalière. La forte mobilisation des partenaires autour de cette démarche innovante a conduit la Région à proposer l’engagement d’un Grenelle des Mobilités sur le territoire lorrain.

Ouverture des inscriptions au dispositif de soutien à la conversion des véhicules au bioéthanol

Pour faire face à la hausse des prix des carburants, la Région Grand Est a décidé d’accompagner les habitants souhaitant convertir leur véhicule au carburant bioéthanol.

Depuis le 15 janvier, vous pouvez faire votre demande en ligne grâce à la plateforme dédiée : https://bioethanol-grandest.zecarte.fr/

Faire votre demande en ligne

Un numéro dédié est également à votre disposition : 03 87 18 36 26 (numéro local).

La Région Grand Est a lancé un vaste plan 2,5 millions d’euros visant à accompagner, dès le 1er janvier 2019, 10 000 ménages à convertir leur véhicule vers le bioéthanol. Cette mesure s’adresse à plusieurs catégories de personnes :

  • Les jeunes de moins de 26 ans ;
  • Les salariés qui font usage de leur véhicule personnel pour se rendre sur leur lieu de travail dans un rayon au-delà de 30 kilomètres et répondant à des conditions de revenus.

Cette aide se traduira par une prise en charge par la collectivité régionale de 50% du coût du dispositif de conversion dans la limite de 250€.

L’objectif de l’aide régionale est de baisser le temps de retour sur investissement. Ce passage au bioéthanol devrait permettre aux usagers de réduire le budget carburant de 35 à 45% mais également de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70%.

Cette conversion est possible grâce à un boîtier installé dans les véhicules à essence afin d’optimiser le réglage du moteur. Ainsi équipé, votre véhicule pourra rouler aussi bien avec de l’essence que du bioéthanol. Voici la carte des garages du Grand Est homologués pour vous installer ce boitier : < lien à ajouter >

Consultez toutes les conditions d’éligibilité

Une nouvelle voie pour fluidifier le trafic

Les travaux de création d’une nouvelle voie ferrée entre Strasbourg et Vendenheim ont été lancés lundi 15 octobre 2018, notamment en présence de Jean Rottner. Cette opération très attendue et financée à hauteur de 41 M€ par la Région Grand Est, va permettre l’amélioration des conditions de transport des voyageurs.

En effet, pour augmenter la capacité du secteur nord de Strasbourg, répondre aux attentes des voyageurs et accompagner la vitalité économique régionale, il était essentiel de redonner de la fluidité à ce carrefour très important du réseau ferré. Un défi pour cette 4ème voie qui permettra de développer l’offre ferroviaire et la rendre plus attractive notamment en termes de confort et de ponctualité. Elle contribuera également à l’amélioration et au développement des offres TER de proximité et TGV. Elle permettra ainsi :

  • de faire circuler davantage de trains de voyageurs et d’intensifier la desserte des haltes périurbaines,
  • d’obtenir des horaires plus adaptés pour de meilleures correspondances,
  • de faire circuler davantage de trains de marchandises,
  • de résorber plus vite les retards

Cette opération d’un montant total de 117 M€ est financée à hauteur de 41 M€ par la Région Grand Est, aux côtés de 3 autres partenaires : l’Etat, l’Europe (via le programme transeuropéen de développement des infrastructures de transport) et SNCF Réseau.

Autorité organisatrice des transports régionaux de voyageurs, la Région décide du développement et des améliorations de la qualité du service TER. A ce titre, elle a fixé, en lien avec ses partenaires, des objectifs pour l’offre TER. Premier poste budgétaire régional, les transports représentent en 2018 un budget de 867 M€.

Le TGV n’est pas le jouet de la SNCF !

La Région Grand Est et les collectivités ont investi au total plus de 850 millions d’euros pour être desservie par le TGV. Aujourd’hui, la SNCF veut supprimer les liaisons entre la Lorraine et le Sud de la France et diminuer les dessertes au départ de Strasbourg. La position de Nancy serait menacée, certaines gares TGV de la desserte Sud Lorraine fermeraient (Toul, Neufchâteau et Culmont-Chalindrey), l’ouverture européenne du Grand Est et de sa capitale Strasbourg serait gravement mise à mal.

Nous refusons l’inacceptable ! Le Président Jean Rottner et les élus du Grand Est appellent toutes les forces vives à se battre à leurs côtés, pour faire reculer la SNCF. Mobilisons-nous pour garder un TGV que nous avons payé et qui est aussi le nôtre.

Le président du Conseil régional, Jean ROTTNER fédère les élus de toutes les sensibilités politiques du Grand Est pour la défense des TGV et interpelle Elisabeth Borne, Ministre des Transports. Lire le courrier adressé à Elisabeth Borne
Près de 35000 signatures pour la pétition #TouchePasaMonTgv

 

Rejoignez-nous et signez la pétition sur www.touchepasamontgv.fr


#TouchePasAMonTgv

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile