La Région s’engage en faveur de la mobilité durable

Chef de file de l’intermodalité, la Région encourage toutes les formes de mobilité bas-carbone pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique tout en préservant le pouvoir d’achat des habitants. Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en séance plénière sous la présidence de Jean Rottner, le 20 juin 2019, ont ainsi approuvé de nouveaux dispositifs d’intervention en faveur des mobilités durables.

Ces nouvelles mesures, qui répondent à la loi d’Orientation sur les Mobilités (en cours d’examen à l’Assemblée Nationale), visent à proposer une stratégie de développement d’une mobilité alternative à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, pour permettre à chacun de se déplacer facilement dans le respect de l’environnement. Cette stratégie intervient en complément des actions menées par la Région pour développer les réseaux de transport existants et repose sur un bouquet de solutions favorisant les mobilités durables, en déclinaison du projet de SRADDET Grand Est Territoires.

Le soutien au déploiement d’une offre de mobilité en territoire peu dense, basée sur des véhicules propres en autopartage

Ce dispositif est destiné à accompagner les EPCI de petites et moyennes tailles et les collectivités de moins de 100 000 habitants dans la mise en place d’une offre de mobilité collective, basée sur le principe de l’autopartage, cohérente avec leurs territoires et adaptée à leurs besoins. Cette aide consiste à contribuer financièrement, dans un premier temps, à une étude d’opportunité par territoire, plafonnée à 10 000 euros HT, qui pourra bénéficier d’une participation complémentaire de l’ADEME dans le cadre de l’appel à projets French Mobility. La Région pourra contribuer, dans un second temps, à l’achat de véhicule(s), à raison d’un véhicule par commune membre d’une intercommunalité (aide plafonnée à 20 000 euros HT par véhicule).

Cette aide se veut évolutive par le principe des bonifications :

  • de base : 25% pour un véhicule équipé d’un boîtier au bioéthanol,
  • de niveau 1 : 40% pour les véhicules hybrides ou fonctionnant au gaz naturel,
  • de niveau 2 : 55% pour les véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène.

Dans les 2 derniers cas, le choix de l’emplacement du véhicule et de la borne associée devra être cohérent avec le réseau de bornes existantes ou en déploiement.

 

L’accompagnement au déploiement d’infrastructures électriques, bio-GNV et hydrogène

Dans le cadre des réflexions menées sur le futur maillage d’infrastructures de recharge et de ravitaillement de véhicules électriques accessibles au public en Grand Est pour l’ensemble des mobilités (routières, fluviales et ferrées), la Région lance 3 appels à projets :

  • le renforcement du réseau d’infrastructures de recharge électrique : l’accompagnement régional vise à soutenir l’implantation de 3 000 nouvelles bornes accessibles au public par le biais de subventions en faveur des collectivités, des entreprises et du résidentiel collectif, allant de 50% à 70% du coût global du projet (après déduction de l’aide du programme national ADVENIR),
  • le renforcement du réseau de stations biogaz véhicule : à l’heure actuelle, le Grand Est compte 11 stations biogaz, dont 7 proposant du bio-GNV (gaz comprimé) et une proposant du GNL (gaz liquide). Pour renforcer ce maillage, la Région a décidé de soutenir la création de 10 nouvelles stations, accessibles aux véhicules particuliers et aux utilitaires légers. Ce type de station, mis en place par une entreprise ou une collectivité, peut alimenter jusqu’à 50 véhicules particuliers par jour. L’aide régionale consiste à contribuer à l’acquisition des équipements spécifiques à l’épuration et à la compression du biogaz de la station à hauteur de 20 % du coût global HT du projet, avec un plafond de 30 000 euros,
  • le renforcement de la flotte de véhicules hydrogène : l’objectif est de favoriser la constitution de 10 flottes captives1 de collectivités ou d’entreprises et de créer ainsi 10 nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution) sur le territoire. Cette opération permettra de positionner le Grand Est en Région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale proposée s’élève à 25% du coût global HT du projet, avec un plafond de 40 000 euros.

Mobilité : amélioration des services ferroviaires et routiers scolaires

La Région a adopté, lors de la séance plénière du 29 mars 2019, des projets phares pour l’amélioration des services ferroviaires et routiers scolaires dans le Grand Est.

Améliorer le service ferroviaire du Grand Est

Étendre et moderniser les installations de maintenance pour le matériel ferroviaire dans le Grand Est

Lors du renouvellement de la convention TER en 2017, la Région a fait part à la SNCF de son souhait d’élaborer un schéma directeur des installations de maintenance du matériel roulant ferroviaire, en vue de prévoir les projets à réaliser dans les 10 prochaines années sur l’ensemble des territoires. L’objectif est triple :

  • s’adapter aux exigences du matériel moderne
  • réduire au maximum les périodes d’immobilisation du matériel en cours de maintenance
  • optimiser l’organisation de la maintenance pour un service amélioré et au meilleur coût.

Ce schéma a pour objectif de disposer d’installations techniques permettant les interventions de maintenance de tous types et de tous niveaux, positionnées dans les nœuds ferroviaires stratégiques, pour améliorer encore la qualité et la fiabilité des TER. La Région a ainsi voté le lancement des principales études composant le schéma directeur des installations de maintenance, pour un montant de 3,3 millions d’euros. Ces études portent notamment sur :

  • la création d’installations complémentaires sur le site de Strasbourg, avec la construction de deux ateliers équipés d’une part pour la maintenance des rames longues de 110 mètres, et d’autre part pour augmenter la capacité d’accueil pour la maintenance des engins et préparer l’ouverture à la concurrence ferroviaire,
  • la création d’un nouvel atelier à Montigny-lès-Metz destiné à la maintenance des rames automotrices à 2 niveaux TER 2N NG, affectées au Sillon Lorrain et à la desserte du Luxembourg, rendu nécessaire suite au renforcement de la flotte par l’acquisition des 16 rames de la Région Normandie,
  • l’optimisation du dispositif de maintenance de la ligne 4 Paris – Mulhouse, avec la création d’installations complémentaires sur les sites de Chalindrey (construction d’un atelier et d’une station-service et de lavage) et Paris-Ourcq (création d’une voie de maintenance supplémentaire),
  • la création d’installations complémentaires sur le site d’Epernay afin d’améliorer la performance et la disponibilité du matériel sur le territoire champardennais, en lien avec le projet ambitieux de cadencement porté par la Région pour le service annuel 2020

Mise en œuvre du cadencement en Champagne-Ardenne

La Région souhaite renouveler l’offre de transport ferroviaire sur le territoire champardennais autour d’un projet de cadencement 2020 du réseau TER et ainsi permettre une meilleure homogénéité de la qualité de l’offre TER sur l’ensemble du territoire. Le cadencement ferroviaire constitue en effet une réorganisation complète des horaires, pour proposer davantage de TER à moyens constants. Cela passe notamment par une révision complète et une harmonisation des missions des trains, une accélération des trajets, une systématisation de l’horaire et une fréquence régulière des services.

Ce projet prévoit un développement de près de 15 % de l’offre en semaine et répondra aux attentes exprimées par les voyageurs. Il mise sur une haute qualité de service par une analyse fine du tracé des trains, une étude des différentes correspondances, ainsi que la mise en place d’une rame et d’un équipage de réserve à Reims, prêts à pallier tout retard ou suppression sur l’un des axes concernés.

Le périmètre principal du projet Champagne-Ardenne 2020 est l’étoile ferroviaire de Reims qui comprend les branches Reims – Châlons-en-Champagne – Saint-Dizier – Chaumont, Reims – Epernay, Reims – Laon, Reims – Fismes, Champagne-Ardenne TGV – Reims – Charleville – Sedan, avec la création d’une nouvelle connexion entre les Ardennes et le Grand-Duché de Luxembourg, via une correspondance à Longwy. La Région a organisé trois rencontres publiques, du 18 au 21 mars 2019, pour présenter aux citoyens champardennais ce projet de cadencement 2020. Elle continue la préparation de ce projet stratégique, en accompagnant également tous les territoires concernés par une évolution de l’offre.

Des autocars gratuits pour tous les élèves de primaire

La Région a également voté ce jour la gratuité des transports scolaires pour l’ensemble des élèves de primaire (maternelle et élémentaire) du Grand Est, dès le 1er septembre 2019. Près de 51 000 élèves sont concernés. La Région souhaite ainsi s’inscrire de façon volontaire aux côtés des communes et intercommunalités pour l’aménagement des territoires ruraux où se concentre l’essentiel des besoins de déplacement des élèves de primaire.

Concernant les élèves du secondaire, la politique tarifaire existante étant encore propre à chaque département, les familles déboursent entre 0 et 143 € pour le transport scolaire de leurs enfants selon leur département de résidence. Pour les collégiens et lycéens du Grand Est, la Région souhaite mettre en œuvre progressivement une tarification accessible et avantageuse, selon le calendrier suivant :

      • septembre 2019 : Ardennes et Aube,
      • septembre 2020 : Meuse et Moselle,
      • septembre 2021 : Marne, Bas-Rhin et Vosges,
      • septembre 2022 : Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle et Haut-Rhin.

Avec ces mesures, la Région affirme sa volonté de faire de la mobilité un support de cohésion territoriale et un vecteur d’éducation, de formation et d’insertion professionnelle.

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile