Auditions pour les Territoires d’Industrie du Grand Est

Lilla Mérabet, Vice-Présidente de la Région en charge de la Compétitivité, de l’Innovation et du Numérique, Rémy Sadocco, Président de la Commission Innovation de la Région et la Délégation aux Territoires d’Industrie, rattachée à Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, et à Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, ainsi que l’ensemble des opérateurs, ont participé mercredi 2 et jeudi 3 octobre, à un « speed dating » des projets de 9 Territoires d’Industrie du Grand Est.

Trois temps forts se sont déroulés à Metz, Reims et Strasbourg et ont rassemblé les Territoires d’Industrie venus présenter 45 projets. L’annonce officielle des projets retenus sera faite lors du Salon Be 4.0 dédié à l’Industrie du futur le 19 novembre prochain à Mulhouse, qui accueillera également l’Assemblée générale des Territoires d’industrie au niveau national.

L’initiative « Territoires d’industrie », lancée en 2018 par le Premier ministre, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de reconquête industrielle et de développement des territoires. Elle vise à mobiliser l’Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics et les entreprises, véritables leviers d’intervention auprès des territoires. Les projets émergents dans le cadre de cette démarche doivent s’inscrire dans l’un des 4 axes prioritaires : innover, recruter, simplifier, attirer. 2ème région industrielle française, le Grand Est a été identifié comme territoire pilote : 13 territoires d’industrie ont été retenus dans la région, en faisant ainsi la 2ème région de France en nombre de territoires labellisés. A noter que des contrats ont déjà été signés pour les territoires Sud-Alsace et Grand Reims Pomacle-Bazancourt et que le territoire Val de Lorraine fera l’objet d’une signature prochaine.

 

Mobilité : amélioration des services ferroviaires et routiers scolaires

La Région a adopté, lors de la séance plénière du 29 mars 2019, des projets phares pour l’amélioration des services ferroviaires et routiers scolaires dans le Grand Est.

Améliorer le service ferroviaire du Grand Est

Étendre et moderniser les installations de maintenance pour le matériel ferroviaire dans le Grand Est

Lors du renouvellement de la convention TER en 2017, la Région a fait part à la SNCF de son souhait d’élaborer un schéma directeur des installations de maintenance du matériel roulant ferroviaire, en vue de prévoir les projets à réaliser dans les 10 prochaines années sur l’ensemble des territoires. L’objectif est triple :

  • s’adapter aux exigences du matériel moderne
  • réduire au maximum les périodes d’immobilisation du matériel en cours de maintenance
  • optimiser l’organisation de la maintenance pour un service amélioré et au meilleur coût.

Ce schéma a pour objectif de disposer d’installations techniques permettant les interventions de maintenance de tous types et de tous niveaux, positionnées dans les nœuds ferroviaires stratégiques, pour améliorer encore la qualité et la fiabilité des TER. La Région a ainsi voté le lancement des principales études composant le schéma directeur des installations de maintenance, pour un montant de 3,3 millions d’euros. Ces études portent notamment sur :

  • la création d’installations complémentaires sur le site de Strasbourg, avec la construction de deux ateliers équipés d’une part pour la maintenance des rames longues de 110 mètres, et d’autre part pour augmenter la capacité d’accueil pour la maintenance des engins et préparer l’ouverture à la concurrence ferroviaire,
  • la création d’un nouvel atelier à Montigny-lès-Metz destiné à la maintenance des rames automotrices à 2 niveaux TER 2N NG, affectées au Sillon Lorrain et à la desserte du Luxembourg, rendu nécessaire suite au renforcement de la flotte par l’acquisition des 16 rames de la Région Normandie,
  • l’optimisation du dispositif de maintenance de la ligne 4 Paris – Mulhouse, avec la création d’installations complémentaires sur les sites de Chalindrey (construction d’un atelier et d’une station-service et de lavage) et Paris-Ourcq (création d’une voie de maintenance supplémentaire),
  • la création d’installations complémentaires sur le site d’Epernay afin d’améliorer la performance et la disponibilité du matériel sur le territoire champardennais, en lien avec le projet ambitieux de cadencement porté par la Région pour le service annuel 2020

Mise en œuvre du cadencement en Champagne-Ardenne

La Région souhaite renouveler l’offre de transport ferroviaire sur le territoire champardennais autour d’un projet de cadencement 2020 du réseau TER et ainsi permettre une meilleure homogénéité de la qualité de l’offre TER sur l’ensemble du territoire. Le cadencement ferroviaire constitue en effet une réorganisation complète des horaires, pour proposer davantage de TER à moyens constants. Cela passe notamment par une révision complète et une harmonisation des missions des trains, une accélération des trajets, une systématisation de l’horaire et une fréquence régulière des services.

Ce projet prévoit un développement de près de 15 % de l’offre en semaine et répondra aux attentes exprimées par les voyageurs. Il mise sur une haute qualité de service par une analyse fine du tracé des trains, une étude des différentes correspondances, ainsi que la mise en place d’une rame et d’un équipage de réserve à Reims, prêts à pallier tout retard ou suppression sur l’un des axes concernés.

Le périmètre principal du projet Champagne-Ardenne 2020 est l’étoile ferroviaire de Reims qui comprend les branches Reims – Châlons-en-Champagne – Saint-Dizier – Chaumont, Reims – Epernay, Reims – Laon, Reims – Fismes, Champagne-Ardenne TGV – Reims – Charleville – Sedan, avec la création d’une nouvelle connexion entre les Ardennes et le Grand-Duché de Luxembourg, via une correspondance à Longwy. La Région a organisé trois rencontres publiques, du 18 au 21 mars 2019, pour présenter aux citoyens champardennais ce projet de cadencement 2020. Elle continue la préparation de ce projet stratégique, en accompagnant également tous les territoires concernés par une évolution de l’offre.

Des autocars gratuits pour tous les élèves de primaire

La Région a également voté ce jour la gratuité des transports scolaires pour l’ensemble des élèves de primaire (maternelle et élémentaire) du Grand Est, dès le 1er septembre 2019. Près de 51 000 élèves sont concernés. La Région souhaite ainsi s’inscrire de façon volontaire aux côtés des communes et intercommunalités pour l’aménagement des territoires ruraux où se concentre l’essentiel des besoins de déplacement des élèves de primaire.

Concernant les élèves du secondaire, la politique tarifaire existante étant encore propre à chaque département, les familles déboursent entre 0 et 143 € pour le transport scolaire de leurs enfants selon leur département de résidence. Pour les collégiens et lycéens du Grand Est, la Région souhaite mettre en œuvre progressivement une tarification accessible et avantageuse, selon le calendrier suivant :

      • septembre 2019 : Ardennes et Aube,
      • septembre 2020 : Meuse et Moselle,
      • septembre 2021 : Marne, Bas-Rhin et Vosges,
      • septembre 2022 : Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle et Haut-Rhin.

Avec ces mesures, la Région affirme sa volonté de faire de la mobilité un support de cohésion territoriale et un vecteur d’éducation, de formation et d’insertion professionnelle.

 

Rencontres Grand Est Territoires (SRADDET) : la Région poursuit la consultation réglementaire

Dans le cadre du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), la Région organise 12 réunions d’information et d’échanges, du 1er avril au 13 mai 2019, sur les territoires du Grand Est. Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Franck Leroy, Vice-Président en charge de la Cohésion territoriale et de la Contractualisation, Co-Président du Comité de Pilotage du SRADDET, et Martine Lizola, Présidente de la Commission Aménagement des territoires, Co-Présidente du Comité de Pilotage du SRADDET, présenteront le projet et échangeront avec les acteurs concernés.

Ces réunions se dérouleront de 18h à 20h30, aux dates suivantes :

  • le 1er avril à Saverne (67), au Château des Rohan.
  • le 2 avril à Metz (57), au Lycée Robert Schuman.
  • le 3 avril à Bar-le-Duc (55), à l’EPL AGRO.
  • le 23 avril à Troyes (10), au Lycée des Lombards.
  • le 24 avril à Chamarandes-Choignes (52), au Lycée Edgar Pisani.
  • le 25 avril à Nancy (54), aux Mines de Nancy.
  • le 26 avril à Sélestat (67), aux Tanzmatten.
  • le 29 avril à Charleville-Mézières (08), à l’Institut de Formation Technique Supérieur EISINE.
  • le 30 avril à Saint-Memmie (51), à la Salle des Lanterniers.
  • le 7 mai à Epinal (88), au Centre des Congrès.
  • le 13 mai à Verdun (55), au Centre Mondial de la Paix.
  • le 15 mai à Mulhouse (68), à l’Université de Haute-Alsace.

 

Le SRADDET a l’ambition de changer de modèle de développement pour des territoires durables et vise à renforcer la vitalité et le rayonnement des territoires du Grand Est au coeur de l’Europe. Il remplacera dès son approbation les anciens schémas qu’il intègre, notamment les Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE) et les Schémas régionaux climat-air-énergie (SRCAE).

Lancée en février 2017, l’élaboration du SRADDET a fait l’objet d’une très large concertation qui a rassemblé près de 3 000 acteurs (collectivités territoriales, Etat, acteurs de l’énergie, des transports, de l’environnement, associations, etc.) lors de séminaires, rencontres territoriales et autres réunions de travail et recueilli l’avis de 2 900 citoyens. La phase de concertation se poursuit en 2019 avec la consultation règlementaire des personnes publiques associées, puis avec l’enquête publique qui permettra de recueillir les avis des acteurs du territoire et des citoyens sur le projet, qui sera donc amené à évoluer après l’enquête publique avec comme ambition une adoption prévue à l’automne 2019.

Réseau TER : ateliers du cadencement en Champagne-Ardenne

Dans le cadre de la préparation du cadencement prévu en 2020 du réseau TER de l’étoile ferroviaire de Reims, la Région Grand Est organise « les Ateliers du cadencement », une série de réunions publiques pour présenter et concerter ce projet dans chaque territoire concerné : la Marne, les Ardennes et la Haute-Marne.

Ainsi, 3 rencontres, ouvertes à tous, se dérouleront aux dates suivantes :

  •  dans la Marne : le 18 mars à 18h30, à l’Hôtel de Région à Châlons-en-Champagne (5 rue de Jéricho), en présence de Martine Lizola, Présidente de la Commission Aménagement des Territoires de la Région Grand Est, Présidente du COREST Marne, et Franck Leroy, Vice-Président de la Région Grand Est en charge de la Cohésion territoriale et de la Contractualisation, Président du COREST Vallée de la Marne,
  • dans les Ardennes : le 20 mars à 18h, à l’Hôtel de ville de Charleville-Mézières, en présence de Guillaume Maréchal, Conseiller régional du Grand Est, Président du COREST Ardennes,
  • en Haute-Marne : le 21 mars à 18h30, à la Salle des Fêtes de Froncles (2 rue de la Badoche), en présence de Christine Guillemy, Vice-Présidente de la Région Grand Est en charge de la Formation initiale, du Lycée et de l’Apprentissage, Présidente du COREST Haute-Marne.

La Région Grand Est a l’ambition de renouveler l’offre de transport ferroviaire sur le territoire champardennais autour d’un projet de cadencement 2020 du réseau TER et ainsi permettre une meilleure homogénéité de la qualité de l’offre TER sur l’ensemble de la région.

Ce projet qui prévoit un développement de près de 10% de l’offre, s’efforce de répondre aux attentes locales, exprimées parfois de longue date. Il s’inscrit en écho avec le SRADDET notamment dans l’objectif de développer l’intermodalité et les nouvelles mobilités au quotidien, et de moderniser les infrastructures de transport tous modes et désenclaver les territoires. Ce projet s’inscrit également dans le contexte social national actuel invitant à promouvoir un meilleur maillage de l’ensemble du territoire régional en transports collectifs, tant pour désenclaver les secteurs ruraux que pour développer les liaisons entre les villes moyennes et les métropoles.

A compter de sa mise en oeuvre en décembre 2019, ce projet stratégique illustrera concrètement, sur un territoire particulier, la politique volontariste de la Région face aux besoins de mobilité exprimés par les usagers.

Signature du Pacte Offensive Croissance Emploi pour le Grand Reims

Ce mercredi 6 mars 2019, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Catherine Vautrin, Présidente de la Communauté Urbaine du Grand Reims, ont signé un POCE (Pacte Offensive Croissance Emploi), devant de nombreux élus et chefs d’entreprises du territoire au sein de la Menuiserie Ebénisterie Tonnellerie de Champagne à Cauroy-lès-Hermonville (51).

La Région Grand Est et la Communauté Urbaine du Grand Reims ont souhaité agir ensemble au service de cette ambition afin de mobiliser l’ensemble de leurs compétences et leurs moyens autour de leurs savoir-faire. Ce POCE constitue le volet économique du contrat métropolitain et en est la première pierre.

Les enjeux principaux pour le territoire du Grand Reims sont de développer l’attractivité par de nouvelles implantations en s’appuyant sur l’avantage de la proximité avec Paris et l’Ile-de-France, de favoriser la détection et l’accélération des start-ups, de poursuivre la mutation économique en cours sur des filières innovantes comme l’agro-ressources et les biotechnologies, de faire de Reims la capitale européenne de la bioéconomie, d’accompagner les entreprises du Grand Reims, et de développer l’interaction des acteurs économiques .

La Région Grand Est a mis en œuvre une stratégie de développement économique partagée visant à redynamiser la croissance économique et la compétitivité des entreprises en vue de créer des emplois sur le territoire régional. Ainsi, le POCE s’inscrit dans la stratégie de développement économique de la Région (SRDEII), la stratégie d’aménagement du territoire (SRADDET) et de la formation professionnelle continue (CPRDFOP – Performance Grand Est) et a vocation à développer l’attractivité économique et industrielle du territoire.

Signature du Pacte Offensive Croissance Emploi pour les territoires du Sud Alsace

Jean Rottner s’est rendu à Mulhouse le lundi 18 février pour signer le Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE) Sud Alsace.

La Région Grand Est et les 7 territoires regroupés du Sud Alsace ont pris l’engagement d’œuvrer à l’élaboration d’orientations et de priorités économiques convergentes, au travers du Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII).

Cette volonté commune d’agir et de relever ensemble les défis de demain se concrétise grâce à la signature du Pacte Offensive Croissance Emploi (POCE) Sud Alsace. Il s’articule notamment avec le plan de revitalisation du Haut-Rhin et a vocation à faire levier afin de permettre au Sud Alsace d’assurer les transitions nécessaires sur son territoire, qu’elles soient économiques, technologiques et énergétiques.

Le POCE Sud Alsace permet d’inscrire les Communautés de Communes et le PETR du Pays de Thur-Doller dans un enjeu global de maintien et de développement de son tissu industriel, mais également de son économie de proximité liés aux spécificités rurales et de montagne du Sud Alsace. Pour ce faire, plusieurs domaines d’actions stratégiques ont été identifiés pour l’industrie avec : l’industrie du futur, le numérique, les mobilités et les matériaux et les procédés. Pour l’économie de proximité, les sujets du développement de l’entrepreneuriat, la reconversion des friches industrielles, la dynamisation des activités de proximité en coeur de ville sont également concernés.

Jean Rottner et Fabian Jordan, Président de m2A, Pierre Schmitt, Président de la Communauté de Communes du Sud Alsace Largue, Romain Luttringer, Président de la Communauté de Communes de Thann-Cernay, François Tacquard, Président de la Communauté de Communes de la Vallée de Saint-Amarin, Laurent Lerch, Président de la Communauté de Communes de la Vallée de la Doller et de Soultzbach, François Horny, Président du PETR du Pays de Thur-Doller, et Michel Willemann, Président de la Communauté de Communes Sungdau, ont signé le POCE Sud Alsace au sein des locaux du KMØ à Mulhouse.

 

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile