Nouvel avenir industriel pour le territoire Warndt Naborien

La Région Grand Est, l’Etat et les acteurs* du territoire, ont signé, le 16 janvier 2020 le projet de territoire Warndt Naborien. Cette convention portant sur une période de 5 ans ( fin 2019 – fin 2024) intervient suite à la décision de fermer la tranche charbon de la centrale thermique Émile Huchet de Saint-Avold.

Pour la Région Grand Est et ses partenaires, il s’agit d’aider ce territoire dans ses projets de reconversion industrielle, de soutenir la mutation économique de ce secteur déjà fragilisé par la fermeture des dernières mines de charbon, et d’accompagner l’arrêt définitif de cette unité produisant de l’électricité à partir de charbon.

Sont entre autres prévus, la création sur le site Émile Huchet d’une chaufferie alimentée en Combustible Solide de Récupération pour les besoins de la plateforme, la valorisation de ses déchets organiques, la création d’une filière locale d’agro-combustibles à partir de biomasse, la mise en place d’une cellule de coordination de l’aide au recrutement pour la plateforme de Carling/Saint-Avold, le développement d’un écosystème local de rénovation énergétique des bâtiments, le développement de projets touristiques, etc.

Dans ce contexte difficile pour les salariés et la population, la Région a donc décidé d’être au rendez-vous dans un soutien de proximité sur des sujets aussi cruciaux que la formation ou l’innovation afin d’aider le territoire à rebondir, à se reconstruire durablement autour d’un nouvel avenir industriel et à accélérer sa transition énergétique.

* Communauté d’agglomération Saint-Avold synergie, Communauté de communes de Freyming-Merlebach, Communauté de communes du Warndt, Communauté de communes du District urbain de Faulquemont.

Mobilité durable : implantations de bornes électriques en Grand Est

Chef de file de l’intermodalité, la Région encourage toutes les formes de mobilités bas-carbone pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique tout en préservant le pouvoir d’achat des habitants. Les élus du Conseil régional du Grand Est, réunis en commission permanente du 17 janvier 2020, ont ainsi accordés une aide de 152 600 € pour l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques, à Chaumont, Molsheim, Neufchef et Saverne.

De nouvelles solutions de mobilité décarbonée

Que ce soit en matière de transports collectifs – ferroviaires ou routiers (autocars) – ou individuels (voitures), la Région Grand Est développe de nouvelles solutions de mobilité décarbonée avec notamment le soutien au déploiement d’infrastructures de recharge et de ravitaillement électriques, biogaz et hydrogène. Cette ambition se traduit dans le programme Climaxion, en partenariat avec l’ADEME et l’Etat, et qui propose 5 appels à projets autour de 3 objectifs :

Renforcement du réseau d’infrastructures de recharge électrique

  •  Pour les collectivités et leurs regroupements : un appel à projets soutenant l’implantation de 1 000 bornes ouvertes au public sur voirie dont 46 bornes de recharge rapide.
  • Pour les entreprises : un appel à projets permettant d’installer 1 000 stations de recharge à destination des salariés dans les entreprises régionales.
  • Pour les copropriétaires et bailleurs sociaux : un appel à projets donnant l’accès à 1 000 infrastructures de rechargement aux résidants en habitat vertical.

Renforcement du réseau de stations biogaz véhicule

  • Un appel à projets pour la création de 10 stations dites moyennes, accessibles aux véhicules particuliers et utilitaires légers. Ce type de station, mise en place par une entreprise ou une collectivité, peut alimenter jusqu’à 50 véhicules utilitaires légers par jour.

Renforcement de la flotte de véhicules Hydrogène

Un appel à projets pour la création de 10 flottes captives de collectivités ou d’entreprises permettant d’assurer un débouché à 10 nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution).

Très haut débit en Grand Est : réunions d’information pour les habitants

Afin d’informer les habitants et les professionnels sur les modalités de raccordement de leurs logements ou de leurs entreprises à la fibre optique et de présenter les offres des différents fournisseurs d’accès internet des réunions publiques d’information se tiendront :

En Lorraine

  • Blainville-sur-l’eau (54) Lundi 6 janvier à 18h30 Maison des Fêtes et de la Culture (MFC 2 rue de l’Etang) ; en partenariat avec le Conseil Départemental de la Meurthe-et-Moselle, la
    Communauté de communes Meurthe, Mortagne, Moselle et la Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat, pour les habitants de Mont-sur-Meurthe, Rehainviller et Vitrimont.
    Cette réunion sera présidée par Jean-François Guillaume, Conseiller régional du Grand Est
  • Thiébauménil (54) Mardi 7 janvier à 18h30 Salle polyvalente (route départementale 400) ; en partenariat avec le Conseil Départemental de la Meurthe-et-Moselle et la Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat pour les habitants de Bénaménil, Manonviller, Marainviller et Thiébauménil.
    Cette réunion sera présidée par Jean-François Guillaume, Conseiller régional du Grand Est
  • Thierville-sur-Meuse (55) Mercredi 15 janvier à 18h30 Salle des Fêtes (35 avenue Pierre Goubet), en partenariat avec le Conseil Départemental de la Meuse, le GIP Objectif Meuse et la Communauté d’Agglomération du Grand Verdun, pour les habitants de Thierville-sur-Meuse.
    Cette réunion sera présidée par Jocelyne Antoine, Conseillère régionale du Grand Est
  • Sainte-Hélène (88) Jeudi 16 janvier à 18h30 Salle polyvalente (rue du Moulin), en partenariat avec le Conseil Départemental des Vosges, la Communauté de communes de Bruyères-Vallons des Vosges et la Communauté de communes de la Région de Rambervillers pour les habitants de Fremifontaine, Pierrepont-sur-l’Arentèle et Sainte-Hélène.
    Cette réunion sera présidée par Sylvie D’Alguerre, Conseillère régionale du Grand Est
  • Liverdun (54) Mercredi 22 janvier à 18h30 Espace loisirs La Champagne (salle exposition 2 rue de Quimper) ; en partenariat avec le Conseil Départemental de la Meurthe-et-Moselle, la Communauté de communes du Bassin de Pompey pour les habitants de Liverdun.
    Cette réunion sera présidée par Elisabeth Poirson et Mireille Gazin, conseillères régionales du Grand Est
  • Bussang (88) Jeudi 30 janvier à 18h30 Salle des fêtes (2 place de la Mairie) en partenariat avec le Conseil Départemental des Vosges, la Communauté de communes des Ballons des Hautes-Vosges pour les habitants de Bussang et Ferdrupt.
    Cette réunion sera présidée par Sylvie D’Alguerre, Conseillère régionale du Grand Est

En Champagne-Ardenne

  • Condé-sur-Marne (51) Mardi 7 janvier à 19h00 Salle des fêtes (rue Albert Barré) ; en partenariat avec le Conseil Départemental de la Marne et la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne pour les habitants de Condé-sur-Marne et Isse.
    Cette réunion sera présidée par Martine Lizola, Présidente de la Commission Aménagement du territoire de la Région Grand Est
  • Serqueux (52) Mardi 21 janvier à 18h30 Salle Raymond Huard (rue des Bordes) ; en partenariat avec le Conseil Départemental de la Haute-Marne et le GIP Haute-Marne pour les habitants d’Aigremont, Coiffy-le-Bas, Coiffy-le-Haut, Laneuvelle, Larivière-Arnoncourt, Serqueux, ainsi que Fresnoy-en-Bassigny et Grignoncourt (commune de Parnoy-en-Bassigny).
    Cette réunion sera présidée par Christine Guillemy, Vice-présidente de la Région Grand Est en charge de la Formation initiale, des Lycées et de l’Apprentissage, et Pascale Krebs, Conseillère régionale du Grand Est
  • Vouziers (08) Mardi 28 janvier à 18h30 Salle des fêtes (16C rue du chemin salé), en partenariat avec le Conseil Départemental des Ardennes, la Communauté de communes de l’Argonne Ardennaise pour les habitants de Bairon et ses Environs, Bourcq, Contreuve, Falaise, Liry, Mars-sous-Bourcq, Mont-Saint-Martin, Pauvres, Savigny-sur-Aisne, Saint-Morel, Sainte-Marie, Sugny, Vouziers.
    Cette réunion sera présidée par Jean-Luc Warsmann, Conseiller régional du Grand Est

En Alsace

  • Sierentz (68) mardi 21 janvier à 19h (salle Agora – 14 rue des Romains), pour les habitants de la commune, en présence de Christèle Willer,
  • Ingwiller (67) jeudi 23 janvier à 19h (salle Socio-Culturelle – rue de la Gare), pour les habitants de Ingwiller, Menchhoffen, Niedersoultzbach et Obersoultzbach, en présence de Laurent Burckel,
  • Chalampé (68) lundi 27 janvier à 19h (salle les Galets – 8 avenue de la Gare), pour les habitants de Chalampé et Ottmarsheim, en présence de Martine Laemlin,
  • Guebwiller (68) mardi 28 janvier à 19h (salle SG 1860 – 25 rue de Reims), pour une partie des habitants de la commune, en présence de Francis Kleitz,
  • Bouxwiller (67) mercredi 29 janvier à 19h (salle Socio-Culturelle – 5 place du Château), pour les habitants de la commune centre ainsi que la commune associée de Riedheim, en présence de Huguette Zeller et de Laurent Burckel,
  • Wasselonne (67) jeudi 30 janvier à 19h (espace Municipal Saint-Laurent – 1A rue de Cosswiller), pour les habitants de Wasselone et Crastatt, en présence de Patrick Bastian.

Déploiement du Très Haut Débit

En Alsace

A ce jour, le réseau Rosace permet l’accès aux offres de 14 FAI (Fournisseur d’accès à Internet) grand public et de 37 FAI destinés aux professionnels. Organisées conjointement par l’entreprise Rosace et chaque maire , elles associeront les représentants de la Région Grand Est, de chaque Département et de l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), s’il cofinance le projet. D’autres réunions seront organisées au fur et à mesure de l’achèvement des travaux de connexion des villages alsaciens.

Au 1er décembre 2019, près de 175 000 prises auront été ouvertes à la commercialisation dans 445 communes alsaciennes, soit près de 64% des communes à déployer.

Dans les autres territoires du Grand Est

La Région Grand Est a lancé, en août 2017, une délégation de service public afin de déployer le très haut débit par la fibre optique dans les départements des Ardennes, l’Aube, la Marne, la Haute-Déploiement Fibre optique Très haut débitMarne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et des Vosges. Cette délégation a été confiée à l’entreprise LOSANGE qui va déployer environ 830 000 prises dans près de 3 600 communes*, pour un investissement total estimé à 1,4 milliard d’euros d’ici février 2023.
En Moselle, le Syndicat Mixte Moselle Fibre, avec le soutien de la Région Grand Est, met également en oeuvre son réseau d’initiative publique pour raccorder 140 000 prises en cinq ans dans les 14 EPCI.

*en-dehors des communes où les opérateurs privés investissent sur leurs fonds propres

Le Très Haut Débit (THD) : pilier du développement des territoires

La Région s’est engagée à ce que tous les territoires du Grand Est, aussi bien ruraux qu’urbains, bénéficient de la même qualité de services. Il s’agit également de permettre aux entreprises artisanales, industrielles ou agricoles d’avoir accès aux mêmes outils que les grands groupes, notamment pour celles qui souhaitent s’internationaliser.
La Région offre en outre la possibilité aux jeunes de se voir dotés d’outils numériques pour leurs études, dans le cadre du passage intégral au manuel numérique pour tous les lycées du Grand Est à l’échéance 2021. Enfin, c’est la garantie, pour les habitants du Grand Est, de disposer de services publics accessibles pour effectuer leurs démarches administratives dans des conditions optimales.

 

Santé : l’accès aux soins pour tous en Grand Est

Alors que la loi ne confère aux Régions que très peu de compétences en la matière, la Région Grand Est fait la différence et s’engage en faveur de la santé publique en y consacrant plus de 110 millions d’euros chaque année. La santé est inscrite dans les priorités du budget primitif 2020 voté en Séance plénière, le 13 décembre 2019.

Faire de la santé et de la désertification médicale en milieu rural l’une des grandes priorités régionales

Afin de permettre à tous les habitants du Grand Est d’accéder à la santé, la Région a décidé de lutter contre la désertification médicale mais aussi de rendre nos territoires attractifs pour les professionnels de santé.
L’action de la Région se déploie ainsi autour de trois axes prioritaires :Infographie santé

  • former les personnels de santé,
  • favoriser l’accès aux soins (soutien aux contrats locaux de santé, aux Maisons de Santé, création de Maisons des Internes, attribution de bourses aux étudiants en médecine générale, etc.),
  • inventer la médecine du futur, notamment en accompagnant des solutions en e-santé.

Pour y parvenir, la Région a décidé de s’engager avec les collectivités locales, l’Etat (à travers l’ARS), les opérateurs territoriaux, les professionnels et les associations d’usagers. La Région souhaite également créer une filière « Silver économie » en faveur du « bien-vieillir » dans le Grand Est et lever les obstacles existants en matière de « santé transfrontalière ».

 

 

La Région soutient les centres de formations du sanitaire et du social

Les élus de la Commission permanente, réunis le 5 décembre 2019, sous la présidence de Jean Rottner, ont accordé plus de 7,7 millions d’euros de subventions d’investissements immobiliers et pédagogiques à des Instituts de Formation sanitaire.

Offrir des conditions de formation optimales aux étudiants et enseignants

Afin de permettre la réussite des études et l’insertion professionnelle des étudiants, la Région Grand Est soutient la construction de deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers et la réhabilitation de l’Institut de Formation des Aides-Soignants.

  • Construction de deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers
    • A Forbach (57), les locaux de l’ancien Hôpital Sainte-Barbe seront réhabilités sur une surface de 2 365 m2. Il sera ainsi équipé d’un amphithéâtre de 150 places et d’un laboratoire de simulation. Les travaux s’achèveront en septembre 2023. Le montant de la subvention s’élève à 3,6 millions d’euros.
    • A Sarreguemines (57), un projet de construction est prévu à proximité du centre hospitalier sur une surface de 2 163 m2. Il sera équipé de deux salles inclinées et d’un laboratoire de simulation. L’achèvement des travaux est prévu pour septembre 2023. Le montant de la subvention s’élève à 3,6 millions d’euros.
  • Le Centre hospitalier de Bischwiller (67) a sollicité l’aide de la Région afin de réhabiliter, d’agrandir les locaux et d’acheter du mobilier pour l’Institut de Formation des Aides-Soignants. Le projet comprend la création d’espaces pédagogiques et logistiques et de salles de formation de travaux pratiques et dirigés. Le montant total de la subvention allouée par la Région s’élève à 500 000 euros.

Nos savoir-faire s’exposent

Le Grand Est était à l’honneur de la 8ème édition du salon Made In France organisé à Paris du 8 au 11 novembre. Objectif : mettre en relation directe fabricants et consommateurs qui veulent donner du sens à leurs achats ; une formidable vitrine pour les talents de notre région !

Avec ses 6 pôles de compétitivité et ses filières d’excellence, sa situation géographique au cœur de l’Europe, ses infrastructures de transports modernes et ses 1, 95 milliards d’euros investis dans la R&D, le Grand Est est une région industrielle également tournée vers l’artisanat : 10,7% de l’économie régionale contre une moyenne de 7,5 au national. Une richesse que les visiteurs ont pu admirer durant ces 4 jours, en découvrant notamment :

  • Les véritables madeleines de Liverdun. Monument du patrimoine culinaire Lorrain et ce depuis près d’un siècle, les madeleines de Liverdun perpétuent une tradition de biscuiterie artisanale dont le succès ne s’est jamais démenti. La recette unique de ces madeleines a été inventée au XXe siècle par le boulanger Joseph Rouvenacht et son mitron Marcel Chenel à Liverdun.
  • Les macarons de Boulay. Aujourd’hui comme hier, les Macarons de Boulay sont toujours formés manuellement, un par un, à la cuillère d’argent. La consistance de ces macarons est souple et moelleuse, le goût finement sucré avec un délicat arôme d’amandes fraîchement émondées.
  • Dess Fabricant. Français depuis 1978, Dess propose aux particuliers et aux professionnels un large choix de parapluies et parasols de qualité. Cette entreprise artisanale reçoit également des visiteurs dans leur atelier de Piney (Aube), au cœur du parc naturel régional de la forêt d’Orient afin de présenter leurs produits conçus pour durer et résister aux intempéries.
  • Les Perruches. Derrière Les Perruches, il y a Magali et Natacha : des jumelles strasbourgeoises. Elles ont à cœur de proposer autant que possible des produits conçus et fabriqués de manière écologique, responsable et raisonnée. Leurs chaussons pour enfants en cuir souple préservent également la sensation « pieds nus » et respectent ainsi le développement musculaire du pied.
  • Baie brune Baie. Brune est un clin d’oeil au cheval bai brun, symbole de l’élégance sauvage, idée d’une beauté simple et naturelle. Les maillots de bain de la marque sont éthique de sa matière première à sa confection.
  • Manivelle. Manivelle est un atelier de fabrication de cycles mêlant savoir-faire artisanal et ingénierie. La fabrication de petite série artisanale effectuée par la marque garantie une qualité, une modernité et un renouvellement constant du vélo en France.
  • Argasol. La Savonnerie Argasol du Val d’Argent crée et fabrique des savons bio saponifiés à froid, des cosmétiques et des produits d’entretien sains et simples. La marque est soucieuse de son environnement : transparence, accessibilité, authenticité, générosité et proximité font partie des valeurs importantes de l’entreprise.
  • Lafitte Springart. La société Textile Lafitte est spécialisée dans l’impression textile des vêtements de sport personnalisés (cyclisme, VTT, athlétisme, triathlon, gymnastique, etc.) pour les consommateurs individuels, les collectivités sportives ou les professionnels, le tout fabriqué à Troyes.

Un Pacte régional pour l’Artisanat

Présent en zones urbaines comme rurales, le secteur de l’artisanat est à la fois vecteur de retombées économiques et patrimoniales et générateur de lien social. Fortes de ce constat, la Région Grand Est et la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Grand Est (CRMA) ont mis en place une stratégie volontariste pour soutenir la compétitivité des entreprises artisanales à travers un Pacte régional pour l’Artisanat. L’objectif est de renforcer le dynamisme du tissu artisanal et de contribuer au maintien de nombreux savoir-faire territoriaux et à la spécialisation économique des territoires.

Ce Pacte repose sur deux dispositifs :

  • une convention-cadre 2018-2020 entre la Région Grand Est et la CRMA visant notamment à accompagner les entreprises artisanales lors des phases de reprise/transmission, de développement commercial, numérique et de réorganisation en matière de ressources humaines,
  • l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Artisanat de demain », destiné à aider les entreprises artisanales à moderniser leurs outils de production grâce à l’intégration de nouvelles technologies et de nouveaux modes de production (par exemple : digitalisation, dématérialisation, automatisation, équipement numérique, impression 3D, etc.). Avec plus de cinq millions d’euros mobilisés par la Région sur ce dispositif par an, l’objectif est de renforcer la compétitivité des structures artisanales pour créer une dynamique forte sur les territoires.
    Depuis son lancement, ce dispositif a permis de soutenir plus de 875 entreprises artisanales soit 8 175 emplois non délocalisables consolidés.

Elément clé de l’économie du Grand Est, l’artisanat représente en effet plus de 92 000 entreprises, génère 31 milliards d’euros de chiffre d’affaire et emploie 285 000 personnes.

Retrouvez l’interview de Jean Rottner, Président de la Région Grand Est

Lancement du Mois de l’Autre

Jean Rottner a lancé, le mardi 5 novembre 2019, aux côtés des représentants des autorités académiques du Grand Est la 16ème édition du « Mois de l’Autre », au Siège du Conseil régional à Strasbourg. Près de 600 lycéens, étaient réunis pour débattre et échanger autour des questions de tolérance, de respect de l’Autre et de vivre-ensemble. Cet événement s’est déroulé en simultané depuis les Hôtels de Région de Metz et de Châlons-en-Champagne.

Développer la citoyenneté des jeunes

Le Mois de l’Autre, est l’opportunité pour les jeunes de développer toutes les formes de citoyenneté à travers des actions menées dans les établissements scolaires du Grand Est. En cette période marquée par une recrudescence des actes et des paroles antisémites et racistes, la Région Grand Est a souhaité faire du racisme et de l’antisémitisme l’un des axes de cette nouvelle édition du « Mois de l’Autre ». A cette, des ateliers participatifs ont été organisés. Des plateaux radiophoniques ont permis aux jeunes de s’exprimer et d’échanger leurs points de vue en direct sur les thématiques du racisme et de l’antisémitisme. Pour clore ce lancement, l’ensemble des participants se sont réunis sur chaque site autour d’un arbre symbolisant les valeurs du « Mois de l’Autre », afin d’y accrocher un message de paix.

« Le Mois de l’Autre est avant tout une action humaniste qui encourage les jeunes à développer tous les aspects de la citoyenneté. La Région Grand Est a à coeur de transmettre et de partager des valeurs et des principes républicains avec la jeunesse, notamment la laïcité, l’ouverture à l’autre et le respect des différences. Aujourd’hui, nous encourageons les jeunes à lutter contre le racisme et l’antisémitisme en les dénonçant de quelque manière que ce soit. Plus que jamais la Région croit en sa jeunesse parce qu’elle a confiance en sa capacité à s’investir dans son parcours citoyen. » Jean Rottner.

Des actions concrètes pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme

Initié en 2004 par la Région en partenariat avec l’Académie de Strasbourg à la suite d’actes racistes et antisémites, le « Mois de l’Autre » a pour objectif de réunir et mobiliser la jeunesse autour de la tolérance et du respect de l’Autre à travers différentes actions.

Ces actions sont intégralement financées par la Région Grand Est, dans le cadre de sa politique de soutien à l’animation de la vie lycéenne et apprentie, activement portée par Elsa Schalck et Cédric Chevalier, pour laquelle la collectivité consacre près de 2 millions d’euros par an.

Parmi les actions soutenues, la Région propose aux jeunes de participer au Rallye Intercultes à Strasbourg permettant aux élèves de visiter 3 grands lieux de culte dans un esprit ouvert et favorable au mieux vivre ensemble.
La Région propose également aux lycéens du Grand Est un voyage d’études au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Près de 2 000 jeunes ont déjà participé à cette visite.

 

Commémoration de la Crue de 1919 en Grand Est

Avec le changement climatique, le Grand-Est pourrait connaître des intempéries beaucoup plus souvent et mieux s’y préparer, c’est d’abord se souvenir. Les gestionnaires des risques d’inondation en région se mobilisent pour commémorer les inondations de décembre 1919 et janvier 1920, à travers des actions favorisant la mémoire et la culture du risque.

Les terribles inondations de 1919 et 1920

Dans la nuit du 23 au 24 décembre 1919, des pluies torrentielles s’abattent sur l’Est de la France. Le jour de Noël, des centaines de communes, d’entreprises, de routes et de voies ferrées se retrouvent sous l’eau, en Alsace, en Lorraine ainsi que dans le Pays de Bade, de l’autre côté du Rhin. Rapidement, ces crues se propagent en aval et, dans les jours qui suivent, les grandes villes de la région sont elles aussi victimes des inondations : Colmar, Strasbourg, Mulhouse, Epinal, Saint-Dié, Nancy, Metz, Charleville-Mézières. Puis le 12 janvier 1920 une nouvelle tempête déferlera sur l’Est de la France, associant vents violents et pluies torrentielles qui entraîneront localement des inondations encore plus fortes qu’en décembre 1919.

Se souvenir pour limiter l’impact des catastrophes naturelles

Ces catastrophes se sont produites il y a tout juste 100 ans, se rappeler des inondations historiques majeures offre la possibilité d’entretenir la mémoire du risque d’inondation dans des départements qui pour certains figurent pourtant parmi les 20 plus exposés de France. Commémorer la crue de 1919 permet également de revenir sur les inondations de janvier 1910, décembre 1947, janvier 1955, mai 1970, avril-mai 1983 et février 1990 qui ont durement frappé la région Grand-Est.
A chaque fois, l’épreuve a été surmontée grâce à l’entraide et à la solidarité, notamment nationale. Mais toutes ces catastrophes soulèvent un point : la mauvaise information des acteurs locaux. S’ils avaient été mieux informés, mieux préparés, l’impact des inondations aurait été bien moindre.

D’après Météo France et l’Université de Freiburg les précipitations hivernales, à l’origine des grandes inondations du XXème siècle, devraient augmenter de 20 à 30 % après 2050 dans l’Est de la France. Commémorer les inondations de décembre 1919/janvier 1920 constitue donc également un moyen de prendre conscience des conséquences locales du changement climatique et ainsi de tenter de réduire le coût humain, matériel, économique, organisationnel mais aussi émotionnel et psychologique des crues majeures.

 

 

Crue de la Moselle à Epinal, le 24 décembre 1919
Crue de la Bruche à Strasbourg, 25 décembre 1919

 

Commémoration de la Crue de 1919 : programme des animations en Grand Est

Les institutions en charge de la gestion des inondations dans le Grand Est ont décidées de s’associer pour organiser des actions en faveur de la culture du risque durant le mois de novembre 2019.

La Région Grand-Est a financé la réalisation du film « La crue de 1919 : le passé nous renseigne sur le futur », comme élément de prise de conscience des conséquences du changement climatique. Il sera diffusé sur le site de la Région à compter du 15 novembre, et lors de l’inauguration du barrage de Sélestat, le 29 novembre 2019.

Programme prévisionnel

  • Dans le Haut-Rhin :
    • Exposition de l’oeuvre d’Aline VEILLAT, à l’issue de sa résidence de 2 ans à l’UHA sur le thème de la mémoire des inondations, à la Kunsthalle de Mulhouse. Vernissage le 21 novembre, suivi d’une table-ronde autour de l’oeuvre et de la culture du risque le 12 décembre, en partenariat avec le programme Interreg Clim’ability Design. Le film de commémoration sera projeté pendant la durée de l’exposition.
    • Distribution de sous-bocks « repère de crue 1919 » dans les bars autour de la Fonderie à Mulhouse.
    • Réalisation d’un film pour les lycéens sur les risques d’inondation en Alsace par la Nef des Sciences (projection et webcast avec les élèves des lycées le 12 décembre 2019)
    • Opération pédagogique pilote avec des classes de seconde et terminale, en partenariat avec le CRESAT.
    • Ateliers organisés par la CCI à destination des entreprises sur l’anticipation, la gestion du risque d’inondation et la culture du risque en entreprise.

 

  • Dans le Bas-Rhin :
    • En association avec la commune de Villé, le SDEA organise : une exposition photo sur la thématique des crues, la projection du film de la commémoration de 1919, et la révélation d’un repère de crue (23 novembre à 10h, place du Général De Gaulle à Villé). L’exposition photo sera maintenue en mairie jusqu’à la fin du mois de décembre.
    • En association avec les communes de Kogenheim, le SDEA organise la révélation d’un repère de crue le 30 novembre à 11h au pont de l’Ill, route du Rhin, 67230 Kogenheim .
    • Dans l’Eurométropole de Strasbourg, un article sur les inondations de 1919 sera publié dans le numéro de décembre du magazine de l’EMS, distribué dans 33 communes. Le magazine fera également un appel à contribution pour recueillir des photos d’inondations.
    • A Sélestat, inauguration du barrage B10 par la Région Grand Est le 29 novembre à 14h, avec projection du film de la commémoration de 1919 en présence des élus, des services de l’Etat, des associations environnementales et des acteurs économiques qui interviennent sur l’Ill.
    • Des ateliers vont être organisés par la CCI à destination des entreprises sur l’anticipation, la gestion du risque d’inondation et la culture du risque en entreprise.

 

  • Dans les Vosges :
    La Communauté d’Agglomération dEpinal, en lien avec la DDT 88, la Maison de l’Environnement de la ville d’Epinal, la ville d’Epinal et l’association cartophile et iconographique d’Epinal, organise :

    • la pose de deux repères de crue, sur le bâtiment de l’espace Cours et sur le kiosque de l’espace Cours à Epinal ;
    • la matérialisation de la hauteur d’eau de 1919 et de la centennale par des bandeaux bleus dans l’espace Cours de la Ville d’Epinal ;
    • une exposition de photographies et documents historiques dans le hall de la ville d’Epinal ;
    • une action de sensibilisation d’une classe de CM1/CM2.

L’EPTB Meurthe Madon, en lien avec la Vigie de l’eau, organise :

    • une exposition photos et une présentation de maquette simulant les inondations le 23 novembre à 14h30 à la Médiathèque de Mirecourt suivi de la découverte de différents aménagements de lutte contre les inondations à 15h15 à Mirecourt ;
    • un parcours extérieur reprenant des vues d’époque de Raon-l’Étape sous les eaux ainsi qu’une exposition réalisée en lien avec une classe de 6ème du collège, à découvrir à la bibliothèque de Raon-l’Étape dès le 23 novembre en partenariat avec l’association locale de Sauvegarde des riverains.

 

  • En Meurthe-et-Moselle
    l’EPTB Meurthe Madon organise, le 23 novembre :

    • en lien avec le CPIE, une présentation de maquette interactive expliquant le fonctionnement des cours d’eau suivi d’une visite de terrain sur la Vezouze à 14h à Lunéville.
    • en lien avec l’association ETC…Terra, une présentation en salle de la crue de 1919 et de la prévention des crues aujourd’hui (14h à Lachapelle) suivi d’une découverte de site remarquable à Thiaville-sur- Meurthe.
    • une visite pour comprendre la dynamique de la Meurthe, en lien avec L’atelier vert (14h à Art-sur-Meurthe).


Coopération transfrontalière : la plus importante commande européenne de trains à Alstom

La Région Grand Est s’allie avec les trois Länders allemands qui l’entourent : le Bade-Wurtemberg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, pour la plus importante commande européenne de trains transfrontaliers à Alstom Reichshoffen. Jean Rottner, les représentants des trois Länders et les dirigeants d’Alstom, ont finalisé, le 22 octobre 2019, cette commande exceptionnelle en présence des salariés du site de Reichshoffen.

Une commande de 30 trains transfrontaliers à Alstom

Pour répondre aux besoins des usagers, la Région Grand Est va ré-ouvrir des lignes ferroviaires de desserte fine des territoires dans le cadre de l’ouverture à la concurrence d’une partie de son réseau TER. L’ouverture de ces lignes, sera accompagnée par la mise en œuvre de 30 trains neufs commandés à Alstom Reichshoffen pour un montant global de 376 millions d’euros la première tranche ferme. Cette commande est la plus importante jamais réalisée en Europe pour des trains transfrontaliers, dont la fabrication va pérenniser l’activité du site bas-rhinois d’Alstom pour plusieurs années. Les premiers trains Coradia Liner Polyvalents circuleront dès 2024.

Cette coopération inédite en Europe va permettre l’ouverture de 7 nouvelles lignes :

  • Metz-Trier,
  • Metz-Saarbrücken,
  • Strasbourg-Sarrebruck,
  • Strasbourg-Karlsruhe
  • Strasbourg-Neustadt,
  • Mulhouse-Müllheim,
  • Strasbourg-Offenburg.

« Ce projet est exemplaire, car il allie les mobilités de demain, une coopération transfrontalière concrète, un soutien à l’industrie française et un projet d’aménagement du territoire ambitieux. » Jean Rottner

 

 

Prévention et gestion des déchets : adoption du Plan Régional

Consciente des enjeux environnementaux, économiques, mais aussi sociétaux liés à la prévention et à la gestion des déchets, la Région a adopté, lors de la Séance plénière du 18 octobre 2019, son Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD). Ce projet majeur, élaboré en concertation avec l’ensemble des acteurs publics et privés du territoire, vise à coordonner l’ensemble des actions de prévention, de gestion et de valorisation des déchets sur une période de 12 ans.

Les principaux objectifs du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets

  • La prévention des déchets : réduire, gérer, recycler les déchets mais aussi favoriser la valorisation de la matière organique ou énergétique, et, stocker les déchets dans des installations dédiées.
  • L’économie circulaire comme levier de la transition : en accompagnant les entreprises vers la compétitivité grâce à de nouveaux modèles économiques tels que l’éco-conception ou l’économie de la fonctionnalité, en faisant des déchets non évitables une ressource et une source de développement économique et d’emploi.

 

« Le PRPGD est la concrétisation d’un travail commun mené au cours de ces dernières années. De nombreuses concertations et consultations avec les acteurs publics et privés du territoire et nos pays voisins ont permis d’affiner et de répondre au plus juste aux attentes de nos citoyens en matière de gestion de déchets. Nous devons dès à présent considérer le déchet comme une opportunité pour notre Région et non comme une contrainte. Rappelons-nous que chaque année, ce sont près de 23 millions de tonnes produites sur notre territoire ! Aujourd’hui, nous présentons à l’Assemblée ce projet ambitieux en matière environnementale dont l’un des axes majeurs consistera en la diminution de l’enfouissement des déchets avec une baisse prévue de 500 000 tonnes d’ici à 2031. » Jean Rottner.

Création de 3 écoles Microsoft dans le Grand Est

La Région Grand Est a décidé de soutenir la création de trois écoles « Intelligence artificielle » Microsoft à Nancy, Reims et Strasbourg. Ces écoles permettront de former 72 demandeurs d’emploi.

72 demandeurs d’emploi formés

Les 3 écoles Microsoft ouvriront en Grand Est en 2020, et concerneront 72 demandeurs d’emploi, soit 24 stagiaires par site.

  • Nancy en janvier 2020
  • Strasbourg en avril 2020
  • Reims en octobre 2020

Microsoft a lancé en 2018 l’Ecole IA Microsoft en partenariat avec Simplon. Cette école s’adresse aux demandeurs d’emplois qui ont des connaissances en langage algorithmiques, ces derniers pourront bénéficier d’une spécialisation en Intelligence Artificielle, pour devenir des Développeurs Data, et ainsi être capables de collaborer avec des Data Scientistes.

Une attention particulière sera donnée aux candidats issus de formations labellisées Grande Ecole du Numérique, ainsi qu’aux décrocheurs scolaires ou personnes en reconversion. Ils seront formés sur 19 mois dont 7 mois de cours intensifs en centre de formation, suivis de 12 mois en contrat de professionnalisation. La participation de la Région s’élève à 300 000 €  et correspond aux coûts pédagogiques pour les 7 mois de formation en centre.

 

 

Un campus flambant neuf à Charleville-Mézières

La communauté d’agglomération Ardenne Métropole, la Région Grand Est et le Département des Ardennes aux côtés de la CCI des Ardennes et de l’Université de Reims Champagne-Ardenne sont mobilisés, depuis de nombreuses années, pour élargir l’offre du territoire en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Après 24 mois de travaux, un nouveau campus vient de voir le jour à Charleville-Mézières, afin de proposer à plus de 2000 étudiants un enseignement de qualité.

Campus Sup Ardenne, un projet développement durable

Le projet Campus Sud Ardenne s’est inscrit dans une démarche de développement durable. Sur les 20 lots d’entreprises, 13 étaient ardennaises.
Avec près de 4 000 m² de constructions nouvelles, l’ancien site du Moulin Le Blanc a été métamorphosé avec des bâtiments voués aux études ou à la recherche, dont deux nouvelles constructions : le pôle de formation de la CCI (1431 m²) et l’extension de l’IUT RCC (2375 m²). Nouveauté également, la Maison du Campus et sa cafétéria (846 m²), destinés à devenir le lieu de vie et de rencontre de tous les étudiants du territoire.

L’aménagement d’un parc de 4 hectares constitue le coeur du Campus Sup Ardenne. Cet espace ouvert organise et relie les différents équipements entre eux. Il fédère les déplacements, les usages et distribue les accès aux différents bâtiments. Une attention particulière a été portée pour ancrer les usages du parc dans une dimension durable : valorisation des modes doux, mise en oeuvre de matériaux naturels pour les sols et le mobilier (pierre, bois…), hausse de la fréquence des bus desservant le campus. De même, la performance thermique des bâtiments a également été une priorité avec l’intégration de toitures végétalisées, de cuves de récupération des eaux de pluies pour chaque bâtiment.

 

 

 

Votre région proche de vous

Siège du Conseil Régional
Strasbourg

1 place Adrien Zeller
BP 91006
67070 Strasbourg cedex


Tél. +33 (0)3 88 15 68 67

Hôtel de Région
Metz

1 Place Gabriel Hocquard
CS 81004
57036 Metz Cedex 01

Tél. +33 (0)3 87 33 60 00

Hôtel de Région
Châlons-en-Champagne

5 rue de Jéricho
CS70441
51037 Châlons-en-Champagne Cedex

Tél. +33 (0)3 26 70 31 31

Maisons de la Région
12 Maisons de Région

Horaires d'ouverture au public
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Recherche mobile