Se former à l’intelligence artificielle en Grand Est grâce aux écoles Microsoft

Dans le cadre de son Plan régional en faveur de l’Intelligence Artificielle, la Région a décidé de soutenir la création de trois écoles « Intelligence artificielle » dans le Grand Est. La participation de la Région s’élève à 300 000 euros pour l’implantation de chaque école.

Microsoft a en effet lancé en 2018 l’École IA Microsoft en partenariat avec Simplon. Cette école s’adresse aux personnes éloignées de l’emploi ayant des connaissances en langage algorithmique et leur propose de bénéficier d’une spécialisation en Intelligence Artificielle, pour devenir des « Développeurs Data IA », capables de collaborer avec des Data Scientists pour créer, de manière concrète, des Intelligences Artificielles.

Une première école a déjà ouvert le 13 janvier 2020 à Nancy. Deux autres ouvriront à Strasbourg et Reims, respectivement en avril et octobre 2020. Ces écoles compteront 72 demandeurs d’emploi, soit 24 stagiaires par site. Une attention particulière est donnée aux candidats issus de formations labellisées Grande École du Numérique, ainsi qu’aux décrocheurs scolaires ou personnes en reconversion.

Les apprenants suivent une formation d’une durée de 19 mois (7 mois de cours intensif en centre de formation, suivis de 12 mois en contrat de professionnalisation). La Région Grand Est participe aux coûts pédagogiques de la période de formation en centre ainsi qu’à la rémunération des stagiaires.

La 2ème édition du Prix du Livre lancée lors des vœux aux acteurs culturels

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est et Pascal Mangin, Président de la Commission Culture de la Région Grand Est, Président de l’Agence culturelle Grand Est ont présenté leurs vœux aux acteurs culturels du Grand Est, le 14 janvier 2020, à l’Opéra National de Lorraine à Nancy.

A cette occasion, la 2ème édition du Prix du Livre Grand Est a été lancée en présence d’Olivier Guez, Président du Jury du Prix du Livre Grand Est. Composé de trois catégories (BD et roman graphique, album jeunesse et livres d’artistes, livres d’art et livres objets), ce prix littéraire inédit récompense les auteurs, illustrateurs et éditeurs régionaux. Ces derniers ont jusqu’au 30 avril 2020 pour répondre à l’appel à candidatures. Les lauréats seront dévoilés à la fin de l’année et recevront un prix de 3 000 €.

Ce moment des vœux a permis de revenir sur les faits marquants  de l’année 2019 :

  • La Région a contribué financièrement à la présence des artistes et des opérateurs culturels (éditeurs, maisons de production, etc.) sur une quarantaine d’événements  de visibilité nationale ou internationale dont Avignon, la Tanzmesse de Dusseldorf ou encore le Marché des Musiques Actuelles (MaMa).
  • Elle a accordé des aides à hauteur de 7 millions d’euros pour 145 projets de création et de production audiovisuelle et cinématographique (écriture, développement, production cinéma et audiovisuel – nouveaux médias et création numérique).
  • Dans le domaine du spectacle vivant, la Région présente des créations d’une grande richesse et une large diversité de lieux scéniques et de compétences pour accueillir les équipes artistiques et leurs projets.
  • La Péniche Grand Est a accueilli près de 15 000 visiteurs sur 14 étapes. Cette opération sera reconduite en 2020 avec 12 étapes du mois de juin à la fin du mois d’août, des Ardennes au Haut-Rhin.
  • La Région a apporté son soutien à la connaissance, la restauration, la conservation et la valorisation de tous les patrimoines, protégés ou non, matériels ou immatériels y compris le patrimoine muséal.
  • La filière du livre a été mise à l’honneur avec notamment le Salon du Livre de Paris, la Quinzaine des librairies indépendantes, le magazine littéraire de la Région, Livr’est, ou encore le Prix du Livre Grand Est.

Pour l’année 2020, l’ambition est de poursuivre les projets initiés pour faire de la culture dans le Grand Est un creuset de créativité, d’innovation et de développement. Cette année verra le développement de centres ressources et de programmation artistique, patrimoniale (Inventaire et Comité d’Histoire Régionale) et culturelle de la Région.

 

« Agir avec les territoires » : expérimenter une nouvelle façon de développer les territoires ruraux

Dans le cadre du Pacte pour la Ruralité du Grand Est et des démarches « Agir avec les territoires », la Région Grand Est a présenté, le 8 janvier 2020 à la Maison de la Région d’Epinal, une restitution de projets initiés avec différents territoires, en présence de Franck Leroy, Vice-Président en charge de la Cohésion territoriale, de la Contractualisation, de l’Equilibre des territoires et de la Ruralité.

Les projets présentés s’articulent autour des thématiques suivantes : l’agriculture et la recherche de valeur ajoutée, l’investissement dans le numérique, la mobilité, le tourisme, l’offre culturelle et de loisirs.

L’objectif de cette démarche est de donner des outils aux acteurs du territoire leur permettant de construire l’avenir de la ruralité sur de nouveaux modèles et encourager les coopérations pour dynamiser l’économie locale.

Après un premier cycle comptant 6 territoires en 2018, un deuxième s’est achevé en 2019 comprenant 5 territoires ruraux :

  • la communauté de communes de l’Ouest Vosgien (88) et de Meuse Rognon (52),
  • la communauté de communes du Pays Rethélois (08),
  • la communauté de communes Cœur du Pays Haut (54),
  • la communauté de communes du Saulnois (57),
  • le PETR du Sundgau (68).

Élus, chefs d’entreprises ou responsables associatifs ont ainsi contribué à l’élaboration des projets dont les travaux ont été restitués. Les premières actions vont démarrer en 2020. Les acteurs impliqués estiment que cette expérimentation leur apporte une nouvelle vision de leur territoire et mobilise de nouvelles forces vives. La démarche questionne sur l’évolution du rôle des collectivités dans le développement de projets et peut conduire à réorienter les programmes de subventions. Elle oblige également à travailler davantage en réseau.

11 entreprises du Grand Est au CES Las Vegas 2020

Pour la troisième année consécutive, la Région Grand Est, représentée par Lilla Mérabet, accompagne 11 entreprises du territoire au salon CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas.  Ce salon est le plus grand salon mondial des nouvelles technologies. Pour les start-ups accompagnées, il s’agit d’une formidable vitrine et l’occasion de présenter leur savoir-faire.

Ces entreprises ont été sélectionnées par la Région Grand Est et CCI International Grand Est en collaboration avec Enterprise Europe Network et les acteurs régionaux de la filière numérique.

Parmi ces 11 entreprises, 9 d’entre elles présenteront leurs innovations sur un espace régional Grand Est positionné au cœur du Pavillon France, sous la bannière French Tech, au sein d’Eureka Park, l’espace réservé aux start-ups sélectionnées par les organisateurs du salon. La présence de cette délégation d’entreprises innovantes du Grand Est vient consolider l’offre France en matière d’innovations digitales et contribue, outre-Atlantique, au rayonnement du Grand Est.

Par ailleurs, 3 entreprises supplémentaires du Grand Est font partie de la sélection nationale des 19 start-ups retenues par Business France pour exposer sur un espace distinct. Il s’agit de Divacore (57), Vivoka (57), et Myfood (67). Cette dernière exposera, avec le soutien de la Région, son modèle de serre connectée, solution conçue à partir d’intelligence artificielle pour optimiser la production durable sur de petits espaces.

Don de sang : la Région partenaire de l’opération #MissingType

A l’occasion de la nouvelle année, l’Établissement français du sang (EFS) lance du 6 au 18 janvier 2020 la saison 3 de l’opération #MissingType. Cette action offre à tous les Français – marques, personnalités, influenceurs, particuliers – une belle opportunité pour faire du don de sang leur première résolution 2020 !

La Région Grand Est se mobilise aux cotés de l’Établissement Français du Sang pour que les lettres 🅰️🅱️🅾️ ne viennent plus à manquer ! Pour témoigner de son soutien et de son engagement pour la santé, la Région retire les lettres A, B et O, représentant les groupes sanguins, de son logo.

Vous aussi, participez à l’opération #MissingType

Transfrontalier : combattre les difficultés du quotidien

Les obstacles rencontrés quotidiennement par les frontaliers de la région métropolitaine trinationale du Rhin Supérieur, étaient au cœur des échanges de la Séance plénière du Conseil Rhénan qui s’est tenue le vendredi 20 décembre 2020. Aussi, cette Séance a permis l’adoption de plusieurs résolutions dans les domaines suivants :

  • Participation du Conseil Rhénan au Comité de coopération transfrontalière prévu par le Traité d’Aix-la-Chapelle, signé par l’Allemagne et la France en janvier 2019
    Le Conseil Rhénan attire l’attention sur la dimension trinationale de la coopération transfrontalière dans ce territoire, avec la nécessaire prise en compte des intérêts suisses. Il souligne également sa volonté de participer aux travaux menés par le Comité de coopération transfrontalière.
  • Mobilité transfrontalière des travailleurs dans la région du Rhin supérieur
    Le Conseil Rhénan dénonce la forme actuelle de mise en œuvre du règlement de certification A1 générant des formalités lourdes et chronophages pour les travailleurs frontaliers et constituant, de fait, une entrave à la coopération transfrontalière. Il se déclare favorable à des solutions pratiques afin de résoudre cette problématique.
  • Agriculture et changement climatique
    Le changement climatique entraîne de graves conséquences pour l’agriculture dans le Rhin supérieur. Le Conseil Rhénan encourage les bonnes pratiques agricoles pour la réduction des gaz à effet de serre et se déclare favorable au soutien de la recherche et au partage des connaissances sur le changement climatique.
  • Reconnaissance mutuelle des éco-vignettes dans l’espace frontalier
    A la lumière d’une expertise mandatée par l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, le Conseil Rhénan réitère sa volonté d’une reconnaissance mutuelle des éco-vignettes dans la région frontalière, afin d’éviter aux automobilistes l’achat supplémentaire d’une vignette du pays voisin et ainsi faciliter la mobilité transfrontalière.

3,1 milliards d’actions pour avancer !

A l’occasion de la Séance plénière qui s’est déroulée à Metz les 12 et 13 décembre 2019, la Région Grand Est a adopté son budget pour 2020. Il témoigne de la responsabilité régionale dans la construction de l’avenir du Grand Est. Résolument engagée dans les grandes transitions numériques, économiques, environnementales … , la Région ambitionne ainsi de consolider ses actions en direction des territoires et de leurs habitants. Industrie du futur, bioéconomie, intelligence artificielle, santé, sont quelques exemples des ambitions portées par la Région, au service d’un avenir durable et porteur d’espoir. Concrètement, les dépenses se répartiront autour de quatre priorités :

La Jeunesse, l’Emploi et la Formation : 877,3 millions d’euros

Permettre aux jeunes et aux adultes du Grand Est d’évoluer, de se former et de s’orienter tout au long de la vie est un enjeu majeur. C’est pourquoi la Région investit massivement pour l’emploi, la jeunesse et la formation. En 2020, le financement de l’apprentissage ne relève plus de la compétence des Régions. En revanche, la responsabilité régionale en matière d’information et d’orientation sur les métiers s’élargit. Ainsi, une nouvelle offre de service via une boîte numérique « Orient’Est » et une mise en réseau d’Ambassadeurs des métiers seront proposées. Côté formation, l’ambition est de permettre à 30 000 personnes supplémentaires de se former en 2020. En ce qui concerne le sport, l’année sera marquée par la mise en œuvre du label national « Terre de Jeux 2024 ».

Les Mobilités : 898,9 millions d’euros

La Région souhaite offrir un service de qualité aux voyageurs et améliorer l’intermodalité. Le travail de convergence routier / ferré, de complémentarité des offres avec les Autorités Organisatrices de Mobilité et de rationalisation du schéma de transport mené en 2019 continuera. La modernisation, la mise en accessibilité et la sécurisation du réseau se poursuivront également. Avec sa compétence en matière de transports scolaires et interurbains, la Région assure son rôle au plus près des territoires. En 2020, le coût global du fonctionnement du transport scolaire et interurbain s’élèvera à 257,2 millions d’euros.

L’Attractivité : 268,5 millions d’euros

Cette enveloppe sera mobilisée en faveur notamment de l’Économie, l’Innovation, la Recherche, le Tourisme, la Culture le Transfrontalier, l’Agriculture et la Viticulture, l’Europe et l’International. La Région accompagne les acteurs économiques dans leurs projets de développement, porteurs de création d’emplois et de richesses pour le Grand Est mais également pour rayonner à l’international et attirer les investisseurs étrangers. Engagée dans la transition écologique, la Région encourage à reconsidérer nos pratiques, dans tous les aspects de nos modes de vie et soutient particulièrement les filières agricoles, viticoles et forestières. Quant aux coopérations et échanges avec les régions voisines, ils seront développés dans tous les champs de compétences de la collectivité.

Les Territoires et la Proximité : 222,8 millions d’euros pour la cohésion territoriale et sociale

2020 connaîtra une accélération du Très Haut Débit sur tous les territoires. En matière de transition énergétique et de mobilité durable, trois chantiers phares seront portés par la Région en 2020 : le développement d’un modèle durable de méthanisation, les solutions hydrogène, un partenariat avec la Fondation Solar Impulse. L’accès aux soins pour tous d’ici 2030 constitue également un enjeu majeur pour la Région qui souhaite se positionner comme un partenaire incontournable dans le champ de la santé.

 

Grand Est, Terre de Jeux 2024

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Tony Estanguet, Président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, ont signé le vendredi 13 décembre 2019 à Metz, la convention de labellisation « Grand Est – Terre de Jeux 2024 ».

En effet, dès l’officialisation de la désignation de Paris comme ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, la Région Grand Est s’est engagée dans l’aventure en initiant une véritable dynamique territoriale. En obtenant aujourd’hui ce label « Terre de Jeux 2024 », elle souhaite valoriser toutes les actions mises en œuvre au quotidien pour promouvoir la pratique sportive et les valeurs du Sport sous toutes ses composantes : événementiel autour de la pratique des activités de pleine nature, interventions de la Team Grand Est, retransmissions sportives, partenariats associatifs et éducatif, portes ouvertes des CREPS, opérations de prévention santé, etc.

Par ailleurs, la Région a initié une démarche unique et partagée avec la création d’un site internet dédié aux ambitions olympiques du territoire : https://faitesvosjeux.grandest.fr. Celui-ci intègre notamment les actualités sportives et animations autour de « Terre de Jeux 2024 », ainsi que des « cartowebs » présentant les différents sites potentiels d’accueil de délégations étrangères et de préparation des sportifs français.
Ce site a été dévoilé, jeudi 12 décembre, à l’occasion de la soirée de lancement du label « Grand Est – Terre de Jeux 2024 », qui s’est déroulée au club de tennis de table de Maizières-lès-Metz (57), en présence notamment de Jean Rottner, Tony Estanguet, Jean-Paul Omeyer, Vice-Président de la Région délégué au Sport, sous l’animation de la handballeuse Nina Kanto.

La Région Grand Est est également candidate au label « Centre de préparation aux Jeux » pour que ses 3 CREPS de Reims, Nancy et Strasbourg puissent accueillir les délégations étrangères dès la fin de l’Olympiade de Tokyo 2020. Un vaste plan de rénovation a d’ailleurs été entrepris par la Région afin de moderniser ces 3 sites (39 millions d’euros d’investissements d’ici à Paris 2024).

 

Santé : l’innovation au service des territoires, un exemple avec le Pays de Bitche

En partenariat avec la Région Grand Est, la communauté de communes du Pays de Bitche (57) a organisé samedi 7 décembre 2019, une journée dédiée aux solutions d’e-santé. Objectif : répondre aux besoins des habitants et améliorer l’offre de soins, de la prévention à la prise en charge et au suivi des patients. Avec 110 millions d’euros consacrés chaque année à la santé publique, la Région s’engage pleinement dans la lutte contre la désertification médicale et l’égalité de l’accès aux soins.

L’occasion pour la Région Grand Est de valoriser des initiatives dans les territoires ruraux et pour Jean Rottner de souligner l’exemplarité de ce projet permettant d’impulser une véritable dynamique de santé locale.

Au cours de cette journée, de nombreuses interventions et conférences ont notamment permis aux participants de découvrir à travers des exemples concrets, des solutions numériques de prévention de la dénutrition à domicile, de rupture de l’isolement et d’amélioration du suivi des patients sous thérapies anti-cancéreuse ou encore des services à destination des aidants. Parmi les grands acteurs de la santé participaient le professeur Jacques Marescaux, Président de l’IHU et de l’IRCAD à Strasbourg, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, Francis Vogt, Président de la Communauté de Communes du Pays de Bitche, et Philippe Dorge, Directeur Général du Groupe La Poste.

Les professionnels ont pu également appréhender sur différents stands, des outils de partage sécurisés d’informations telles que l’imagerie médicale, la dématérialisation des courriers médicaux ou la mise en place d’un WHATSAPP sécurisé de coordination des acteurs de santé.
L’accent a aussi été mis sur la prévention et le suivi des maladies chroniques telles que le diabète ou l’insuffisance cardiaque.

Grâce à son réseau fibré performant, le territoire de Bitche, avec le soutien de la Région Grand Est, de l’Agence Régionale de Santé et de la Banque des Territoires, a la possibilité de déployer rapidement des outils numériques de diffusion d’informations et de télémédecine. C’est pourquoi la démarche engagée par la Communauté de Communes du Pays de Bitche pour lutter contre la désertification médicale s’appuie sur des services numériques innovants (e-santé).

Pour organiser cette journée, la Communauté de Commune du Pays de Bitche, l’Agence Régionale de Santé et la Région Grand Est se sont entourées de GrandEnov, Pulsy, PRIeSM, l’Eurométropole de Strasbourg et BioValley.

Lisez Nous !

Pour le second numéro du magazine d’information « Nous », la Région Grand Est met en lumière ses actions en matière de mobilité ; que vous soyez collégien, lycéen, frontalier, habitant d’une zone rurale, citadin ou touriste…, la Région a pour ambition d’offrir, à tous les usagers des transports, un service performant, pratique et à un coût raisonnable.
Les fêtes de Noël et de fin d’année sont également à l’honneur pour le plus grand bonheur des petits et des grands.
Des femmes et des hommes qui font rayonner le territoire, rencontre avec Carol Duval-Leroy, le champagne au féminin.

Véritable support de proximité, ce magazine va à la rencontre des habitants du Grand Est afin de mieux faire connaître les compétences et l’action régionale. A travers celles et ceux qui font avancer notre région, en donnant à voir les talents locaux et en valorisant les citoyens et leurs initiatives, « Nous » décrypte les grandes ambitions régionales. Illustré et pédagogique, il permet de mieux comprendre la Région via des exemples du quotidien, sur l’ensemble des territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux.

Au sommaire de ce second premier numéro :

  • Se déplacer aujourd’hui, être mobile demain
  • Rencontre avec les orfèvres de la magie de Noël
  • Ça se passe près de chez nous
  • Femmes et hommes de l ‘Est

Le magazine en ligne

Orientations budgétaires 2020 : la Région réduit ses dépenses de gestion

La séance plénière du 22 novembre 2019 était consacrée en partie aux orientations budgétaires pour 2020. Ces orientations ont un double objectif :

  • donner au territoire les moyens nécessaires pour se projeter dans l’avenir avec confiance
  • faire du Grand Est une terre d’équilibre, d’équité et du bien vivre.

Trois grandes priorités

Pour atteindre cet objectif, la Région entend intensifier sa politique de maîtrise des dépenses de fonctionnement par la mise en œuvre d’un plan d’économies toujours plus ambitieux.

  1. Baisser les dépenses de fonctionnement
    Les efforts importants réalisés depuis 2016 ont permis à la Région d’être en deçà des objectifs du contrat de bonne gestion passé avec l’Etat et de faire de réelles économies.
    En 2019, le montant des dépenses réelles de fonctionnement (DRF), qui devrait s’élever à 1 833 millions d’euros, sera en effet bien en dessous de la cible fixée par l’Etat d’un montant de 1 881 millions d’euros.
  2. Maîtriser avec justesse ces dépenses
    La gestion rigoureuse de la Région permettra de mobiliser 3,1 milliards d’euros de dépenses d’investissement sur quatre ans (2020 à 2023) pour soutenir les grands projets essentiels à la réussite des transitions écologique, numérique et économique.
  3. Réduire l’encours de la dette
    L’encours de dette s’élevait à 2 364,8 millions d’euros au 1er janvier 2019. Il a été stabilisé sur la période 2015-2018, avec un endettement net nul en 2017 et en 2018. Une progression très mesurée, en cohérence avec les investissements en cours, est anticipée sur 2019.

 

Coup de frein sur les dépenses de gestion

Réduction du budget communication

D’un budget de 8,6 millions d’euros en 2015, les frais de communication s’élèveront à 6,4 millions d’euros en 2020. Soit – 25,5 % depuis 2015.

Baisse des frais de réception

Le budget lié au poste « protocole » a baissé entre 2018 et 2020 de – 26,4%, passant ainsi d’un peu plus d’1,4 million d’euros contre 1,04 million d’euros en 2020.

Parmi les postes de dépenses, on peut distinguer :

  • Les frais de réception (cérémonies, dîners, cocktails, etc.) qui, en 2018, s’élevaient à un peu plus de 930 000 euros contre 730 000 euros prévisionnels pour l’année 2020, représentant 0,13 euros par habitant1. Soit – 21,5 %.
  • Les frais de représentation de la collectivité, passent d’un peu plus de 88 000 euros en 2018 à 5 000 euros pour l’exercice 2020, soit – 94 %.

Réduction des effectifs du cabinet

Avant la fusion, le Cabinet du Président comptait 22 postes contre 12 aujourd’hui. Soit une baisse significative de – 45 % entre 2015 et 2019.

 

 

 

La Région renouvelle son engagement en faveur des Droits de l’Homme et la liberté d’expression

Dans le cadre du programme « off » du 8ème Forum mondial de la Démocratie, la Région Grand Est a renouvelé son engagement en faveur des Droits de l’Homme et de la liberté d’expression en organisant plusieurs temps forts au Siège de la Région, à Strasbourg, en partenariat avec Amnesty International.

Signature d’une convention entre la Région Grand Est et Amnesty International

A l’occasion de la signature d’une convention de partenariat, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Cécile Coudriou, Présidente d’Amnesty International France, ont dévoilé le parrainage annuel de personnalités subissant des persécutions dans le monde :

  • Nasrin Sotoudeh (Iran), une avocate spécialisée dans la défense des droits humains, des femmes en particulier, s’est présentée en public sans porter le voile. Accusée d’incitation à la corruption et à la prostitution, ainsi que de troubles à l’ordre public, elle a été condamnée à 38 années de prison et à 148 coups de fouet. Il s’agit de la condamnation la plus sévère ayant été recensée contre un défenseur des droits humains en Iran ces dernières années.

 

  • Loujain al Hathloul (Arabie saoudite) est une figure emblématique de la lutte contre l’interdiction faite aux femmes de conduire. Arrêtée plusieurs fois, elle a été détenue pendant 73 jours après avoir tenté de franchir la frontière entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis au volant de sa voiture, en novembre 2014. Loujain al Hathloul s’est également présentée à l’élection du Conseil consultatif en 2015 mais son nom n’a pas été reporté sur les bulletins. Elle a à nouveau été arrêtée le 15 mai 2018, aux côtés d’autres militants. Bien que les femmes aient obtenu depuis le droit de conduire en Arabie saoudite le mois suivant, la jeune femme est toujours emprisonnée et aurait subi, selon son père, des violences physiques et sexuelles.

 

  • le 8 mars 2019, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Yasaman Aryani (Iran) a retiré son voile et distribué des fleurs blanches aux femmes dans le métro, à Téhéran. A la suite d’une vidéo dévoilant cet acte, les autorités iraniennes l’ont arrêtée et l’ont condamnée à 16 ans de prison, en août dernier. Son avocat et sa famille n’ont plus aucun contact avec la jeune femme, qui risque d’être soumise à des actes de torture et autres mauvais traitements.

Dans le cadre de ce parrainage, Jean Rottner sollicitera le Ministère des Affaires étrangères et les Ambassades françaises à l’étranger afin de les alerter sur la situation des intéressés et d’œuvrer pour faire évoluer leur situation.

Cette séquence a aussi permis de rappeler le soutien à Sophie Pétronin retenue en captivité depuis le 24 décembre 2016 au Mali, et d’évoquer l’exposition « BRAVE* », une série de portraits de défenseurs des droits humains démontrant la diversité de leur combat. Présentée par Amnesty International et visible jusqu’au 20 décembre 2019 au Siège de la Région, cette exposition a été réalisée à l’issue du Sommet des défenseurs des droits humains, en octobre 2018 à Paris.

Prix de l’engagement démocratique

Autre temps fort de cette journée, lors du vernissage de l‘exposition « le dessin de presse dans tous ses états », Jean Rottner a remis le Prix Régional de l’Engagement démocratique à Plantu, qui œuvre depuis de nombreuses années en faveur de la liberté de la presse.

Le dessinateur Plantu recevant le Prix Régional de l'engagement démocratique

21 dessins réalisés par des membres du collectif Cartooning for Peace sont exposés au siège de la Région jusqu’au 20 décembre 2019.

La soirée s’est poursuivie par un dîner-débat animé par Cartooning for Peace autour des dessins de l’exposition. Ce temps fort a permis de rassembler, autour de Jean Rottner et de Plantu, des dessinateurs de presse du monde entier, une trentaine de jeunes (lycéens, étudiants et membres du Conseil régional des Jeunes) ainsi que des élus régionaux.
Les discussions ont porté sur le métier de journaliste, les réseaux sociaux, la désinformation et, plus largement, sur les enjeux liés à l’information dans une démocratie. Tout au long de la soirée, des dessins illustrant les interrogations des jeunes face à l’actualité ont été réalisés, avec également, pour vocation, d’être messages d’espoir pour l’avenir de la démocratie dans le monde.

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile