Erasmus+ : un projet sur la santé mentale des jeunes

La première rencontre internationale des partenaires du projet ME-Health sur la santé mentale des jeunes dans le contexte de la pandémie du COVID-19, financé par le programme ERASMUS+, s’est déroulée du 25 au 28 avril 2022 à Ostrava, dans la Région tchèque de Moravie-Silésie.

Elle avait pour objectif de lancer officiellement cet ambitieux projet européen de coopération et d’échanges d’expériences entre des acteurs provenant de quatre régions d’Europe : la région de Moravie-Silésie (République tchèque), la région Grand Est (France), la province de Styrie (Autriche) et la voïvodie de Lubelskie (Pologne), dont les autorités régionales coordonnent le projet. Ces acteurs sont au nombre de dix : autorités régionales, écoles, centres de conseil psychologique et pédagogique et association de parents d’élèves.

Les représentants de ces structures ont pu faire connaissance à Ostrava et rappeler l’objectif du projet ME-Health : la détection des troubles psychologiques ayant émergé chez les jeunes en raison de la crise sanitaire du COVID-19 et de ses conséquences sur l’éducation (fermeture d’écoles, recours massif à l’apprentissage à distance, etc.), ainsi que l’accompagnement de ces jeunes vers un mieux-être par l’identification des meilleurs outils mis en place dans chaque région.

Pour atteindre cet objectif, ce projet de 28 mois prévoit en particulier des sessions d’échange et de formation dans les quatre régions partenaires pour les représentants des administrations régionales, les enseignants, les directeurs d’école, les éducateurs, les psychologues et les parents d’élèves.

Les travaux déboucheront sur la rédaction d’un guide de bonnes pratiques digital disponible en anglais et dans les quatre langues du projet répertoriant les meilleurs outils, instruments (en particulier digitaux) et solutions transférables, ainsi que les institutions et structures ressources dans la thématique du projet ; il formulera aussi des recommandations.

Le montant total de la subvention européenne ERASMUS+ octroyée au projet est de 160 845 €, dont 43 990 € pour les 3 partenaires du Grand Est : la Région Grand Est, l’association territoriale Pep Lor’Est (CMPP54) et l’Union chalonnaise FCPE.

Salon virtuel « l’Europe s’invente avec les jeunes du Grand Est »

Mercredi 11 mai de 13h à 18h, dans le cadre du Mois de l’Europe, la Région Grand Est et les Centres Europe Direct organisent avec le soutien de différents acteurs de la mobilité, le salon virtuel « l’Europe s’invente avec les jeunes du Grand Est ». Objectif : faire découvrir aux jeunes les possibilités de mobilités transfrontalières, européennes et internationales à travers des témoignages et des échanges avec des étudiants, des stagiaires ou des volontaires français et européens ayant bénéficié d’une expérience de mobilité. Un live « explore le monde » clôturera cette journée à 17h.

Cet événement est labellisé Année européenne de la jeunesse

S’inscrire

En savoir plus sur le Mois de l’Europe

Do you speak Jeun’est s’ouvre à l’alsacien et aux langues régionales

La plateforme linguistique Do you speak Jeun’est innove en proposant l’apprentissage de langues régionales du Grand Est ! En collaboration avec l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA), cette initiative traduit la volonté de la Région de promouvoir le plurilinguisme.

L’alsacien, ancrage de notre patrimoine, pont vers l’avenir

Ainsi, dès le 4 avril une 1ère étape est franchie avec la possibilité de se former à l’alsacien à partir de contenus sous forme de vidéos, de documentaires ou de dictionnaires visuels. Les thèmes choisis favorisent la pratique dans des situations quotidiennes et mettent en avant les particularités de la culture régionale, dont les différents dialectes présents sur le territoire alsacien.

Le multilinguisme constitue un élément central et transversal des politiques de la Région Grand Est, première région transfrontalière de France. La maîtrise d’une ou plusieurs langues devient donc une évidence, notamment lorsque cette langue est celle de nos proches voisins.

Télécharger la fiche ressources

En savoir plus sur Do you speak Jeun’est 

 

Dessin de presse et liberté d’expression au programme du Mois de l’autre

A l’occasion de la cérémonie de clôture de la 18ème édition du « Mois de l’Autre », organisée jeudi 31 mars 2022 au lycée Stanislas à Villers-lès-Nancy (54), les lycéens et lycéennes du Grand Est se sont réunis pour en faire le bilan.

Une édition sous le signe du dessin de presse et de la liberté d’expression

Cette année, la jeunesse était invitée à s’interroger sur le thème de « la liberté d’expression et le dessin de presse », en résonance avec l’attentat du 16 octobre 2020 contre Samuel Paty, professeur à Conflans Sainte-Honorine. La Région soutient le rôle fondamental du dessin de presse en s’associant à Cartooning for peace.

Un parcours pédagogique riche et dense pour les dix établissements participants, avec notamment :

  • Une formation dispensée auprès des délégués et des jeunes lycéens engagés pour devenir « ambassadeurs » du dessin de presse.
  • Une série d’ateliers-rencontres avec des dessinateurs de presse, tels que Thierry Doudoux, Laurent Salles, Rohdo ou encore Pierre Pauma a été organisée afin d’approfondir le travail sur les enjeux des libertés d’expression et d’opinion, de favoriser les échanges sur la liberté d’expression et la reconnaissance du travail journalistique de ces dessinateurs.
  • Une journée de formation autour du dessin de presse à destination des équipes pédagogiques.
  • Une exposition de dessins de presse « Dessins pour la paix » mise à disposition par Cartooning for Peace.
  • Un parcours d’éloquence a été organisé par la Région avec le soutien de l’association « Inédit Théâtre » permettant aux lycéens d’aborder les enjeux de la liberté d’expression tout en apprenant à affirmer leurs idées en s’appropriant les codes de l’éloquence. Cinq classes ont participé à ce parcours.
  • Un projet « hymne du Mois de l’Autre » initié par le lycée Leclerc de Saverne, en collaboration avec les lycées du Haut Barr de Saverne, Schweitzer de Mulhouse, Blaise Pascal de Forbach, Hugues Libergier de Reims et Pierre Bayen de Châlons-en-Champagne. Ce projet consistait à créer un clip valorisant les messages portés dans le cadre du Mois de l’Autre. Les lycéens ont participé à l’ensemble du parcours de création, de l’écriture des textes à la mise en scène du clip, de la création de musique à l’interprétation du titre et à sa mise en chorégraphie.

Qu’est-ce que « Le Mois de l’Autre » ?

Organisé par la Région en partenariat avec les Rectorats de Nancy-Metz, Reims et Strasbourg, le « Mois de l’Autre » est un grand projet éducatif qui mobilise les lycéens du Grand Est autour de valeurs telles que la tolérance, l’égalité, la laïcité, la liberté d’expression, etc. A travers des actions menées dans les lycées (écriture, théâtre, jeux, créations, etc.), il encourage la dynamique du vivre ensemble, dans le respect des différences de chacun.

Ces quatre dernières années, les thématiques abordées dans le cadre du « Mois de l’Autre » étaient les suivantes :

  • La tolérance et l’engagement auprès des personnes en situation de handicap (2017/2018).
  • Vie privée et réseaux sociaux (2018/2019).
  • La lutte contre le racisme et l’antisémitisme (2019/2020).
  • L’égalité entre les femmes et les hommes (2020/2021).

En savoir plus sur le Mois de l’Autre

550 jeunes dans les rangs du service militaire volontaire

La Région Grand Est et l’Armée se sont engagées dans un partenariat (2019-2022) visant à déployer le Service Militaire Volontaire (SMV). Objectif : développer les capacités d’insertion dans la vie active de jeunes de 18 à 25 ans, en situation de décrochage scolaire et/ou social, par conséquent éloignés du marché du travail mais résolus à y accéder.

Comment ?

Grâce à contrat de volontariat de 8 à 12 mois maximum vécu en internat, le SMV permet aux jeunes d’acquérir :

  • un savoir et un savoir-faire (métier et culture d’entreprise),
  • un savoir-vivre (règles de vie en collectivité),
  • un savoir-être (valorisation de l’esprit d’équipe et du dépassement de soi).

Le parcours comporte une formation militaire (sans le maniement des armes) couplée à des formations à caractère professionnel et scolaire visant à favoriser l’insertion professionnelle.

Cette année,  550 jeunes suivront un programme de formation dans les centres dédiés à Montigny-lès-Metz (57) et Châlons-en-Champagne (51). Ils seront orientés vers des métiers en tension, requérants un faible niveau de qualification, dans les domaines suivants :

  • Hôtellerie-Restauration (agent polyvalent, serveur)
  • Services aux personnes et aux entreprises (auxiliaire de vie, agent de service médicosocial, agent de prévention et de sécurité)
  • Logistique (préparateur de commande)
  • Commerce (employé libre-service, vendeur spécialisé)
  • Agriculture (ouvrier viticole, ouvrier des espaces verts, ouvrier forestier)
  • Métiers de la bouche et de l’artisanat (boucher, boulanger, poissonnier)

La Région accompagne cette action à hauteur de 3 421 euros par jeune (hors rémunération), soit une enveloppe totale de plus d’1,8 millions d’euros.

En savoir plus sur l’orientation et la formation en Grand Est

Festival de Gérardmer : une expérience fantastique !

La 29ème édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer bat son plein ! Jusqu’au 30 janvier, tous les amoureux du genre s’y donnent rendez-vous pour découvrir une sélection de films venus des quatre coins du globe. Dix films en compétition, seront départagés et récompensés par un Jury présidé par Julie Gayet, mais aussi par le public, la critique et les jeunes du Grand Est.

En effet, durant cinq jours, la Région permet à neuf jeunes cinéphiles du Grand Est, suivant notamment un enseignement cinéma, de vivre cet évènement de l’intérieur.

Côté coulisses ils enchaînent les rencontres avec les organisateurs, les bénévoles, les réalisateurs et les professionnels du cinéma, tout en visionnant les films en compétition. A l’issue de ces quelques jours, confrontés aux mêmes exigences qu’un jury professionnel, ils rendront leur verdict et décerneront leur prix ! Suspens…

Les membres du Jury Jeunes :

  • Charlotte Flechon – Lycée Jean-Baptiste Vuillaume de Mirecourt
  • Manon Palowski – Lycée de la communication de Metz
  • Noel Aufsatz – Lycée Jean XXIII de Montigny-lès-Metz
  • Emile Andre – Lycée Privé la Malgrange de Jarville
  • Loïse Salles – Lycée Marc Bloch de Bisheim
  • Morgane Brucker – Lycée Stanislas de Wissembourg
  • Ewan Chatelard – Lycée Sévigné de Charleville-Mézières
  • Alexis Schmitt – Conseil régional des Jeunes
  • Lou Anne – Lycée Clémenceau de Reims

En savoir plus sur le Festival International du Film Fantastique de Gérardmer

Conseil régional des jeunes : pourquoi pas vous ?

La Région Grand Est lance la troisième promotion du Conseil régional des Jeunes (CrJ) et recherche 72 jeunes de 15 à 29 ans résidant dans la région, afin de siéger au sein de cette instance de participation citoyenne.

Pour pouvoir candidater, pas besoin de compétences spécifiques ni de diplômes particuliers, seules votre motivation et votre disponibilité à vous engager comptent !

Une expérience riche et formatrice basée sur la rencontre, les échanges, la réflexion, la recherche, le partage de propositions et la co-construction dans des domaines très variés dont les enjeux concernant la jeunesse.

Le Conseil régional des jeunes c’est 1 à 5 réunions par mois qui peuvent se décliner par des réunions en visio-conférence, des réunions en présentiel sur l’ensemble du territoire du Grand Est, des invitations à participer à des manifestations régionales ou des déplacements hors Grand Est.

 

Devenir membre du Conseil régional des jeunes du Grand Est

 

2éme édition des rendez-vous de l’engagement

Envie d’échanger sur les questions d’engagement, de citoyenneté, d’égalité femmes hommes, d’enjeux climatiques, d’entreprenariat, etc ?

Les Rendez-Vous de l’Engagement reviennent pour une seconde édition les 13 et 14 novembre 2021 à La Souris Verte à Épinal !

Cet évènement régional propose à 200 jeunes de 18 à 29 ans (volontaires, bénévoles, porteurs de projets, futurs engagés, etc.) de participer à des ateliers, d’échanger avec des personnalités inspirantes, de profiter de l’accompagnement de professionnels et d’assister à un concert privé de l’artiste Georgio.

Il reste encore quelques places !

 

Pour s’inscrire c’est ici

Voir le programme complet

Une question ? Contactez

Do you speak Jeun’Est ?

Besoin de muscler ses compétences en langues étrangères ? Depuis cette année, les 15-29 ans du Grand Est ayant un compte Jeun’Est, peuvent bénéficier d’un accès à la plateforme Do you speak Jeun’Est. Facile et ludique, cette plateforme propose plus de 1500 contenus en version originale adaptés aux niveaux des jeunes et à leurs centres d’intérêt.

C’est quoi ?

Do you speak Jeun’Est, une plateforme gratuite de la Région Grand Est, pour un usage quotidien et professionnel, avec :

  • 6 langues au choix : Anglais, Allemand, Espagnol, Portugais, Chinois et Français
  • Un apprentissage des langues à partir de contenus authentiques (extraits de films et de séries TV, clips musicaux, journaux télévisés ou documentaires)
  • Des milliers de contenus en VO adaptés à chaque niveau de maîtrise de la langue
  • Des tests de niveau pour évaluer ses compétences en moins de 20 minutes (possibilité d’éditer un certificat)

Pour qui ?

En priorité aux jeunes de 15-29 ans de la Région Grand Est.

  • Quel que soit le statut (lycéen, étudiant, apprenti, demandeur d’emploi, salarié, etc.)
  • L’inscription est gratuite et nécessite simplement la création préalable d’un compte sur Jeun’Est.

Comment ?

J’ai entre 15 et 29 ans, je réside en Grand Est:

  • Je m’inscris sur le site Jeunest.fr
  • Avec mes identifiants Jeun’Est, je me connecte sur Do you speak Jeun’Est !
  • Je n’ai pas encore de compte, je m’inscris

En savoir plus sur Do you speak Jeun’Est ?

 

 

Lutte contre la précarité menstruelle : 50 lycées pilotes en Grand Est !

Parce que plus de 10% de la population féminine des 15-29 ans se retrouve en situation de précarité menstruelle, la Région a décidé d’agir en lançant une expérimentation dans 50 lycées du Grand Est : l’installation de distributeurs et l’approvisionnement des infirmeries en protections périodiques gratuites. 20 000 lycéennes sont ainsi potentiellement concernées.

La précarité menstruelle, c’est quoi ?

La précarité menstruelle, c’est ne pas avoir les moyens d’acheter des protections périodiques et des produits d’hygiène pendant ses règles ou devoir faire un choix avec d’autres achats de première nécessité. Au lycée notamment, le problème est devenu flagrant.

La lutte contre la précarité menstruelle constitue à la fois un enjeu de santé publique, d’égalité entre les genres et d’égalité des chances, de justice sociale et d’éducation.

50 établissements pilotes

L’opération de lutte contre la précarité menstruelle dans les lycées du Grand Est a vu le jour sous l’impulsion des jeunes des Conseils académiques de la vie lycéenne (CAVL) et du Conseil régional des Jeunes (CrJ) qui ont demandé aux élus du Conseil régional la mise à disposition gratuite de protections périodiques pour toutes les lycéennes du territoire.

La Région a donc proposé une expérimentation au cours de l’année scolaire 2021-2022. Elle est menée au sein d’un panel représentatif de 50 lycées des trois académies de la région, en collaboration avec des professionnels de l’Éducation nationale.

Télécharger la brochure d’information

Service civique : engagez-vous !

Vous résidez dans le Grand Est, avez entre 18 et 25 ans et êtes prêts à vous engager dans un Service Civique ? Alors n’hésitez pas à candidater aux différentes offres de missions proposées par la Région Grand Est à partir de la rentrée 2021 !

Où ?

Dans l’un des trois Hôtels Région : Strasbourg, Metz, Châlons-en-Champagne ou dans l’une des 12 Maisons de Région.

Quelles missions ?

Les missions proposées s’inscrivent dans des domaines variés comme la culture, l’environnement, la jeunesse, le sport, la santé, le devoir de mémoire, etc.

  • Vous pourrez être amené à entrer en contact avec des jeunes et avec d’autres publics.
  • Vous serez pleinement intégré à la conduite des projets.
  • En tant qu’ambassadeur, vous valoriserez, développerez, accompagnerez, animerez sur le terrain les politiques régionales. Ce sera aussi pour vous l’occasion de mieux connaitre le rôle d’une collectivité et en l’occurrence celle de la Région Grand Est.

Quand ?

Les missions débuteront début octobre 2021. La période envisagée est de 8 mois à raison de 24 h/semaine, réparties sur 3 ou 4 jours.

Télécharger le flyer de présentation

En savoir plus et candidater !

Rentrée scolaire : la Région au plus près des jeunes

A l’occasion de la rentrée scolaire, Jean Rottner s’est déplacé dans plusieurs lycées du Grand Est, à la rencontre des jeunes et des personnels pour présenter l’actualité régionale en faveur des lycéens et des apprentis, ainsi que les enjeux éducatifs pour l’année scolaire 2021-2022.

Aussi, mardi 14 septembre le Président de la Région Grand Est et Elisabeth Laporte, Rectrice de l’Académie de Strasbourg, accompagnés de Christèle Willer, Vice-Présidente de la Région en charge du lycée durable, se sont rendus au lycée Jean Mermoz à Saint-Louis. Laurent Wendlinger, Conseiller régional, Président de la Commission agriculture, viticulture et forêt, Jean-Marc Deichtmann, Président de l’agglomération de Saint-Louis, et Pascale Schmidiger, Maire de Saint-Louis, étaient également présents.

Accueillie par Marie-Carmen Grandhaye, Proviseure du lycée, la délégation a, dans un premier temps, remis aux élèves leurs ordinateurs dans le cadre du dispositif Lycée 4.0. Pour la rentrée 2021-2022, 716 élèves de seconde et en CAP sont concernés. Jean Rottner et Elisabeth Laporte ont ensuite échangé avec les jeunes de la « Voix des Apprentis », les éco-délégués et les lycéens sur leur vision de la citoyenneté et du développement durable. Puis ils ont présenté au corps enseignant et aux élèves, les plateformes numériques et éducatives : Panorama Grand Est et Noozy.tv.

Jean Mermoz, un établissement écoresponsable

Véritable campus avec près de 2 400 élèves, le lycée Jean Mermoz a bénéficié d’un vaste plan de modernisation répondant aux principaux objectifs de la démarche Haute Qualité Environnementale. Des bardages en terre cuite ont été privilégiés sur les façades des nouveaux bâtiments pour une meilleure protection contre les variations thermiques, des toitures végétalisées pour une gestion maîtrisée de l’écoulement des eaux de pluie, des luminaires économes en énergie, doublés d’une gestion technique centralisée pour optimiser et réduire les consommations énergétiques. Ces aménagements ont ainsi conforté la direction du lycée à intégrer l’écologie à tous les niveaux. Avec pour résultats, la suppression de tous les produits phytosanitaires, la réduction et la valorisation des déchets verts, la gestion différenciée et la renaturation des espaces extérieurs, la création d’instances dédiées à l’environnement, etc. Un bel exemple de réussite qui vient renforcer l’ambition de la Région Grand Est d’être un territoire à la pointe des grandes transitions écologique et énergétique.

De nouveaux aménagements pour un meilleur cadre de travail

  • 52 nouvelles caméras de vidéosurveillance, complémentaires au 27 existantes, ont été installées début 2020 au sein de l’établissement afin de garantir à chacun un environnement sain et sûr. La Région y a contribué à hauteur de 15 000 euros. Ce dispositif s’inscrit dans la stratégie régionale pour renforcer la sécurité de ses habitants, y compris dans ses lycées.
  • L’établissement disposera dans les années à venir d’un nouveau complexe sportif afin de répondre à l’accroissement des effectifs et à la nécessité de diversifier les pratiques sportives enseignées. Prochainement votée par la Région Grand Est assurant la maîtrise d’ouvrage, la création de ce gymnase évaluée à 4,7 millions d’euros, sera réalisée sur un terrain situé à proximité immédiate du lycée. D’une superficie d’un hectare, le terrain a été cédé à titre gracieux par la Ville de Saint-Louis à la Région.
  • Pour répondre à la vitalité démographique du secteur des trois-frontières, notamment eu égard aux prévisions d’augmentation des lycéens dans les prochaines années (+180 élèves dès cette rentrée), le lycée va faire l’objet d’une extension de ses salles de classe banalisées.

La Voix des Apprentis

Il s’agit d’un projet rédactionnel s’inscrivant dans un cadre d’apprentissage et de « réinvestissement des compétences » acquises par les apprentis durant toute leur scolarité. Il se place dans une dynamique de valorisation des élèves, leur apportant esprit critique, rigueur, créativité, autonomie. Le contenu du journal s’articule autour de productions libres à l’initiative des jeunes rédacteurs, de productions effectuées dans le cadre d’objectifs disciplinaires en lien avec les enseignants. Ouvert sur le monde et l’intime, vecteur de lien social, la Voix des Apprentis encourage la citoyenneté de chacun.

Mon lycée se met au vert

Le lycée Jean Mermoz place l’écologie au cœur de son enseignement avec l’objectif de devenir une communauté éco-citoyenne. Adhérent de la démarche régionale Lycées en transition : Mon lycée se met au vert depuis 2018, l’établissement s’est progressivement engagé pour modifier le cadre de vie de ses élèves, enseignants et agents, former les usagers, s’inscrire dans une logique de développement durable. Des actions tant matérielles, éducatives que politiques sont initiées pour relever les défis de demain. Une cellule d’éco-délégués a ainsi vu le jour. Ce sont des élèves volontaires chargés de suivre le déroulement du projet, de proposer de nouvelles actions et de représenter les valeurs éco-citoyennes dans la politique du lycée. Environ 30 jeunes sont concernés.

Pour découvrir tous les projets en cours

Vendredi 3 septembre en présence de Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, il s’est rendu au lycée de la Nature et du Vivant, à Somme-Vesle (51). Il était également accompagné d’Anne Bossy, Directrice de la DRAAF Grand Est, et de Christèle Willer, Vice-Présidente de la Région en charge du Lycée durable et de l’éducation.

Reçus par Laurent Chevalier, Directeur de l’établissement, ils ont assisté à une présentation des formations dispensées sur le site. Hébergeant les trois centres constitutifs de l’Etablissement Public Local d’Enseignement des Formations Professionnelles Agricoles de Châlons-en-Champagne, le lycée propose différentes formations technologiques et professionnelles, notamment la gestion des exploitations agricoles, les technologies de l’agronomie et du vivant, les soins canins et félins… L’établissement dispose également de sections d’enseignement général et scientifique.

La visite a également permis de découvrir le parcours de biodiversité déployé dans le cadre de la démarche « Mon Lycée se met au vert ». Cette action consiste en l’utilisation de techniques alternatives aux pesticides dans les espaces extérieurs des établissements tout en permettant de développer une réflexion autour de la protection de la biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre du dispositif « Lycée en Transition », qui accompagne depuis 2017 les lycées volontaires du Grand Est dans une trajectoire de transition écologique.

Rentrée 2021-2022 : poursuivre l’engagement régional pour une agriculture connectée, résiliente et créatrice de valeur ajoutée

C’est dans les lycées agricoles du Grand Est, lieux de transmission et d’innovation, que s’apprivoisent les nouveaux outils et technologies qui permettront aux agriculteurs de rester compétitifs. La préservation de l’environnement, le développement d’une agriculture rationnelle et le bien-être animal font ainsi partie du cursus des élèves. Ces lycées bénéficient tous de supports pédagogiques concrets à travers un réseau d’exploitations agricoles adossées aux établissements d’enseignement.

Couvrant une superficie cumulée de 2 200 hectares, ces exploitations, regroupées sous l’appellation « La Ferme Grand Est », assurent non seulement une fonction pédagogique au plus près du terrain, en lien avec leur objectif de production et de commercialisation des produits, mais constituent également des terrains d’expérimentation et d’innovation agricoles.  2021 est la 1ère année de mise en œuvre du plan « Lycées agricoles 2030 », avec six établissements concernés par ce dispositif répondant aux objectifs suivants :

  • Positionner les lycées agricoles du Grand Est en véritables pôles d’excellence et d’exemplarité de l’innovation dans le domaine agricole
  • Encourager des vocations vers les métiers de l’agriculture grâce à des aménagements attractifs et adaptés aux besoins en formations
  • Accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs et soutenir une dynamique de renouvellement des générations
  • Favoriser les adaptations aux défis climatiques, sanitaires et environnementaux.

Afin d’aider les jeunes à s’insérer professionnellement dans le monde agricole et à se former, la Région Grand Est lancera prochainement le Parcours d’Acquisition des Compétences en Entreprise (PACE) Agriculture-Viticulture-Paysage 2021-2022, en lien avec la Chambre Régionale d’Agriculture Grand Est. Ce dispositif permettra de mettre en relation les nouveaux entrants avec les entreprises agricoles. 250 parcours de formation seront proposés.

Précédemment, jeudi 2 septembre 2021, Jean Rottner et Jean-Marc Huart, recteur de la Région académique Grand Est, recteur de l’académie de Nancy-Metz, chancelier des universités, et accompagnés de Christèle Willer, Vice-Présidente de la Région en charge du Lycée durable et de l’éducation, se sont rendus au lycée Louis de Cormontaigne, à Metz (57) et au lycée des métiers de l’automobile André Citroën, à Marly (57).

Le lycée Louis de Cormontaigne et le plan « Lycées Verts »

Accueillie par Arnaud Brossard, Proviseur du lycée, la délégation a visité le chantier de rénovation énergétique de la toiture du bâtiment de l’externat (EX2). Pour répondre au développement de ses activités et améliorer les conditions de formation, l’établissement, qui présente de belles initiatives en matière de développement durable et de performance énergétique, a bénéficié d’une aide régionale de 570 000 euros dans le cadre du Plan Lycées Verts.

L’objectif de ce vaste programme de rénovation énergétique dans les lycées du Grand Est : une réduction de 40% de leur consommation d’énergie d’ici à 2030 et une augmentation de 50% de la consommation d’énergies renouvelables. Sur la période 2021-2023, la Région y consacrera 60 millions d’euros. Concrètement, 124 lycées sont déjà concernés pour bénéficier de travaux d’amélioration de leur efficacité énergétique et 44 établissements pour des études de projets relatifs à la performance thermiques de leurs bâtiments.

Les élus et le recteur ont également visité les ateliers pédagogiques et les locaux des ATTEE récemment rénovés et se sont entretenus avec les élèves et les agents sur la démarche « Lycée en Transition ». Alimentation durable, gestion écologique des bâtiments et des espaces extérieurs, réduction et valorisation des déchets, maîtrise de la consommation d’eau et d’énergie, mobilité douce : tous les services de vie d’un lycée sont concernés pour devenir plus sobres et durables.

L’éducation au développement durable

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports poursuit son engagement dans l’enseignement du développement durable, de la transition écologique et de la biodiversité, et plus globalement dans l’éducation au développement durable (EDD). La géné¬ralisation des éco-délégués dans tous les collèges et lycées a constitué un puissant levier de l’engagement des élèves. Plus récemment, la loi « Climat et résilience » a renforcé encore cette dynamique.

Le label École ou Établissement en démarche de développement durable (E3D) contribue à la politique éducative de l’État. Le lycée Cormontaigne est labellisé niveau 3 pour la période 2020-2022, un « niveau expertise » qui impacte le fonctionnement global de l’établissement, qui inclut l’EDD dans tous les champs disciplinaires et assure une pérennisation de la démarche avec un fort investissement des éco-délégués.

Le lycée Cormontaigne fait partie des 20 % des lycées de l’académie entrés dans cette démarche l’année 2020-2021 ; une année qui a connu un doublement du nombre de labels. Au total, 242 écoles ou EPLE sont labellisés en juin 2021 dans l’académie de Nancy-Metz.

Le lycée des métiers de l’automobile André Citroën, symbole de la politique de montée en compétences

Le circuit de rentrée s’est poursuivi à Marly, au lycée André Citroën, où la délégation a été accueillie par Alexis Keller, proviseur. Après un temps d’échanges avec le personnel administratif et technique de l’établissement, Jean Rottner, Jean-Marc Huart et le Maire de Marly, Thierry Hory, ont inauguré les nouveaux locaux de la filière Maintenance Automobile Electrique, que la Région a financé à hauteur de 800 000 euros. Ils ont ensuite assisté à une démonstration d’opération de réparation de véhicules.

Le lycée accueille près de 400 élèves et apprentis. Établissement d’enseignement technique, il propose des formations aux métiers de la maintenance automobile. Il prépare notamment aux CAP Peinture en carrosserie et Réparation des carrosseries, ainsi qu’aux Bacs Professionnels Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés, Maintenance des véhicules (option A voitures particulières et option C motocycles), Microtechnique et Réparation des carrosseries.

Des actions concrètes en faveur des jeunes

proximitéVotre région proche de vous

Recherche mobile